L’armée Abbasside al-Magharibah, (Les occidentaux) était un régiment de l’armée régulière du califat Abbasside :

Publié le Mis à jour le

 

Faris arabe chevalier sous les Abbasside, épée lame droite, cote de maille sous le vêtement
Faris arabe chevalier sous les Abbasside, épée lame droite, cote de maille sous le vêtement

L’Armée Abbasside  « al-Magharibah » ( : المغاربة al-Magharibah, ce qui signifie «Occidentaux») était un régiment de l’ armée régulière du  califat abbasside .

En décembre 830 ou janvier 831, le futur calife Abbasside Abû Ishâq Muhammad (Al-Mu`tasim) est nommé gouverneur de l’Égypte.

Afchîn Khaydar le  général persan et  fils du prince d’Ochrûsana qui sert les califes abbassides, est nommé gouverneur de la région de Barqa avec pour mission de réprimer les rébellions des Coptes et celles des arabes bédouins insoumis de la tribu des Banû Modlej,

Afchîn Khaydar aurai crée  ensuite une armée Abbasside  du dite du « Maghreb »  (al-Maghabiyah) pour le calife  Al-Mu`tasim avec les Arabes du delta du Nil et des déserts proches de Barqa et du désert égyptiens et surement Ifriqiyen composé d’arabes venu avant les Banu Hilal et Banu Sulaym.

abbasidhist3 pr,vive abbasside au 9eme siècle

.

Les Banû Modlej d’Egypte et de la région de Barqa sont une tribu arabe  qu’idolâtrée au temps préislamique une idole du nom de Yagouth (en arabe : yaḡūṯ, يغوث, le secours) une citées dans le Coran (sourate LXXI Noé, 23).

En 642, Les Banû Modlej ont participé à la conquête de l’Égypte et de la Libye sous le commandement du général Rashidun `Amrû ibn al-`As  radi ALLAH Anhu et du calife`Umar ibn al-Khatab radi ALLAH anhu et sont restés dans le pays par la suite à l’époque Abbasside ils étais installés autour d’Alexandrie (al-Iskandariya)  et dans le delta du Nil jusqu’à Barqa en Cyrénaique proche de la Tripolitaine en Ifriqiya.  

L'avenue menant au palais de la abasside général turc Ashnas
L’avenue menant au palais du général turc abbasside  Afchin dans la capitale Abbasside de Samara ou résidé l’armée al-Maghariba Abbasside
 
L’unité a été formée au début du 9eme  siècle de notre ère et se composait de soldats qui étais originaire de l’Afrique du Nord. Au cours de leur histoire, la « al-Maghabiyah » a participé à plusieurs campagnes militaires et a joué un rôle important dans la politique du gouvernement central Abbassides. 

L’origine et la composition de la Magharibah ont fait l’objet de débat. Les historiens ont diversement décrit la « al-Magharibah » comme étant des Berbères d’Afrique du Nord, des esclaves noirs de l’Afrique orientale , et tribus arabes de l’Egypte et Cyrénaïque voir d’Ifriqiya. La  dernière option  celle des arabes étant la théorie la plus largement acceptée. [2]

Épée arabe abbasside du 9eme siècle au musée du Topkapi en Turquie
Épée arabe abbasside du 9eme siècle au musée du Topkapi en Turquie

Selon l’historien arabe al-Mas’udi , le régiment a été créé par le calife abbasside al-Mu’tasim , qui a recruté des troupes (r 833-842.) à Hawf districte de l’Egypte; [3] ce qui a probablement eu lieu avant le califat d’al-Mu’tasim, quand lui et al-Afshin ont été en service en Égypte et à Barqa au nom du calife Abbasside al-Ma’mûn- (r. 813-833). [4]

Après la succession d’Al-Mtas’im  au califat en 833, la « al-Magharibah » formai  un contingent de sa nouvelle armée, ainsi que d’autres unités telles que les Turcs , la « al-Faraghina » (Composée de soldats qui provenaient de la région de Farghana en Transoxiane ), la « al-Ushrusaniyya » (composée de soldats qui provenaient de la région de Ushrusana en Transoxiane), et la al-Shakiriyya . [5] 

