Le classement des plus vieilles université/centres-scolaires islamique :

Publié le Mis à jour le

Le classement des plus vieilles universités/centres scolaires au monde :  


– 1 Al-Zitouna Omeyyade de Tunis en Tunisie, 737

dar-Sulaymaniya az-Zitouna Tunis
La Zitouna de Tunis qui date du califat Omeyyade de Damas .Selon l’historien Hassan Hosni Abdelwaheb, la Zitouna serait le plus ancien établissement d’enseignement du monde arabe puisqu’une médersa y est fondée dès 737 sous le gouvernement de l’émir Omeyyade Obeid Allah ibn al-Habhab al-Mawsili al-Makhzumi al-Qurayshi , 734-41 Parmi ses enseignants ou étudiants illustres du Moyen Âge figurent Sidi Ali Ben Ziyad, le théologien malékite Ibn Arafa, le précurseur de la sociologie Ibn Khaldoun et son frère l’historien Yahya Ibn Khaldoun ou le voyageur Abdallah Tijani qui rédigea un récit de voyage satirique au xive siècle ; plusieurs savants andalous viennent y donner des cours comme Ibn al-Abbar (mort en 1259), Ibn Usfur (mort en 1270), Hazim de Carthagène (mort en 1285), Ibn al-Gammaz (mort en 1293) ainsi que le mathématicien Al-Abili (mort en 1356). Mohamed Tahar Ben Achour, Tahar Haddad, Abdelaziz Thâalbi, le réformateur algérien Albelhamid Ben Badis, l’historien algérien Abou El Kacem Saâdallah ou encore Abou el Kacem Chebbi y étudient également à l’époque moderne. Fondée en l’an 120 de l’hégire (soit l’année 737), cinq ans après la fondation de la mosquée du même nom, la médersa de la Zitouna était un lieu de science où l’on dispensait un enseignement à la fois religieux (fiqh de rite malékite, hadiths et Coran) mais aussi littéraire et scientifique

-2 L’université Abbasside de Harran construite par Harun al-Rashid (786-809) en Turquie :

La première université au monde Harran (Turquie) faite par le calife Abbasside Harun al-Rashid pour la traduction des textes grecs etc.
L’une des premières université au monde Harran (Turquie) faite par le calife Abbasside Harun al-Rashid (786-809) pour la traduction des textes grecs etc. Au cours de la fin du 8ème et 9ème siècles sous les Abbassides Harran était un centre pour la traduction d’œuvres de l’astronomie, la philosophie, les sciences naturelles et la médecine du grec au syriaque et de là à l’arabe. Beaucoup de savants importants de la science naturelle, l’astronomie et la médecine proviennent de Harran.

3- L’université de Zabib Yemen 815 820 des Ziyyadides

Fichier: Zabid, Yemen.jpg
Zabid a été fondée par Mohammed Ibn Ziyad en 819. C’est aussi la date de fondation de l’université, et le début de remarquables réalisations académiques en algèbre dans le monde arabe. Zabid a rapidement acquis une réputation de ville de chercheurs. À son apogée, sous les Rassoulides, elle offrait 5 000 places d’étudiants. C’est jusqu’à aujourd’hui le siège de l’université religieuse des Shâfi’ites, l’une des quatre écoles sunnites de droit.

– 4 Al-Bayt al-Hikma Abbasside de Baghdad en Irak ver 832  : 

Penture de Madinat al-Salam Baghdad au temps du califat Abbasside, fondé par le calife Abu Jafar al-Mansur en 762
Penture de Madinat al-Salam Baghdad au temps du califat Abbasside, fondé par le calife Abu Jafar al-Mansur en 762 . La plus ancienne de ces maisons de la sagesse véritable première université , particulièrement active, est la bibliothèque personnelle du calife abbasside Haroun ar-Rachid de Bagdad qui s’ouvre aux savants en 832, sous le règne d’Al-Mamun. Astronomes, mathématiciens, penseurs, lettrés, traducteurs, la fréquentent, et parmi eux, les Banu Moussa al-Khwarizmi, Al Jahiz, al Kindi, Al-Hajjaj ibn Yusuf ibn Matar et Thābit ibn Qurra etc. La maison continue de se développer sous les califes Al-Mutasim et Al-Wathiq, mais semble décliner sous le règne d’Al-Mutawakkil. En effet, elle devait alors servir de tribunal islamique lors de la crise mutazilite qui optait pour un Coran créé, et non incréé. Ce sont finalement les partisans de la Sunna qui devaient l’emporter. Une fois le Mutazilisme défait, la maison fut appelée à fermer . Sous le nom d’Hizanat al-Ma’mun, elle restera cependant ouverte jusqu’à la destruction des bibliothèques de Bagdad, en 1258 par les armée Mongole de Hulague Khan

