Chronologie des conquêtes Ottomane en Europe Balkanique et Central

Publié le Mis à jour le

L'armée Turc Islamique Ottomane dans l'Europe de l'est

 

Les Ottomans et l’Europe balkanique et centrale 
l'Armée Ottomane lors d'une bataille
l’Armée Ottomane lors d’une bataille


1040. Début des invasions des Turcs Seljukide­s, venus d’Asie centrale, en Iran. Leur conversion à l’islam.
1071. Bataille de Manzikert. Les Turcs, en vainquant le basileus Romain Diogène, prennent pied en Asie Mineure où ils fondent le sultanat Seldjoukide dit de Roum ou de Konya. 
1243Destruction de l’empire Seldjoukide d’Asie Mineure par les Mongols gengiskhanides. Toutefois, il survivra tant bien que mal jusqu’en 33, tandis que s’installent des principautés (beylicats émirats) d’abord vassales, puis indé­pendantes, dont celles d’Aydin, de Germiyan et des Ottomans. 
1281. Début du règne d’Osman, fils d’Ertoghrul, fondateur éponyme de la dynastie Otto­mane et de l’empire du même nom, alors un petit Etat de l’Anatolie occidentale. 
1332-1345. Actions sur mer et en Europe .d’Umur Beg, émir d’Aydin, qui s’allie à Jean ..Cantacuzène. Le pape Clément VI prêche la croi­sade contre lui. 
1346. Orkhan épouse Théodora, fille de Jean Cantacuzene, ce qui marque pratiquement le début de l’intervention ottomane en Europe. 
1349.Seconde intervention ottomane en Eu­rope pour aider Cantacuzène, et occupation de Tzvpé, sur l’isthme de Gallipoli, en 1352. Orkhan fournit même des soldats aux Génois. 
1354. Prise de Gallipoli. 
1361.Prise d’Andrinople (Edirne) qui devient la capitale des Ottomans après Brousse et Dime­toka. 
1365.Raguse (Dubnovnik) paie tribut aux Ottomans. 

1366.Le pape proclame la croisade, et une flotte commandée par Amédée VI de Savoie, prend Gallipoli et la rend aux Byzantins. Le roi de Bulgarie Sisman s’allie aux Otto­mans pour faire front aux Etats chrétiens. 
1371Sïrp Sindighi, « Destruction des Serbes » à Chirmen, sur la Manitza, où sont tués le despote de Serre, Jean Ugljesha, et son frère Vukasin, roi de Serbie. La Bulgarie et l’Empire byzantin de­viennent vassaux des Ottomans, et la Valachie de­mande l’aide de ces derniers. 
1376. Gallipoli est rendu aux Ottomans. 
1385.Les Ottomans prennent Sofia, l’année suivante Nis et deux ans plus tard s’emparent de Salonique. 
1389. Première bataille du champ des Merles (Kossovo Polje) et grande victoire ottomane sur le prince serbe Lazane Hrebeljanovic. 
1391.Première attaque ottomane contre la Hongrie. 
1393.Renforcement de l’influence hongroise dans les Balkans. Bayazid 1er annexe la Bulgarie 
danubienne. 
1394.Les Ottomans mettent le blocus devant Constantinople jusqu’en 1402. Ils conquièrent la Thessalie et lancent des incursions en Morée et une expédition en Albanie. 
1395Mircea le Vieux, prince de Valachie, tient tête aux Ottomans (à Ardjich) et à leurs vassaux chrétiens (comme le prince serbe Stéphanc Lazarevitch et Manko Kraljevic qui est tué au combat); mais la Valachie doit elle aussi payer tribut pendant quelque temps. Sisman, roi de Bulgarie, est exécu té. 
1396.Les Ottomans battent Sigismond de Luxembourg, roi de Hongrie, et les chevaliers chrétiens à Nicopolis. 
1402. A la bataille d’Ankara, Bayazid 1er es battu et fait prisonnier par Tamerlan. Il y aura un interrègne jusqu’en 1413, au cours duquel les fils de Bayazid (Musa, ‘Isa, Sulayman et Mehmet) luttent pour le pouvoir. En 1411, Musa assiège Constantinople, mais la victoire finale revient à Mehmet Tchelebi. L’Europe occidentale avait tenté de s’allier à Timur Leng contre les Ottomans, et les mécréants auront souvent recours par la suite à de telles manœuvres diplomatiques pour prendre les ottomans entre deux feux (par exemple avec Shah Isma’il, Shah Tahmasp ou ‘Abbas le Grand).
1415-1417. Les Ottomans instituent la province d’Albanie. 
