Règne du calife Abbasside al-Muktafi (902 -908) par al-Tiqtaqa du « Kitab al-Fakhri »

Publié le

 

362px-Baghdad_old_Abbasid_Minaret Suq al-Ghazel (The Yarn Bazaar) Minaret in Baghdad, Mesopotamia (Iraq). This is the oldest minaret in Baghdad. It belonged to the Caliph Mosque, built by Caliph Muktafi 901–907 AD.
Le minaret Souk al-Ghazel  à Bagdad, ( Irak ) est le plus ancien minaret de Baghdad,  Il appartenait à l’ancienne  » Mosquée du Calife » , construite par le calife abbaside al-Muktafi (901-907) mais le minaret  datais de 1289

Règne du calife Abbasside al-Muktafi (902 -908) par al-Tiqtaqa du « Kitab al-Fakhri »

Après Mou’tadid régna son fils Mouktafî billah, qui s’appelait Abou Muhammad ‘Ali, fils de Mou’tadid.

Il reçut le serment d’investiture en l’année 289 (902). Mouktafî était du nombre des meilleurs khalifes.

C’est lui qui bâtit la mosquée cathédrale dans la place dite Rahba,[172] à Bagdad.

Sous le règne de Mouktafî apparurent les Qarmates,[173] qui sont une secte de Khâridjites.

Ils se révoltèrent et coupèrent la route aux pèlerins, qu’ils cherchèrent à exterminer.

Ils en firent un immense carnage.

Mouktafî envoya contre eux des troupes nombreuses, leur livra combat et tua un de leurs chefs.

C’est Mouktafî qui bâtit le Tadj,[174] à l’endroit appelé ad-dâr ach-châtyija[175] (la maison riveraine), à Bagdad.

Le décès de Mouktafî eut lieu en l’année 296 (908).

Mihrab abbas

DE L’ETAT DU VIZIRAT SOUS LE REGNE DE MOUKTAFI

Lorsque mourut Mou’tadid, Mouktafî était à Raqqa.

Le vizir Qasim, fils d’’Oubeïd Allah, se chargea alors de recevoir le serment d’investiture au nom de Mouktafî, d’une manière satisfaisante.

Il lui écrivit pour l’en informer, et lui adressa le manteau et le sceptre.

Mouktafî vint alors à Bagdad, maintint Qasim, fils d’Oubeïd Allah, dans son vizirat et lui conféra des surnoms honorifiques.

Le pouvoir de Qasim grandit sous le règne de Mouktafî et sa situation devint considérable.

Lorsqu’il fut au moment de mourir, il conseilla à Mouktafî (de prendre comme vizir) ‘Abbâs,[176] fils de Hasan. Mouktafî le prit alors comme vizir.

Abbasid, al-Mustakfi (333-334h), dirham, Antakiya 333h

VIZIRAT D’ABBÂS, FILS DE HASAN

Souli a dit :

« Parmi les vicissitudes du sort et les revirements des choses, les plus étonnants auxquels j’aie assisté est la scène suivante : J’ai vu ‘Abbas, fils de Hasan, au début du mercredi, avant la mort du vizir Qasim, fils d’Oubeïd Allah; il s’était présenté à la maison de celui-ci et embrassé la main de son fils. Puis, à la fin de ce même jour, Qasim mourut, et Mouktafî ayant été revêtu des insignes et nommé vizir, ‘Abbâs, fils de Hasan, le fils du vizir Qasim, fils d’Oubeïd Allah, vint et lui embrassa la main, »

‘Abbas, fils de Hasan était fin, rusé, très cultivé, mais il était faible dans le calcul.

Sa conduite ne fut pas digne d’éloges.

Il était absorbé par ses plaisirs, pendant que les affaires étaient à l’abandon.