– 5  Al-Qarawiyin Idrisside de Fès au Maroc, 859 : 

Al Quaraouiyine (en arabe : القرويين) est une université située à Fès, au Maroc. Selon la tradition, sa construction débute en 859 sous le règne de la dynastie idrisside.
Al Quaraouiyine (en arabe : القرويين) est une université située à Fès, au Maroc. Selon la tradition, sa construction débute en 859 sous le règne de la dynastie idrisside. Elle a été fondée par Oum Al Banine Fatima Al Fihriya, héritière arabe d’un riche kairouanais de l’actuel Tunisie. Tout au long des siècles, la mosquée voit son architecture évoluer et s’agrandir. Elle devient, du xe siècle au xiie siècle, un important centre d’enseignement et une des premières universités au monde. Au xiie siècle, toute une série de noms parmi s Ibn Hrizim, Abou Madyane, Abdeslam Ben Mchich Alami, les savants Avenpace et Averroès, le géographe Al Idrissi mais aussi le juif Maïmonide et le sociologue et historien Ibn Khaldoun al hadrami pour ne citer que ceux-là.

– 6 L’université Omeyyade de Qurtuba à al-Andalus ver 916 (al-Hakkam)

Vue sur Cordoue, son Oued et sa Mosquée
L’université de Cordoue, attirait des savants de tous les coins du monde. Le calife Omeyyade Al-Hakam II a créé une bibliothèque, symbole de cette culture andalouse, pluraliste, tolérante et universaliste, avec plus de 400 000 volumes qui comprenaient toutes les branches du savoir. Elle avait en annexe un atelier de greffe avec des copistes, miniaturistes et des relieurs, et on connaît les noms des deux copistes les plus importantes : Lubna, la secrétaire Al-Hakam II, et Fatima. Selon des chroniqueurs, dans un seul faubourg de la ville, il pouvait y avoir quelque cent soixante-dix femmes consacrées à la copie des livres, ce qui donne une idée du niveau culturel à laquelle est arrivée la femme andalouse à cette époque. Il avait aussi des agents pour chercher et acheter des livres au Caire, à Bagdad, à Damas et à Alexandrie. Il subventionnait non seulement les auteurs et les étudiants d’Al-Andalus, mais ceux d’autres pays : quand il a su qu’Abū al-Faraǧ al-Is̩fahānī avait commencé son recueil anthologique de poésie et chansons arabes Kitab al-Aghani (« Livre des chansons »), il lui envoya mille monnaies d’or pour en avoir une copie. L’Isfahani lui a envoyé un exemplaire spécial, avec la généalogie des Omeyyades, car Al-Hakam II, qui a lu et annoté beaucoup des milliers de livres de sa bibliothèque, était un généalogiste renommé, le plus important qu’il y eut dans cette discipline, qui fait encore aujourd’hui autorité en la matière. Il s’est passé des siècles avant qu’une bibliothèque semblable à la sienne voit le jour en Espagne. Il était l’écrivain, le mécène et le protecteur des philosophes et des poètes, même les plus polémiques.

– 7  Al-Azhar Fatimide du Caire en Egypte 970-972

L’université d'al-Azhar au Caire faite sous les fatimides
Dès son arrivée en Égypte, Jawhar ben Abdalah al-Siqilli, le général d’origine sicilienne qui venait de conquérir le pays en 969, pour le quatrième calife fatimide Al-Muizz li-Dîn Allah, entama la construction d’une nouvelle capitale, Al-Mansûriyyah, au nord d’Al-Fustât, l’ancien fleuron de l’Empire abbasside. Lorsque Al-Muizz se rendit sur place pour visiter sa nouvelle conquête, il décida que la capitale s’appellerait Al-Qâhirah (c’est-à-dire « la victorieuse », actuel Le Caire) plutôt qu’Al-Mansûriyyah. Lorsque Jawhar al-Siqilli posa la première pierre de la nouvelle capitale, il avait prévu la construction d’une grande mosquée où serait célébrée la prière sous le règne de son maître fatimide Al-Muizz. L’université al-Azhar (ou « La Splendide ») a été fondée au Caire après la construction de la mosquée en 969 selon le calendrier chrétien (358 selon le calendrier musulman). Trois ans et demi après sa construction, la mosquée commence à jouer son rôle dans la diffusion et l’enseignement des sciences islamiques. Al-Azhar est une des principales universités d’étude de l’islam.

