Le Coran à l’époque de `Uthmân (ra)

Publié le Mis à jour le

Scribes sous le Calife Rashidun Uthman  , illustration du 19eme siècle
Scribes sous le Calife Rashidun Uthman , illustration du 19eme siècle

Le Coran à l’époque de `Uthmân (ra)

L’expansion des conquêtes

Les conquêtes s’étendirent pendant le caliphat de `Uthmân – que Dieu l’agrée. Ce dernier autorisa les qurayshites à s’installer dans les diverses contrées musulmanes, chose que `Umar leur avait interdite leur demandant de rester auprès de lui à Médine. Ainsi les habitants de chaque contrée s’instruisirent-ils auprès d’un maître-récitateur : Les habitants de la Syrie et de Himss’instruisirent auprès d’Al-Miqdâd Ibn Al-Aswad, les habitants de Kûfah s’instruisirent auprès d’Ibn Mas`ûd, ceux de Basora auprès d’Abû Musâ Al-Ash`arî – dont ils appelaient le mushaf [1] lubâb al-qulûb [2]– et de nombreux habitants de la Syrie récitèrent à la façon de Ubayy Ibn Ka`b. [3]

Le califat Rashidun dès Omar ibn al-Khatab et Uthman ibn Affan qu'Allah sois satisfait d'eux
Le califat Rashidun sous Uthman ibn Affan qu’Allah sois satisfait d’eux

Ils avaient alors diverses manières de réciter le Coran selon les différents modes dans lesquels il avait été révélé. Les gens différèrent alors dans la récitation et leurs divergences grandirent au point que l’un dise à son compagnon : « Ma récitation est meilleure que la tienne. » La discorde n’était pas loin : « Ils divergèrent et se disputèrent, les uns reniant les autres, les désavouant et les damnant. »

Al-Hâfidh [Ibn Hajar] rapporte : « En Irak, lorsque certaines personnes entendaient une récitation différente de la leur disaient : ’Je renie celle-là.’ et ceci se répandit si bien qu’on en référa à `Uthmân. »

Coran de l'époque d'Uthman ibn Affan radi Allah anhu écris dans le premier Alphabet pour écrire le Coran : le Hijazi, il date approximativement de l'an  650 JC , sourate al-Baqarah.
Coran de l’époque d’Uthman ibn Affan radi Allah anhu écris dans le premier Alphabet pour écrire le Coran : le Hijazi, il date approximativement de l’an 650 JC , sourate al-Baqarah.

Les raisons de la compilation du mushaf par `Uthmân

Diverses narrations exposent les raisons qui poussèrent `Uthmân à compiler le mushaf :

  1. Certaines narrations indiquent que `Uthmân prit cette décision en voyant les divergences entre les instituteurs du Coran et leur sectarisme pour la récitation qu’ils avaient apprise et leur désapprobation des autres formes.Ainsi, Ibn Abî Dâwûd rapporte dans Al-Masâhif qu’après l’avènement du caliphat de `Uthmân, tel instituteur enseignait la récitation de tel maître et tel autre instituteur enseignait la récitation de tel autre maître, si bien que les enfants se rencontraient et se disputaient. L’affaire arriva au niveau des musulmans qui commencèrent à s’anathémiser mutuellement. Lorsque `Uthmân fut informé de la situation, il dit dans un sermon : « Si, à mes côtés, vous divergez, alors a fortiori les habitants des autres contrées divergent encore plus. »
  2. Certaines narrations indiquent que le Coran fut compilé sur le conseil deHudhayfah Ibn Al-Yamân lorsqu’il vit le désaccord des gens en Irak.Selon une narration, Hudhayfah fut témoin de ce sectarisme dans la Mosquée de Kûfah, une province de l’Irak.Ibn Abî Dâwûd rapporte que, de passage dans l’une des mosquées de Kûfah, du temps du gouvernorat d’Al-Walîd Ibn `Uqbah Ibn Abî Mu`aytHudhayfah entendit un homme parler de la récitation d’Ibn Mas`ûd et un autre parler de celle d’Abû Mûsâ. Il se leva alors et donna un prêche : « C’est de cette manière que les nations passées ont divergé. Par Allâh, je m’en vais voir le Prince des Croyants. »

