Lisan ad-Din Ibn al-Khatib le célèbre écrivain, vizir nasride et scientique de Grenade

Publié le Mis à jour le

Fort Alhambra, Grenade, Espagne (13ème et 14ème siècle)
Fort Nasride Alhambra, Grenade, Espagne (13ème et 14ème siècle)

(Notice Bio sur ibn al-Khatib)  Lisan ad-Din Ibn al-Khatib (né le 16 Novembre 1313, Loja Espagne – mort 1374, Fès ,Maroc ) (Nom en arabe لسان الدين بن الخطيب nom complet  Muhammad ibn Abd Allah ibn Saïd ibn Ali ibn Ahmad al-Salmani al-Gharnati) était un arabe (1)  polymathe (2) poète , écrivain , historien , philosophe , médecin et homme politique du Royaume Arabe Nasride de Grenade . (3) Certains de ses poèmes ornent les murs de l’ Alhambra à Grenade .

Ibn Khatib est né le 16 novembre 1313 à Loja au sein d’une famille arabe d’origine yéménite (4). Après s’être installé à Grenade, où il passera la plus grande partie de sa vie il entre comme son père à la cour du sultan Nasride, Mohammed V al-Ghanî pour lequel il fait fonction d’historien et de ministre. C’est en occupant ce poste qu’il fait la connaissance d’Ibn Khaldoun avec qui il se lie d’amitié. Il a occupé de hautes fonctions politiques, en étant nommé deux fois vizir, ce qui lui a valu le surnom honorifique de « Dhû l-wizaratayn » ou « l’homme aux deux vizirats ». Au cours d’une épidémie de peste qui sévit en Espagne en 1348, il énonce pour la première fois la notion de contagiosité en recommandant d’isoler les malades et de détruire leur linge. Il a décrit avec rigueur le développement et la propagation d’une épidémie.

Il est l’auteur de plus de soixante livres dont une Histoire de Grenade, une monographie sur Grenade avec une description de la ville et de ses plus fameux habitants, Chronologie des califes et des rois d’Afrique et d’Espagne et La Rawdat at-ta‘rîf bi-l-hubb as-sharîf, un traité de mystique musulmane sur l’amour de Dieu. Il aurait écrit la plupart de ses livres, lors d’insomnie.

À cause de ses relations parfois chaotiques avec des personnalités politiques du pays, il fut obligé par deux fois de s’exiler en Afrique du Nord et se mit au service du gouvernement berbère mérinide à Salé où il vécut entre 1360et  1363» .

Le sultan le soupçonnant d’avoir partie liée avec les berbères Mérinides de Fès, nomme son disciple Ibn Zamrak vizir, en le chargeant de le retrouver et de le capturer. Il est retrouvé et jugé à Grenade. Par sa défense lors du procès, il n’est condamné qu’à une peine de prison, ainsi qu’à la destruction de tous ses livres. Mais le gouvernement lui envoie des tueurs professionnels dans sa cellule et il meurt étranglé dans une prison de Fès en 1374.

Les murs de l'Alhambra sont pleins de décoration calligraphique, écritures cursives et coufique où nous pouvons non seulement lire "seul Dieu est victorieux" (phrase attribuée à Mohammed ben Nasri, fondateur de la dynastie nasride ولا غالب إلا الله Wa lā ghālib illa-āllāh (Et il n'y a pas de vainqueur, sinon Dieu)), mais poèmes faites par trois poètes de la Cour de Grenade, Ibn al-Yayyab (1274-1349), Ibn al-Khatib (1313-1375) et Ibn Zamrak (1333-1393), qui étaient des secrétaires de la chancellerie royale et premiers ministres. Parmi eux Ibn Zamrak est considéré poètes les plus brillants de l'Alhambra.
Les murs de l’Alhambra sont pleins de calligraphie, non seulement la phrase attribuée à Mohammed ben Nasr, fondateur de la dynastie nasride ولا غالب إلا الله  et aussi des poèmes de 3 poètes, Ibn al-Yayyab (1274-1349), Ibn al-Khatib (1313-75) et Ibn Zamrak (1333-93), qui étaient des vizirs

Sur la peste Noire  :

Lorsque la peste noire bubonique avait atteint al-Andalus dans le 14ème siècle, Ibn al-Khatib a écrivit un traité appeléla plaie, dans lequel il a déclaré: [5]

« L’existence de la contagion est bien établi par l’expérience, la recherche, la perception des sens, l’autopsie, et authentifiée par ses informations, et ces (fait) matériau en est la preuve ». 

Bibliographie

Jaysh Al-Tawshih de Lisan Al-Din Ibn Al-Khatib (arabe), An Anthology of arabe andalou Muwashshahat, Alan Jones (éditeur), 1997
Lisan Al Din Ibn Al Khatib, Tarikh Al Islamiya Isbaniya (l’histoire de l’Espagne musulmane), éd. par Lévi-Provençal, nouvelle édition, Le Caire, 2004
Lisan Al Din Ibn Al Khatib, Awsaf Al Nas (description des peuples), Le Caire, 2002
Lisan Al Din Ibn Al Khatib, Khaṭrat al-Taïf: Rihlat Fi al-Maghrib wa-al-Andalus, 1347-1362, 2003
Lisan Al Din Ibn Al Khatib, Nafadhat al-jirab (le cendrier des chaussettes)
Lisan al-Din Ibn al-Khatib homme de lettres et historien, par Abdelbaqui Benjamaa, (français) thèse, Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III, 1992 (microformes)

Références

    1. ^ Farhad Daftary, l’assassin Legends: Mythes des ismaéliens, (IB Tauris, 1994), 160.
    2. ^ Alexander Knysh, Ibn ‘Arabi dans la tradition islamique tard, SUNY Press (1999), p. 172
    3. ^ Encyclopédie de Medieval Iberia, éd. Michael Gerli. (New York: Routledge, 2003), 416-417
    4. Janine Sourdel, Dominique Sourdel, Dictionnaire historique de l’islam, p.370
    5. Byrne, Joseph P. Encyclopédie de la peste noire. ABC-CLIO. p. 182
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s