– 8 Al-Dar al-Hikma Fatimide  du Caire en Egypte en 1004 : 

En 1005 E.C., le 6éme calife fatimide, Al-Hâkim bi Amrillâh, ordonna de construire une mosquée. La mosquée porta son nom, mosquée Al-Hâkim, et son école, Dâr Al-Hikmah fut chargée de propager les croyances chiites-ismaélites. Alors que l’enseignement était public à Al-Azhar, il était destiné à Dâr Al-Hikmah à des étudiants spécialement sélectionnés pour recevoir les croyances propres à la secte ismaélite. Cela dit, le système éducatif de Dâr Al-Hikmah présenta un large éventail de disciplines incluant la langue arabe, la philosophie, l’astronomie, les mathématiques, et la médecine.
En 1005 E.C., le 6éme calife fatimide, Al-Hâkim bi Amrillâh, ordonna de construire une mosquée. La mosquée porta son nom, mosquée Al-Hâkim, et son école, Dâr Al-Hikmah fut chargée de propager les croyances chiites-ismaélites. Alors que l’enseignement était public à Al-Azhar, il était destiné à Dâr Al-Hikmah à des étudiants spécialement sélectionnés pour recevoir les croyances propres à la secte ismaélite. Cela dit, le système éducatif de Dâr Al-Hikmah présenta un large éventail de disciplines incluant la langue arabe, la philosophie, l’astronomie, les mathématiques, et la médecine.

 

– Al-Nizamiyya Seldjoukides Abbasside de Baghdad en Irak 1065 : 

Madrasa-i al-Nizamiyy Khargird, Iran 11e siècle abbasside source . Dans le monde islamique, une Nizamiyyah est un établissement médiéval d’éducation supérieure qui s’inspire du modèle de la première institution de ce type fondée à Bagdad en 1065 par le célèbre vizir khorassanien et homme d’État (ghaznévide et seldjoukide) Nizam al-Mulk, qui lui a donné ce nom. Les Nizzamiyya se sont multipliées dans les principales villes : Amol, Nichapur, Balkh, Herat et Isfahan ; du vivant même de Nizam al-Mulk, les sultans Nur al-Din (mort en 1174) et surtout Saladin en fondèrent un grand nombre. Elles étaient situées dans ce qui est aujourd’hui l’Irak, l’Iran et l’Afghanistan. Fondées au début de l’Empire Seldjoukide, les Nizamiyyah sont considérées comme un modèle de madrassa — écoles religieuses islamiques. Les Nizamiyyah ont été les premières universités bien organisées dans le monde musulman. Elles y bénéficiaient d’un enseignement de la plus haute qualité et étaient même renommées en Occident. Elles étaient soutenues financièrement, politiquement et spirituellement par les classes régnantes et les élites. La Nizamiyyah la plus renommée restait celle de Bagdad (la première de ce type), où Nizam al-Mulk nomma comme professeur le théologien et philosophe Al-Ghazali. Le poète perse Saadi ou encore l’écrivain et biographe de Saladin, Imad al-Din al-Isfahani y furent étudiants. Les matières enseignées à la Nizamiyya de Bagdad concernaient les sciences coraniques et le Hadit, ou traditions prophétiques, la jurisprudence shafi’ite, la dialectique ash’arite, le droit shafi’ite, la philologie de la langue arabe, la littérature, la géographie, l’histoire, l’ethnographie, l’archéologie, l’astronomie, les mathématiques, la chimie, la musique et le dessin géométrique

La Nur al-Din Madrasa de Damas 1167

File:Kuppel Nur ad-Din Madrasa.JPG
La Nur al-Din Madrasa (arabe: المدرسة النورية, al-madrasa un-Nuriyya) est une funéraire madrasa dans Damas, Syrie. Il est dans le Suq al-Khayattin, à l’intérieur des murs de la ville. Il a été construit en 1167 par Nur ad-Din Zangi, atabeg de la Syrie, qui est enterré là. Le complexe comprend une mosquée, une madrasa et le mausolée du fondateur. Il était le premier complexe pour être construite à Damas

.

