Le fondateur des « Fatmides » : Ubayd’Allah sa biographie :

Publié le Mis à jour le

Le fondateur de la dynastie des fatimides Ubayd Allah al-Mahdi , ces proches et son armée en Ifriqiya (Peinture Tunisienne)
Le fondateur de la dynastie des fatimides Ubayd Allah al-Mahdi , ces proches et son armée en Ifriqiya (Peinture Tunisienne)

(wikipedia) Durant le règne du califat Abbasside, ce dernier du faire face à la montée en puissance d’une autre puissante dynastie, les Fatimides, qui disposa d’une influence conséquente et régna en Afrique du Nord pendant près de deux siècles. Le califat Fatimide a également ceci de particulier qu’il constitue le quatrième et dernier califat Arabe (le califat suivant étant celui des Ottomans, d’origines Turques).

La dynastie des Fatimides a été fondée par ‘Ubayd Allâh al-Mahdî (873-934), imam de confession chiite de la secte des Ismaéliens (1), et qui se prétendait descendant du prophète Muhammad (PBSL) par l’union de sa fille Fatima as-Zahra (d’où le terme « Fatimide » puise son origine donc) et de son cousin, Ali ibn-Abu-Talib. C’est en 909 qu’‘Ubayd Allâh pris officiellement le contrôle de l’Ifriqiya (zone correspondant alors à l’actuelle Tunisie et l’Est de l’Algérie).

Fatimide, Omeyyades et Abbassides
Fatimides, Omeyyades et Abbassides

Une fois arrivée au pouvoir, le premier calife Fatimide se désigna comme objectif de reprendre la province Egyptienne voisine, afin d’y établir la future capitale de son nouveau royaume. Son influence religieuse ainsi que sa supposée parentée avec le prophète de l’Islam (PBSL), conjuguée à la perte progressive de contrôle du califat Abbasside sur son propre territoire, permis au calife ‘Ubayd Allâh d’envisager une extension rapide des frontières de l’empire Fatimides dans les temps à venir.

Avant de conquérir l’Egypte, ‘Ubayd Allâh commenca par prendre contrôle de toute la partie centrale du Maghreb, zone constituée alors de l’actuel Maroc, de la Tunisie, de l’Algérie, et de la Libye. La capitale de son royaume était alors la ville de Mahdia (actuelle Tunisie).

Le centre de la propagande ismaélienne se trouvait en Syrie à As-Salamiya. Cette propagande chiite inquiétait le calife abbasside. L’imam Ismaël ben Ja`far as-Sâdiq fils du sixième imâm chiite avait envoyé au Maghreb des missionnaires (da`i) chargés de préparer la venue d’un « envoyé ». Parmi ces missionnaires Abû `Abd Allâh ach-Chî’î  un yéménite venu du Moyen-Orient sut construire une petite entité ismaélienne  à Ikdjan près de Sétif (Constantinois en Ifriqiya) dans l’actuel Algerie où il passe plusieurs années à faire valoir les « gens de la Maison » (Ahl al-Bayt) qui dans le contexte de l’ismaélisme ne sont autres que les imams ismaéliens. Il parvient à rassembler un grand nombre de tribus berbères Sanhaja dont les Kutama. Abû `Abd Allâh prépare la prise de pouvoir d’‘Ubayd Allâh al-Mahdî onzième imam ismaélien.  Il usa pour cela de ruse( tour de « magie »), de menace, persuasion et à l’occasion de force lorsque certains chefs de tribu lui opposaient trop de résistance. Il sut ménager les populations en promettant la suppression des impôts non coraniques.

 

Ruines de Sijilmassa, Maroc.
Ruines de Sijilmassa, Maroc.

`Ubayd Allâh al-Mahdî se décide finalement à rejoindre le Maghreb mais échoue à rencontrer Abû `Abd Allâh, il se réfugie à Sijilmassa au Maroc. En 905, à la demande du souverain arabe des banu tamim de la dynastie des aghlabide Zyadat Allâh, le gouverneur de Sijilmassa le met en résidence surveillée.

Le 19 mars 909, Abû `Abd Allâh vainc définitivement les  sunnites arabes Aghlabides près de Laribus. Six jours après il entre dans leur capitale Raqqâda. Abû `Abd Allâh part vers Sijilmassa pour y rencontrer enfin son imam qu’il n’a jamais vu. Au passage il détruit le royaume kharijite rostémide de Tahert (26 août 909).

ubayd allah al fatimi
Dnar du calife Fatimide Ubayd Allah al Mahdi

Dinar du premier Fatimide Ubayd’Allah l’autoproclamé al-Mahdi né en 873 en Syrie. Il a pris la succession de Radi ‘Abd Allah az-Zaki comme imâm des chiites ismaéliens en 881. Il est mort le 3 mars 934 en Afrique du Nord

Le 6 janvier 910, `Ubayd Allâh al-Mahdî arrive triomphalement à Raqqâda vêtu de soie noire tandis que son fils porte un costume semblable de soie orange. Tous les notables arabes ou non sont là pour le recevoir et lui prêter serment d’allégeance. La loi islamique est promulguée et tous les interdits renforcés. `Ubayd Allah al-Mahdî s’enfuyant de Syrie parvint finalement à Sijilmassa dans le Sud du Maroc. Cette ville avait été un des foyers du Kharidjisme, il s’y fit enfermer par le souverain local.