1416. Lors de la première bataille navale entre les Ottomans et Venise, la flotte de celle-ci se montre supérieure. 
1420. Incursion Ottomane en Transylvanie. 
1422. Siège de Constantinople parce que les Byzantins avaient soutenu Mustafa Duzmé (l’imposteur) oncle de Murad II. 
1423-1430. Guerre avec Venise, mais la flotte ottomane est battue. Les Ottomans reprennent Salonique qui acait été cédée auc vénitiens par les Byzantins. 
1428. trève entre les Ottomans et la Hongrie qui se disputent la suprématie dans les Balkans. 
1428-1429. La noblesse de Bosnie paie tribut aux Ottomans. 
1439. Les Ottomans annexent la Serbie, mais Belgrade reste aux mains des Hongrois qui, l’année suivante, y battent Murad II. 
1441-1443. Expédition des Ottomans en Transylvanie et en Hongrie mais jean Hunyadi, voïvode de Transylvanie, contre attaque et menace Edirne. Murad II l’arrêtent à Zlatitsa. 
1443. L’Albanais Georges Castriota, dit Skan­derbeg, se révolte contre les Ottomans. 
1444.Trêve entre Murad II, le roi de Hongrie Ladislas Jagellon et le despote de Serbie Georges Brankovic. Murad cède le trône à son fils Mehmet II mais les chrétiens, à l’exception de Brankovic, violent les traités et s’avancent jusqu’à Varna. Les navires génois aident les Ottomans à franchir les Dardanelles malgré la flotte vénitienne. Murad II, qui est revenu au pouvoir, bat les envahisseurs. 
1446. Murad II remonte sur le trône. 
1448. Lors de la deuxième bataille de Kossovo, Hunyadi est battu par Murad II. 
1452. Mehmet II fait bâtir le château de Rumeli Hisari près de Constantinople. 
1453. Du 6 avril au 29 mai, Mehmet II assiège Constantinople avec près de quatre-vingt mille hommes. Les Serbes de Georges Brankovic se battent eux aussi aux côtés Ottomans. La ville est défendue par sept mille hommes commandés pan le Génois Giovanni Jiustiniani, accouru avec ses sept cents hommes au seccours de Constantinople. Les Byzantins ont pour alliés les Turcs d’Orkhan, un prétendant au trône ottoman. Après la victoire turque, la ville devient la capitale de l’Empire ottoman, et à la fin du XVIIe siècle elle sera, avec ses faubourgs, la grande ville d’Europe (800 000 habitants). 
1454. Les colonies génoises sur la mer Noire paye tribut. Paix avec Venise. 
1455. La Moldavie paie tribut aux Ottomans. Cette date est promulguée la première législation ottomane (un qanum-namè comprenant des dispositions administratives et pénales). 
1456. Hunyadi et le frère franciscain Giovanni Da Capistrano repoussent l’attaque de Mehmet II à Belgrade. 
1459. Victoire finale des Ottomans sur la Ser­bie. Le patriarcat de Petch est aboli. 
1460. Les Ottomans conquièrent une grande de la Morée et du duché d’Athènes. 
1463-1476. Les Ottomans conquièrent la Bos­nie à l’exception de la partie septentrionale; l’Herzégovine est entièrement annexée en 1482.
1463-1479. Début du long conflit avec Venise. Mehmet II fait construire deux forteresses de part et d‘autre des Détroits, car les navires vénitiens sont parvenus jusqu’aux Dardanelles. 
1468. Mort de Skanderbeg; les Ottomans peuvent entreprendre la conquête de l’Albanie. 
1475. Mehmet II conquiert Caffa et réussit à expulser les Italiens de la mer Noire. 
1476. A la suite d’une expédition ottomane contre la Hongrie et la Valachie, celle-ci devient vassale. 
1477-1479. Les aqïndji parviennent en vue de Venise, et celle-ci signe la paix; moyennant un tribut annuel de dix mille ducats, elle pourra continuer de commercer avec l’Empire ottoman. Les Ottomans obtiennent Croia, Scutani, Lemnos et Négrepont. 
1480. Les Ottomans s’emparent d’Otrante, qui après sera regagné pan les chrétiens l’année suivante. Le siège de Rhodes est repoussé par les chevaliers de Saint-Jeau. 
1484.Bayazid Il prend Ak Kerman et Kilya à ­Etienne le Grand de Moldavie, qui devient vassal de la Pologne, mais qui doit ensuite se tourner vers le sultan pour se défendre contre les autres puissances chrétiennes 
1485.Le prince Djem, frère rebelle de BayazidIImeurt à Naples pendant la campagne dc Charles VIII, qui voulait l’utiliser dans son projet de croisade. 