La Madrassa Al-Adiliyah de Damas 1215

Fichier:. المدرسة العادلية الكبرى jpg
La Madrassa Al-Adiliyah de Damas 1215  (arabe: المدرسة العادلية) est une construite en 1215 située dans la ville de Damas, Syrie.

 Al-Mustansiriyyah de Baghdad en irak 1222

Mustansiriya-madrasaen-i-Bagdad,-Irak.-HMH THE LATE ABBASIDS
La Médersa Al-Mustansiriyyah porte le nom de son fondateur, le calife abbasside Al-Mustansir Billâh. Celui-ci la fit construire dans la cité de la Paix et la capitale du califat, Bagdad, sur la rive est du Tigre. Al-Mustansir Billâh, un calife pieux et honnête qui régna pendant 17 ans entre 1226 et 1243, démarra les travaux de sa Médersa en 1228. La construction dura cinq ans et nécessita un budget de sept cent mille dinars. Lorsque les travaux furent achevés, une grande cérémonie d’inauguration fut organisée. On saigna près d’un millier de moutons en l’honneur des convives, on prépara des pâtisseries et des mets que les chroniqueurs de l’époque décrivent comme aussi succulents les uns que les autres. Les plus grands notables de Bagdad et d’Irak étaient présents : le vizir, les gouverneurs de provinces, les secrétaires du calife, les cadis, le corps professoral, les juristes, les maîtres des confréries soufies, les prédicateurs, les lecteurs de Coran ainsi que les poètes. Le calife participa lui-même à cette inauguration, dans un opulent cortège de hauts dignitaires de l’Etat. On veilla à ce que tout Bagdad pût profiter de la fête, en acheminant dans chaque quartier de la ville une part de cet opulent festin.

La madrassa Ayyoubide al-Firdaws d’Alep, en Syrie 1236 
Al-Firdaws Madrasa ( arabe : مدرسة الفردوس) est une médersa complexe situé sud-ouest de Bab al-Maqam à Alep , en Syrie . Il est le plus grand et le plus connu des madrasas ayyoubide à Alep. [1] En raison de son emplacement à l'extérieur des murs de la ville, la madrasa a été développé comme une structure autonome.
al-Madrassa Al-Firdaws est un  complexe scolaire ayyoubide  situé au  sud-ouest de Bab al-Maqam à Alep , en Syrie . Elle est la plus grande et la plus connu des madrasas ayyoubide d’Alep. Construite en 1236 sous le patronage de Dayfa Khatun régente  ayyoubide d’Alep 


La Madrasa Karatay  de Konya, Turquie  1251-1252

Karatay Medresesi 2.jpg
La Madrasa Karatay  de Konya, en Turquie date/ de l’an 1251-1252

La bibliothèque Az-Zahiriyah de Damas, Syrie 1277

File:Az-Zahiriyah Library.jpg
La bibliothèque Az-Zahiriyah (arabe: المكتبة الظاهرية) à Damas, en Syrie remonte à 1277, prenant son nom de son fondateur Sultan Baybars (1223-1277). La construction de cette bibliothèque était une idée de son père, mais il est mort avant d’avoir pu l’atteindre. Initialement Az-Zahiriah était une école publique en charge de l’enseignement coranique sciences. Les décorations, sculptures, et l’écriture sur les murs du bâtiment, en plus de la porte qui porte des dessins et des motifs géométriques, faire de la bibliothèque un des bâtiments les plus importants à Damas. Il est situé à Bab el Barid dans le Al-Amara quartier

Madrasa du complexe du sultan Qalâ’ûn Egypte, Le Caire1283 – 1285

Madrasa du complexe du sultan Qalâ’ûn Nom : Madrasa du complexe du sultan Qalâ’ûn Lieu : Egypte, Le Caire Date/période de construction : 1283 – 1285

La Madrassa Yakutiye de Erzurum Turquie, 1310

File:Erzurum,Yakutiye-W.jpg
La Madrassa Yakutiye de Erzurum, en Turquie date de  l’an  1310 par ordre de l’émir local des Ilkhanides , Hoca Yakut,et nommé d’après lui.  

