Gouvernement Abbasside de la dynastie Muhallabide d’Ifriqiya de l’émir Nasr ibn Habib al-Muhallabi al-Azdi 787-791

Publié le

Haroun al-Rashid calife abbasside  de Baghdad
Haroun al-Rashid calife abbasside de Baghdad

Gouvernement Abbasside de la dynastie Muhallabide d’Ifriqiya de l’émir Nasr ibn Habib al-Muhallabi al-Azdi 787-791 par l’hstorien al-Nowayri, (1280-1331) .

L’historien rapporte qu’à cause de sa vieillesse et de sa décrépitude, Rouh ibn Hatim avait l’habitude de s’abandonner au sommeil pendant les audiences publiques qu’il donnait.

En conséquence, le maître de la poste aux chevaux[117] et le kaïd Abou’l-Anber écrivirent à Haroun al-Raschîd pour l’informer de l’état du gouverneur, lui exprimant la crainte que leur inspirait l’éventualité de sa mort, qui pouvait arriver d’un jour à l’autre ; et que, la province se trouvant dans le voisinage de l’ennemi, le gouvernement ne saurait se maintenir sans un chef d’une grande énergie.

Dans la même lettre, ils nommèrent Noseïr ibn Habib ; ils vantèrent sa sagesse et sa capacité administrative, ils parlèrent de sa popularité et proposèrent au chef des croyants de le nommer secrètement à la place de Rouh, en cas que quelque malheur atteignît celui-ci, et cela provisoirement.

Cette recommandation décida Er-Reschîd à lui envoyer en secret sa nomination. A la mort de Rouh, la grande mosquée fut tendue de tapisseries pour l’inauguration de son fils Kabîsa, qui, s’étant assis, reçut du peuple assemblé serment de fidélité.

Pendant que ces choses se passaient, le maître de poste et Abou’l-Anber montèrent à cheval et allèrent trouver Noseïr auquel ils communiquèrent la lettre qui le nommait au gouvernement de la province d’Afrique ; ils le saluèrent du titre d’émir, ils l’amenèrent à cheval, au milieu d’une escorte, à la grande mosquée.

Là ils firent lever Kabîsa et mirent Noseïr à sa place ; ils donnèrent lecture au public de la lettre du khalife qui nommait Noseïr gouverneur, à l’autorité duquel tout le peuple s’empressa de se soumettre.

Noseïr fit fleurir la justice, il gouverna le peuple avec bonté, et son administration dura deux ans et trois mois. Lors de la mort de Rouh, son fils al-Fadl était amil de la province du Zab, et lorsque la lettre du calife Haroun al-Rashid , qui nommait Noseïr gouverneur, fut rendue publique, il alla trouver le khalife, et il ne cessa de lui faire la cour jusqu’à ce qu’il eût lui-même obtenu sa nomination pour la province d’Afrique.

notes  :

[117] J’ai déjà fait observer ailleurs que le maître de poste correspondait directement avec le khalife abbasside, et qu’il le tenait au courant de la conduite du gouverneur provincial. en arabe  diwan Al Barid

 

Traduction française de Chehab ed-Din Ahmed ben Abd al-Wahlab al-Nowayri, de son histoire de la province d’Ifriqiya  et du Maghreb, de al-Andalus et de la Sicile 

Chehab ed-Din Ahmed ben Abd al-Wahlab al-Nowayri, (vers 1280 – 1331) est un historien et jurisconsulte arabe du xive siècle.

Né à Al-Niwaireh en Égypte, il a laissé une encyclopédie historique, intitulée Nihaya al-arab fi fonoun al-adab (c’est-à-dire « tout ce qu’on peut désirer de savoir concernant les différentes branches des belles-lettres »), divisée en cinq parties, de cinq livres chacune. Aussi, il a écrit Chronique de Syrie et Histoire des Almohades d’Espagne et d’Afrique et de la conquete de la ville de Maroc (Marakesh) 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s