Siège de Cosenza en 975 et d’autres villes[58] de Sicile sous la dynastie arabe Kalbite vassale fatimide en 975 par ibn al-Athir de son  » Al-Kamil fi al-Tarikh « 

Publié le

Guerre arabo-byzantine Date 780-1180 Emplacement Anatolie , la Mésopotamie , la Syrie , la Sicile , l’Italie du Sud , l’Egypte , l’Afrique du Nord et la Palestine .

Siège de Cosenza en 975 et d’autres villes[58] de Sicile sous la dynastie arabe Kalbite vassale fatimide en 975 par ibn al-Athir de son  » Al-Kamil fi al-Tarikh « 

En cette année 365 (9 sept. 975), Aboû’l-K’âsim ben el-H’asan ben ‘Ali ben Aboû’l-H’oseyn, émir de Sicile, se mit en campagne avec l’armée musulmane et en compagnie d’un certain nombre d’hommes vertueux et de savants ; en ramad’ân (mai 976), il établit son camp sous les murs de Messine, d’où l’ennemi s’enfuit. Les envahisseurs passèrent de là [P. 491] à Cosenza, dont les habitants, au bout de quelques jours de siège, demandèrent et obtinrent quartier moyennant paiement d’une certaine somme ; puis on se dirigea sur le fort de Cellara et sur d’autres localités, où partout il fut agi de même. L’émir donna à son frère El K’âsim l’ordre de conduire la flotte dans la Pouille (1) et de faire ravager la Calabre par des colonnes ; ’l’exécution de cet ordre coûta de nombreuses morts à l’ennemi et valut aux fidèles des prisonniers et un butin considérable. Après quoi, les deux frères retournèrent à la ville (de Païenne). En 366 (29 août 976), Aboû’l-K’âsim ordonna de remettre en état de défense Rametta, qui avait été démantelée ; puis, se remettant en campagne, il assiégea le fort de Sainte-Agathe (en Calabre), dont les habitants obtinrent l’amân qu’ils sollicitèrent et livrèrent la place avec tout son contenu. L’émir marcha alors sur Tarente, dont les habitants avaient fui en fermant les portes ; quelques hommes escaladèrent les murailles et ouvrirent les portes, par où les troupes passèrent ; Aboû’l-K’âsim fit détruire et incendier la ville, puis envoya dans diverses directions des colonnes qui parvinrent jusqu’à Otrante et d’autres lieux. Il alla camper près de Gravina[59] et, à la suite de ses attaques, cette place paya d’une certaine somme la paix qu’il lui consentit ; après quoi, il retourna à Palerme.

notes:

[58] Ce chapitre est traduit dans la Biblioteca (I, 431).

[59] Lecture proposée par Amari et qui paraît certaine.

traduction française de ibn al-Athir de son  » Al-Kamil fi al-Tarikh « 

Abu al-Hasan Ali ‘izz al-Din ibn al-Athir historien arabe sunnite (né en 1160 à Cizre, mort en 1233 à Mossoul). Son œuvre principale est Al-Kamil fi al-Tarikh (La Perfection des histoires2, ca. 1231), considérée comme l’un des plus importants livres d’histoire du monde musulman. Il est également l’un des principaux chroniqueurs arabo-musulmans des croisades dont il fut un témoin oculaire, ayant participé à la guerre sainte (djihad) contre la troisième croisade

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s