La chute de Grenade

Publié le Mis à jour le

grenade 1432 2.jpg nasrides.jpg   4.jpg 5.jpg 8.jpg 10.jpg 100
Les fournitures croisés espagnols sont arrivées près du château Nasride assiégé de Salobrena, par Opsrey

Fin 1487, Almeria et Guadix tombèrent.  En 1489, Almunecar et Salobrena tombèrent à leur tour. La campagne de 1489 fut la plus dure de la guerre, avec le siège de Baza qui dura six mois.

A l’issue de cette phase, seule la ville de Grenade resta musulmane.

Après de vaines discussions durant l’année 1490, les chrétiens envoyèrent une armée contre Grenade.  Cette force quitta Séville le 11 avril 1491.

Abou-Abdallah fit partout proclamer la guerre sainte; les villes occupées se soulevèrent; les garnisons espagnoles furent égorgées ou chassées; les musulmans reprirent la forteresse d’AIhendin, défendue par Mendo de Quesada, et remportèrent quelques avantages à Boloduy et à Marchena. Devant Salobreña, Hernan Perez del Pulgar les repoussa, et les Musulmans  durent lever le siège. Le 21 avril 1491, Ferdinand s’avança vers Grenade et pénétra dans la Vega, avec 40.000 hommes de pied et 10.000 chevaux. (Un décret daté de Séville, 10 février, obligeait les juifs à faire en grande partie les frais de cette guerre).

Tous les villages des environs furent incendiés, les oliviers coupés, les vignes arrachées, les huertas ravagées afin d’empêcher l’ennemi de ravitailler Grenade assiégée. Le camp était entouré de fossés et de retranchements formidables. La reine Isabelle la fanatique avait rejoint son époux et veillait aux approvisionnements.

Comme les tentes prirent feu et que tout fut détruit par la flamme,

Dinar du sultanat arabe Maghrébin Nasride de Muhammad XII 1482-1492 dit Abu Abd'Allah dit Boabdil par les castillans
Dinar du sultanat arabe Maghrébin Nasride de Muhammad XII 1482-1492 dit Abu Abd’Allah dit Boabdil par les castillans

 Ce travail énorme s’accomplit en deux mois. Quand les vivres commencèrent à manquer, la foule, entassée dans Grenade, menaça de se révolter; Abou-Abdallah dut traiter. Son vizir, Aboul-Kassem Abd-eI-Melek partit pour le camp chrétien où il conféra avec Gonzalve de Cordoue et Hernan de Zafra. Grenade devait se rendre si elle n’était secourue par terre ou par mer dans l’espace de deux mois. 

Aucune armée ne vint d’Afrique du Nord, ni de l’Egypte Mamelouk ou des Turcs Ottomans .

D’après la capitulation, signée le 25 novembre 1491, les musulmans conservaient tous leurs biens, armes et chevaux; ils ne livraient que leurs canons.

Ferdinand le maudit fils du maudit  leur accordait le libre exercice de leur religion.. promesse qui ne sera jamais tenu; ils gardaient leurs mosquées et leurs écoles, pouvaient parler leur langue et porter leur costume; ils étaient jugés par les cadis, gouvernés suivant leur loi; ils ne devaient d’autres impôts que ceux qu’ils payaient à leurs anciens maîtres; Abou-Abdallah recevait des terres dans les Alpujarras. C’était en somme les mêmes conditions que celles imposées jadis à Séville, à Valence et à Tolède.

Le sultan Nasride apparaît, avec le son turban et caftan, sur le dos d'un cheval Arabe noir richement caparaçonné. Avec cette peinture l'auteur demuesra sa maîtrise du dessin et de clair-obscur modélisation
Le sultan Nasride Abu’Abd’ALLAh dit Boabdil apparaît, avec son turban et caftan, sur le dos d’un cheval Arabe noir richement caparaçonné.

En vain Moussa, qui avait héroïquement défendu Grenade, déclara-t-il au conseil que les Espagnols victorieux ne tiendraient pas longtemps leurs promesses, que les musulmans seraient un jour brûlés comme les juifs. Il exhorta les Musulmans à la résistance acharnée.  

« Si la terre manque pour nous ensevelir, le ciel du moins ne manquera pas pour nous couvrir », s’écria-t-il. 

Chacun pleurait, silencieusement.

Reddition des Nasrides de  Grenade. Bas relief des stalles du chœur de la cathédrale de Tolède.
Reddition des Nasrides de Grenade. Bas relief des stalles du chœur de la cathédrale de Tolède.

Moussa sortit du conseil, et, tout armé, sur son cheval, il abandonna la ville.

Craignant un soulèvement populaire, Abou-Abdallah vint, le 2 janvier 1492, remettre les clefs à Ferdinand et à Isabelle qui l’attendaient, au front de l’armée rangée en bataille au bord du Génil.

Le 6, ils firent leur entrée et montèrent à l’Alhambra. Les captifs chrétiens les entouraient, montrant leurs chaînes brisées. Le farouche Ximenez de Cisneros, archevêque de Tolède, fit un autodafé de tous les livres arabes. ………..

Qu’Allah le Clément et Miséricordieux condamne à l’enfer éternelle et  maudissent ces « gens »  et leurs descendance 

Reproduction du Sultan Muhammad XII Abu(Abd'Allah dit Boabdil dans une production espagnoles
Reproduction du Sultan Muhammad XII Abu(Abd’Allah dit Boabdil et des ces gardes Nasrides dans le palais de l’alhambra  dans une production espagnole
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s