La glorieuse Bataille de Talas Califat Abbasside contre l’Empire Chinois des Tang

Publié le Mis à jour le

002 talas abbassides
Talas, Abbasside vs Tang

 

La bataille de Talas

Celle-ci eut lieu en juillet 751 sur les rives de la rivière Talas (actuel Kirghizstan) entre les troupes arabo-musulmanes de Ziyad ben Salih de la dynastie Abbasside et celle du général coréen Kao Sien-chih de la dynastie chinoise des  Tang.

Arabes du califat Abbasside dans la bataille contre les Chinois de la dynastie Tang en 751 à la rivière de Talas
Arabes du califat Abbasside dans la bataille contre les Chinois de la dynastie Tang en 751 à la rivière de Talas

La raison originelle qui aboutit à l’affrontement entre les empires musulman et chinois est une expédition militaire chinoise menée par Kao Sien-chih, qui captura puis fit décapiter le roi Tachkent, hostile au gouvernement chinois et refusant de payer l’impôt qui lui était imposé.

Le site de la glorieuse bataille de Talas ou les armées arabo-Islamique du califat Abbasside ont battu les forces de l'empire chinois des Tang en 751
Le site de la glorieuse bataille de Talas(Kirghizistan) ou les armées arabo-Islamique du califat Abbasside ont battu les forces de l’empire chinois des Tang en 751

Les musulmans acceptèrent d’aider le fils de Tachkent à venger la mort de ce dernier, et c’est ainsi que le général Ziyad ben Salih fut placé à la tête des armées khurassaniennes d’Abu Muslim, qui était au service du calife Abu al-Abbas As-Saffah.

Des arabes abbassides sur le mur chinois lors de la bataille de Talas  en 751
Des arabes, perses et turcs abbassides sur le mur chinois lors de la bataille de Talas en 751

L’armée musulmane comptait entre 40 000 et 150 000 hommes (composé d’arabes et de perses khorassaniens), dont des turcs issus de la tribu des Gazis, et l’armée chinoise déployait elle une force de 30 000 à 100 000 hommes, dont des combattants turcs de la tribu des Qarluqs, placée sous autorité chinoise.

En seulement cinq jours, les musulmans prirent l’ascendant sur les chinois à l’issu d’une rude bataille, où les chinois débutèrent pourtant l’engagement de façon favorable.

Représentation ancienne  chinoise de la célèbre bataille de Talas qui eu lieu entre les arabes du califat Abbassides et les forces chinoise de l'empire des Tang
Représentation ancienne chinoise de la célèbre bataille de Talas qui eu lieu entre les arabes du califat Abbassides et les forces chinoise de l’empire des Tang

Mais le ralliement des turcs Qarluqs aux musulmans au fur et à mesure que la victoire se dessiner pour les musulmans contribua à désorganiser complètement l’armée chinoise qui finit par battre en retraite.

Bien que victorieux, les musulmans ne décidèrent pas de poursuivre outre-mesure leur progression vers l’Est à l’intérieur des terres chinoises. Ceci marquera toutefois la plus grande avancée orientale de l’empire musulman en orient, et de même l’avancée la plus grande en occident de l’empire chinois (du moins jusqu’à l’arrivée de l’empereur mongole Gengis Khan).

La bataille de Talas entre  Arabes Abbassides et Chinois des Tangs
La bataille de Talas entre Arabes Abbassides et Chinois des Tangs

L’avancée de l’islam se fera à partir de ce point uniquement à travers les conversions des populations turques.

La capture de nombreux prisonniers chinois, vendus par la suite comme esclave sur les marchées de Damas, Bagdad ou Samarkand, permis également aux musulmans de récupérer les méthodes secrètes de fabrication du papier et de permettre une diffusion plus large du texte coranique.

Un arabe abbasside en lutte avec un chinois Tang lors de la bataille de Talas, représentation asiatique.
Un arabe abbasside en lutte avec un chinois Tang lors de la bataille de Talas, représentation asiatique commémorative. 
Les arabes khorassani Abbassides en combat contre les chinois des Tang
Les arabes khorassani Abbassides en combat contre les chinois des Tang sur la rivière Talas

« Profitant des divisions entre Tibétains et Chinois pour le contrôle des plaines d’Asie centrale, axe commercial stratégique entre la Chine et l’Inde, les troupes musulmanes abbassides du général Ziyād ben Sālih répondent à l’appel de l’héritier du royaume de Tachkent dont le souverain vient d’être décapité par les Chinois. Le ralliement des nomades turcs qarluq facilite la victoire musulmane.

La bataille du Talas consacre ainsi la suprématie abbasside sur les oasis d’Asie centrale, mais elle marque aussi le point extrême de l’expansion musulmane en Orient au Moyen Âge.

En entrant dans le domaine de l’Islam, l’Asie centrale a ouvert celui-ci aux influences techniques, culturelles et artistiques chinoises qui ont contribué aux fastes du califat abbasside de Bagdad (750-1258). Par exemple, l’introduction du papier dans l’empire arabo-islamique est due aux artisans chinois faits prisonniers lors de cette victoire  « 

« TALAS (BATAILLE DU), en bref  », Encyclopædia Universalis [en ligne]: http://www.universalis.fr/encyclopedie/talas-bataille-du-en-bref/

 

 

Duel entre de cavalerie entre un arabe et un chinois lors de la batalle de Talas en 751
Duel entre de cavalerie entre un arabe de la dynastie abbasside et un chinois de la dynastie Tang lors de la batalle de Talas en 751


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s