1494-1499.Les Ottomans occupent le Monténégro. 
1498.Les Ottomans, les Tatars et les Moldaves­ organisent deux expéditions en Pologne et par- viennent jusqu’à Lemberg. 
1499-1503.Les Ottomans, dont la flotte est à présent aussi puissante que celle des Vénitiens, 
entrent en guerre contre ceux-ci. Milan, Ferrare, Florence et Mantoue avaient déjà demandé de l’aide à Bayazid contre la France et Venise. En 1502-1503 est conclue une trêve avec Venise, qui renonce à Modone, Corone, Lépante, Navarin et Durazzo. Les Ottomans ont équipé également une flotte pour la navigation sur le Danube.
1512. La Moldavie devient vassale des Otto­mans. 
1521. Sùleyman Ier s’empare de Belgrade, le « palladium de la Hongrie », qui devient le « siège de la Guerre sainte (Dar aI-Djihad). Sur la fron­tière hongroise s’est développée des deux côtés une société de type guerrier composée de parti­sans. Les Ottomans, parmi lesquels de nombreux chrétiens convertis, vivent dans les palanqa, forti­fications en bois et en terne réparties le long de la frontière, et ils lancent des incursions incessantes chez leurs ennemis, sans respecter les traités offi­ciels. Le Grec Ibnahim Pacha, devenu grand vizir en 1523, remet de l’ordre dans l’empire. 
1522.Les Ottomans occupent Rhodes. 
1526.Sûleyman 1erbat les Hongrois à Mohacz, le roi Louis est tué et Buda est occupée. En Tran­sylvanie, le parti nationaliste élit Szapolyaï roi dc Hongrie, tandis que le parti des Habsbourg élit Fcrdinand, frère de Charles Quint. Le sultan ac­cepte de défendre Szapolyaî en tant que vassal. 
1527. Conquête de la Bosnie septentrionale. 
1529. Sùleyman V s’empare de Buda pour la deuxième fois; le 26 septembre il commence le siège de Vienne, qui prend fin le 16 octobre; il refuse l’offre de Ferdinand de payer tribut. 
1532.Sùleyman 1er prend Gùns. L’année sui­vante, Ferdinand lui verse un tribut pour sa part 
de la Hongrie. 
1535.Alliance entre l’Empire ottoman et la France. En 1536 est négociée la concession à la 
France de privilèges commerciaux, mais le traité ne sera ratifié qu’en 1569. Auparavant, la France 
avait vu confirmer ses privilèges en Egypte, après la conquête ottomane. 
1537-1540. Guerre avec Venise et expédition dans les Pouilles. En 1538 est constituée la première ligue entre le pape, Charles Quint et Venise, naais Khayr-ed-Din bat la flotte alliée devant Prévéza, dans le golfe d’Arta. Au traité de paix, Venise perd ses bases en Morée et doit payer pour. Chvpre un tribut plus élevé. 
1541.En Hongrie, des artilleurs français soutiennent les Ottomans. Sûleyman conquiert Buda pour la troisième fois. 
1545.Charles Quint conclut une trêve à laquelle souscrit Ferdinand de Habsbourg. En 1547,signature de la paix entre Ferdinand et les Ottomans, à laquelle souscrivent la France, la papauté et Venise. 
1551-1562.Guerre avec Ferdinand de Hasbourg. 
1552.Lettre de Sùleyman Ier aux protestants pour leur proposer une alliance contre le pape et les Habsbourg. C’est d’ailleurs la politique otto­mane qui amènera les Habsbourg à accorder des concessions aux protestants. Il est à noter que le massacre de la Saint-Barthélemy en France susci­tera de violentes réactions dans l’Empire ottoman. 
1557. Le patriarcat de Petch est rétabli grâce à Sokollu Mehmet. 
1562.Paix avec Ferdinand, empereur depuis 1558qui doit payer tribut aux Ottomans. 
1565.Siège de Malte, défendu victorieusement par les chevaliers de Saint-Jean. 
1565-1579.Durant cette période, le grand vizir est un Bosniaque, Sokollu Mehmet, qui détient en fait le pouvoir. Il a pour rival Yusuf Nasi, un riche Juif originaire du Portugal, qu’il a fui pour échapper aux persécutions des chrétiens. Favori de Selim II, Nasi a la haute main sur les douanes et son action nuit à la stabilité monétaire. Hostile aux Occiden­taux, il souhaite la conquête de Chypre, dont il veut faire une base pour les Juifs. Sous Mehmet IIl’Empire ottoman est la nation européenne qui laisse le plus de liberté aux Juifs. Beaucoup y cherchent refuge, et les sefardim deviennent l’élé­ment dominant, mais même parmi les ashkenazim on trouve des personnages influents à la cour ot­tomane. D’abord hostile au projet sur Chypre, Sokollu finit par l’adopter et par tenter l’entre­prise. Il envisage également de creuser un canal de la Volga au Don et même le canal de Suez, mais les connaissances technologiques de l’époque n’en permirent pas la réalisation. 