Carte de Samarra. Le Ushrusaniyya ont été initialement installés dans le cantonnement d'al-Matira, dans la partie sud de la ville
Carte de la Samarra Abbasside. Les unités  abbassides : al-Magharibah, al-Ushrusaniyya , al-Faraghina et  al-Shakirriya furent initialement installés dans cette nouvelle capitale Abbasside 

 

Avec le reste de l’armée, ils ont obtenu leur propre section dans la nouvelle ville-capitale d’al-Muta’sim à Samarra ; leurs attributions étaient sur le long de la rue du Golfe (Shari ‘Al-Khalij) adjacente au fleuves Tigre , et le quartier Azlakh était connu comme un quartier maghrébin. [6]

Les Maghrébins semblent avoir servi dans l’infanterie, [7] et ils étaient un mélange d’hommes libres et les esclaves. [8]

Ils étaient probablement moins nombreux que les Turcs.   Leur rémunération semble aussi avoir été plus faible; [9] sur l’instigation d’al-Mutawakkil (. r 847-861), le nouveau calife a ordonné que la « al-Magharibah » devais recevoir une allocations inférieures au reste de l’armée, [10] et dans l’année  870  le calife al-Muhtadi (r. 869-870) payais la « al-Magharibah »  un dirham par jour, tandis que les Turcs en ont reçu deux. [11] 

La « al-Magharibah » ont participé à la campagne d’Al-Muta’sim  contre Amorium en 838, au cours de laquelle ils étaient sous le commandement du général abbaside Itakh . [12]

Pendant les califats d’ al-Wathiq (r. 842-847) et al-Mutawakkil (r. 847-861), ils ont participé à un certain nombre de campagnes  sous le général Turc  Bugha al-Kabir .

En 845, ils ont servi sous le génénral Bugha lors de son expédition punitive contre le désordre des arabes des Banu Sulaym dans les environs de Médine . [13]

Dans l’année 848-49 ils ont été envoyés par Bugha pour aider à réprimer une révolte dans Adharbayjan (Azerbaïdjan)  , [14] et en 852 ils ont combattu dans sa campagne pour vaincre Ishaq ibn Isma’il , le rebelle gouverneur de Tiflis . [15]

Dans l’année 855-56 plusieurs Maghrébins ont été sélectionnés pour fournir une escorte pour un échange de prisonniers avec les Byzantins . [16]

Suite à l’assassinat du calife al-Mutawakkil en Décembre 861, la « al-Magharibah » à joué un rôle important lors des événements de l’ anarchie à Samarra (861-870).

Le jour où al-Muntasir a reçu le serment d’allégeance ( bay’a ), la « al-Magharibah » ont été employés comme des troupes anti-émeute contre les habitants de la capitale qui se sont opposés au nouveau calife. [17]

Après la mort d’al-Muntasir en 862, elles ont, avec les Turcs et la « al-Ushrusaniyya », accepté de reconnaître al-Musta’in comme calife, [18] et ils ont été à nouveau utilisés pour attaquer les émeutiers qui ont favorisé le rival d’Al-Musta’in , al-Mu’tazz .[19]

L’année suivante, lors d’une émeute particulièrement sévère à Samarra, la « al-Magharibah » aurai pillé les maisons de plusieurs civils, [20]

Quelques mois plus tard, devenu de plus en plus mécontents du régime actuel, ils ce  sont organisé dans la capitale pour exprimer leur mécontentement, mais ils ont finalement décidé de prendre aucune action et ce sont dispersé dans le calme. [21]  

Lorsque la guerre civile éclata entre al-Musta’in et al-Mu’tazz en 865 pour le pouvoir califale, la « al-Magharibah » se sont battus à l’appui de celle-ci.

Deux mille Maghrébins sous le commandement de Muhammad ibn Rashid al-Maghribi faisaient partie de la force initiale envoyé de Samarra pour  assiéger al-Musta’in à Baghdad , et au cours de la guerre, ils ont participé à plusieurs batailles.

Leur implication a continué jusqu’à la fin de la guerre, à partir de laquelle al-Mu’tazz en sorti victorieux et al-Musta’in a été forcé d’abdiquer. [22]

Après la guerre, la « al-Magharibah »est retourné à Samarra, qui bientôt a de nouveau souffert de violents  troubles.

