L’hôpital de l’atabeg Nur al Din du 12 eme siècle payé avec les rançons des prisonniers croisés, Damas Bilad al-Sham

Image Publié le Mis à jour le

Le Birmaristan de Nur al-Din
Le Birmaristan de Nur al-Din

L’hôpital est le premier bâtiment construit par le prince zangide Nûr al-Dîn (r. 1146-1174) après son arrivée à Damas. Il a été financé par une rançon versée par un roi franc. Les sources littéraires indiquent que des maladies mentales y étaient traitées[1].

On accède à cet hôpital, qui serait le plus ancien conservé du monde islamique[2], par un portail suivi d’un vestibule carré à coupole conique à muqarnas intérieurs et extérieurs, menant à une cour à quatre îwân. Le portail est un des éléments les plus remarquables de ce bâtiment : il présente pour la première fois dans le monde musulman une entrée surmontée d’une niche àmuqarnas, au relief encore timide. Cette véritable innovation formelle, qui met l’accent sur ce lieu symbolique de passage, connaitra une grande postérité dans la Damas ayyubide et mamluke[3] mais aussi en Anatolie seljuqide[4].

Nom : Maristân de Nûr al-Dîn Zangî Lieu : Damas, Syrie Date/période de construction : 1154 1242 : extension par le docteur Badr al-Dîn vers le sud, pour augmenter les possibilités de loger les malades  Matériaux de construction : Pierre taillée, calcaire blanc antique de remploi, brique Décor architectural : Pierre en blocs taillés agencés ; marbre sculpté incrusté de stuc noir, marqueterie de marb Destinataire/mandataire : Le prince zangide Nûr al-Dîn Inscriptions : Îwân sud : « L‘achèvement de sa construction a été ordonné par l’esclave avide de Dieu, dans sa vaste miséricorde…, notre maître al-Malik al- 'Âdil, le savant,…, fils de Zangî, fils d’Aq Sonqur, le défenseur de l’émir des croyants,…et de l’âge fixé par le destin et précisé. Cela a été achevé en l’année 549.»

Le Maristan ou l’hôpital de l’atabeg Nur al Din construit au 12 eme siècle avec les rançons des prisonniers croisés, Damas Bilad al-Sham

Un plan à quatre îwân préside à l’organisation du bâtiment. L’îwân, disposition d’origine iranienne, fit son apparition dans l’architecture religieuse seljukide dès la fin du XIe siècle[5] et a probablement essaimé tout au long du XIIe siècle vers le Proche-Orient musulman conjointement au développement des madrasa sunnites, dans la lignée des célèbresNizamiye[6]. Le maristân de Nûr al-Dîn est probablement inspiré d’une de ces écoles du XIIe siècle, disparue aujourd’hui.  Aux époques zangide puis ayyubide, le plan à îwân fut adopté pour différents types de bâtiments (madrasa[7], maristân[8], ribat) mais il fallut attendre le milieu du XIVe siècle pour observer la disposition à quatreîwân en Égypte (complexe du sultan Hasan, Le Caire, 1354). L’espace central, organisé autour d’une cour à bassin, présente quatre façades percées chacune d’un îwân flanqué de deux portes, selon un schéma tripartite connu en Irak dès le VIIIe siècle[9]. L’îwân ouest fait suite au vestibule d’entrée ; il donne accès à deux pièces rectangulaires. En face, l’îwânest, plus vaste que les trois autres, servait à l‘enseignement de la médecine. L’îwân sud, transformé en salle de prière en 1284, est décoré de deux inscriptions en naskhî datées de 1154, incrustées de stuc noir (un rappel de l’usage du bitume dans l’Orient ancien). L’îwân nord, très sobre, est juste décoré d’une stèle inscrite d’époque mamluke.

D’autres éléments du maristân semblent d’origine irakienne. Le vestibule carré couvert d’un dôme conique à muqarnasévoque les mausolées érigés en Irak, celui de l’Imam Dûr à Samarra (1085) étant le seul exemple antérieur de ce type de dôme. Le mausolée de Nûr al-Dîn (1167), construit à proximité de l’hôpital, présente la même couverture. Il est intéressant de noter qu’à la même époque, ces coupoles à muqarnas apparaissent en Occident musulman, par exemple à la mosquée al-Qarawiyyîn de Fès (1132-1142). La brique, plus légère que la pierre, est présente dans les voûtements du vestibule et dans celui des salles annexes aux îwân.31-Le Maristan ou l’hôpital de l'atabeg Nur al Din construit au 12 eme siècle avec les rançons des prisonniers croisés, Damas Bilad al-Sham

Mais le maristân s’inscrit aussi dans l’architecture syrienne et plus précisément damascène. La pierre, omniprésente dans la construction et le décor comme dans l’architecture omeyyade (750-850), est utilisée en Syrie depuis l’Antiquité. Des éléments antiques ont été réemployés : tympan du portail, pierres des parties basses du bâtiment. La même tendance est visible dans la restauration mamluke[10]. Le style sobre et majestueux de l’entrelacs géométrique encadrant le portail est le reflet d’une maîtrise technique perceptible dans de nombreux bâtiments de la région, musulmans ou chrétiens. L’influence de la Grande Mosquée de Damas d’époque omeyyade est décelable dans le décor géométrique et végétal des grilles de stuc des portes rectangulaires latérales aux îwân.

