Le Congo et les swahilis

Publié le Mis à jour le

 Hamed bin Mohammed el Marjebi dit Tippo Tip
Ahmed ibn Mohammed el Marjebi dit Tippo Tip

Tippo Tip ou Tippu Tip ou selon les langues locales Tippo Tipo (1837 – 1905), de son vrai nom Ahmed ibn  Mohammed el Marjebi, était un marchand d’esclaves originaire de Zanzibar.

Il fut également propriétaire de plantations et gouverneur de province au Congo. Successeur des sultans de Zanzibar, il conduisit de nombreuses expéditions commerciales en Afrique centrale orientale, dont certaines esclavagistes.

Bwana N'Zige et Tippo Tip
Bwana N’Zige et Tippo Tip

Tippo Tip rencontra et aida plusieurs des grands explorateurs européens du continent africain, dont Henry Morton Stanley, Eduard Schnitzer (Emin Pasha), David Livingstone, Veney Cameron, Hermann von Wissmann et Wilhelm Junker.

De 1884 à 1887, Tip exploita le Congo oriental.

En 1887, à l’occasion de l’expédition de secours à Emin Pasha, il fut nommé gouverneur du district des chutes Stanley dans l’État indépendant du Congo. Cependant, sa position de gouverneur l’obligeait à rendre des services au roi Léopold II.

C’est ainsi qu’il fit découvrir à des expéditions belges les routes commerciales dont il avait le secret.

En 1891, l’expédition Van Kerckhoven trouve le moyen d’acheter directement de l’ivoire : c’est à ce moment que Tippo Tip en perd le monopole.

Stone Town, Zanzibar

C’est le début de la fin. Le 6 avril 1892, son neveu est nommé gouverneur à sa place.

L’État indépendant du Congo mènera finalement une campagne militaire de mai 1892 à janvier 1894, au terme de laquelle la souveraineté sur l’est du territoire lui sera assurée.

Tippo Tip n’ayant plus rien, il se replie sur la côte orientale vers Zanzibar.

Un procès finit par lui faire perdre ses possessions de la côte orientale, c’est-à-dire toute la fortune qui lui restait.

Il meurt en 1905 à Stone Town, sa ville d’origine qui est la principale ville de l’archipel de Zanzibar.

Ujiji, Udjiji ou encore Oudjiji est une ville de Tanzanie établie sur le lac Tanganyika, à environ 10 kilomètres au sud de Kigoma. Elle fut avec Baraka dès le xixe siècle un important comptoir commercial pour les relations entre l’Afrique centrale et l’Afrique orientale (Zanzibar). Richard Francis Burton et John Hanning Speke visitèrent la ville en 1858 lors de leur expédition à la recherche des sources du Nil. C’est en la ville d’Ujiji qu’eut lieu le10 novembre 1871 la rencontre historique entre David Livingstone et Henry Morton Stanley, qui accueillit le premier d’un « Docteur Livingstone, je présume ? ».

La ville était elle-même le centre d’un vaste état, généralement dénommé du même nom Ujiji (« pays des Jiji »). L’esclavagiste Rumaliza le contrôla jusqu’en 1894.

Mohammed bin Hassan Rumaliza, Mohammed Ben Khalfan ou plus souvent Rumaliza (en swahili « L’exterminateur »), né vers 1850, était un important marchand établi à Udjiji, ville située sur la rive orientale du lac Tanganyika dans l’actuelle Tanzanie. Bien que considéré comme un Arabo-Swahili, il était lui-même ethniquement « blanc » (arabe).

Biographie

Vassal de Tippo Tip, il se fit connaître dans les années 1880 et 1890 par ses actions violentes visant à la conquête et l’exploitation dans l’Afrique centrale des territoires qu’il contrôlait, et en particulier le commerce de l’ivoire et des esclaves.

En 1884, il menace le Burundi alors dirigé par Mwezi Gisabo, mais est défait à Uzige aux environs de Bujumbura en 1886.

Il rencontre Hermann von Wissmann en 1887, et le décourage de s’aventurer au nord du lac Tanganyika. Il s’oppose alors pendant deux ans aux Allemands.

Tippo-Tip, nommé « Vali » des Falls par Léopold II lui délégua ses pouvoirs pour les régions riveraines du Tanganyika. Mais Rumaliza, ne se sentant pas reconnu, entreprit de razzier et de ravager les régions qu’il revendiquait. Parmi d’autres faits mémorables, il commandita en juin 1891, le massacre systématique de tous les Babembe qui, pour une grande part, lui avaient toujours résisté. Les Pères blancs n’hésitent pas à lui imputer, à lui et ses Rougas-rougas (mercenaires) la mort de plusieurs millions d’hommes, dans le Manyema et les Marungu.

À partir de 1891, il est aux prises avec les expéditions de la Société antiesclavagiste belge menées par Alphonse Jacques de Dixmude, venue aider le Capitaine Joubert et les Pères blancs. Il assiège Albertville, où Jacques s’est retranché, pendant 9 mois à partir d’avril 1892.

Entreprenant à partir de l’été 1893 la conquête du Maniema, tenant Kabambare et envisageant de reprendre Nyangwe et Kasongo que Sefu dut abandonner aux troupes de la Force publique de Francis Dhanis quelques mois plus tôt, il est finalement défait en janvier 1894 par ce dernier suite à la destruction de son camp de Bena Kalunga. Il se rendra plus tard aux Britanniques au Nyassaland. Le Capitaine Joubert se dit convaincu, dans ses lettres, que Rumaliza était secrètement à la solde des Anglais.

Bibliographie[

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s