La supériorité des arabes sur les autres peuples par le Shaykh Al Islam Ibn Taymiyyah an-Numayri

Publié le Mis à jour le

Cavaliers arabes bédouins dans le désert
Cavaliers arabes bédouins dans le désert

La preuve de la vertu des Arabes est contenue dans ce qui a été rapporté par At-Tirmidhi, d’après Al ‘Abbass Ibn ‘Abd Al Mouttalib qui a dit :

« Ô Messager d’Allah ! Les Quraysh se sont réunis afin d’évoquer leur noblesse, et ils t’ont comparé à un palmier ayant poussé dans des détritus (kabwah) sur terre. »

Le Prophète (صلى الله عليه وسلم) répondit :

إن الله خلق الخلق فجعلني في خير فرقهم ثم خير القبائل فجعلني في خير قبيلة ثم خير البيوت فجعلني في خير بيوتهم فأنا خيرهم نفسا وخيرهم بيتا
 » Allah a certes créé les créatures, et Il m’a placé dans le meilleur groupe d’entre eux, puis parmi les meilleures tribus. Il m’a ensuite placé dans la meilleure tribu, puis parmi les meilleures familles. Il m’a ensuite placé dans la meilleure des familles, et je suis de par moi-même et de par ma famille le meilleur d’entre eux.  »
– Shaykh Al Albani le considère authentique (Sahih), voir Mishkat Al Massabih, Volume 3, Hadith n° 5757 –

At-Tirmidhi a dit : « C’est un hadith hassan. »

« Al Kiba » (avec une kasra), « Al Qasr » et « Al Koubah » ont le sens de « détritus », et le sens de cette parole est que le palmier est bon de par sa nature, même si sa base ne l’est pas.

Salman rapporte que le Messager d’Allah (صلى الله عليه وسلم) a dit :

لا تبغضني فتفارق دينك
 » Ne me hais point. Sans cela, tu auras quitté ta religion. « 

Je répondis :

« Ô Messager d’Allah ! Comment pourrais-je te haïr, alors qu’Allah m’a guidé par ta cause ? »

Il dit :

تبغض العرب فتبغضني
 » Si tu hais les Arabes, cela revient à me haïr. »
– Shaykh Al Albani le considère faible (Da’if), voir As-Silsilah Ad-Da’ifah, Volume 5, Page 44, Hadith n° 2029 –

At-Tirmidhi a dit : « C’est un hadith hassan gharib. »

Abu Ja’far Al Hafidh Al Koufi rapporte d’après Ibn ‘Abbass que le Messager d’Allah (صلى الله عليه وسلم) a dit :

أحبوا العرب لثلاث لأني عربي والقرآن عربي ولسان أهل الجنة عربي
 » Aimez les Arabes pour trois raisons : car je suis Arabe, car le Qur’an est Arabe et car la langue des Gens du Paradis est l’arabe.  »
– Shaykh Al Albani le considère inventé (Mawdou’), voir As-Silsilah Ad-Da’ifah, Volume 1, Page 293, Hadith n° 160 –

Al Hafidh As-Salafi dit que ce hadith est hassan, mais je ne sais pas si il a voulu dire que sa chaîne de transmission est bonne selon les critères des Savants du hadith, ou que son texte est bon du point de vue du sens général.

Abu Al Farj Ibn Al Jawzi l’a cité parmi les inventés.

Salman a dit :

يا معشر العرب لتفضيل رسول الله إياكم لا ننكح نساءكم ولا نؤمكم في الصلاة
« Ô Arabes ! En vertu de la préférence qu’a le Messager d’Allah pour vous, nous n’épousons pas vos femmes, et nous ne vous dirigeons pas dans la Salat. »

Sa chaîne de transmission est excellente, et cela a été rapporté par Muhammad Ibn Abi ‘Umar Al ‘Adani et Sa’id dans son Sunan.

Et lorsque ‘Umar rédigea le code définissant les modalités du partage du butin, il classa les gens en fonction de leurs origines. Il commença par ceux qui étaient les plus proches du Messager d’Allah, et ce n’est qu’après les Arabes que les non-Arabes ont été évoqués. Tel était ce code à l’époque des Califes bien guidés (Al Khoulafa Ar-Rashidoun), des Califes des Bani Oumayyah (les Ommeyyades) et des Califes de Bani Al ‘Abbass (les Abbassides), jusqu’à ce que les choses aient été modifiées. Les ahadith et les athar allant dans ce sens sont nombreux, et le plus authentique est celui que nous avons evoqué.