    Al-Hâfidh [Ibn Hajar] rapporte dans une narration que `Uthmân dit : « Vous doutez du Coran et dîtes : ’la récitation de Ubayy, la récitation de `Abdullâh’, et d’autres disent à autrui : ’Par Allâh, nous ne considérons pas ta récitation.’ »

  3. D’autres narrations encore indiquent que la raison de la compilation est la rencontre de groupes de différentes contrées à l’occasion des conquêtes et du jihâd et leur découverte de diverses récitations, leur étonnement à leur sujet et leur désapprobation des variations des styles de récitation du Coran, l’étonnement se transformant en suspicion, puis en accusation et en dispute. La nouvelle arriva à `Uthmân qui décida alors de compiler le Coran.

Comme on peut le constater, la multiplicité des narrations à propos de la compilation n’induit pas de contradiction. En effet, toutes ces narrations se rejoignent sur la présence d’éléments nouveaux dans la société musulmane qui poussèrent `Uthmân à compiler le Coran.

Il est possible que les divergences se soient manifestées à Médine devant `Uthmân, et en Irak et à Kûfah devant Hudhayfah et que ce dernier en ait également été témoin lors de sa participation à la campagne d’Arménie et décida alors de porter l’affaire à `Uthmân. Il y a d’autres raisons qui ne sont pas mentionnées explicitement dans les narrations mais que l’on peut déduire des données que nous avons. Par exemple, on peut citer l’ignorance des nouveaux musulmans de tout ce qui touche aux sept modes [4] ; en effet, même en ayant connaissance du hadîth stipulant que le Coran fut révélé dans ces sept modes, ils ignorent quels sont les lectionnaires (les récitations) corrects auxquels ils peuvent se référer en cas de divergence.

Par conséquent, `Uthmân décida de réunir les gens autour d’un codex unique conforme à la langue de Quraysh, la langue de la révélation du Coran, pour unir les musulmans, conjurer la discorde, pour défendre l’intérêt général, et rassembler les gens autour d’un livre unique servant de base pour leur religion et d’axe pour leur vie. Leur rassemblement autour de lui est un rassemblement autour d’une anse solide et sur un fondement inébranlable.

Quand, de surcroît, nous apprenons que les divergences avaient lieu sur les fronts des conquêtes militaires et de la lutte armée, là où les épées sont brandies er les lames apprêtées, on réalise la dangerosité de la désunion pour la oummah et l’intérêt de la réunir autour d’un codex unique.

Ce feuillet est un fragment d'un des plus anciens copies existant du  noble et saint Coran. Il est un palimpseste (cad) le texte original a été grattée et un nouveau a été écrit sur ​​le parchemin. Avec le temps, le texte original refait surface et maintenant il peut être lu comme une ombre. Ceci est une retranscription de la sourate 2, du Coran "La Vache" "al-Baqarah".  Quand le Coran fut écrit peu après la mort du Prophète (paix et bénédiction d'Allah sur lui), des variations mineures  au niveau des  lettres,  le troisième calife rashidun, Uthman ibn Affan radi Allah anhu (644-656) décide d'officialiser un type du texte coranique, et établit une classification unique des sourates les unes par rapport aux autres . C'est à cette fin qu'en l'an 25 de l'Hégire (647), il charge une commission de préparer plusieurs copies (mus'haf) du Coran. pour une fois pour toutes qui était correct texte - celui que nous connaissons aujourd'hui. Toutes les variantes avec même les divergences les plus insignifiants de texte autorisé ont été détruits, de sorte qu'il n'y aurait pas de dissidence sur les commandements de Dieu aux croyants. Bien que le texte du bas est une copie d'un texte pré-Othman, la partie supérieure est identique à celui autorisé dans le Coran. Les deux textes ont été écrits dans le tyle Hijazi, le plus ancien alphabet arabe utilisé pour le Coran et celui qui a été utilisé à la Mecque et Médine au début de l'expansion islamique . Dans l'Islam, le Coran a été révélé directe de Dieu à Muhammad par l'archange Gabriel, et ses mots ont été mémorisé par les disciples du Prophète. Quand le Coran a été écrit peu après la mort du Prophète, des variations mineures ont été trouvés dans les différentes copies. Selon la tradition, le troisième calife, Uthman (644-656), est celui qui a décidé une fois pour toutes qui était correct texte - celui que nous connaissons aujourd'hui. Toutes les variantes avec même les divergences les plus insignifiants de texte autorisé ont été détruits, de sorte qu'il n'y aurait pas de dissidence sur les commandements de Dieu aux croyants. Bien que le texte du bas est une copie d'un texte pré-Othman, la partie supérieure est identique à celui autorisé dans le Coran. Les deux textes ont été écrits dans Hijazi, le plus ancien alphabet arabe utilisé pour des Corans et celui qui a été utilisé à la Mecque où l'expansion islamique a débuté en sérieux.
Ce feuillet est un fragment d’un des plus anciens copies existant du  noble et saint Coran. Il est un palimpseste (cad) le texte original a été grattée et un nouveau a été écrit sur ​​le parchemin. Avec le temps, le texte original refait surface et maintenant il peut être lu comme une ombre. Ceci est une retranscription de la sourate 2, du Coran « La Vache » « al-Baqarah ».
.