Il avait coutume de dire à ses lieutenants dans les provinces :

« Moi, je vous envoie mes ordres scellés ; mais vous, faites ce qui est avantageux. »

Les affaires ne cessèrent pas d’être en désordre sous son administration, jusqu’à ce que Housain, fils de Hamdân[177] et un groupe de soldats l’assaillirent et le tuèrent, et cela sous le règne de Mouqtadir (908-932).[178]

FIN DU RÈGNE DE MOUKTAFÎ ET DE L’ADMINISTRATION DE SES VIZIRS.

[172] C’est, je crois la place nommée Rahba de Yakoub fils de Dawoud. Cf. Salmon, Introduction topographique, p. 124. C’est là que devait s’élever la mosquée en question. Sur les mosquées de Bagdad, voy. Ibn Batoutah, Voyages, trad. Defrémery et Sanguinetti. II, 107, 109, 111.

[173] Pour ce qui concerne cette révolte, nous renvoyons à l’excellent travail de M. de Goeje, Mémoire sur les Carmathes du Bahreïn, 2e édition, Leide, 1886, in 8°.

[174] Sur ce palais et l’emplacement sur lequel il a été construit, voy. les renseignements recueillis par G. Salmon dans sa thèse sur la topographie de Bagdad : Introduction topographique à l’histoire de Bagdad par Georges Salmon, p. 52 et sq. et p. 130 (Fasc. 148 de la Section des Sciences historiques et philologiques de l’Ecole des Hautes Etudes).

[175] Ce palais appartenait précédemment à Djafar, fils de Yahya le Barmékide. Après la disgrâce et la confiscation des biens de cette famille, le khalife Haroun er-Rachid le donna à son fils Mamoun, qui en disposa, à son tour, au profit de son vizir Hasan, fils de Sahl, dont il avait épousé la fille Boûrân. C’est ce palais qui fut nommé ainsi « la maison riveraine », nom qui a été défiguré en dur ach-châtibiyya, par Hamdallah Moustaufi, apud Ch. Schefer, Siaset Nameh, Supplément, p. 147.

[176] Il fut aussi vizir du khalife suivant, Mouqtadir; voy. infra. Cf. Massoudi, Prairies d’or, VIII, 248 et suiv. ; Ibn al-Athir, VIII, pp. 6 et 10.

[177] Cf. Massoudi, Prairies d’or, VIII, 24S-249 ; Ibn al-Athir, Chronicon, VIII, 10-13.

[178] Massoudi [loc. cit.] donne la date exacte : onze jours avant la fin de Rabi’ I de l’année 296 (= 908).

"La mosquée du calife" près de Shorja à  Baghdad la mosquée est moderne mais le minaret appartenait a la mosquée du calife al-Muktafi (901-907 ) mais date vraisemblablement de 1289
« La mosquée du calife » près de Shorja à Baghdad, celle mosquée est moderne mais le minaret appartenait a la mosquée du calife al-Muktafi (901-907 ) mais date vraisemblablement de 1289 

(wikipedia) Abû Ahmad “al-Muktafî bi-lah” ʿAlî ben Ahmad al-Muʿtamid1, surnommé Al-Muktafî2, est né en 878. Il a succédé à Al-Mu`tadid son père comme dix-septième calife abbasside de Bagdad en 902. Il est mort en 908. Son frère Al-Muqtadir, lui a succédé.

Sa mère était une esclave turque au service de son père Al-Mu`tadid. Au décès de son père il était en mission à Ar-Raqqa ; il se rendit aussitôt à Bagdad. Il se fit rapidement apprécier du peuple en abolissant quelques-unes unes des mesures répressives de son père. Il a fait fermer les prisons souterraines qui étaient devenues la terreur de Bagdad.

Les Qarmates

Le premier problème qu’il a eu à affronter c‘est l’insurrection des Qarmates qui avait débuté pendant le règne précédent.

Les armées impériales étaient engagées en Égypte. En 902, des qarmates, sous le commandement de Zikrawayh ont conquis quelques villes du Nord de la Syrie (Alep, Homs, Hama). Le calife abbasside les a vaincus.

