Explication de l’origine de la « tombolâtrie » (la dynastie Fatimide) :

Publié le Mis à jour le

C’est sur le site d’Ikjan, situé près de la ville de Sétif, dans la région des Hauts-Plateaux de l’Algérie dans le Constantinois, la partie Occidental de l’Ifrikiya  que l’ismaélisme  terrible secte chiite connut le succès le plus éclatant au début du Xe siècle grâce au soutien apporté par les berbères Kutama au missionnaire  yéménite de Koufa en irak Abu Abd Allah al-Shi’i

al Qâdî ‘Iyâd Ibn Mûsâ Al Yahsûb îdit à propos de la dynastie chite fatimide : « les savants de Kairouan sont unanimes au sujet de leur mécréance et leur apostasie ».   [cf : ترتيب المدارك 7/277]. 

L’origine de cette célébration revient à l’époque de la dynastie des Bani-`Oubeyd, chiites plus connus sous le nom de Fatimides.

Les Fatimides ont inventé de nombreuses célébrations d’anni­ver­saires du Prophète , de sa Famille, et de multitude de saints et de pieuses gens, ainsi qu’un nombre considérable de personnes égarées comptant parmi les charlatans et les adorateurs des tombeaux.

Ils célébrèrent le jour de l’an, suivant ainsi les juifs, et l’anniv­er­saire du Prophète , suivant les chrétiens. Ils célébrèrent, aussi, le jour dAchoura, la naissance du Compagnon Ali Ibn Abi Tâlib , des Compagnons El-Hassan et El-Houssayn, de Fatima et de tout calife en place; ils fêtèrent aussi la veille du premier jour du mois de Radjab, le 15 du même mois, la veille du premier jour de Cha`bâne, le 15 du même mois, la fête du ruisseau « Ghadîr », l’habillement de l’hiver, celui de l’été, la saison d’ouverture du Golfe, le jour de l’an chiite (le premier jour de l’année solaire persane) « Nawrouz », et bien d’autres fêtes.

Les régions de l'empire fatimide, al-Hijaz, al-Sham, al-Misr, al-Barqah et al-Ifriqiya
Les régions de l’empire fatimide, al-Hijaz, al-Sham, al-Misr, al-Barqah et al-Ifriqiya

Le premier qui a innové la célébration de la naissance du Prophète  est El-Mou`iz Li Dîne Allâh en l’an 362 de l’hégire au Caire. Puis, on continua de le fêter jusqu’à ce que le comman­deur des armées El-Afdhal Abou El-Qâssim Ibn Badr El-Djamâli, le vizir du calife El-Mousta`li Bi Allah l’annula en l’an 490 de l’hégire[10].

Puis vint ensuite Omar Ibn Mohammed El-Moulla El-Irbili[11], l’un des soufis les plus célèbres[12], qui fut le premier à réitérer l’acte hérétique de la célébration de la naissance du Prophète [13], et par la suite le roi d’Irbil[14] et bien d’autres suivirent son exemple.

Cela signifie clairement que ces célébrations de naissance sont innovées par la secte chiite des Fatimides Batinis, qui sont, selon les références historiques, la cause de leur propagation et leur large diffusion.

Période ou styleMédiéval remanié début xixe siècle TypeCitadelle Début construction	1173 Fin construction	1183 Propriétaire initial	Saladin
 Citadelle Ayyoubide du Caire , ancienne capitale de l’état Fatimide
Début construction 1173
Fin construction 1183
Propriétaire initial Salahudin al-Ayyoubi

En faisant ainsi, ils ont emboîté le pas aux juifs et aux chrétiens, dont l’imitation nous a été interdite par le hadith du Prophète  qui a dit :

« Vous suivriez la voie de ceux qui vous ont précédé empan par empan et coudée par coudée, même s’ils entraient dans un trou de lézard, vous les suivriez». Ô Envoyé d’Allah, nous écriâmes­nous, s’agit-il des juifs et des chrétiens ? « Et alors, répliqua-t-il, de qui donc sinon ? »[15].

Sans doute, les chiites sont les gens les plus influencés par les juifs et les chrétiens, c’est pour cela qu’ils les ont imités dans leurs fêtes, leurs emblèmes et dans la plupart de leurs idées et croyances.

Toute personne analysant les origines et les racines du credo des chiites y verra clairement l’empreinte des convictions idolâtres, assy­riennes et babyloniennes.

