Les Musulmans en Italie : l’émirat de Bari et la colonie de Lucera des Pouilles :

Publié le Mis à jour le

capture de bari par le croisé émirat italie

Toute les parties de l'actuel péninsule Italique qui furent sous la domination arabo-Islamique notamment sous le califat Abbasside, de l'émirat aghlabides et des émirats arabes (appelé sarrasins) vassaux ou indépendant qui ont suivie, a Lucera, en Sardaigne ou en Sicile, dans le Nord suite au prise de la région de فرخشنيط Farakhshanit (Fraxinet région de St Tropez) les ghazawat monteront dans les alpes et la Suisse 
Toute les parties de l’actuel péninsule Italique qui furent sous la domination arabo-Islamique notamment sous le califat Abbasside, de l’émirat aghlabides et des émirats arabes (appelé sarrasins) vassaux ou indépendant qui ont suivie, a Lucera, en Sardaigne ou en Sicile, dans le Nord suite au prise de la région de فرخشنيط Farakhshanit (Fraxinet région de St Tropez) les ghazawat monteront dans les alpes et la Suisse 

Le Duomo de Lucera ou  Lugêrah en arabe, dans les pouilles une mosquée converti en cathédral au 13e siècle 
Le Duomo de Lucera ou  Lugêrah en arabe, dans les pouilles une mosquée converti en cathédral au 13e siècle 

Lucera (Lugêrah en arabe) est une ville de la province de Foggia dans les Pouilles en Italie. 

Entre 1223 et 1225, l’empereur Frédéric II fait déporter entre 16 et 20 000 musulmans de Sicile ainsi que des musulmans de Djerba vers Lucera2. En 1243 les dernières communautés musulmanes de Sicile se révoltent, sans doute pour des raisons économiques[réf. souhaitée], mais après 3 ans de résistance, touchées par la famine, elles doivent se soumettent aux troupes impériales et sont à leur tour déportées vers Lucera3,4,5.

Les déportés vivent durant quelques décennies de l’agriculture à Lucera. Frédéric II en recrute dans ses armées, un contingent musulman l’accompagne en croisade6

Les domaines Siciliens, héritées de sa mère Constance de Hauteville , Frédéric II conduit à exercer son autorité non seulement sur la partie chrétienne de l’île, mais aussi des régions  ou ce trouve les Grecs, juifs et musulmans: les Arabes (en particulier sont concentrés dans  le triangle Mazara del Vallo-Monreale-Corleone), les Berbères (à Agrigento et sa province), de petites quantités de Perses (y compris en particulier la communauté Khorezmien de Palerme) et plus un certain nombre de convertis suite au 250 ans de règne directe islamique (827-1072), et indirecte sous les Normands (1072-1198).

La configuration du territoire de l’île sicilienne a favorisée l’action de groupes de résistance islamique, dans l’espoir de rétablir le règne de « l’islam dans ce qui était initialement appelé en arabe al-Ard al-Kabira, « La Grande Terre » (c.-à- péninsulaire du sud) et, ensuite, directement al-Ṣiqilliyya.

Les groupes les plus difficiles à ce soumettre à l’obéissance de la couronne chrétienne  avaient trouvé des lieux de résistance dans les régions centrales et occidentales, en Hiatus tels Entella (où l’action a en effet été dirigé par une femme, mentionnée dans les chroniques chrétienne : « Virago de Entella » ), de sorte que Frédéric avait finalement décidé, en 1220 , d’expulser les musulmans restés en Sicile (la plupart avaient déjà regagné l’Afrique du Nord ), ver les terres des Pouilles sur le continent.

Pour la réinstallation, dans un premier temps, ont été choisis, la ville de Lucera , la ville de Girifalco ( Calabria ) et Acerenza ( Lucanie ).

De petits groupes de musulmans de Sicile ont également été expulsés ver la ville de Stornara , Casal Monte Saraceno et Castel Saraceno .

Toutefois, les musulmans n’ont pas accepté volontairement  les nouvelles conditions qui leur était imposées, et déjà en 1224 à Lucera certains d’entre eux  ce sont rebellés, et furent battus rapidement.

En 1226 , une nouvelle révolte fut maté par l’armée impériale.

Cependant les muslmans ont continué à échapper aux règles qui leur était imposées, en essayant de quitter la péninsule et/ou de revenir en Sicile, allant même jusqu’au détroit de Messine et d’essayer de passer de l’autre côté.

Au début, Frédéric II se borner à recommander à l’autorité la surveillance des lieux; puis le 25 Décembre 1239  il a publié un décret, selon lequel tous les « Sarrasins »  musulmans du continent devait strictement être limitée ses déplacement à la ville de Lucera.

Donc les colonies mineurs comme Girofalco (aujourd’hui Girifalco ) et Acerenza furent abandonnés.

La population totale de la communauté musulmane continental a été estimé par divers chercheurs autour de 60 000 personnes, capables de fournir une armées théoriques autour de 14 à 15000 hommes éventuels dont 7 à 10000, tel que rapporté par diverses chroniques contemporaines, utilisable sur le champ de bataille.