NOTE

[1] Ibn Zubayr, voyageur andalou du XIIe siècle, décrit dans sa Rihla (283), le fonctionnement de l’hôpital.

[2] Le plus ancien hôpital édifié dans le monde musulman, aujourd’hui disparu, aurait été édifié à Baghdad sous le règne de Hârûn al-Rashîd (r. 786-809).

[3] Portail de la madrasa-mausolée de Nûr al-Dîn (1167) ; Maristân d’Arghun, Syrie, Alep, 1354-1355.

[4] Mosquée de Khuand Khatun, Kayseri (Turquie), 1237-1238.

[5] Grande Mosquée d’Isfahan (XIe-XIIe s.), Mosquée de Zawara (1136).

[6] Le terme vient de Nizâm al-Mulk (m. 1092) vizir persan des Grands Seljukides Alp Arslan (r. 1063-1072) et Malik Shah Ier (r. 1072-1092), qui fit lui-même construire plusieurs madrasa sunnites, dont une à Baghdad.

[7] Madrasa de Nur al-Dîn, Damas (Syrie), 1167-1168.

[8] Maristân al-Qaymari, Damas (Syrie), 1248-1249.

[9] Cour d’honneur du palais d’Ukhaydir (Irak), v. 778.

[10] Des éléments de marbre polychrome d’époque antique et du début de l’ère chrétienne sont remployés dans l’îwân sud.

BIBLIOGRAPHIE DU MONUMENT

Combe, E., Sauvaget, J., Wiet, G. (dir.), Répertoire chronologique d’épigraphie arabe, vol. VIII, Le Caire : Institut Français d’Archéologie Orientale, 1937, p. 268.

Ettinghausen, R., Grabar, O., The Arts and Architecture of Islam, 650-1250, Yale University Press, 1974, p. 309.

Herzfeld, E., « Damascus: Studies in Architecture I », in Ars Islamica, vol. 9, 1942.

Tabbaa, Y., The Architectural Patronage of Nur al-Dîn, 1146-1174, Ph. D. diss. New York University, 1982.

Allen, T., Ayyubid Architecture, Californie : Soplipsist Press, 1999, [en ligne]. Disponible sur <http://www.sonic.net/~tallen/palmtree/ayyarch/ch2.htm#damas.bimnd&gt;, (consulté le 9/11/2007).

BIBLIOGRAHIE DE REFERENCE

Cloarec, F., Bimaristan, lieux de Folie et de sagesse, Paris, 1998, L’Harmattan, p. 160.

Colin, G. S., Dunlop, D. M., Sehsuvaröglu, B. N., « Bîmaristan », in Encyclopédie de l’Islam, nouvelle édition, vol. I, Leyde, 1978, E. J. Brill, p. 1259-1262.

Flood, F. B., « Umayyad survivals and mamluk revivals: Qalawunid architecture and the great mosque of Damascus », inMuqarnas,  vol. XIV, 1997, p. 57-79.

Grabar, O., « Îwân », in Encyclopédie de l’Islam, nouvelle édition, vol. IV, Leyde, 1978, E. J. Brill, p. 298-301.

Tabbaa, Y. « The muqarnas dome: its origin and its meaning », in Muqarnas, vol. III, 1985, p. 61-75.

Tabbaa, Y., « Survivals and archaisms in the architecture of northern Syria, ca. 1080 – ca. 1150 », in Muqarnas, vol. X, p. 29-42.

L’Orient de Saladin, cat. exp., Paris, 2001, Institut du monde arabe, Gallimard, p. 72-83.

Ibn Khaldun, the Mediterranean in the 14th Century, Rise an Fall of Empires, cat. exp., Séville, 2006, p. 276-285.

Gorini, R., Baggieri, G., Giacomo, M. di, Internement et Traitement de la maladie mentale au moyen-âge islamique : l’exemple des Bîmarîstâns au Maroc et en Syrie, Colloque du regroupement des Anthropologistes de Langue Française, 2004, [en ligne]. Disponible sur <http://www.didac.ehu.es/antropo/7/7-11/Gorini.htm&gt;, (consulté le 09/11/2007).

http://www.qantara-med.org/qantara4/public/show_document.php?do_id=487

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s