1566.Sùleyman meurt pendant le siège de Szi­getvar, vainement défendu par s Miklos Zrinyi. 
1569.Expédition ottomane contre les Russes, et échec du projet de construction d’un canal entre le Don et la Volga, où est transportée une flotte. Astrakhan est assiégée, mais les Ottomans doivent opérer une difficile retraite hivernale. Ainsi, les grands projets de Sokollu ne peuvent être menés à terme: le canal du Don à la Volga, le canal de Suez, l’aide aux musulmans d’Espagne, qui avaient demandé du secours en envoyant une délégation à Istanbul. 
1571.Le 1eraoût, prise de Famagouste. La se­conde Sainte Ligue (le pape Pie V, l’Espagne et Venise) voit sa flotte (appuyée par les navires du duc de Savoie et des hospitaliers) sous le comman­dement de don Juan d’Autriche remporter une victoire sur la flotte ottomane, qui est détruite le 7 octobre à Lépante. Mais, l’année suivante, la flotte ottomane est reconstruite et les chrétiens n’osent pas l’attaquer de nouveau. 
1573. Paix avec Venise, qui renonce à Chypre et paie une indemnité. 
1583.Privilèges commerciaux accordés à l’An­gleterre, dont le matériel de guerre qu’elle fournit à l’Empire ottoman est vital pour celui-ci. L’octroi de privilèges commerciaux est toujours un acte unilatéral de la part des Ottomans, attitude de supériorité qui durera longtemps. 
1591.L’empereur Rodolphe Il interrompt le paiement du tribut aux Ottomans. 
1593-1606. Long conflit des Ottomans avec l’Autriche. Sigismond Bathory, prince de Tran­sylvanie, se range aux côtés de Rodolphe IIainsi que la Moldavie et la Valachiec. Michel le Brave, prince de Valachie, réunit pour une courte pé­riode la Valachie, la Moldavie et la Transylvanie (la Roumanie actuelle), mais il est combattu par les chrétiens eux-mêmes. 
1596.Le sultan Mehmet III, après avoir essuyé plusieurs défaites, est contraint par son armée à diriger lui-même une expédition victorieuse à Hatch Ova (Mezô Keresztes). Les sipahi d’Ana­tolie, s’étant enfuis pendant la bataille, sont privés de leurs fiefs; à la suite de quoi ils prirent part aux soulèvements des djelali (d’après le nom du chef d’une révolte précédente en Anatolie). 
1605.Etienne Bocskay est soutenu par les Ot­tomans comme roi de Transylvanie. 
1606.Paix de Zsitvatorok avec l’Autriche. Bocskay conserve la Transylvanie et les Hab­sbourg leur part de la Hongrie, sans avoir à payer un tribut. 
1612.Privilèges commerciaux aux Pays-Bas. 
1614.Les Cosaques Zaporogues pillent Sinope. 
1620-1621.Expédition du sultan Osman IIen Pologne. 
1624.Premier affrontement entre les Ottomans et les Tatars de Crimée. Les Tatars se rapprochent des Cosaques Zaporôgues. 
1625. Sultan Yahya, qui se prétend fils de Mehmet III et qui, bien qu’il soit probablement un imposteur, mène une lutte active contre l’Em­pire ottoman, contribue à l’alliance des Tatars et des Cosaques. A la tête d’une flotte de bateaux légers fournis par les Cosaques Zaporogues et les Cosaques du Don, il harcèle les côtes de la mer Noire et menace même Istanbul. 
1632-1640.Murad IV, le dernier sultan « guer­rier », procède à des réformes administratives et militaires. 
1638.Fin du devshirmè à peu près à cette date. 
1645-1669.Nouveau long conflit avec Venise. 
1656.Les navires vénitiens menacent les Darda­nelles. L’Albanais Kôprùlû Mehmet devient grand vizir; il réorganise et consolide l’empire. 
1660.Pourparlers en vue d’une alliance entre les Ottomans et les Anglais contre les puissances catholiques. 