Le hadîth d’Al-Bukhârî

Al-Bukhârî rapporte dans son Sahîh selon une chaîne de transmission remontant à Ibn Shihâb que Anas Ibn Mâlik lui dit que Hudhayfah Ibn Al-Yamân, en provenance du front d’Arménie et d’Azerbaïdjan où il combattait avec les troupes d’Irak, inquiété par leurs différends à propos de la récitation, alla voir `Uthmân et lui dit : « Ô Prince des Croyants ! Fais quelque chose avant que cette oummah ne se divise au sujet du Livre comme les juifs et les chrétiens ! » `Uthmân envoya un émissaire à Hafsah avec pour message : « Envoie-nous les parchemins afin que nous les recopiions dans les codex, puis ils te seront restitués. » Hafsah envoya les parchemins à `Uthmân qui ordonna à Zayd Ibn Thâbit, `Abdullâh Ibn Az-Zubayr, Sa`îd Ibn Al-`Âs et `Abd Ar-Rahmân Ibn Al-Hârith Ibn Hishâm de les recopier dans les codex. Il dit aux trois qurayshites : « Si vous divergez avec Zayd Ibn Thâbit sur quelque chose dans le Coran, inscrivez-le selon la langue de Quraysh car il a été révélé dans cette langue. Lorsqu’ils eurent achevé la copie des parchemins dans les codex, `Uthmân restitua les parchemins à Hafsah et envoya dans chacune des grandes régions l’un des codex ainsi copiés et ordonna que soit brûlé tout autre support du Coran que ce soit un parchemin ou un codex. [5]

La tombe du calife bien guidée Uthman ibn Affan radi Allah anhu
La tombe du calife bien guidée Uthman ibn Affan radi Allah anhu

Commentaires sur ce hadîth

Celui qui examine ce hadîth et les textes qui en traitent atteint les conclusions suivantes :

