‘Abd al-Rahmân Ier : le fondateur d’al-Andalus

Publié le

Le fondateur de l'Andalousie Arabe Islamique Omeyyade Abd al-Rahman I ad-Dakhil à Amnuñacar al-Andalus
Le fondateur de l’Andalousie Arabe Islamique Omeyyade Abd al-Rahman I ad-Dakhil à Amnuñacar al-Andalus

‘Abd al-Rahmân Ier : le fondateur d’al-Andalus

L’émancipation de fait de l’Espagne musulmane fut assurée par la fondation de l’Emirat umayyade. ‘Abd al-Rahmân Ier, petit-fils du dernier calife de cette dynastie, échappé au massacre de celle-ci par les Abbassides triomphants, se réfugia en Afrique du Nord, parmi les tribus berbères. Puis il ne tarda pas à passer en Espagne où il s’empara de Cordoue et se proclama émir en 756. Ainsi, après que la situation du nouvel émir se stabilisa et qu’il en eut presque fini avec les diverses révoltes qui enflammaient le pays, ce dernier put commencer sérieusement à penser à la fondation et la consolidation de son jeune Etat, il se pencha notamment sur les questions intérieures, il mit donc en œuvre ce qui suit :

Premièrement, il créa une armée forte et pour ce faire il fit quatre choses essentielles :

1- Pour la constitution de son armée ‘Abd al-Rahmân s’appuya sur les éléments suivants :
a- La base de son armée était composée des Muwallads, c’est-à-dire ceux qui naquirent d’unions entre les Arabo-berbères qui conquirent le pays et les autochtones.
b- Il s’appuya en outre sur les tribus  arabes et clans présents en Espagne, et ce, qu’ils fassent partie des Umayyades ou non ; toutefois, après la révolte yéménite due au meurtre d’Abî al-Sabâh al-Yahsabî, le calife umayyade ne faisait plus trop confiance aux Arabes, c’est pourquoi il prit dans son armée des esclaves n’appartenant pas à l’ethnie arabe, notamment des Berbères, lesquels atteignirent le nombre de 40 000, et grâce à eux il put renforcer son pouvoir.
c- Il intégra également à son armée des Slaves, ces derniers étaient des enfants chrétiens que ‘Abd al-Rahmân achetait en Europe, puis ils étaient élevés dans l’Islam et entraînés pour devenir des combattants.

Ainsi, bien que ‘Abd al-Rahmân soit arrivé quasiment seul en Andalus, il put en quelques années constituer une armée qui comptait 100 000 cavaliers et encore beaucoup plus de fantassins, cette dernière était composée de tous les éléments humains cités ci-dessus, lesquels constituèrent la colonne vertébrale de l’armée islamique de l’Etat de l’al-Andalus sous les règnes des divers califes et princes umayyades qui se succédèrent à sa tête après ‘Abd al-Rahmân Ier.

2- Création de manufactures d’armes :
‘Abd al-Rahmân Ier créa des manufactures consacrées à la fabrication d’armes, il fonda notamment des manufactures dédiées spécialement aux épées ou d’autres encore aux trébuchets ; les plus célèbres de ces manufactures étaient sans aucun doute celle de Talitla et celle de Bardil.

3- Création d’une flotte maritime puissante :
‘Abd al-Rahmân Ier mit sur pied une flotte maritime puissante, de même qu’il fit bâtir de nombreux ports afin de l’accueillir, parmi ces ports on trouve ceux de Tartûcha, d’Almeria, de Séville ou encore de Barcelone.

4- La partition du budget de l’Etat :
Le calife umayyade décida de diviser le budget annuel de l’Etat en trois parties : une première partie exclusivement consacrée aux dépenses de l’armée, une deuxième partie dédiée aux affaires courantes de l’Etat comme les réserves alimentaires, la construction et autres grands projets étatiques et une troisième partie qui était gardée systématiquement en réserve afin de faire face aux imprévus.

