L’entrée en 1099 des croisés à Jerusalem (al-Quds) :

Publié le

Le siège d'al-Quds en 1099  lors de la première croisade oriental
Le siège d’al-Quds en 1099 lors de la première croisade oriental

« Entrée des Francs dans la ville sainte. Jérusalem était comprise dans les États de Tadj-ad-Dawla Totosh, qui en avait fait cession à Socman, fils d’Ortok le Turcoman Seldjoukide. Après la victoire remportée par les croisés Francs devant Antioche et le massacre qu’ils y firent, la puissance des Turcs Seldjoukides se trouva affaiblie et ils se dispersèrent. Les Fatimides Égyptiens, voyant la faiblesse des Turcs Seldjoukides, s’avancèrent en Syrie (bilad al-Sham) sous la conduite d’Afdhal, fils de Bedr-Aldjemal, et assiégèrent la ville. Dans ses murs se trouvaient Socman et Ilgaz, tous deux fils d’Ortok le Seldjoukide. Les Fatimides Égyptiens mirent en jeu plus de quarante machines et renversèrent plusieurs parties des murailles. Mais les habitants opposèrent une vive résistance et le siège dura plus de quarante jours. À la fin, au mois de shaban de l’année 489, la ville se rendit. Afdhal usa de générosité envers Socman et Ilgazy (Orqotides), ainsi qu’à l’égard des personnes qui s’étaient jointes à eux. Il leur fit de grands présents et les laissa aller en liberté. Ils se rendirent à Damas et traversèrent ensuite tout l’Euphrate. Socman s’établit dans la ville d’Édesse. Quant à Ilgazy, il passa en Irak. Le vizir fatimide égyptien confia le gouvernement de Jérusalem à un émir connu sous le nom d’Iftikhar-ad-Dawla. Cet émir se trouvait dans la ville sainte quand les Francs arrivèrent devant ses murailles. Comme ils avaient essayé sans succès de prendre la ville d’Acre, ils se portèrent vers Jérusalem et l’assiégèrent pendant plus de quarante jours. Ils élevèrent deux tours contre la ville; l’une était du côté de la montagne de Sion. Les Musulmans y mirent le feu et tuèrent tous les Chrétiens qui s’y trouvaient. Mais au moment où la tour finissait de brûler, un homme accourut pour leur annoncer que la ville venait d’être envahie du côté opposé. La ville sainte fut prise du côté nord, dans la matinée du 22 du mois de shaban. Aussitôt, la foule prit la fuite. Les maudits croisés Francs restèrent une semaine dans la ville, occupés à massacrer les Musulmans. Une troupe de Musulmans s’était retirée dans le Mirhab de David et s’y était fortifiée. Elle se défendit pendant trois jours. Les croisés Francs ayant offert de les recevoir à la capitulation, ils se rendirent et eurent la vie sauve. On leur permit de sortir pendant la nuit et ils se retirèrent à Ascalon. Les Francs massacrèrent plus de soixante-dix mille Musulmans dans la mosquée al-Aqsa. Parmi eux, on remarquait un grand nombre d’imams, d’oulémas et de personnes menant une vie pieuse et austère qui avaient quitté leur patrie pour venir prier dans ce noble lieu. Les Francs enlevèrent de la chapelle de la Sakhra plus de quarante lampes d’argent, chacune d’un poids de trois mille six cent dirhems. Ils y prirent aussi un tennour d’argent qui pesait quarante ratls de Syrie ainsi que cent cinquante lampes de moindre grandeur. Le butin fait par les Francs était immense. »

Traduction prise dans Ghislain Brunel (dir.), Sources d’Histoire médiévale. IXe-milieu du XIVe siècle, Paris, Larousse, 1992, pp. 379-380

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s