Sayf al-Dawla (« épée de la dynastie [abbasside] ») est le fondateur de l’émirat arabe Hamdanide d’Alep l’ennemie Jurer des Byzantins

Publié le Mis à jour le

L'émir arabe d'Alep vassal Abbasside Sayf al-Dawla al-Hamdani al-Taghlibi et sa court à Alep
L’émir arabe d’Alep vassal Abbasside Sayf al-Dawla al-Hamdani al-Taghlibi et sa court à Alep 

Ali ibn Abu’l-Hayja ‘Abdallah ibn Hamdan ibn al-Harith Sayf al-Dawla al-Taghlibi (en arabe : سيف الدولة أبو الحسن ابن حمدان), plus communément connu par son laqab (épithète honorifique) de Sayf al-Dawla (« épée de la dynastie [abbasside] ») est le fondateur de l’émirat arabe Hamdanide d’Alep, recouvrant la grande majorité du nord de la Syrie et certaines régions occidentales de la Djézireh. Il est le frère d’al-Hasan ibn Abdallah ibn Hamdan (mieux connu sous le nom de Nasir al-Dawla).

Sayf al-Dawla commence sa carrière en dirigeant la ville de Wasit en Irak et fut impliqué dans les conflits du calife Abbasside al-Muttaqi .  Il estima alors que davantage de chances s’offraient a lui a l’Est, en Syrie qui était alors sous la domination des Ikhchidides1.

Malgré leur puissance, leurs victoires sur les Byzantins et leurs origines arabes, les Hamdanides n’étaient pas bienvenus à Bagdad l’Abbasside. Les troupes de mercenaires turques ne se sont pas laissées dominer. L’un de leurs chefs, Tuzun venait de vaincre Al-Baridî à Bassora, il est rentré triomphalement à Bagdad où il a été salué du nom d’« émir des émirs » (942). Tuzun dut quitter la capitale. Pendant son absence une conspiration a mis le calife en danger et l’a contraint à faire de nouveau appel à l’aide des Hamdanides. Le Calife s’enfuit à Mossoul.

Fuite à Raqqa du calife al-Muttaqi 

En 944, les Hamdanides et Tuzun ont fait la paix.  le calife Abbasside Al-Muttaqî se retire à Raqqa, ville qui avait été un temps la capitale de ses ancêtres ( Haroun al-Rashid) .

Visite du Calife al-Muttaqi chez les Ikhchidîdes

Réfugié à Raqqa depuis plusieurs mois sous la surveillance des Hamdanides, Al-Muttaqî a fait appel à son ancien vassal l’Ikhchidîde Muhammad ben Tughj. Celui-ci s’est empressé de répondre au calife, faisant une humble allégeance et offrant de somptueux cadeaux. Il a offert au calife la possibilité de se réfugier en Égypte et de se mettre ainsi à l’abri de Tuzun. Cette offre comme celle des Hamdanides avait surtout comme objectif de prendre le pouvoir sur le califat et annexer la Syrie.

Ali s’empare de la Syrie du nord et d’Alep en 944 grâce aux troupes et à l’appui financier de son frère Hassan Nâsir al-Dawla, puis en 947, Damas a la troisième tentative. Il se dirige alors vers l’Égypte mais doit s’arrêter a Ramla, négociant alors un traité de paix avec la dynastie dirigeante.

Sayf al-Dawla jette les bases d’un État arabe dans le Bilad al-Sham qui deviendra vite indépendant des autorités Abbasside basées à Mossoul et Bagdad. Il résiste seul aux Romains Byzantins, conduisant ses soldats au combat selon d’anciennes tactiques militaires arabes. Il lance de multiples razzias en territoire byzantin. Son royaume devient vite prospère. Il est cependant sévèrement battu par les byzantins en novembre 958, puis en novembre 960 et à nouveau le 23 décembre 962 contre une armée de 200 000 hommes qui reprend Alep, dirigée par Nicéphore II Phocas qui cherche a libérer l’est méditerranéen des musulmans. Homme de culture, il protège les lettrés comme les poètes Abu Firas et al-Mutanabbi, et le philosophe Al-Farabi.

Il meurt en janvier 967 à l’âge de 51 ans, et est remplacé par son fils Saad el-Dawla.

Références

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s