La raison qui singularise cette vertu – et Allah est plus savant – s’explique par ce qu’Allah leur a octroyé aussi bien dans la raison que dans la langue, le comportement et les actions. En effet, la vertu provient soit de la science utile, soit des bonnes actions.

Et la base de la science est contenue dans la force de la raison, qui est la compréhension, la faculté de mémorisation et l’éloquence, qui est elle-même la force du langage, aussi bien dans le discours que dans les expressions utilisées. Et les Arabes sont les plus performants en termes de compréhension, de mémorisation et de faculté de discours et d’emploi d’expressions. Leur langue est la plus complète des langues, aussi bien dans le discours que dans la richesse de ses sens.

Quant aux actions, elles sont bâties sur le comportement, qui est l’instinct créé dans l’esprit d’une personne. Les Arabes ont un instinct de volontariat plus prononcé que quiconque, et ils sont plus à mêmes que quiconque d’agir avec générosité, tolérance, bravoure et loyauté. Avant l’Islam, ils possédaient déjà cette disposition naturelle à faire le bien mais elle a été entravée par le fait qu’ils ne possédaient ni science rélévée, ni trace de Législation (Shari’ah), et ils ne s’affairaient pas dans la science, à l’inverse des autres qui possédaient les Livres révélés ainsi que les paroles des Prophètes, mais qui se sont égarés par la faiblesse de leur raison et la fourberie de leur instinct.

La science des Arabes était plutot contenue dans leur talent pour la poésie et le discours, dans la mémorisation de leur ascendance et de leur histoire et dans ce dont ils étaient dans le besoin dans leur vie d’ici-bas, comme l’astrologie, la science de la localisation des étoiles et l’art de la guerre.
Ainsi, lorsqu’Allah envoya Muhammad (صلى الله عليه وسلم) avec la guidée, ils ont fini par l’accepter après d’intenses luttes, et Allah ôta d’eux ces traditions héritées de l’époque de l’Ignorance, et qui avaient détourné leurs coeurs de leur nature. En étant confrontés à cette guidée, ces souillures ont quitté leurs coeurs, ils ont accepté cette guidée grandiose et sont retournés à leur excellente nature. De ce fait, ils ont réuni la perfection de la force qui a été créée en eux, et la perfection de ce qu’Allah a descendu vers eux, tout comme une terre bonne de par son essence, mais qui ne peut être cultivée, sur laquelle ne poussent que des arbustes et des ronces, et sur laquelle se sont installés les porcs et les carnassiers.
Ainsi, si cette terre est purifiée de ces fléaux que sont ces arbustes et ces animaux nocifs, et si on y plante les meilleurs graines et les meilleurs fruits, cette terre donnera des graines et des fruits d’une qualité incomparable.

Les tout premiers [croyants] parmi les Emigrés (Al Mouhajiroun) et les Auxiliaires (Al Ansar) sont donc les meilleurs de la création d’Allah après les Prophètes. Et les meilleurs des hommes après eux sont ceux qui les ont suivi dans la bienfaisance, qu’Allah les agrée jusqu’au Jour du Jugement, Arabes comme non-Arabes.

Et Allah est plus savant, et Louange à Allah Seul, et qu’Allah prie sur notre Maître Muhammad, sur sa famille et ses compagnons, et qu’Il le salue abondamment.

Source : Shaykh Al Islam Ibn Taymiyyah, Jami’ Ar-Rassa’il – Kitab Fasl fi Ad-Dalil ‘ala Fadl Al ‘Arab (Tome 1, pages 287 à 290)

ibn tayymiya

Shaykh al-Islam Ibn Tayymiyyah est né en 1263, dans une famille célèbre hanbalite arabe issu des Banu Numayr (Numayride) de Harran, (Mésopotamie, aujourd’hui au sud-est de la Turquie) où il passe les premières années de sa vie, puis, à la suite de l’invasion des Mongols il émigre avec son père, à l’âge de six ans, à Damas. Son grand-père Majd ‘ud-dīn ‘Abu-l-barakat Ibn Taymiyya était un juriste reconnu du madhhab hanbalite. Au cours de sa vie il étudie de nombreux ouvrages, dont « L’acquis des connaissances » (Mohassal) de Fakhr ad-Dîn Râzî

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s