Ajdabiya ou Ajdabiyah en Libye

Publié le Mis à jour le

La Forteresse-palais, Fatimide d'Ajdabiyah dans la région de Barqa en Libye du 10eme siècle,  qui aurai servie au calife fatimide al-Muizz avant de de s’établir au Caire en 972
La Forteresse-palais, Fatimide d’Ajdabiyah dans la région de Barqa en Libye du 10eme siècle, qui aurai servie au calife fatimide al-Muizz avant de de s’établir au Caire en 972

Ajdabiya ou Ajdabiyah est la capitale du district de Al Wahat, situé dans le nord-est de la Libye. Elle est située à environ 160 km au sud de Benghazi, sur l’autoroute côtière menant à Tripoli dans le golfe de Syrte. Elle fut de 2001 à 2007 la capitale du district du même nom.

À l’origine, Ajdabiya était une base militaire romaine nommée Corniclanum. Elle figure sur la Table de Peutinger sous le nom de Corniclano. Elle a été conquise par ‘Amr ibn al-‘As en l’an 643 sans combats contre une rançon de 5000 d. Beaucoup de ses habitants se sont convertis à l’islam suite à cette conquête.

La ville connu une grande prospérité à l’époque des Fatimides. En l’an 362 de l’hégire, Moez-li-din-allah el-Fatimi fondateur de la dynastie fatimide, séjourna à Ajdabiya dans un palais qui fut spécialement construit pour lui. Lors de son passage il ordonna la construction de citernes pour ramasser l’eau de pluie. Son importance est due à sa position sur le carrefour de la route côtière et des routes des caravanes qui parcourent le Sahara. Cette prospérité prit fin avec l’invasion des hilaliens qui ont dévasté la ville.

.

Cette mosquée est appelé la «Mosquée Sahnoun», Sahnoun, qui était l’un des érudits arabo-musulman, qui a vécu à Ajdabiya et a enseigné la connaissance islamique dans sa mosquée en  191 H. / 806 AD, et à partir de là nom de Sahnoun lui serrai rester.
Al-Yacoubi mentionne la mosquée dans son livre (al-Buldan) qui a été écrit vers l’an 278 de l’hégire,  cela confirme que la mosquée a été construite depuis au moins le deuxième siècle de l’hégire

Peinture d'al-Qasr al-Fatimi d'Ajdabiya dans la province de Barqa dans l'actuelle Libye En l'an 362 de l'hégire, Moez-li-din-allah el-Fatimi fondateur de la dynastie fatimide, séjourna à Ajdabiya dans un palais qui fut spécialement construit pour lui. Lors de son passage il ordonna la construction de citernes pour ramasser l'eau de pluie. Son importance est due à sa position sur le carrefour de la route côtière et des routes des caravanes qui parcourent le Sahara. The Sahnoun Mosque or Fatimid Mosque, as Imagined by Pashu,
Peinture d’al-Qasr al-Fatimi d’Ajdabiya dans la province de Barqa dans l’actuelle Libye En l’an 362 de l’hégire, Moez-li-din-allah el-Fatimi de la dynastie fatimide, séjourna à Ajdabiya dans un palais qui fut spécialement construit pour lui. Lors de son passage il ordonna la construction de citernes pour ramasser l’eau de pluie. Son importance est due à sa position sur le carrefour de la route côtière et des routes des caravanes qui parcourent le Sahara. 

Selon al-Qantara : « conquise en 643, peu après Barqa, par les armées arabes de ‘Amr b. al-‘Âs. La ville n’offrit aucune résistance et capitula après avoir conclu un traité avec les armées de l’islam et s’être engagée à verser un tribut de 5 000 dinars. Il semble que les tribus berbères qui peuplaient la région, notamment les Lawâta, adhérèrent rapidement à l’islam ibadite, comme une partie du Maghreb. C’est cependant au Xe siècle que la ville connut son apogée. Elle intégra en effet en 914 l’Empire fatimide d’Ifriqîya lors de la première tentative de cette dynastie pour s’emparer de l’Egypte. Elle occupa alors la fonction de ville-frontière et de tête-de-pont jusqu’à la conquête définitive de ce territoire par les Fatimides en 969. Ajdâbiya fut alors, grâce à ses nombreux puits, aux marges du désert des Syrtes, un véritable centre caravanier où se croisaient les routes allant du Maghreb à l’Egypte et du sud-Sahara à la Méditerranée. La ville, qui ne vivait que du commerce et de la perception des taxes, se dota d’un débouché maritime en faisant aménager un port, connu des sources médiévales sous le nom d’al-Mahûr et identifié à la petite cité côtière d’al-Zuwaytina à 36 km au nord-ouest. Les géographes arabes de cette époque décrivent Ajdâbiya comme une ville construite en briques crues, possédant des bains, des caravansérails et des marchés. Il est possible qu’elle se soit dotée alors d’une muraille de terre crue qui n’était déjà plus visible au XIIe siècle au moment où écrit le géographe al-Idrîsî. La ville en effet avait amorcé, comme toutes les villes de la région, un lent déclin après l’invasion hilalienne du milieu du XIe siècle et l’éclatement de l’Empire fatimide.

Le Qasr Sahabi, a Ajdabiya fut construit en 647 par le compagnon et général du califat Rashidun Abdullah Ibn Abi Sarh radi Allah anhu frère de lait du calife rashidun Uthman ibn Affan situé entre Ajdabiya et Awjila en Libye
Le Qasr Sahabi, a Ajdabiya fut construit en 647 par le compagnon et général du califat Rashidun Abdullah Ibn Abi Sarh radi Allah anhu frère de lait du calife rashidun Uthman ibn Affan situé entre Ajdabiya et Awjila en Libye

Plusieurs monuments historiques se trouvent à Ajdabiya :

  • Le Palais Fatimides
  • Le Palais Essahabi en référence à un compagnon du prophète (Sahabi en arabe), Abdallah Ben Abi Sarh. Il s’agit d’un fort bâti à l’époque de la conquête arabe et qui se situe à mi-chemin entre Oujla et Ajdabiya.
  • La Mosquée de l’Imam Sohnoun
  • La Mosquée Fatimide

·The Islamic Cities in Libya: Planning and Architecture

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s