L’anatomie dans la chirurgie (علم اليد ) arabo-islamique

Publié le Mis à jour le

Opération chirurgical arabo-musulmane au moyen,-age
Opération chirurgical arabo-musulmane au moyen-age

Ibn al-Nafîs le savant arabe syrien  note pour sa part que : 

«  La dissection des petits vaisseaux au niveau de la peau est difficile sur un individu vivant car elle est douloureuse. Elle est également difficile à pratiquer sur un mort dont le décès a été causé par une maladie diminuant la quantité de sang comme la diarrhée ou l’hémorragie. Elle est facile sur un individu mort par strangulation car celle-ci pousse le sang et le souffle vers l’extérieur et fait gonfler les veines. Cependant, l’autopsie doit avoir lieu juste après la mort pour éviter la coagulation du sang »


Il apparaît clairement à travers ces deux citations que la dissection était pratiquée et que l’anatomie est une science indispensable pour le médecin comme en témoigne le grand nombre de manuels de physiologie et d’anatomie, intimement liées.

Le livre 30 du « kitâb al-tasrif » de l’arabe andalous al-Zahrâwî  explique l’obligation de bien connaître l’anatomie car l’incompétence en la matière peut entraîner des accidents : 
 «  car celui qui méconnaît ce qui vient d’être dit à propos de l’anatomie ne manquera pas de commettre des erreurs fatales. 
 Ainsi, j’ai vu un médecin ignorant qui coupant une tumeur située au cou chez une femme, atteignit l’une des artères du cou. La femme eut une hémorragie au point d’en mourir »

« j’espère alors vivement qu’il se trouve quelqu’un d’assez habile, d’assez instruit par l’expérience et d’assez aguerri pour réaliser cette intervention. ».
Mise en page et publication par Dr Aly Abbara

Mosaïque dans l’église de la ville Lescar (en arabe al-Askar le soldat) près de Pau en France , cette mosaïque représentant un arabo-musulmans d'Espagne (appelé Maure) mutilé partant à la chasse. La réparation de la jambe, sous forme de prothèse, a été effectué selon les normes en vigueur à l'époque à la faculté de médecine de Cordoue d'autre part , son teint, et ses yeux à fleur de tête largement fondu permettent de certifier son origine ethnique.
Mosaïque dans l’église de la ville Lescar (en arabe al-Askar le soldat) près de Pau en France , cette mosaïque représentant un arabo-musulmans d’Espagne (appelé Maure) mutilé partant à la chasse. « La réparation de la jambe, sous forme de prothèse, a été effectué selon les normes en vigueur à l’époque à la faculté de médecine de Cordoue d’autre part , son teint, et ses yeux à fleur de tête largement fondu permettent de certifier son origine ethnique.«  Georges A. Bertrand – 2009
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s