  1. `Uthmân prit l’initiative de compiler le codex sur le conseil de Hudhayfah Ibn Al-Yamân. Les autres narrations indiquent que `Uthmân le compila lorsqu’il constata la divergence des récitateurs à Médine. Il pensa alors que les divergences étaient probablement plus fortes dans les autres contrées musulmanes. La venue deHudhayfah confirma ses soupçons et, par conséquent, il ordonna la compilation du Coran.
  2. La compilation du temps de `Uthmân se basa sur la compilation précédente du temps d’Abû Bakr. Cette dernière avait bénéficié de l’attention des Compagnons et de leur approbation ; elle avait bénéficié de nombreux efforts et fut réalisée sous la direction de Zayd Ibn Thâbit, le scribe de la révélation [du temps du Prophète]. La compilation précédente eut lieu peu de temps après le décès du Messager – paix et bénédictions sur lui – alors que le Coran était encore frais et se récitait partout. Al-Qurtubî relate que Zayd compila le Coran du temps d’Abû Bakr sans ordonner ses sourates et avec beaucoup de peine ; les parchemins ainsi compilés furent conservés chez Abû Bakr puis chez `Umar, puis chez Hafsah. [6]
  3. `Uthmân fit brûler un certain nombre de codex individuels que certains compagnons avaient écrits pour eux-mêmes et qui constituaient des codex privés. Ils différaient entre eux par l’ordre des sourates et selon certains lectionnaires. Les plus connus d’entre eux sont le codex de `Alî, celui de Ubayy Ibn Ka`b, celui de `Abdullâh Ibn Mas`ûd et celui d’Abû Mûsâ Al-Ash`arî. La diffusion de ses codex individuels conduisit à la désunion et à la divergence.
  4. Certains orientalistes tentèrent de nier le sérieux et la concordance du codex de `Uthmân prétendant que ce dernier le compila pour un intérêt personnel, présicément pour avoir un codex privé à l’instar de tous les compagnons. [7] Mais ceci est un mensonge visant à attaquer le codex maître (Al-Mushaf Al-Imâm) et à nier ses qualités de concordance, d’authenticité certaine et le fait qu’il est le fruit de nombreux efforts.
  5. L’inscription du codex à l’époque de `Uthmân se fit selon la langue de Quraysh, la langue dans laquelle le Coran fut revélé, celle de la majorité des musulmans, celle de la poésie et de la littérature, la langue officielle de l’État. A l’aube de l’islam, il était permis de réciter le Coran dans divers dialectes arabes par facilité. Mais lorsque les arabes s’habituèrent à la récitation, que la restriction à un seul mode était devenue chose facile et davantage dans leur intérêt, ils se réunirent autour d’un seul mode, celui de la Dernière Exposition. [8]
  6. Le public agréa l’oeuvre de `Uthmân et l’approuva, convaincu par l’effort qu’il y dépensa et persuadé de la réalisation de l’intérêt de la oummah en termes d’unité et de cohésion. L’Imâm `Alî – qu’Allâh l’agrée – dit : « Ne dîtes que du bien au sujet de `Uthmân. Par Allâh, tout ce qu’il fit était au vu et au su de chacun d’entre nous. » [9] Il dit également : « Si j’étais caliphe, j’aurais pris la même initiative que `Uthmân vis-à-vis du codex. » [8]`Abd Ar-Rahmân Ibn Mahdî dit : « Deux choses distinguent `Uthmân par rapport à Abû Bakr et `Omar : sa patience face aux épreuves jusqu’à être assassiné injustement et le fait d’avoir rassemblé les musulmans autour du codex. » [8]`Abdullâh Ibn Mas`ûd commença par objecter à cette intiative, puis son objection cessa lorsqu’il vit le codex de `Uthmân. [8]
Uthman radiAllahu anhu et la tombe de Sayeda Halima Sadia radiAllahu anha sur la gauche de l'image ci-dessous en 1903 à Médine
la tombe d’Uthman radiAllahu anhu et la tombe de Sayeda Halima Sadia radiAllahu anha sur la gauche de l’image ci-dessous en 1903 à Médine

La commission du mushaf

Les récits ne sont pas unanimes quant au nombre de mémorisateurs auxquels `Uthmân – que Dieu l’agrée – confia l’inscription du codex. Certains indiquent qu’il la confia à Zayd Ibn Thâbit. La narration rapportée par Al-Bukhârî indique que la commission comportait quatre personnes. La tradition rapportée par Ibn Abî Dâwûd indique que la commission était composée de douze membres. On comprend de l’ensemble de ces traditions que Zayd Ibn Thâbit était le président de la commission et que `Uthmân lui associa quatre parmi les meilleurs Compagnons et les mémorisateurs les plus sûrs. Il est également possible que `Uthmân ait appuyé la commission par un groupe supplémentaire de Compagnons pour les aider dans la copie des codex envoyés par la suite dans les diverses contrées.