1661. Kôprùlù Fazïl Ahmad, fils de Mehmet, devient grand vizir. Après les tentatives faites par 
les princes de Transylvanie pour acquérir leur indépendance, Michel Apafi, soutenu par les Ottomans prend le pouvoir 
1663. Guerre entre l’Autriche et les Ottomans. 
1664.Le grand vizir Kôprùlù Fazil Ahmad est ­battu à Saint-Gotthard, sur la Raba, par Monte- cuccoli et Jean de Coligny, mais le traité de Vasvar est favorable aux Ottomans, qui conservent leurs conquêtes 
1668. Les Ottomans s’allient au Cosaque Pierre Doroshenko. 
1669.Les Ottomans prennent Candie. ­1670, Venise renonce à la Crête, à l’exception de trois ports secondaires, 
1672-1676.Guerre entre les Ottomans et la Pologne pour le contrôle de l’Ukraine. Doroshenko reconnaît la souveraineté du sultan. Par le traité de Zurawno, les Ottomans obtiennent l’Ukraine orientale et la Pologne. Doroshenko fait alliance avec la Russie. 
1677-1681.Premier conflit entre les Ottomans et la Russie. Par le traité de Bakhtchissaraï, les Ottomans cèdent l’Ukraine orientale, subissant ainsi la première perte définitive de territoire. 
1681. L’Occident craint une attaque musulmane en Sicile. 
1682-1699.Guerre entre l’Autriche et les Ottomans; ces derniers reconnaissent Imre Thôkôly comme roi de Hongrie. 
1683. Du17 juillet au 12 septembre, le grand vizir Merzifonlu Kara Mustafa Pacha assiège Vienne en vain. 
1684.Troisième Sainte Ligue sur l’initiative du pape Innocent XI (Autriche, Pologne, Venise), toujours dans le but de « repousser les Turcs en Asie »; la Russie la rejoint peu après. De 1684 à1690, le khan de Crimée Selim Giray 1er contribua de façon capitale à défendre l’Empire ottoman contre ses ennemis. 
1686-1687.Charles de Lorraine prend Buda et défait les Ottomans lors de la seconde bataille de­Mohacs. Les Vénitiens sont vainqueurs dans le Péloponnèse (grâce à Francesco Morosini), ainsi­ qu’à Chio et en Dalmatie. 
1688-1689Les Autrichiens prennent Belgrade, ­Vidin et Nis. 
1690. Le grand vizir Kôprûlû Fazïl Mustafa re-­conquiert Nis et Belgrade.Denombreux Serbes­émigrent en Hongrie méridionale, 
1691.Kôprùlù Fazïl Mustafa est tué à la bataille de Salem Kemen (Szalankamen), que remporte Louis de Bade. 
1697.Victoire d’Eugène de Savoie à Zenta; il parvient jusqu’à Sarajevo, qu’il incendie, 
1699.L’action de la Sainte Ligue aboutit au traité de Karlowitz où, avec la médiation de l’Angleterre et des Pays-Bas, l’Autriche obtient la Hongrie, la Transylvanie, la Croatie et la Slavonie. Venise obtient la Morée et une grande partie de la Dalmatie; la Pologne obtient la Podolie et cesse de payer un tribut à la Crimée. Par le traité d’Istanbul (1700), la Russie ne paie plus de tribut à la Crimée et obtient Azov. 
1710-1711. Le khan de Crimée, la France et le roi de Suède Charles XII, réfugié auprès du sultan, poussent les Ottomans à déclarer la guerre à la Russie. Pierre le Grand, se présentant comme le 
libérateur des chrétiens, prend Jassy, mais seuls les Monténégrins le soutiennent. Il est acculé sur 
le Pruth et doit rendre Azov. Il s’ensuit un renforcement du contrôle ottoman sur la Moldavie et la Valachie, qui seront gouvernées pan les Phanariotes, les Grecs du Phanar, le quartier d’Istanbul où était le siège du patriarcat orthodoxe. 
1714-1718. Guerre entre les Ottomans et Venise. Les Ottomans s’emparent de l’île de Tinos, qui sera leur dernière conquête. En 1716, l’Autriche entre en guerre; Eugène de Savoie est vainqueur à Petervaradin et l’année suivante il prend Belgrade. Le traité de Passarowitz assure à l’Au- 
triche le banat de Temesvar, la Petite Valachie, Belgrade; les Ottomans obtiennent la Morée; Venise conserve les îles Ioniennes, les postes avancés des îles Sainte-Maure et Cérigo, et elle se voit 
attribuer une partie de la Dalmatie. 
1730. Au cours de la révolte de Patrona Khalil, le poète Nedim meurt et le grand vizir Nevshe­ hirliIbrahim pacha est tué. Le sultan Ahmat III est déposé.