La  Madrasa al-Qartâwîyya de Tripoli au Liban 1316-26

:Madrasa al-Qartâwîyya Lieu : Tripoli, Liban Date/période de construction : 1316-1326

Al-Madrasa al-Yusufiyya de Grenade al-Andalus 1333

Al-Madrasa al-Yusufiyya de la  Grenade Nasride. par Yusuf Ier 1333 au 1354 Cet édifice selon al-qantara est l’une des principales constructions nasrides du XIVe siècle. Cette « maison de la science » a été fondée par le sultan nasride Yûsuf I (1333-1354). Ibn al-Khatîb, le grand vizir de Grenade, en parle déjà l’année de sa construction : « (Yûsuf I) construisit cette admirable madrasa, à la tête de toutes les madrasa de sa capitale et on y établit des biens de mainmorte ». Il s’agit de l’unique madrasa hispano-musulmane conservée en Espagne. Connue sous le nom de madrasa yûsufiyya, cette ancienne université arabe a été la seconde créée en al-Andalus et l’unique institution d’enseignement étatique qui ait réellement fonctionné. Une autre madrasa avait été fondée quelques années auparavant à Málaga, mais il s’agissait d’une institution privée de moindre envergure localisée près de la mosquée principale et du marché. La construction de la madrasa de Grenade, réalisation tardive, semble avoir répondu à des impératifs politiques marqués par le désir du souverain nasride de faire montre de son pouvoir dans l’Occident islamique, face aux autres établissements existant au Maghreb. On sait que le fameux prédicateur Ibn Marzûq enseignait déjà dans cette madrasa en 1354, ainsi que plusieurs savants et juristes prestigieux, andalous et magrébins.

La medersa Al Khaldounia de Tlemcen en Algérie 1347

File:Medersa Al Khaldounia 6 (Algérie - Tlemcen).JPG
La medersa Al Khaldounia est une médersa de la ville de Tlemcen en Algérie qui fut construite en 1347 sous l’ordre du sultan Abou Al Hassan elle porte le nom de Ibn Khaldoun inventeur de la sociologie, qui travailla ici. Elle fait partie du complexe religieux de Sidi Boumediene avec la mosquée Sidi Boumediene, le palais du Sultan(Dar es Sultân), la zaouïa et le hammam.

La médersa Bou Inania,1350 et 1355 à Fès Maroc

La médersa Bou Inania, plus grande médersa mérinide, construite par le sultan Abou Inan entre 1350 et 1355 à Fès.
La médersa Bou Inania, est la plus grande médersa mérinide, construite par le sultan Abou Inan entre 1350 et 1355 à Fès .La Médersa Bou ‘Inania (arabe المدرسة أبو عنانية بفاس) est une médersa édifiée à Fès, au Maroc, entre 1350 et 1355 pour le sultan Abou ‘Inan Faris (r. 1348 – 59), soit sous la dynastie des Mérinides. Elle est la seule médersa de la ville comportant un minaret, et elle jouxtait aussi des boutiques permettant son financement, ainsi que de vastes latrines, qui témoignent de son caractère public. En effet, la médersa fonctionnait aussi bien comme une école que comme mosquée du vendredi.

La Medressa Kasimiye  à Mardin, en Turquie 1407-69.

File:Kasımiye medrese, Mardin, Turkey.JPG
Kasimiye est une ancienne médersa à Mardin, en Turquie La medersa est dans le tissu urbain de Mardin, au sud-ouest du centre-ville. Le premier patron de la medersa était d’Isa Bey de Artuklu  du beylik d’Anatolie. Mais il a été tué dans une bataille contre les Karakoyunlu en 1407, avant que le bâtiment ne soit entièrement construit. La construction a repris et a ouverte en 1469.

Articles connexes :

Advertisements

Une réflexion au sujet de « Le classement des plus vieilles université/centres-scolaires islamique : »

    soufi a dit:
    7 octobre 2016 à 12 h 21 min

    Veuillez trouver ci joint la photo du madrassa el khaldounia de tlemcen, je souhaiterai de la publier merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s