Ainsi ceux qui attribuent l’inscription du codex à Zayd Ibn Thâbit prennent en considération le fait qu’il était le président de la commission. Ceux qui disent que la commission comportait quatre membres font référence à la commission initialement chargée de l’insription du codex maître. Ceux qui portent ce nombre à douze incluent les auxiliaires que `Uthmân appela en renfort pour la copie des codex envoyés dans les différentes contrées musulmanes.

L'épée du calife Uthman ibn affan (gauche) et celle du calife Omar ibn al-Khatab (droite)
L’épée du calife Uthman ibn affan (gauche) et celle du calife Omar ibn al-Khatab (droite)

Le nom des scribes de la recension `uthmanienne

Al-Bukhârî mentionne quatre personnes :

  1. Zayd Ibn Thâbit,
  2. `Abdullâh Ibn Az-Zubayr,
  3. Sa`îd Ibn Al-`Âs,
  4. `Abd Ar-Rahmân Ibn Al-Hârith Ibn Hishâm.

Seul le président de la commission était ansârite [10] tandis que les trois autres membres étaient qurayshites.

Nous avons vu précédemment que `Uthmân dit aux trois qurayshites : « Si vous divergez avec Zayd Ibn Thâbit sur quelque chose dans le Coran, inscrivez-le selon la langue de Quraysh car il a été révélé dans cette langue. » On entend par langue ici la graphie de Quraysh.

D’autres traditionnistes hormis Al-Bukhârî avancèrent le nombre de six :

  1. `Abdullâh Ibn `Amr Ibn Al-`Âs,
  2. `Abdullâh Ibn `Abbâs,
  3. Ubayy Ibn Ka`b,
  4. Mâlik Ibn Abî `Âmir (le grand-père de Mâlik Ibn Anas),
  5. Kathîr Ibn Aflah,
  6. Anas Ibn Mâlik.

Ibn Abî Dâwûd, quant à lui, dit que la commission était composée de douze membres, mais Al-Hâfidh Ibn Hajar ne mentionna que neuf noms parmi les douze omettant `Abdullâh Ibn `Amr Ibn Al-`Âs, lequel fut mentionné par As-Suyûtî dans Al-Itqân.

Par conséquent, seuls dix scribes du codex nous sont connus. Nous n’avons pu retrouver les deux noms restants, lesquels ont également échappé à Al-Hâfidh IbnHajar. Dès lors qu’un érudit comme Ibn Hajar n’a pu trouver un nom, il est de fait extrêmement difficile de le trouver et c’est pourquoi nous considérerons que la commission était composée de dix personnes.

Il est clair que cette commission était constituée à 50% de qurayshites : `Abdullâh Ibn Az-Zubayr, Sa`îd Ibn Al-`Âs, `Abd Ar-Rahmân Ibn Al-Hârith Ibn Hishâm, `Abdullâh Ibn `Amr Ibn Al-`Âs et `Abdullâh Ibn `Abbâs, et à 50% de non-qurayshites, dont quatre ansârites : Zayd Ibn Thâbit, Ubayy Ibn Ka`b, Anas Ibn Mâlik et Kathîr Ibn Aflah, l’affranchi d’Abû Ayyûb Al-Ansârî – l’affranchi d’un clan étant compté parmi eux. Le cinquième était Mâlik Ibn Abî `Âmir – le grand-père de Anas Ibn Mâlik – qui était unhimyarite du Yémen. Ainsi veilla-t-on dans la composition de cette commission qu’elle soit qurayshite pour une moitié et ansârite pour l’autre moitié approximativement, avec un membre du Yémen.

Il est clair d’après la composition de la commission qu’elle était constituée d’Arabes authentiques [11] exception faite de Kathîr Ibn Aflah, l’affranchi d’Abû Ayyûb Al-Ansârî, sachant que les affranchis étaient nombreux parmi les Compagnons.

Il est donc probable que `Uthmân – qu’Allâh l’agrée – ait veillé à ce que soient représentés les Muhâjirûn [12], les Ansâr [13] et le Yémen d’une part, et les affranchis d’autre part. Tout comme il veilla à bien choisir les membres et que soit représenté l’ensemble de la communauté musulmane, il veilla à ce que la commission regroupe des membres jeunes et des seniors. Les jeunes gens représentent la force, la santé et le dynamisme, tandis que les seniors sons choisis pour leur expérience, leur expertise et leur maturité.