1736-1739. Guerre entre les Ottomans et la Russie; en 1737, intervention de l’Autriche. Les Ottomans concentrent leurs forces contre les Autrichiens, et ceux-ci doivent signer le traité de Belgrade, par lequel cette ville est rendue au sultan. leur tour les Russes, que commande le général Munnich, doivent faine la paix : ils sont contraints de détruire les fortifications d’Azov et de ne plus introduire de navires dans la mer Noire. 
1766. Abolition du patriarcat de Petch et de l’archevêché d’Okhrida. 
1768-1774. En pourchassant les confédérés polonais, les Russes violent le territoire ottoman. C’est l’origine du premier conflit entre les Ottomans et Cathenine Il de Russie. En 1770, la flotte russe, venue de la Baltique avec des officiers anglais, bat la flotte ottomane à Tchemé. Le sultan conserve la Moldavie et la Valachie, dont 1’ autorité est reconnue, cependant que le tsar se voit accorder un droit de protection sur les chrétiens de Moldavie et de Valachie; il obtient en outre des positions stratégiques sur la mer Noire. Les Ottomans conservent Ozù (Otchakov). L’Autriche occupe la Bukovine. 
1787-1792. Second conflit entre les Ottomans et Catherine II. En 1788 l’Autriche entre en guerre, et l’année suivante Catherine II et Joseph II s’entendent pour se partager l’Empire ottoman. Le khan des Tatars qui se battent dans l’armée turque est d’abord Shehbaz Ghiray, puis Bar Ghiray. Grâce à l’intervention de la Prusse, la Turquie et l’Autriche signent en 1791 le traite de Svishtov (Sistova), qui rétablit la situation d’avant le conflit. Les Russes signent la paix de Jassy en1792 : ils obtiennent Ozù, et le Dniester devient nouvelle frontière entre les deux empires. 
1789-1807. Le sultan Selim III introduit des réformes administratives et militaires. 
1798-1802. Guerre entre la Turquie et la France.
1799.Le sultan déclare pour la première fois l’indépendance du Monténégro. 
1804. Révolte de la Serbie. 
1806.L’Empire ottoman déclare la guerre à la Russie, qui envahit la Moldavie et la Valachie. L’année suivante, échec d’une expédition anglai­se contre les Dardanelles. En 1807, Selim III est déposé par les adversaires des réformes. Napoléonse désolidarise des Ottomans. 
1808. Bayraqdar Mustafa Pacha, ‘ayan de Roustchouk, partisan des réformes, prend le pouvoir en devenant grand vizir. Les ‘ayan parviennent à un accord, le Sened-i Ittifaq (document d’accord), afin de garantir leurs propres droits et de limiter le pouvoir du sultan. Mais Bayraqdar est tué au cours d’une révolte. 
1809.Traité des Dardanelles entre les Ottomans et les Anglais, interdisant aux navires étrangers de franchir les détroits en temps de paix. 
1812.Traité de Bucarest entre les Ottomans les Russes : ceux-ci obtiennent la Bessarabie. 
1813.Les Serbes, abandonnés par la Russie sont battus. 
1815-1817.Les Serbes se révoltent dernière Milos Obrenovic, qui est reconnu par les Ottomans comme prince de Serbie. 
1821-1830.Guerre d’indépendance de la Grèce 
Muhammad Ali, un Albanais qui a pris le pouvoir en Egypte, aide le sultan contre les Grecs 
1822.Ali Pacha de Janina, qui s’était rendu pratiquement indépendant, est vaincu et tué. 
1826. Prise de la forteresse grecque de Misso longhi où Byron avait trouvé la mort en 1824. Les janissaires, qui s’opposent à la réforme de l’armée sont massacrés à Istanbul. Leur corps est dissout ainsi que la confrérie de la Bektashiyè, qui survit secrètement. Le sultan Mahmoud Il vient à bout de l’opposition des notables provinciaux. 
1827.La flotte turco-égyptienne est détruite dans la baie de Navarin par les vaisseaux anglais, russes et français. 
1828. La Russie déclare la guerre à la Turquie, qui n’a pas encore réorganisé son armée. Les forts ottomans sur le Danube opposent une vive resistance, mais en 1829 les Russes réussissent à occuper Edirne, où un traité est signé : la Moldavie et la Valachie obtiennent en grande partie leur autonomie, et pour la Grèce on s’en remet aux décisions des grandes puissances.
1830. Les grandes puissances garantissent l’indépendance de la Grèce 
1832. Une flotte russe arrive à Istanbul pour aider le sultan contre Muhammad Ali. En 1833, le traité de Unkiar-Skelessi, accord d’aide mutuelle entre le tsar et le sultan, inquiète les autres puissances européennes. 