Un autre meneur appelé « l’homme à la chamelle » attaqua Damas, il fut tué pendant l’assaut. Un autre se prétendant Mahdî terrorisa une partie de la Syrie, il fut exécuté en 904.

Zikrawayh est entré dans Koufa le 13 octobre 9053. Il a organisé le pillage des caravanes revenant du pèlerinage à La Mecque.

Al-Muktafi a désigné le général turc Wasif à la tête d’une grande armée pour aller à la rencontre de Zikrawayh. Après deux jours de combat Zikrawayh est pris. Il est mort de ses blessures au cours du voyage vers Bagdad (907), sa mort mit fin à cette période de troubles en Syrie et en Irak. La foule de Bagdad a salué avec satisfaction son cadavre. Son armée a été poursuivie en Syrie et détruite par Al-Husayn ben Hamdan.

Intérieur de la mosquée Abbasside Tulunides Ibn Tulun au Caire en Egypte
Intérieur de la mosquée Abbasside Tulunides Ibn Tulun au Caire en Egypte

En Égypte

Le calife Al-Muʿtadid, avait reconnu l’autonomie de gouvernement de Khumârawayh sur les régions qu’il contrôlait contre le versement d’un tribut annuel (892). Khumârawayh est assassiné en 896. Le pays sombre dans le désordre. Abû al-`Asâkir, le fils de Khumârawayh, est assassiné peu de temps après sa prise de pouvoir comme émir d’Égypte et de Syrie. Son second fils Hârûn lui a succédé bien que la situation continuât de se détériorer (896).

Dans le combat contre les Qarmates en Syrie, les armées du calife avaient reçu une aide substantielle des armées l’Égypte sous le commandement de Muhammad Sulayman. En voyant l’état de l’émirat Toulounide, ce général se mit au service du califat pour prendre l’Égypte. Une flotte partie de Tarse se dirigeait vers le Nil dans le même but. Arrivé aux abords du Caire, il n’eut pas à combattre car la plupart des capitaines se sont ralliés à lui. Hârûn est tué d’une flèche au cours de cette prise du Caire en 904.

Les troupes ont dévasté la ville, détruisant toute l’œuvre des Toulounides, leurs richesses ont été emmenées à Bagdad. Muhammad Sulayman est accusé de spoliations et est mis en prison. C’est Chayban, frère d’Ahmad ibn Touloun qui a repris la fonction d’émir d’Égypte jusqu’en 905.

Finalement, Al-Mutakfi a lancé une expédition contre les Toulounides et a mis fin à cette dynastie (905).

La dynastie arabe des hamdanides , vasaux des abbassides (800-890)
La dynastie arabe des Hamdanides , vassaux des abbassides (890-1004)

En Irak

Les populations Kurdes s’étaient regroupées aux environs de Ninive. Le gouverneur de Mossoul était l’Hamdanide Abu al-Hayja qui a été nommé à ce poste 905. Les troupes arabes sous ses ordres repoussent les Kurdes jusqu’en Azerbaïdjan..

Le bassin des Aghlabides , Kairouan , Tunisie, Ifriqiya.
Le bassin des Aghlabides , Kairouan , Tunisie, Ifriqiya.

