En 1044 à la fin des Kalbites, la Sicile était divisée en quatre caïdats.

Publié le Mis à jour le

sicile
La Sicile musulmane sous les Normand 1) Noble Italo-Normand 1170 2) garde Siculo-normand 1190 3) Siculo-arabe musulman 1175

Après le départ en 1044 du dernier émir de la dynastie arabes des Kalbites, la Sicile était divisée en quatre caïdats. Aucun des caïds n’usurpa le titre d’émir, mais de fait chacun d’entre eux exerça sur son territoire une souveraineté absolue. Les quatre caïdats étaient les suivants :

  • Caïdat de Trapani, Marsala, Mazara et Sciacca, qui appartenait à Abd Allâh ibn Mankûd (1044 – 1065).
  • Caïdat de Girgenti, Castrogiovanni et Castronuovo, qui appartenait à Ali ibn Ni’ma ibn al-Hawwâs (1044 – 1065).
  • Caïdat de Palerme et de Catane, qui appartenait à Ibn al-Maklatî (1044 – 1061).
  • Caïdat de Syracuse, qui appartenait à Muhammad ibn Ibrâhim ath-Thumna (1044 – 1062).

En 1065 le fils de l’émir berbère ziride de l’Ifriqiya, Ayyûb ibn Tamîm, était devenu le maître d’à peu près toute la Sicile. Il avait hérité en 1062 de Syracuse d’ath-Thumna (tué cette année-là dans une bataille contre les Normands), ainsi que Palerme et Catane, que ce dernier avait lui-même reçu d’Ibn al-Maklatî en 1061. Il ajouta à ses possessions les caïdats de Trapani et de Girgenti en 1065.

En 1068, après le retrait d’Ayyûb, deux caïds se partagèrent ce qui restait de la Sicile musulmane. Ibn `Abbâd, appelé Benavert dans les chroniques occidentales, établit sa capitale à Syracuse. Un certain Hammûd régnait quant à lui à Castrogiovanni.

La conquête croisée  normande et la fin de l’émirat de Sicile 

Ces divisions au sein de l’émirat encouragèrent les ambitions des Normands du sud de l’Italie.

En février 1061, Robert Guiscard et son frère Roger débarquèrent en Sicile, avec la bénédiction du pape, et prirent la ville de Messine. La conquête de l’île fut longue et difficile du fait du petit nombre des armées normandes, rarement plus d’un millier. Cependant, lesNormands bénéficièrent des divisions des musulmans et du soutien de la population insulaire chrétienne. La conquête de la Sicile fut dévolue plus particulièrement à Roger, désireux de s’y tailler un fief. Il tua dans une bataille le caïd de Syracuse, Palerme et CataneMuhammad ibn Ibrâhim ath-Thumna en 1062 et obtint cette même année le titre de comte de Sicile. L’année suivante à la bataille de Cerami, une petite troupe de Normands défit une armée musulmane nombreuse. Cette même année 1063, une flotte pisane détruisit un certain nombre de navires dans le port de Palerme. En 1068, les Normands furent à nouveau vainqueurs contre les Arabes, à la bataille de Misilmeri. Cette victoire ouvrit le chemin de Palerme et permit d’envisager la conquête de l’ouest de la Sicile.

L’ancienne capitale des gouverneurs et des émirs de Sicile, Palerme, fut prise par le comte Roger en 1072, après 241 années de domination musulmane. Cet évènement ouvrit la voie à la conquête de la totalité de l’île. En 1077 Trapani fut prise à son tour, puisTaormina en 1079.

Cependant, le caïd de Syracuse, Ibn `Abbâd Benavert, opposant acharné de Roger de Hauteville dans la partie orientale de l’île, il bat près de Catane, en 1075 ou 1076, une troupe croisé normande dirigée par Jourdain de Hauteville et Hugues de Jersey, respectivement fils et gendre de Roger : Catane tombe alors à nouveau en sa possession. Cependant, il ne peut empêcher la chute de Trapani (1077), de Taormina (1079) et de Catane (1081) reprise par les forces de Roger et Jourdain. Vers 1084, il lance des raids sur les côtes de la Calabre, pille et saccage la banlieue de Reggio de Calabre et s’empare du monastère de Rocca D’Asino où tous les moines sont emmenés comme captifs. En 1085, toujours en Calabre, il détruit la ville de Nicotera, près de Vibo Valentia. En 1086, il s’oppose en personne à Roger devant Syracuse, son fief assiégé. Mais, le 25 mai, il meurt accidentellement : couvert d’une lourde armure, il chute et tombe à l’eau, coulant à pic à cause du poids de celle-ci. Syracuse finit par tomber en octobre, sa femme et son fils trouvant refuge à Noto, ultime bastion musulman avec Butera, bastions pris en 1091, achevant la longue et difficile conquête normande de la Sicile

Après cet évènement, le caïd de Castrogiovanni, Hammûd l’apostat, se soumit à Roger et se convertit au christianisme. Le comte normand lui donna de vastes fiefs en Calabre. La conquête de l’île fut achevée en 1091 avec la prise de Noto, ville où s’étaient réfugiés la veuve et le fils de ibn Abbad  Benavert. La puissance musulmane en Sicile avait définitivement disparu.

http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89mirat_de_Sicile

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s