1838. Convention de Balta Limanï entre la Turquie et la Grande-Bretagne. Sur la base de 
cette convention, d’autres accords seront passés avec les Etats bénéficiaires. 
1839. Le 3 novembre est promulgué le Khatt-ï Sherif de Gùlhanè, dû à Mustafa Reshid Pacha, afin de réformer l’administration et la justice: il établit le principe de l’égalité des citoyens devant la loi et reconnaît la nécessité de nouvelles institutions. C’est cette date qui inaugure la période dite des Tanzimat (réformes). 
1840. Rédaction du premier code ottoman, le Code pénal, inspiré en grande partie du Code pénal français de 1810 (fait par des savants musulmans à l’université égyptienne d’Al-Azhar sous le règne de Napoléon). Il est l’objet de nouvelles rédactions en 1851 et 1858; le Code de procédure pénale date de 1861, le Code du commerce de1850; la première législation civile d’une certaine importance est la loi foncière de 1858. Le Code du commerce maritime date de 1863. Entre 1869 et1876 paraît le premier Code civil musulman, la Medjellè, fondé sur le droit hanafite, encore partiellement en vigueur dans les pays du Proche-Orient. En 1860 sont institués les tribunaux civils, qui s’ajoutent aux tribunaux sachi’atiques, et le Code de procédure civile est établi en 1880. 
1848-1851. A la suite d’un soulèvement en ­Moldavie et en Valachie contre l’ingérence de la Russie, celle-ci occupe l’une et l’autre avec l’accord de la Turquie. En 1849, crise internationale provoquée par la demande d’extradition des Hongrois réfugiés dans l’Empire ottoman. 
1853-1855.Guerre de Crimée. La Russie occupe la Moldavie et la Valachie à la suite du différend, apparu en 1850, relatif au contrôle des Lieux saints. En 1854, la France et la Grande- Bretagne déclarent la guerre à la Russie, qui se retire des deux principautés sous la pression de la Prusse et de l’Autriche. Celle-ci occupe lesdites principautés. Expédition en Crimée, à laquelle se joint le Piémont. En 1855, occupation de Sébastopol et signature de la paix. 
1856. Le 18février, le sultan promulgue un Khatt-ï Humayun (Islahat Fermani, édit des réformes), oeuvre d’Ali Pacha et de Fu’ad Pacha, qui renforce les principes établis en 1839. Par le­ traité de Paris du 30 mars, l’Empire ottoman se voit garantir son intégrité territoriale par les grandes puissances; la Bessarabie méridionale est réunie à la Moldavie et celle-ci, comme la Valachie, est placée sous mandat international. En1861, les deux principautés seront réunies à la­principauté de Roumanie 
1866-1869. L’insurrection de la Crête, qui proclame sa réunion à la Grèce, est réprimée. 
1870. Le sultan reconnaît l’Eglise bulgare. 
1874. Faillite économique del’Empire otto­man, qui ne peut payer ses dettes à l’étranger. En1881 est créée l’administration de la dette publique ottomane, contrôlée par les créanciers étran­gers, et qui reçoit une grande partie des revenu officiels de l’Etat. 
1875-1876. Soulèvements en Bosnie- Herzégovine et en Bulgarie. La Serbie et le Monténégro déclarent la guerre à l’Empire ottoman, qui bat les Serbes; les Monténégrins se retirent. 
1876.Le 23 décembre est proclamé la première constitution turque, sur l’initiative du grand vizir Midhat pacha; mais il est exilé l’année suivante. Le premier Parlement ottoman se réunit le 19 mars 1877, mais il est dissous par le sultan Abdul-Hamid II en 1878, parce que « les temps ne sont pas propices ». 
1877-1878. La Russie déclare la guerre à la Turquie, mais la progression de son armée est arrêtée à Plevna par Osman pacha, qui est tué après une défense héroïque. L’armistice d’Edirne précède le traité de Saint-Etienne, par lequel est décidée la constitution d’une grande Bulgarie qui devait rester dans l’orbite russe. Mais le congrès de Berlin se réunit à l’instigation de l’Autriche et de la Grande-Bretagne. Le territoire de la Bulgarie est réduit; elle est autonome, mais placée sous l’autorité du sultan, qui conserve la Macédoine et la Thrace orientale. La Roumanie, la Serbie et le Monténégro sont déclarés indépendants; la Bos­nie et l’Herzégovine sont administrées par l’Autriche, et la Grèce se voit accorder seulement quelques promesses. Un peu plus tôt, la Grande­ Bretagne avait reçu l’administration de Chypre. 
