ANNEE 590 DE L’HEGIRE (1194 DE J. C.) des croisades en Orient par l’historien ibn al-Athir de son  » Al-Kamil fi al-Tarikh « 

Publié le Mis à jour le

The Medieval World by Kingfisher publishing
L’armée Ayyoubide à coté du krak des chevaliers

Almélic Alaziz Othman, fils de Salah-eddyn Youssouf, prince d’Egypte arrivé près de Damas, où se trouvait son frère aîné Almélic Alafdhal Aly, et met le siège devant celle ville. J’étais alors à Damas. Alazyz campa dans le voisinage de l’hippodrome du gravier.

Alafdhal envoya un message à son oncle Almélic Aladil Abou-Bekr, prince du Djézireh, afin de lui demander du secours.

Il avait une extrême confiance en lui, ainsi qu’on l’a pu voir précédemment.

Almélic Aladil, Addhâhir Ghazy, fils de Salah-eddyn, prince d’Alep; Nasir-eddyn Mohammed, fils de Taky-eddyn, prince de Hama; Açad-eddyn Chyrcouh, fils de Mohammed, fils de Chyrcouh, prince d’Emèse; l’armée de Mossoul et d’autres places, marchèrent, chacun de son côté, vers Damas, se réunirent près de cette ville et convinrent de la défendre, sachant bien que si Alazyz venait à bout de s’en emparer, il se rendrait aussi maître de leurs possessions.

Lorsqu’Alazyz les vit ainsi réunis, il reconnut qu’il n’avait pas la puissance nécessaire pour conquérir la ville.

Des ambassadeurs se mirent alors à aller et venir pour traiter de la paix.

On convint que Jérusalem et les cantons de la Palestine situés dans son voisinage appartiendraient à Alazyz; que Damas, Tibériade et les districts du Ghaour (pays à l’est du Jourdain) demeureraient à Alafdhal; que celui-ci donnerait à son frère Almélic Addhâhir Djabala et Lâdhikiya, sur le littoral syrien, et qu’Aladil recevrait en Egypte le fief qu’il y avait jadis possédé.

On tomba d’accord sur tout cela, Alazyz retourna en Egypte, et chacun des autres rois reprit la route de son pays.

traduction française de  ibn al-Athir de son «  Al-Kamil fi al-Tarikh « 

Abu al-Hasan Ali ‘izz al-Din ibn al-Athir historien arabe1 sunnite (né en 1160 à Cizre, mort en 1233 à Mossoul). Son œuvre principale est Al-Kamil fi al-Tarikh (La Perfection des histoires2, ca. 1231), considérée comme l’un des plus importants livres d’histoire du monde musulman. Il est également l’un des principaux chroniqueurs arabo-musulmans des croisades dont il fut un témoin oculaire, ayant participé à la guerre sainte (djihad) contre la troisième croisade

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s