Leurs convictions à l’égard d’Ali Ibn Abi Tâlib  et les Imams descendants de la famille du Prophète sont similaires en tout point à celles des chrétiens à l’égard de Jésus .

Cela n’est guère étrange, puisque celui qui a établi les fon­dements de la croyance chiite est `Abdallah Ibn Saba’, juif de la tribu de Himyar du Yémen, qui se convertit, en apparence, à l’Islam et transféra le contenu de la pensée et la croyance juives vers le chiisme[16].

al-Salamiyah au Bilad al-Sham dans l’actuel Syrie, base de l’ismaélisme et de sa propagande  qui ce propaga jusqu’au constantinois du coté de setif en Ifrikiya (actuel Algerie)

al sheykh al islam Ibn taymiyya an-Numayri al-Harrani a dit sur les fatimides : « et ceux qui connaissent l’Islam savent que les rafidah [nom donné aux chiites] penchent vers les ennemis de la religion. Lorsqu’ils étaient rois en Egypte leur chancelier était juif, puis ils prirent un chancelier arménien chrétien, ce qui renforça les chrétiens qui construisirent de nombreuses églises en Egypte sous l’autorité de ces Rafidah hypocrites. [مجموع الفتاوى 28/637].

Les paroles des savants sont nombreuses à ce sujet, mais les citations précédentes suffisent pour prendre conscience de leur égarement.

Notes:

[10]  Voir : « El-Mawâ`id Wa El-I`tibâr » d’El-Maqrîzi (1/432-433), « Soubh El-A`châ » d’El-Qalaqchandi (3/398), « El-Ibdâ` » d’Ali Mahfoudh (p. 126) et « El-Qawl El-Fasl Fi Houkm El-Ihtifâl Bi Mawlid Khayr Er-Rousl  » d’Ismaïl El-Ansâri (p 68).

[11] Irbil est une grande ville de la région de Mawsil (Mossoul). Mawsil est une ville antique, fondée sur les bords du Tigre. Elle est l’une des villes les plus illustres de l’Iraq. On l’a appelée ainsi parce qu’elle lie entre El-Djazîra et l’Iraq.  D’autres avancent que le nom signifie qu’elle lie entre l’Euphrate et le Tigre. Voir : « Ar-Rawdh El-Mi`târ » d’El-Himyari (p563), « El-Loubâb » d’Ibn El-Athîr (1/39, 3/269), « Marâssid El-Ittilâ` » de Es-Saffey El-Baghdâdi (1/51, 3/1333).

[12]  Il s’agit d’Omar Ibn Mohammed Ibn Khadhir El-Irbilî El-Mawsili Abou Hafs Mou`îne Ed-Dîne, cheikh de Mawsil connu sous le nom d’El-Moulla. Des récits sont rapportés à son sujet avec le roi Nour Ed-Dîne Mahmoûd Ibn Zankî mort en 570h. [Voir sa biographie dans : « El-Bidâya Wa En-Nihâya » d’Ibn Kathîr (12/282) et « El-A`lâm » d’Ez-Ziriklî (5/60)].

[13]  Voir : «El-Bâ`ith `Alâ Inkâr El-Bida` Wa El-Hawâdith » de Abou Châma (p 24).

[14]  Il s’agit du roi El-Moudhaffâr Abou Saïd Koûkoubra Ibn Zeyn Ed-Dîne Ibn Bouktikîne, mort en 630 dans la citadelle d’Irbil. Voir : « El-Bidâya Wa En-Nihâya » d’Ibn Kathîr (13/136), « Wafayât El-A`yâne » d’Ibn Khillikâne (4/113) et « Chadharât Edh-Dhahab » d’Ibn El-`Imâde (5/138).

[15]  Rapporté par El-Boukhâri dans le chapitre de l’agrippement au Coran et à la Sounna (hadith 7320), par Mouslim dans le chapitre de la science (hadith 6952) par l’intermédiaire d’Abou Saïd El-Khoudri .

[16]  Voir les recherches concernant les chiites dans les ouvrages suivants : « Târîkh El-Imâmiyya Wa Aslâfihim Mina Ech-Chî`a » du docteur `Abd Allah Fayyâdh et « Ech-Chî`a Wa Et-Tachayyou` » et « Ech-Chî`a Wa Ahl El-Beyt » d’Ihsâne Ilâhî Dhahîr et « Es-Sirâ` Beyn Ech-Chî`a Wa Et-Tachayyou` » du docteur Moûssa El-Moûssawi et autres ouvrages.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s