En 866 un conflit éclata entre la « al-Magharibah »  et les soldats turcs, et au cours des  violences qui ont  suivi deux commandants supérieurs des Maghrébins ont été tués par les Turcs. [23]

 

Bannières Abbasside
Bannières Abbasside

Deux ans plus tard, des Maghrébins ont tué le général turc Bugha al-Sharabi et apporta sa tête au calife à Baghdad. [24]

En 869, cependant, la « al-Magharibah » étais réunis avec les Turcs et la « al-Faraghina » pour déposer le calife  al-Mu’tazz. [25]

Sous le successeur d’al-Mu’tazz, le calife al-Muhtadi , ils ont participé à une partie de la première campagnes contre les rebelles africains noirs appelé  zanjs dans le sud de l’Irak . [26] 

En 870, lors de la révolte contre le calife al-Muhtadi, la « al-Magharibah » est restés fidèles au calife et à l’état Abbasside ; ils l’ont défendu en vain contre les soldats turcs mutins, et ont subi de lourdes pertes à la suite de cet affrontement. [27  

La prise de pouvoir  d’al-Mu’tamid (r. 870-892) semble avoir entraîné le déclin de la « al-Magharibah » suite au soutiens sincère à l’ancien calife. 

Abu Dulaf bien que similaire au minaret de la Grande Mosquée de Samarra , c'est en fait le minaret en spirale d'Abu Dulaf, 15 km au nord de Samarra  al-jafariya construite par le calife al-Mutawakkil en 861
Abu Dulaf bien que similaire au minaret de la Grande Mosquée de Samarra , c’est en fait le minaret en spirale d’Abu Dulaf, 15 km au nord de Samarra  al-jafariya construite par le calife al-Mutawakkil en 861

Le frère d’Al-Mu’tamid Abu Ahmad al-Mowaffaq , qui est devenu le commandant en chef de l’armée, avait des relations solides avec les commandants turcs, et sous sont commandement les Turcs sont venus à dominer l’armée abbasside, à l’exclusion de la « al-Magharibah » et d’autres unités Abbassides.

A partie de ce moment, la « al-Magharibah » sont de plus en plus moins mentionné dans les sources. [28]

Une liste de  budget gouvernementale  Abbasside établi en 892-93 nous indique que la «al-Magharibah», comme étant une formation d’un contingent de gardes du corps du calife abbasside al-Mou’tadid (r. 892-902 ), [29] , mais il n’est pas précisé si il sagit bien de l’armée Maghrebine de la ville de Samarra [30]  

Notes

  1. ^ Talbi, p. 1160; Saliba, p. 113 n. 317
  2. ^ Gordon, pp 38-39. Kennedy, pp 125-26. al-Bili, p. 47; Cooperson, p. 109
  3. ^ Al-Mas’udi, v. 7: p. 118 Voir aussi Ibn al-Athir, v. 6: p. 452
  4. ^ Gordon, p. 38
  5. ^ Kennedy, p. 118 et suiv.
  6. ^ Gordon, p. 185 n. 259; Northedge, p. 120; al-Ya’qubi, p. 263
  7. ^ Al-Tabari, v 36:. p. 104; al-Ya’qubi, p. 263
  8. ^ Gordon, p. 39; Kennedy, p. 126; Northedge, p. 171; al-Tabari, v 34:.. pp 63-64
  9. ^ Kennedy, p. 126
  10. ^ Al-Tabari, v 34:. p. 63
  11. ^ Al-Tabari, v 36:. p. 97
  12. ^ Al-Tabari, v 33:. p. 113; Ibn al-Athir, v. 6: p. 487; Kitab al-‘Uyun, pp. 393-94
  13. ^ Al-Tabari, v 34:. p. 19
  14. ^ Al-Tabari, v 34:. p. 79
  15. ^ Al-Tabari, v 34:. pp. 122-23; Ibn al-Athir, v. 7: p. 67
  16. ^ Al-Tabari, v 34:. p. 139
  17. ^ Al-Tabari, v 34:. p. 203; Ibn al-Athir, v. 7: p. 105
  18. ^ Al-Tabari, v 35:. p. 1; Ibn al-Athir, v. 7: p. 117
  19. ^ Al-Tabari, v 35:. p. 4; Ibn al-Athir, v. 7: p. 118
  20. ^ Al-Tabari, v 35:. p. 11; Ibn al-Athir, v. 7: p. 123
  21. ^ Al-Tabari, v 35:. p. 4
  22. ^ Al-Tabari, v 35: pp. 43 et suiv .;. . Ibn al-Athir, v 7: pp. 145 et suiv.
  23. ^ Al-Tabari, v 35:. pp. 140-41; Ibn al-Athir, v 7:. Pp. 173-74
  24. ^ Al-Mas’udi, v. 7: p. 396; . al-Tabari, v 35: pp. 153-54..
  25. ^ Al-Tabari, v 35:. p. 164; Ibn al-Athir, v. 7: p. 195 Selon al-Mas’udi, v. 7: p. 397, al-Mu’tazz avaient tenté de favoriser la Maghaiba et la Faraghina au détriment des Turcs, qui a conduit à ce dernier le renverser.
  26. ^ Al-Tabari, v 36:. p. 55; Ibn al-Athir, v. 7: p. 212
  27. ^ Al-Tabari, v 36:. pp. 93-95, 97-98, 104; al-Mas’udi, v 8: pp 8-9,.. . Ibn al-Athir, v 7: pp. 229 et suiv.
  28. ^ Kennedy, p. 150
  29. ^ Busse, p. 16
  30. ^ Kennedy, p. 166 n. 70