Federic II a pris un nombre important de musulmans de Lucera (environ 7.000-10.000 frondeurs et archers étaient présents dans la bataille de Cortenuova de 1237 , [4]alors que près de 3000 archers étaient l’une des unités d’élite de Manfredi dans la bataille de Bénévent de 1266 , ainsi que quelques milliers se sont battus vaillamment dans les rangs de l’armée de Conradin dans la bataille de Tagliacozzo .

Les colonies en dehors de la Pouilles (ou ceux de la Calabre, Basilicate et de la Campanie) été en décadence démographique à partir de 1240 mais jamais complètement disparue[ .

Il y avait effectivement une concentration de la population musulmane dans les Pouilles mais pas exclusivement dans Lucera.

Les données, estimations, relative à la distribution de la population musulmane dans le Royaume ver l’an 1240, sont les suivants: 20 000 musulmans à Lucera, 30 000 dans la ville voisine de Puglia et 10.000 restant dans les colonies en dehors des Pouilles.

A Lucera, en fait capitale politique et culturelle de la communauté islamique et la maison d’une résidence royale des rois Souabes, 20 000 musulmans de Sicile y ont  vécu pendant environ 80 ans, jusqu’en 1300 , lorsque la colonie a été démantelé sur ordre du souverain angevin qui ‘alors régné en Sicile: Charles II d’Anjou .

La tour de la forteresse de la ville arabe de Lugerah, Lucera , Italie
La tour de la forteresse de la ville arabe de Lugerah, Lucera , Italie

Caractéristiques de la colonie musulmanes de lucera: 

Les musulmans expert, les agriculteurs etc.. étaient autorisés à travailler dans les domaines de Lucera.

Ils ont été autorisé a avoir des acquisitions de terres agricoles et même des maisons, à l’intérieur de la ville et de ses environs immédiats.

En général, l’impôt à payer par les producteurs musulmans de revenu de Lucera était d’environ 10% de leur revenu. [6]

D’autres activité été autorisé comme le commerce, les  arts et la science médical  et l’artisanat.

Une tentative des musulmans, initié en 1239, pour revenir en Sicile a été empêché de force par les autorités impériales

La colonie musulmane a été parcourue par les frères dominicains qui, avec la permission Frédéric, se sont consacrés à la prédication et à tenter de convertir les «infidèles» musulmans et les Israélites de la ville.

Les résultats ont été très décevants, malgré que  l’Église en 1215 avait essayé de mettre la pression et demandé des lois très discriminatoire, dans son quatrième concile œcuménique du Latran ,  affin que les musulmans et les juifs (serviteurs de camerae définis, ce est la propriété personnelle de la Couronne [8] ) portaient des vêtements qui permettraient identification immédiate. [9]

La communauté islamique de Lucera avait pleinement le droit de pratiquer L’islam.

Il leurs été accordés ‘une  grande mosquée (Jamaâ), des écoles coraniques (Agarenorum gymnases) et un cadi , capable de résoudre les différends qui ont surgi parmi les musulmans, avec utilisation libre des préceptes de la charia .

L’activité principale des musulmans, cependant, était de servir dans l’armée car ils avais de grande techniques, experts en arbalètes, poudre a canon etc sous le commandement de l’empereur.

Particulièrement très populaire étaient leurs archers, qui ont combattu pour les Souabes en Sicile (contre les Angevins), et les Angevins de Charles Ier de Roumanie etl’Albanie .

Leur argent pourrait se accompagner, si leur comportement est particulièrement appréciée, de la réparation accordée.

Hohenstauffen et Angevin dans le sud de l'Italie 0 1 2 3
Hohenstauffen et Angevin dans le sud de l’Italie 12&13e siècle
1) Chevalier  Italien du sud, du 13e siècle
2) Fantassin leger Italien du sud 13e siècle 
3) Garde musulmans de Lucera au 13e siècle 

 

En 1267,  Lucera est rebellé contre les nouveaux conquérants angevins. Après un siège dur et éprouvant,  la ville musulmane tomba et Charles d’Anjou préserva la colonie musulmane, confirmant tous ses privilèges existants, en échange du paiement d’un très lourd tribut.

Les nouveaux seigneurs français ont ensuite établi une colonie provençale de 240 familles pour le contrôle dans la forteresse de Monte Albano, qui dominait la ville.

Cette modération a été liée à l’organisation imminente de la huitième croisade, dirigée par le frère de Charles Ier Louis IX de France, qui s’etais déplacé en 1270 contre Tunis et l’empire Hafside, et s’est terminée par un échec avec la mort du roi à Tunis de la peste.

Avec la mort de Charles Ier la situation a radicalement changé. Son fils et successeur, Charles II, en 1289 avaient déjà fait des plans pour expulser les Juifs de son royaume de l’Anjou et du Maine.

En 1300, une solution définitive identique a été prise pour résoudre le problème des musulmans de Lucera.

Apparemment, les expropriations qui dérivent de la mesure ont  permis au roi angevin de régler plusieurs de ses dettes avec les banquiers florentins….

L’attaque, aidé par la trahison d’aspotats de l’intérieur, a été dirigée par Giovanni di Barletta Pipino, le comte de Altamura.