En Ifriqiya 

Abu ‘l-Abbas Abdallah II l’Aghlabide régnais pour les Abbassides en Ifriqiya (902-903). Il a repris l’émirat après son père Abou Ishaq Ibrahim II  qui a été forcé d’abdiquer après un règne tyrannique. Il se mit aussitôt à essayer de réduire l’autonomie des berbères  Kutama pour arrêter la missions ismaélienne du da’i Abu Abdullah al-chii , mais sans succès, il essaya aussi de remplacer le rite  malikite  pour celui du droit Hanifites d’Irak et il a également échoué. Abdullah a été assassiné par son fils Abu Muda Ziyadat Allah en 903,  arrivé au pouvoir après avoir fait ‘assassiner son père Abdallah II en 903, il avait immédiatement  fait exécutées tous ses frères et oncles pour éliminer les rivaux possibles. La tribu berbère des  Kutama sous  le missionaire islamélien Abu ‘Abdullah al-chii a continué à gagner en force et ont pu s’emparer de la ville aghlabide (Abbassides) de Sétif – après deux campagnes mené par les Aghlabides (905 et 906) elle ce sont terminés par un échec. Après la conquête du sud de l’Ifriqiya les troupes des Aghlabides  ils ont été défaits à la bataille d’al-Aribus le 18 Mars 909, toute l’Ifriqiya Abbassides (Algerie, Tunisie et Libye) était maintenant dans les mains des Ismaéliens et des  Kutamas métnt fin a la dynastie des aghlabides. Ziyadat réussi à s’échapper au Proche-Orient , mais n’a pu obtenir aucune d’aide des Abbassides pour  récupéré son émirat. Il mourut en 916 en Palestine.

Le Mausolée des Samanides est le tombeau d'Ismail Ier à Boukhara. Construit vers 900
Le Mausolée des Samanides est le tombeau d’Ismail Ier à Boukhara. Construit vers 900

Au Khorasan

Les Samanides régnaient sur le Khorasan. En 900, au nom du calife, ils avaient vaincu le Saffaride Amr ibn Layth. Ils devaient faire face aux incursions des Turcomans. Ils devenaient pratiquement indépendants de Bagdad étendant leurs territoires jusqu’en Transoxiane.

Le sac de Thessalonique (Byzance)  par les arabes (vassaux Abbassides)  en 904
Le sac de Thessalonique (Byzance) par les arabes (vassaux Abbassides) en 904

Les Byzantins

Au cours du règne d’Al-Muktafi comme pendant le règne précédent, les hostilités avec les Byzantins n’ont jamais vraiment cessé. Le gouverneur Toulounide de Tarse avait dû incendier une flotte arabe de 50 vaisseaux, laissant ainsi le camp libre aux Byzantins. En 905, les troupes byzantines formées de dix armées de 10 000 hommes chacune ont dévasté les côtes restées sous domination musulmane. Dans le même temps une flotte musulmane dirigée par un renégat grec, ravageait la côte en face de Byzance.

Il s’en est suivi d’autres combats, jusqu’à ce que la paix soit faite, avec l’échange de prisonniers et le paiement de rançon.

al-Muktafi (289-295h), Gold Dinar, Ras al-‘Ayn 289h

Fin du règne

Après un règne tumultueux de moins de sept ans, Al-Muktafî pouvait voir un califat plus en sécurité qu’au moment de la mort de son père. Un de ses derniers actes politiques a été de reconnaître Ahmad II comme successeur légitime de son père Ismail Ier sur le trône desSamanides (907).

Al-Muktafi était retenu dans son lit depuis plusieurs mois à cause d’une maladie. Il a alors pensé à sa succession. Il avait le choix entre son puiné et un des fils d’Al-Mu`tazz. Le Vizir dans l’espoir d’avoir plus d’influence sur un enfant, a appuyé le choix d’Al-Muqtadir alors qu’il n’avait que treize ans au moment de prendre la succession (908).

Notes

  1. arabe : abū aḥmad al-muktafī bi-llāh ʿalī ben ʾaḥmad al-muʿtamid,
    أبو أحمد « المكتفي بالله » علي بن أحمد المعتمد
  2. Ne pas confondre
    Al-Muktafî, arabe : al-muktafī bi-llāh,
    المكتفي بالله, Satisfait par Dieu
    avec son quasi homonyme et trente-et-unième calife
    Al-Muqtafi, arabe : al-muqtafi li-ʾamr allāh,
    المقتفي لأمر الله, Sur le (bon) chemin par la volonté de Dieu
  3. 10 dhu’l-Hijja 292 A.H.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s