Fraction de dirham de Muhammad ibn ‘Abad frappée durant la révolte musulmane sicilienne 1219-1222

Publié le Mis à jour le

Une fraction de dirham de Muhammad ibn 'Abad frappée durant la
AR « Fraction de dirham » (ou obole ?), 0,61 g. Droit : لا اله الا الله محمد رسول الله Il n’y a de dieu que Dieu, Muhammad est l’envoyé de Dieu Revers : محمد بن عباد امير المسلمين Muhammad ibn ‘Abad, émir des musulmans

 Pièce du petit fils d’Ibn Abbadémir de Syracuse dans la seconde moitié du xie siècle et chef de l’ultime resistance islamique en Sicile contre la poussée croisés des normands qui mena une révolte dans la première moitié du13e siècle, toujours en Sicile dominée par les Germains de la dynastie de Hohenstaufen, un descendant de ibn Abbad dit  Benavert, un certain Muhammad ibn Abbad, se rebelle contre l’autorité du roi de Sicile et empereur germanique Frédéric-Roger de Hohenstaufen-Hauteville, plus connu sous le nom de Frédéric II de Sicile.

Né en 1194, Frédéric II est roi de Sicile en 1198, puis empereur de 1220 à 1250.

Elevé à la cour de Palerme, il parle l’arabe et passe généralement pour un admirateur de la civilisation musulmane : entouré de serviteurs musulmans ou superficiellement convertis au christianisme, c’est un grand esprit cultivé et peu religieux qui entretient une correspondance suivie avec le sultan al-Malik al-Kamil, neveu de Saladin.
C’est pourtant lui qui met fin à la présence musulmane en Sicile.

Politique pragmatique, il ne peut tolérer la régulière agitation des populations musulmanes de l’île, notamment dans le Val di Mazzara (nord-est).

Lors qu’éclate la révolte de Muhammad ibn ‘Abad (Mirabetto dans les sources latines) à Entella, elle est réprimée dans le sang et son auteur exécuté. Les populations musulmanes de l’île sont alors déportées à Lucera (dans les Pouilles) de 1223 à 1245.

Les petites monnaies en argent frappées au nom de  Muhammad ibn ‘Abad,  sont parmi les rares traces de la révolte d’Entella.

On parle traditionnellement de fractions de dirhams, par référence au monnayage de la Sicile musulmane, mais on notera que le module et l’aspect sont plus ceux du denier féodal et le poids est celui de l’obole.

Ibn ‘Abad porte sur ses monnaies le titre d’émir des musulmans, différent du traditionnel titre califal « émir des croyants ».

Des monnaies de cuivre au nom d’ibn Abad ont été récemment étudiées par Giuseppe di Martino.

Elles mentionnent le lieu de frappe بصقلية « en Sicile ».

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s