La bataille du champ du sang, 28 juin 1119 les Croisés d’Antioche vs les musulmans Alépins

Publié le Mis à jour le

La bataille du champ du sang opposa le 28 juin 1119 les Croisés d'Antioche contre les musulmans  Alépins (Bilad al-Sham) mené par Il Ghazi ibn Ortoq de la famille des Ortoqides au service des seldjoukides dans la plaine de Sarmada, à mi-chemin entre les deux villes.   Le Turc Ortogide Il-Ghazi se rend maître d’Alep et défait l’armée d’Antioche près d’Artah. Roger de Salerne est tué et le nombre des morts est si grand que le lieu de la bataille prend le nom d’ager sanguinis, Le «Champ du Sang» dans le latin des chroniqueurs de l'époque.
La bataille du champ du sang opposa le 28 juin 1119 les Croisés d’Antioche contre les musulmans Alépins (Bilad al-Sham) mené par Il Ghazi ibn Ortoq de la famille des Ortoqides au service des seldjoukides dans la plaine de Sarmada, à mi-chemin entre les deux villes. Le Turc Ortogide Il-Ghazi se rend maître d’Alep et défait l’armée d’Antioche près d’Artah. Roger de Salerne est tué et le nombre des morts est si grand que le lieu de la bataille prend le nom d’ager sanguinis, Le «Champ du Sang» dans le latin des chroniqueurs de l’époque.

 

Najm ad-Din Il Ghazi ibn Ortoq († 1122) était un officier turc de la famille des Ortoqides au service des seldjoukides, fils d’Ortoq ibn Aksab. Il était seigneur de Mardin et devient atabeg d’Alep de 1118 à 1122.

 

Les Ortuqides, c’est-à-dire fils d’Artuq (Ortok), dynastie Turkmène, qui en 1082 s’établit en Syrie et en Arménie. Les Artukides se reconnaissaient comme vassaux du  Seldjouk Duqaq roi de Damas fils de Tutuş

Artuq était gouverneur de Jérusalem sous les ordres du Seldjoukide  Tutuş, frère de Malik Shah Ier, qui avait pris la ville aux chiites Fatimides commandés par le vizir Badr al-Djamali, en 1078 pendant le règne du calife fatimide ‘Al-Mustansîr bi-llâh.

Après sa mort en 1091 le territoire passe à ses fils Sökmen à Amida (Diyarbakır) et Ilghâzi à Mayyâfâriqîn (Silvan) et Mardin.

En 1098, le vizir fatimide Al-Afdhal Shâhânshâh fils de Badr al-Djamali, reprend Jérusalem au nom du calife fatimide Al-Musta’li.

Après la mort de Sökmen, son frère Ilghâzi continue à œuvrer à l’extension de leurs possessions. Il prend Mayyâfâriqîn (Silvan) et également Alep de 1117 à 1126. Les Artukides se divisent en deux branches les descendants d’Ilghâzi à Mardin et Mayyâfâriqîn, les descendants de Sökmen à Hisn Kayfâ (Hasankeyf) puis Harput (Elazığ) et finalement Amida. Cette branche tombe dès 1234 sous le contrôle des Seldjoukides4.

La branche de Mayyâfâriqîn échappe aux luttes entre AyyoubidesSeldjoukides de Roum et Khwârazm-Shahs en acceptant en 1260 de se déclarer vassale des Mongols. Les Artukides finissent par disparaître en1408 sous les attaques des Qara Qoyunlu.

Liste des Ortoqides : 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s