Le 15 janvier 910, il prit le titre de calife et de « commandeur des croyants » malgré l’existence du calife Abbasside. Ce fut la première fois que deux califes régnèrent au même moment. En 911, Abû `Abd Allah poussé par son frère se mit à comploter contre ce calife qu’il avait en quelque sorte créé. `Ubayd Allah fit mettre à mort un certain nombre de chefs kutamas devenus rebelles puis fit exécuter Abû `Abd Allah et son frère en 9114. Les kutamas qui étaient plus attachés à Abû `Abd Allah qu’au nouveau calife se révoltèrent. `Ubayd Allah parvint à contrôler la situation sur le continent, mais il perdit une partie des terres de l’ancien royaume Aghlabide en Sicile notamment.

mahidia fatimide
En 914, Ubayd’Allah Al-Mahdî décide de faire construire le port et la ville de Mahdia au sud-est de Kairouan (à l’image) qu’il choisit comme capitale de son royaume. Cette nouvelle capitale qui est inaugurée en grandes pompes le 20 février 921 après sept années de travaux, devait lui permettre de préparer une flotte pour reprendre l’offensive en Égypte

Aussitôt le Maghreb pacifié, Al-Mahdî se tourne vers l’Égypte car son ambition est de recréer un grand empire chiite calqué sur les Omeyyades en superficie . En 913, le fils d’Al-Mahdî, Al-Qâ’im, commande une flotte qui longe la côte de l’Égypte puis prend Tripoli avant de revenir.

Au cours de l’année suivante Hubasa ben Yusûf se dirige vers l’est, il prend Syrte. Le 6 février 9145 il entre dans Barqah (Benghazi). Le 7 juillet 9146, Al-Qâ’im part à son tour vers l’Égypte avec une importante armée. Mais contrairement aux ordres reçus, Hubasa ben Yusûf n’attend pas l’arrivée d’Al-Qâ’im pour poursuivre son avancée et prendre Alexandrie le 27 août 9147. L’armée des Abbassides parvient à empêcher les Fatimides à entrer plus avant en Égypte. Les armées fatimides se retirent, mais Al-Qâ’im laisse une garnison à Barqah et rentre à Raqqâda le 26 mai 915

La Forteresse-palais, Fatimide d'Ajdabiyah dans la région de Barqa en Libye du 10eme siècle,  qui aurai servie au calife fatimide al-Muizz avant de de s’établir au Caire en 972
La Forteresse-palais, Fatimide d’Ajdabiyah dans la région de Barqa en Libye du 10eme siècle, qui aurai servie au calife fatimide al-Muizz avant de de s’établir au Caire en 972

En 919, Al-Qâ’im fait une deuxième tentative d’invasion de l’Égypte. L’armée fatimide sous son commandement part le 5 avril 9199. Dès le 9 juillet 91910, l’avant garde de son armée arrive à Alexandrie. Les armées fatimides contournent la ville pour se diriger vers la capitale. Elles sont de nouveau repoussées après une défaite navale à Rosette contre la flotte abbasside (11 mai 920). Elles se replient vers Barqah11.

Tenant peut-être compte de ses échecs en Égypte, `Ubayd Allah renforce ses arrières en entreprenant la conquête du Maghreb en 922. Il mit en place un émir local mais il ne contrôlait pas réellement la région. Les émirs omeyyades de Cordoue suscitant des troubles dans la région au nord et les Idrisides au sud.

La dureté du régime imposé par `Ubayd Allah aboutit à la renaissance dans la population du Maghreb des courants kharijites.

`Ubayd Allah est mort le 3 mars 934 et son fils Abû al-Qâsim al-Qâ’im bi-Amr Allah, avec qui il a fait toutes ses campagnes, lui succède.

Notes

  1.  arabe : ‘ubayd allah al-madhī ben al-ḥusayn, عبيد اللّه المهدي بن الحسين
  2.  Ernest MercierHistoire de l’Afrique septentrionale, Volume 1 [archive] Adamant Media Corporation (ISBN 1421253453 et 9781421253459)
  3.  Charles-André Julien, Histoire de d’Afrique du Nord, des origines à 1830, Ed. Payot, Paris, 1994 (ISBN 978-2-228-88789-2), p. 393.
  4.  31 juillet 911 d’après Charles-André Julien, ibidem, p. 394.
    Le 18 février d’après (en) « Rebellion of Abul Abbas » [archive], sur http://www.ismaili.net [archive].
    En juillet 911 d’après (en) Encyclopedia Britannicavol. 10,‎ 1911 (lire en ligne [archive]), « Fatimites, or Fatimides », p. 204
  5.  7 rajab 301 A.H.
  6.  14 dhu al-hijja 301 A.H.
  7.  2 safar 302 A.H.
  8.  Charles-André Julien, ibidem, p. 395.
  9.  1er dhu al-qa`da 306 A.H.
  10.  8 safar 307 A.H.
  11.  Ismaili History, (en) Expedition against Egypt [archive]
  12.  15 rabi al-awwal 322 A.H.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s