Références 

  • Al-Bili, Osman Sayyid Ahmad Ismaïl Prelude aux généraux:. Une étude de certains aspects du règne de la huitième «calife abbasside, Al-Mu’tasim Bi-Allah (218-227 AH / 833-842 AD ) Lecture:.. Ithaca Press, 2001, ISBN 0-86372-277-6
  • Busse, Heribert. « Das Hofbudget des Chalifen al-Mou’tadid Billah (279/892 à 289/902). » Der Islam 43 (1967): 11-36.
  • . Cooperson, Michael Al-Ma’mûn Oxford:. Oneworld, 2005. ISBN 1-85168-386-0
  • Gordon, Matthew S. The Breaking of a Thousand Swords: Une histoire de l’armée turque de Samarra (200-275 AH / 815-889 CE) Albany, NY:.. L’Université d’État de New York Press, 2001 ISBN 0-7914- 4795-2
  • Ibn al-Athir, ‘fi Izz al-Din. Al-Kamil al-Tarikh. 6e éd. Beyrouth: Dar Sader 1995.
  • Kennedy, Hugh Les armées des califes:. Militaires et de la société au début des années islamique État de New York:.. Routledge, 2001 ISBN 0-415-25093-5
  • Kitab al-‘Uyun wal-Hada’iq fi Akhbar al-Haqa’iq. Eds. MJ de Goeje et P. de Jong. Leiden: EJ Brill, 1869.
  • Al-Mas’udi, Ali ibn al-Husain. Les Prairies d’Or. Ed. et Trans. Charles Barbier de Meynard et Abel Pavet de Courteille. 9 vols. Paris: Imprimerie Nationale, 1861 à 1917.
  • Northedge, Alastair La topographie historique de Samarra Londres:.. L’École d’archéologie britannique en Irak, 2005. ISBN 0-903472-17-1 .
  • . Saliba, George, trans L’histoire d’al-Tabari, Volume XXXV: La crise du califat abbasside par al-Tabari.. Ed. Ehsan Yar-Shater. Albany, NY:. Université d’État de New York Press, 1985 ISBN 0-87395-883-7
  • Al-Tabari, Abu Ja’far Muhammad Ibn Jarir. L’histoire d’al-Tabari. Ed. Ehsan Yar-Shater. 40 vols. Albany, NY: State University of New York Press, 1985 à 2007.
  • Talbi, M. «Maghrébins». L’Encyclopédie de l’Islam, Volume V. New Ed. Leiden:. EJ Brill, 1986 ISBN 90-04-07819-3
  • Al-Ya’qubi, Ahmad ibn Abu Yaqub. Kitab al-Buldan. Ed. MJ de Goeje. 2e éd. Leiden: EJ Brill, 1892. 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s