Parmi les jeunes membres, il y avait : Zayd Ibn Thâbit, Sa`îd Ibn Al-`Âs, `Abd Ar-Rahmân Ibn Al-Hârith Ibn Hishâm et Anas Ibn Mâlik. [14] Les membres seniors étaient : `Abdullâh Ibn `Amr Ibn Al-`Âs, Ubayy Ibn Ka`b et Mâlik Ibn Abî `Âmir. [14] On retient donc que le choix était très réussi et n’émanait pas d’une quelconque passion ni intérêt personnel. Il était au contraire justifié par la compétence absolue, l’expertise, le dévouement à la tâche, la piété, la science et le savoir. L’historique de la commission et la vie de ses membres est la plus grande preuve de la justesse de ce choix et sa réussite. [15]

P.-S.

Traduit de l’arabe de `Ulûm Ad-Dîn Al-Islâmî (Les sciences de la religion islamique) de Dr. `Abd Allâh Shehâtah, éditions Al-Hay’ah Al-`Âmmah Al-Misriyyah lil-Kitâb, 3ème édition, 1998. ISBN 977-01-5786-4.

Notes

[1mushaf désigne en arabe une collection solidaire de parchemins, suhuf. Par extension, il désigne dans la terminologie islamique le Coran en tant que livre concret. Dans ce texte, nous le traduisons parfois par codex.

[2lubâb al-qulûb : la pulpe des coeurs.

[3Ceci apparaît dans les traditions mentionnées par Al-Hâfidh Ibn Hajar dans Fath Al-Bârî 9/14. Conférer également I`jâz Al-Qur’ân d’Ar-Râfi`î, p. 38.

[4Al-Ahruf As-Sab`ah : les sept modes de récitation.

[5Sahîh Al-Bukhârî, le livre des mérites du Coran ; Al-Itqân, volume 1, p. 102 ; Al-Masâhif d’Ibn Abî Dâwûd, p. 18 ; Tafsîr AtTabarî, volume 1, pp. 20-21.

[6La Mère des Croyants Hafsah est l’épouse du Prophète et la fille de `Umar Ibn Al-Khattâb. NdT.

[7L’encyclopédie de l’Islam à l’entrée « Hafsah ». Dr. `Abd AsSabour Shâhîn dans Târikh Al-Qur’ân(L’histoire du Coran) p. 108 ; Dr Sobhî AsSâlih dans Mabâhith fî `Ulûm Al-Qur’ân (Études dans les sciences du Coran) p. 76

[8An-Nashr pp. 31-33.

[9Al-Masâhif d’Ibn Abî Dâwûd.

[10ansârite : originaire de Médine. NdT

[11Ce détail a son importance en ce qui concerne la pureté de leur langue. NdT

[12Al-Muhâjirûn : les immigrés mecquois arrivés à Médine lors de l’hégire. NdT

[13Al-Ansâr : les ansârites, les musulmans originaires de Médine qui accueillirent le Prophète et ses disciples lors de l’hégire. NdT

[14Ma`a Al-Masâhif de Yûsuf Ibrâhîm An-Nour, pp. 23:74

[15L’orientaliste Blachère avance que `Uthmân était un aristocrate et qu’il choisit pour l’inscription du codex trois scribes de Quraysh représentant l’aristocratie. Il prétend qu’il les choisit à cause des liens de parenté qui les liaient. Mais cette hypothèse ne résiste pas à la critique vu que Zayd, le médinois, présidait la commission, et que l’oeuvre de la commission fut agréée par la communauté. En oûtre, notre exposé suffit à réfuter cette allégation mensongère. (Conférer Dr Sobhî AsSâlih dans Mabâhith fî `Ulûm Al-Qur’ân (Etudes dans les sciences du Coran) p. 79)

http://www.islamophile.org/spip/Le-Coran-a-l-epoque-de-Uthman.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s