Abu Djafar Ahmad ibn Abdelmalik ibn Hud al-Mustansir bi-llah dit Sayf al-Dawla1 (« épée de la dynastie »), Zafadola dans les chroniques chrétiennes, (mort en 1146) est le dernier souverain arabe houdide.

Publié le

1 2 3
1) Almoravide au tambour  au 12eme siècle
2) Le prince arabe huddite Ahmad Sayf al-Dawla  en 1135
3) Mercenaire chrétien au 12 eme siècle  

Abu Djafar Ahmad ibn Abdelmalik ibn Hud al-Mustansir bi-llah dit Sayf al-Dawla1 (« épée de la dynastie »), Zafadola dans les chroniques chrétiennes, (mort en 1146) est le dernier souverain arabe houdide.

Fils d’Imad al-Dawla Abdelmalik, le dernier émir huddide de Saragosse, il suit son père dans la citadelle de Rueda de Jalón ou celui-ci s’est réfugié suite à la prise du taïfa de Saragosse par les berbères Almoravides en 1110. Après la mort de son père en 1130, il négocie la cession de Rueda au croisé Alphonse VII de León et Castille : ces négociations aboutissent vers 1139 et il reçoit en échange des terres à Tolède, en Estrémadure et dans la vallée du Douro. Devenu vassal de ce roi, sa haine contre les berbères Almoravides le fait participer aux attaques contre ceux-ci menés par les croisés léonais.

Lors des révoltes contre les Almoravides qui suivent la mort d’Ali Ben Youssef, il se pose en représentant de l’ancienne noblesse arabe royale en tant qu’hériter des Banû Hûd. Il entre ainsi à CordoueJaénGrenadeMurcie (1145) et Valence (1146).

Des rebelles de BaezaÚbeda et Jaén refusant de lui payer un tribut, une expédition est envoyée par Alphonse VII pour soutenir son vassal. Mais les rebelles, se voyant perdus, se mettent sous la protection de Sayf al-Dawla, qui voit là un moyen de secouer la tutelle croisée castillane. L’affrontement a lieu le 5 (ou le 112) février 1146 à al-Ludjdj3, près d’Albacete, contre des troupes chrétiennes menées par Armengol VI d’Urgell alliées à son rival personnel, le seigneur de Cuenca Abdallah ibn Farag al-Tagri. Capturé, il est assassiné4 par des soldats avec son lieutenant le gouverneur de Valence Abdallah ibn Mardanis, le père du roi Loup.

Sources

  • Pascal Buresi, La frontière entre chrétienté et Islam dans la pénisule Ibérique: du Tage à la Sierra Morena (fin XIe-milieu XIIIe siècle), Publibbok, 2004.
  • Pierre GuichardLes musulmans de Valence et la Reconquête (XIe-XIIIe siècle)Damas, Institut français de Damas, 1990-1991.

Notes et références

  1.  en arabe : أبو جعفر أحمد بن عبد الملك بن هود المستنصر سيف الدولةAbū Jaʿfar Aḥmad ibn ʿAbd al-Malik ibn Hūd al-Mustanṣir Sayf ad-Dawla
  2.  E. J. Brill, The encyclopaedia of IslamLeyde, 1913-1936.
  3.  hameau proche de Chinchilla de Monte-Aragón, correspondant à Alatoz ou à Lezuza.
  4.  Les circonstances de sa mort restent obscures. Cf. E. Díaz et P. Molina, campañas de Alfonso VII, p. 66.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s