1881. Cession de la Thessalie et d’une partie de l’Epire à la Grèce. 
1885. Soulèvements en Roumélie orientale et guerre entre la Bulgarie et la Serbie. 
1889.Révolte en Crète. Les minorités se livrent à des actions révolutionnaires dans tout l’empire. 
1897.Rébellion en Crête, soutenue par la Grèce, ce qui entraîne un conflit entre celle-ci et la Turquie. La Grèce est battue, mais les grandes puissances, qui veulent maintenir le statu quo, contraignent la Turquie à signer la paix. La Crête sera annexée officiellement à la Grèce en 1912. Les mouvements révolutionnaires en Macédoine déterminent l’intervention des puissances européennes; un calme relatif s’instaurera en 1909. 
1902 et 1907. Congrès des jeunes-turcs à Paris. 
1908. Révolution des jeunes-turcs, dont le coup d’envoi est donné en Macédoine par Niyazi Bey, afin d’empêcher la dislocation de l’empire. Le 24 juillet, Abdûl-Hamid remet en vigueur la constitution de 1876. En octobre, la Bulgarie proclame son indépendante, et l’Autriche annexe la Bosnie­Herzégovine. En décembre se réunit le nouveau le Parlement ottoman. 
1909. Action contre-révolutionnaire des éléments traditionalistes et des militaires albanais à Istanbul, mais une armée de libération dirigée par Mustafa Kemal reconquiert la capitale et Abdùl Hamid est déposé. 
1910. Un soulèvement albanais est réprimé; de nouveaux troubles éclatent en 1912. 
1911-1912.Guerre de Libye avec l’Italie, qui occupe les îles du Dodécanèse. Le traité d’Ouchy est confirmé par la paix de Lausanne: les Ottomans perdent la Libye, mais l’autorité religieuse 
du sultan est reconnue. Le Dodécanèse doit retourner aux Ottomans, mais l’Italie continue de l’occuper. 
1912. Première guerre des Balkans, qui oppose l’Empire ottoman à la Bulgarie, au Monténégro et à la Grèce. L’Albanie proclame son indépen­dance. La Turquie subit de graves revers, mais les désaccords entre les vainqueurs sont à l’origine, en 1913, de la seconde guerre des Balkans La Bulgarie se bat contre la Grèce, la Serbie le Monténégro, la Roumanie et l’Empire ottoman, et lui-ci reprend Edirne. Aux termes du traité de Bucarest, les Ottomans restent présents en europe. 
1914.Alliance secrète entre la Turquie et l’Allemagne (le général Liman von Sanders avait déjà réorganisé l’armée Ottomane). Les navires alle­mands Goeben et Bresbau se réfugient aux Dardanelles et rallient la flotte turque avec leurs équipages. La Russie, la Grande-Bretagne et la France déclarent la guerre à l’Empire ottoman, et la Grande-Bretagne annexe Chypre. Le 11 novem­bre, le sultan-calife proclame la « guerre sainte ». 
1915.Action navale alliée contre les Dardanelles. Les forces britanniques débarquent à Galipoli le 25 avril, mais elles doivent se retirer devant la résistance des Turcs de Mustafa Kemal 
1918. L’Empire ottoman est contraintd’accett­ter l’armistice de Moudros; son territoire doit être occupé par les forces alliées. Le 19 mai 1919 Mustafa Kemal se rend à Samsun, envoyé en inspection militaire par le gouvernement d’Istanbul mais il organise le mouvement de résistance et la guerre de libération. Après le congrès d’Erzerum, le congrès de Sivas vote le 13 septembre une résolution acceptée comme pacte national le 28 janvier 1920 par le Parlement d’Istanbul. Un­ gouvernement national est formé à Angora (An­kara), et un traité est signé avec l’Union sovietique. Le traité de Sèvres de 1920 est dépassé. 
1921.La grande Assemblée nationale d’Ankara vote une « loi fondamentale », et en février-mars se tient la conférence de Londres. 
1922. Après les victoires de Mustafa Kemal en Anatolie, le traité de Mudania met fin aux hostili­tés. Le 1er novembre, le gouvernement turc abolit le sultanat; un califat disposant seulement d’un pouvoir spirituel est maintenu et attribué à Ab­dûl-Medjid; il est supprimé le 3 mars 1924. En ­1923, le traité de Lausanne avait sanctionné la re­connaissance internationale du nouvel Etat turc la capitale en est Ankara et le 29 octobre la répu­blique est proclamée.

 

sources : http://ansar-alhaqq.net/forum/showthread.php?t=11769

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s