La medersa Merinide Bou Inania de Fès

Publié le Mis à jour le

La médersa Bou Inania, plus grande médersa mérinide, construite par le sultan Abou Inan entre 1350 et 1355 à Fès.
La medersa Bou Inania, est la plus grande medersa dattant de la dynastie berbère islamique des Mérinides , construite par le sultan Abou Inan entre 1350 et 1355 à Fès au Maroc

La Médersa Bou ‘Inania (arabe المدرسة أبو عنانية بفاس) est une médersa édifiée à Fès, au Maroc, entre 1350 et 1355 pour le sultan Abou ‘Inan Faris (r. 1348 – 59), soit sous la dynastie des Mérinides.

intérieur de la medersa
intérieur de la medersa

Elle est la seule médersa de la ville comportant un minaret, et elle jouxtait aussi des boutiques permettant son financement, ainsi que de vastes latrines, qui témoignent de son caractère public. En effet, la médersa fonctionnait aussi bien comme une école que comme mosquée du vendredi.

La médersa était située dans la ville, dans un quartier faisant jonction entre la vieille cité et les nouvelles constructions mérinides. Le plan général est irrégulier, du fait de l’emplacement, mais une certaine symétrie y est respectée.

File:Bou Inania Madrasa.jpg
Mihrab de la Médersa Bou Inania, Fès, Maroc

 

L’entrée principale mène à une grande cour centrale, sur laquelle s’ouvrent deux halls plus petits, servant aux cours, et surmontés de dômes de bois. Ce plan rappelle les plans à deux iwans, nés en Iran et utilisés de manière contemporaine en Égypte mamelouke.

Au fond de la cour, on trouve une salle de prière composée de deux nefs parallèles à la qibla. Elle comporte un unique mihrab, qui fait saillie dans le mur, et quatre colonnes d’onyx. Cette salle est couverte de deux voûtes en bois.

Autour de ce complexe principal se déploient les cellules des étudiants, accessibles à partir du vestibule d’entrée via des couloirs étroits.

le minaret de la Medersa Bou Inania de Fès
le minaret de la Medersa Bou Inania de Fès

Comme dans toute construction mérinide, le décor est particulièrement riche et fin. Trois matériaux sont à l’honneur : le stuc, travaillé en muqarnas, qui orne les arcs et les niches, le bois sculpté de motifs complexes d’étoiles, ou formant une imposante corniche, et la mosaïque dans les lambris. La façade de la médersa a conservé un exemplaire exceptionnel et très complexe d’horloge à eau, un système qui permettait notamment de connaître avec précision les heures de prière. Elle fut construite par Abu Sa’id (r. 1310 – 1331) et restaurée par Abu ‘Inan Faris.

File:Fes Medersa Bou Inania Mosaique.jpg

Sources

Blair, Sheila S. ; Bloom, Jonathan M. The art and architecture of Islam, 1250 – 1800. New Haven and London : Yale University Press, 1994. p. 122 – 123. la madrasa sur le site archnet.org

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s