GOUVERNEMENT Omeyyade d’Ifriqiya D’OBEIDA IBN ABD ER-RAHMAN AL-SULAMI (727-32) (MEMBRE DE LA TRIBU DE SULAYM.) par l’historien arabe al-Nowayri, (1280 -1331)

Publié le Mis à jour le

Kairouan Tunisia - M.C. Escher, 1928
Kairouan Tunisia – M.C. Escher, 1928

GOUVERNEMENT Omeyyade d’Ifriqiya D’OBEIDA IBN ABD ER-RAHMAN AL-SULAMI (727-32)  (MEMBRE DE  LA TRIBU DE SULAYM.) par l’historien arabe al-Nowayri, (1280 -1331)

 » Obéidah ibn Abd er-Rahman était le fils du frère d’Abou’l-Aawer, qui avait commandé la cavalerie de Muawia.[73]

En arrivant il fit emprisonner les agents[74] de Bischr et leur arracha de l’argent par toutes sortes de mauvais traitements et de tortures.

L’un d’entre eux, Abou’l-Khattab ibn Safwan al-Sulami, chef d’un rang élevé, composa à ce sujet les vers suivants et les envoya au kalife Hischam :

[75] « Les enfants de Merwân (les Omeyades) nous ont lésés dans nos personnes et mis biens ; mais la justice de Dieu est là, s’ils n’agissent pas avec équité.

On dirait, vraiment, qu’ils ne m’ont jamais vu au combat, ni vu, jusqu’à présent, un homme de mérite !

C’est cependant vous que nous avons protégés contre les lances en leur présentant nos poitrines, dans ce temps où vous ne possédiez d’autres guerriers que nous !

Mais vous atteignîtes depuis le but de vos souhaits (l’empire), et, avec lui, toutes les délices de la vie ;

Ainsi, vous tâchez de nous oublier, comme si vous n’aviez jamais eu en nous des amis dévoués, comme si vous n’aviez jamais recherché notre alliance ! mais cela, vous ne sauriez l’oublier. »

A la lecture de ces vers, Hischam entra en courroux et prononça la déposition d’Obéidah.

Celui-ci, en quittant la province d’Afrique, y laissa pour lieutenant gouverneur, Okba ibn Kodama et-Todjîbi, et pour kadi Abd Allah ibn el-Mogheira ibn Berda de la tribu de Koreich.

Ceci se passait au mois de schewal de l’an 114 (commencement de décembre 732 de J. C.).  »  fin. 

notes du traducteur :

[73] Ce fut à la bataille de Siffîn qu’Abou’l-Aawer commandait la cavalerie de Moawia. (Voy. Price, Retrospect of muhammedan history, t. I, p. 263 et suiv.)

[74] Agent, en arabe aamil. Ce terme désigne les gouverneurs des villes et des cantons, et les collecteurs du revenu.

(75) Le poème Original d’Abou’l-Khattab ibn Safwan al-Sulami, chef d’un rang élevé dans l’armée des Omeyyades et membre de la tribu des Banu Sulaym

Traduction française de Chehab ed-Din Ahmed ben Abd al-Wahlab al-Nowayri, de son histoire de la province d’Ifriqiya  et du Maghreb, de al-Andalus et de la Sicile 

Chehab ed-Din Ahmed ben Abd al-Wahlab al-Nowayri, (vers 1280 – 1331) est un historien et jurisconsulte arabe du xive siècle.

Né à Al-Niwaireh en Égypte, il a laissé une encyclopédie historique, intitulée Nihaya al-arab fi fonoun al-adab (c’est-à-dire « tout ce qu’on peut désirer de savoir concernant les différentes branches des belles-lettres »), divisée en cinq parties, de cinq livres chacune. Aussi, il a écrit Chronique de Syrie et Histoire des Almohades d’Espagne et d’Afrique et de la conquete de la ville de Maroc (Marakesh) 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s