Kitab al-Felaha — Le livre de l’agriculture d’Ibn-al-Awal

Publié le Mis à jour le

Scène d'agriculture dans un ouvrage arabe
Scène d’agriculture dans un ouvrage arabe

Ibn al-Awam (ابن العوام), dont le nom complet est Abou Zakaria Yahia Ibn Mohammed Abou Ahmed Ibn al-Awam al-Ichbili al-Andaloussi, était un agronome arabe d’andalousie qui a vécu au XIIe siècle à Séville, auteur du célèbre traité d’agriculture Le livre de l’agriculture.

Ibn al-Awam est l’auteur du Kitabb al fallahle livre de l’agriculture – qui ne fut pas mentionné dans les livres traitant de sa biographie, sauf dans celui d’Ibn Khaldoun.

extrait :

« Au nom du Dieu clément et miséricordieux en qui est toute ma confiance.
L’auteur de ce livre, le cheik illustre Abou Zakaria Iahya Ibn Mohammed ben Ahmed Ibn AI-Awwam, à qui Dieu fasse miséricorde, dit : « Louange à Dieu, le maître des mondes… » Après avoir lu les livres sur l’agriculture laissés par les agronomes musulmans d’Espagne, et ceux qui viennent d’autres agronomes anciens qui écrivirent antérieurement sur la culture des divers terrains, ouvrages dans lesquels se trouve l’indication satisfaisante des travaux à exécuter pour les semis, les plantations et tout ce qui s’y rattache ; et en outre ce qui, dans ces mêmes écrits, forme l’accessoire de l’agriculture, comme l’élevage des animaux, c’est-à-dire de ceux d’entre eux qui lui viennent en aide, mon attention s’est fixée sur ce que ces ouvrages contenaient de plus intéressant. C’est, d’après les sources originales mêmes que je rapporte dans mon livre, les systèmes ou manières de voir qui y sont contenus (…).

De l’établissement des jardins et de la disposition des plantations qu’on y doit faire, d’après ce qu’a écrit Ibn Hedjah sur ce sujet. Il faut, dit Junius, quand on veut planter un verger, choisir les emplacements dans lesquels se trouve de l’eau en quantité suffisante. Il faut qu’il ne soit point trop éloigné de l’habitation du maître, autant que faire se peut, afin de jouir à la fois de l’agrément de la vue, de la salubrité de l’air qu’il assainit et du repos qu’il procure à l’œil. La plantation des arbres ne doit point se faire confusément et sans ordre ; il faut, au contraire, rapprocher tous les congénères pour éviter que les espèces trop vigoureuses n’absorbent les sucs nourriciers, et que celles qui sont délicates n’en soient privées. »

Ibn Al-Awwam, Livre de l’agriculture, traduction J.-J. Clément-Mulet, Paris, 1864-1867

Ce livre n’a revu le jour qu’au xviiie siècle lorsqu’il a été retrouvé à la bibliothèque de l’Escurial, traduit en espagnol et imprimé à Madrid en 1802 et à Séville en 1878. Puis il a été traduit en français et publié à Paris en 1865. Il est alors devenu une référence en matière d’agriculture pour les Européens.[réf. nécessaire]

Dans ses ouvrages, Ibn al-Awam s’appuie sur les observations et les informations notées par d’autres scientifiques, comme Al-Dinnouri et Al-Fadel Al Andloussi, tout en citant leurs ouvrages et en reconnaissant leurs contributions. Il s’appuie aussi sur ses propres expériences. Il décrit le goutte-à-goutte bien avant que les agriculteurs du xxe siècle ne s’en attribuent le mérite.

liens du Kitab al-FelahaLe livre de l’agriculture d’Ibn-al-Awal

  • Kitab al-FelahaLe livre de l’agriculture d’Ibn-al-Awal — traduit de l’arabe par : J.-J. Clément-Mullet, Paris, 1864, Tome premier
  • Kitab al-FelahaLe livre de l’agriculture d’Ibn-al-Awal — traduit de l’arabe par : J.-J. Clément-Mullet, Paris, 1866, Tome 2

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s