Guerriers Ottomans Turcs

Publié le Mis à jour le

Lutte entre les Turcs et les chrétiens. image détaillée de Bataille de Lépante
Lutte entre les Turcs et les chrétiens. image détaillée de Bataille de Lépante
par Tintoretto

Cavalier Sipahi Tmarli Ottoman de Rumeli Cavalier Sipahi Tmarli Ottoman de Rumeli

Cote d'Arme  Ottomane avec l’artillerie au centre  Cote d’Arme Ottomane avec l’artillerie au centre

un janissaire et un mamelouk  un janissaire (gauche) et un mamelouk (droite)

Muhammad al-Fatih face aux tours lors de la prise de Constantinole. Le 18 mai, les Ottomans ont recours à une tour de siège dans le secteur du Mesoteichion. Ce nouveau stratagème impressionne grandement les assiégés. En effet, cette tour permet aux Turcs de combler le fossé précédant les remparts sans pertes tandis que les projectiles tirés du haut de celle-ci permettent d'abattre une tour byzantine proche de la porte Saint-Romain112. Après avoir comblé le fossé, les Turcs s'apprêtent à lancer à nouveau l'assaut contre la brèche mais, durant la nuit, les Byzantins parviennent à placer dans les remblais des charges de poudre qui détruisent la tour113. Plusieurs autres tours d'assaut sont détruites par la suite sans qu'aucune ne parvienne à forcer les défenses byzantines. Le 22 mai, une éclipse de Lune provoque la terreur chez les assiégés persuadés d'y voir un signe divin de leur future destruction. Nicolò Barbaro, cité par Gustave Schlumberger, retranscrit cette terreur dans son compte-rendu du siège : « Ce signe en effet donnait à entendre à cet illustre souverain que les prophéties allaient s'accomplir et que son empire approchait de sa fin, comme aussi il est arrivé. Ce signe, par contre, parut un signe de victoire aux Turcs, qui fort s'en réjouirent et firent une grande fête dans leur camp. »
Muhammad al-Fatih face aux tours lors de la prise de Constantinole. Le 18 mai, les Ottomans ont recours à une tour de siège dans le secteur du Mesoteichion. Ce nouveau stratagème impressionne grandement les assiégés. En effet, cette tour permet aux Turcs de combler le fossé précédant les remparts sans pertes tandis que les projectiles tirés du haut de celle-ci permettent d’abattre une tour byzantine proche de la porte Saint-Romain112. Après avoir comblé le fossé, les Turcs s’apprêtent à lancer à nouveau l’assaut contre la brèche mais, durant la nuit, les Byzantins parviennent à placer dans les remblais des charges de poudre qui détruisent la tour113. Plusieurs autres tours d’assaut sont détruites par la suite sans qu’aucune ne parvienne à forcer les défenses byzantines. Le 22 mai, une éclipse de Lune provoque la terreur chez les assiégés persuadés d’y voir un signe divin de leur future destruction. Nicolò Barbaro, cité par Gustave Schlumberger, retranscrit cette terreur dans son compte-rendu du siège :
« Ce signe en effet donnait à entendre à cet illustre souverain que les prophéties allaient s’accomplir et que son empire approchait de sa fin, comme aussi il est arrivé. Ce signe, par contre, parut un signe de victoire aux Turcs, qui fort s’en réjouirent et firent une grande fête dans leur camp. »
Muhammad al-Fatih à la conquête de Constantinople. Tableau peint par Fausto Zonaro en 1903.

Un circassien Sipahi dans le armée ottomane .Un circassien Sipahi dans l’armée ottomane .

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s