Quelques familles riches et bien connus de la Lucera musulmane ont opté pour une rapide et très fortuite, conversion au christianisme…

La majorité des habitants musulmans de la ville ont été abattus et/ou comme cela est arrivé à près de 10 000 d’entre eux – vendu en esclavage, un grand nombre alla trouver asile en Albanie sur la mer Adriatique.

Leurs mosquées furent détruites, et des églises reconstruites à leur place.

Comble la plupart de ces apostats (ex-musulmans convertis au christianisme)  ont été quant-meme vendus comme esclaves.

Deux ans plus tard cependant Charles II convenu qu’un petit groupe de Sarrasins (d’arabes) originaire de Lucera pourrait s’ installer comme communauté offciel,  mais une telle communauté ne s’y est jamais établis..

Après les expulsions des Musulmans de Lucera, Charles II a essayé d’installer les chrétiens dans la ville, parmi eux autant de soldats et d’griculteurs bourguignons et provençaux que possible.

Un reste de ses descendants de ces colons provençaux, parlent encore un dialecte franco-provençal, qui a survécu jusqu’à nos jours dans les villages de Faeto .

Un dalmate dominicain et évêque, Agostino Casotti, a été nommé en 1322 en charge du nouveau diocèse de Lucera di Santa Maria, par le pape d’Avignon (n ce temps la papauté étais à Avignon pas au Vatican), comme demandé par les Angevins pour restaurer le christianisme dans la région.

Les guerres et rébellions locale  ont forcés, la plupart de ses colons français à évacuer la ville et quitter la région.

Au fil du temps, la production céréalière a baissé dans la ville, et en 1339 Lucera a été frappée par une famine..

Notes 

  1. ^ Del Duca: Histoire de musulmans Lucera
  2. ^ Evariste Lévi-Provençal : « Une héroïne de la résistance musulmane en Sicile au débuts du XIIIe siècle », dans  » moderne-Orient « , XXXIV, 1954, pp. 283-288.
  3. ^ Tonino Del Duca: « Origine, la vie et la destruction de la colonie sarrasine Lucera » [1]
  4. ^ « John Amatuccio: Saracen Archers dans le sud de l’Italie »
  5. ^ Comme preuve de cela, il ya plusieurs références dans les sources, un signe clair de la communauté continue sarrasine en dehors des Pouilles, dont la plus notable est l’histoire de John le Maure qui ont cherché refuge avec ses parents Acerenza: «À l’époque Souabes Acerenza dégrossi avec les Gibelins, défavorable au pape Innocent IV, vagues Giovanni Moro, entendu le rendement de Lucera, réparé avec un millier de cavaliers pour les Sarrasins en Acerenza, mais ici, savait qu’il était infidèle et une partie de Guelph, a été tué et le crâne envoyé à Manfredi camp lieu non loin de la ville, en face de la porte Venosina « .
  6. ^ Julie Anne Taylor, op. cit., p. 192.
  7. ^ code diplomatique des Sarrasins de Lucera (édité par Pietro Egidi ), Naples, Pierro et Fils, 1917, vol. 5, Partie 1, pp. 588-592 (p. 590).
  8. ^ Loin d’être une mesure de harcèlement, un tel statut juridique – qui ne vous permet pas de parler d’hommes libres, mais même des esclaves – était l’équivalent parfait de l’institution de la dhimma dans Dar al-Islam . Cela a permis aux Israélites et les musulmans pour échapper à l’intimidation et le harcèlement pas rare de la noblesse et du clergé. Le même phénomène jouera en Espagne, après la conquête chrétienne total de al-Andalus , lorsque la Couronne éviter que l’hostilité anti-islamique Christian acquérir dénotations dramatiques. La communauté juive, comme on le sait, était sur son propre déjà été complètement expulsés des territoires espagnols, trouvant refuge accueillant principalement en Ifriqiya et le jeune Empire ottoman , ce qui rendra l’utilisation de leurs compétences considérablement.
  9. ^ Cesare Colafemnmina, « Federico II et les juifs», dans: Federico II et en Italie. Routes, des lieux, des signes et des instruments, Rome, Ed. De Luca-Editalia, 1995, p. 70.
  10. ^ L’Angevin de bureau des documents, (édité par Riccardo Filangieri Candida et alii), Naples, Pontaniana Académie , 1950-, vol. 32, reg. 15, p. 257, n ° 583.
  11. ^ code diplomatique … cit., n ° 39, 355, 357 et 388 (cité par le juge Taylor, art. cit., p. 197).
  12. ^ code diplomatique … cit., n ° 339 (cité par le juge Taylor, art. cit., p. 197).

sources

wikipêdia Lucera

Publicités

Une réflexion au sujet de « Les Musulmans en Italie : l’émirat de Bari et la colonie de Lucera des Pouilles : »

    Les contradictions racialistes de Pascal Mancini a dit:
    5 mars 2017 à 16 h 45 min

    […] par rapport aux gènes transmis par sa mère? Le sud de l’Italie a connu une présence nord africaine et islamique pendant de nombreuses années (250 ans pour la Sicile) et, compte tenu de l’apparence de Conversano, il est fortement […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s