Deuxièmement, le calife attachait une importance particulière à la science et à la religion :

‘Abd al-Rahmân Ier donna à la religion et à la science l’importance qu’elles méritent, c’est ainsi qu’il insista sur les choses suivantes :
-La diffusion de la science et le respect des oulémas
-Intérêt particulier pour la justice et le contrôle des poids et mesures
-Importance fondamentale donnée à l’interdiction du blâmable et à la recommandation du bien.
Par ailleurs, parmi les plus grandes œuvres du calife dans le domaine religieux, il y a l’édification de la grande mosquée de Cordoue, il fut dépensé pour la construction de ce chef d’œuvre architectural pas moins de 80 000 dinars or. Il faut savoir qu’après lui les califes rivalisèrent dans l’agrandissement de ce lieu de prière magnifique, ainsi ce dernier n’arriva à sa forme définitive qu’au bout du règne de huit califes umayyades.
Parmi les grands oulémas qui vécurent à l’époque du règne du calife ‘Abd al-Rahmân Ier, on trouve entre autres Mu’âwiyya ibn Sâlih al-Hadramî, c’est une personne de science éminente et un très grand spécialiste du Hadith, de nombreux imams apprirent la science auprès de lui comme Sufiyân al-Thawrî, Ibn ‘Ayyna ou encore al-Layth ibn Sa’d, on dit en sus que l’imam Mâlik lui-même a rapporté de lui un hadith ; notons que ‘Abd al-Rahmân Ier lui confia la justice. On trouve également parmi les éminents oulémas ayant enseigné à l’époque du calife, Sa’îd ibn Abî Hind, lequel fut surnommé « le sage » par l’imam Mâlik ibn Anas, car il était connu pour son esprit pondéré et circonspect.

Umayyad Muslim soldiers under Almanzor (al-Mansur) attack San Esteban de Gormaz, in 989 CE.
Soldats Musulmans arabes yéménite et adnanite, africains berbères et slaves européens sous Al-Mansur dit Almanzor dans l’attaque de San Esteban de Gormaz, en 989 .

Troisièmement, le calife ‘Abd al-Rahmân était un véritable bâtisseur attaché à l’idée de civilisation, cela apparaît notamment dans différentes choses :

-Son grand intérêt pour l’édification et la construction de citadelles, de forteresses et de viaducs qui parsemaient toutes l’Andalus.
-Son édification d’al-Rasâfa qui est l’un des plus grands jardins du monde musulman, il le fit sur le modèle d’al-Rasâfa qui se trouvait dans le Cham (Syrie-Palestine) et que son grand-père, Hichâm ibn ‘Abd al-Mâlik, avait fait faire ; ‘Abd al-Rahmân fit mettre dans son jardin andalou des plantes extraordinaires et rares venant des quatre coins du monde connu, et si ces plantes lointaines réussissaient à prendre dans le sol d’al-Rasâfa, alors elles étaient diffusées dans tout l’Andalus.

Quatrièmement, le calife veilla à protéger les frontières de son Etat contre les agressions et les convoitises :

En plus d’avoir mis sur pied une armée très puissante – comme nous l’avons montré plus avant – et permettant de sécuriser les frontières de son Etat, ‘Abd al-Rahmân Ier passa par deux étapes essentielles pour la sécurité de ce dernier :
Première étape :
‘Abd al-Rahmân avait parfaitement conscience que le danger réel pouvait venir de deux Etats, d’une part, du royaume de Léon dans le nord-ouest de la péninsule et, d’autre part, de la France, qui se trouvait au nord-est d’al-Andalus. Ainsi, le calife organisa la défense des marches du nord, il y installa notamment des armées qui s’y fixèrent afin de faire face à d’éventuelles agressions venues de ces pays chrétiens, ces marches du nord étaient principalement au nombre de trois : la marche haute, qui est la marche de Saragosse dans le nord-est et qui faisait face à la France ; la marche médiane, qui commence de la ville de Sâlim et s’étend jusqu’à celle de Talitla ; et, la marche basse, qui se trouve dans le nord-est de la péninsule et qui a pour fonction de contrer les attaques émanant du royaume de Léon.
Seconde étape :
‘Abd al-Rahmân avait appris de ses aïeux à avoir une habitude essentielle, cette dernière n’est autre que l’habitude de mener le djihad de manière systématique chaque année. C’est ainsi que les « estivales » devinrent célèbres à son époque, ces dernières consistaient au fait que les musulmans partaient faire le djihad systématiquement tous les étés, au peu près au moment où les neiges montagneuses commençaient à geler. Les plus grands commandants se relayaient à la tête de ces expéditions dont le but était de persécuter incessamment l’ennemi, c’est ce qu’on appelle aujourd’hui dans la sémantique militaire moderne des guerres préventives.

Nous avons donc présenté ici en quelques mots l’action de ‘Abd al-Rahmân Ier l’Umayyade, ce dernier avait tout mis en œuvre pour stabiliser l’Etat qu’il avait lui-même fondé, il y réussit remarquablement, puisse-t-il servir d’exemple aux dirigeants musulmans d’aujourd’hui et de demain.

 

source : site web islam.web

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s