Histoire de la dynastie arabe des Salihides de Nekor par Ibn Khaldun al-Hadrami :

Publié le Mis à jour le

Nekor

Histoire de la dynastie arabe des Salihides (Banu Salih) de Nekor (Nord-Maroc) par Ibn Khladoun al-Hadrami :

Les BENI-SALEH-IBN-MANSOUR , ROIS DE NOKOUR , ET DU ROYAUME QU’ILS FONDERENT DANS LE PAYS DES GHOMARA.

Lors de la conquête musulmane, les vainqueurs se partagèrent les cantons et les provinces du Maghreb et, à plusieurs reprises, ils obtinrent des khalifes l’envoi de nouvelles troupes afin de faire la guerre aux Berbères.

Dans le premier corps de ces renforts, lesquels étaient composés d’Arabes de toutes tribus , se trouva un chef himyerite appartenant à ceux du Yémen et nommé Saleh-Ibn-Mansour.

Ce guerrier, qui était généralement connu par le sobriquet d’El-Abd-es-Saleh (le bon serviteur), s’appropria [le territoire de] Nokour, et, vers l’an 91 de l’hégire (709-10), il obtint du khalife Omeyyade El-Ouélîd-Ibn-Abd-el-Mélek l’autorisation de garder ce pays comme icta ».

 

Voilà ce que dit l’auteur du Mikyas s. a Du côté de l’Orient, le territoire de Nokour touche à Zouagha et au Djeraona d’Ibn-Abi-‘l-Aîch *, de sorte qu’il a cinq » journées de longueur ; il avoisine Matmata, Kebdana, Mernîça, Ghassaça, localité dont les habitants s’appellent les Gens » du Mont-Herek et Colouâ-Djara , endroit qui appartient aux » Beni-Ourtendi.

Du côté de l’occident, il a pour limites le pays » des Beni-Merouan, tribu ghomarienne, le territoire des Beni-Hamîd et les cantons occupés par les Mecettaça et les Sanhadja. » Derrière ces peuplades se trouvent les Auréba et la bande de Ferhoun (hizb-Ferhoun), les Beni-Ouélîd, les Zenata [de Tabrîda], les Beni-Irnîan et les Beni-Ouacen de la bande de » Cacem, seigneur du Za. »

— Au nord de Nokour, à la distance de cinq milles, on rencontre la mer.

L’île de Nekor  de nos jours face a la baie et au port
L’île de Nekor de nos jours face a la baie et au port

Saleh ayant reçu ce territoire comme ictâ, y fixa son séjour et eut une nombreuse postérité. Il commença  par rassembler au tour de lui les tribus ghomarites et sanhadjiennes ; et, après les avoir converties à l’islamisme, il maintint son autorité avec leur appui.

Ayant alors pris possession de Temçaman, il propagea rapidement la vraie religion parmi ces populations.

Les devoirs et obligations de la loi leur étant ensuite devenus à charge, elles retombèrent dans l’infidélité, forcèrent Saleh à quitter le pays et prirent pour chef un homme de la tribu de Nefza, surnommé Er-Rondi. Peu de temps après, elles revinrent à la foi et rappe lèrent Saleh au commandement.

Depuis lors, cechef régna sur elles jusqu’à sa mort, événement qui eut lieu à Temçaman, en l’an 132 (749-50).

Son fils et successeur, El-Motacem, prince rempli d’intelligence et de générosité, se distingua aussi par sa piété . pendant son règne, malheureusement bien court, il présida en personne à la prière publique et fit le prône (khotba) lui-même.

Son frère Idrîs, qui lui succéda, posa les fondements de la ville de Nokour sur le bord de la rivière [ainsi nommée] ; mais il laissa son ouvrage inachevé et mourut en 143 (760-1). Son fils Saîd hérita de l’autorité souveraine et atteignit à une grande puissance.

Il habita d’abord à Temçaman ; mais, bientôt aprèsson avénement, il termina la construction de Nokour et alla s’y établir. Nokour est la même ville qui porte, de nos jours, le nom d’El- Mezemma. Elle est située entre deux rivières dont l’une, le Nokour, descend du pays des Gueznaïa où il prend sa source dans la même montagne qui donne naissance à l’Ouergha.

La cité portuaire d'Al-Mazama , a été fondée par la dynastie des Banu Salih, servait de port à l'émirat de Nekor (9 -11e siècle) dont la capitale se situait à 12 km au sud d'Al-Hoceima. Devenu plus grand sur le site en face de l'île, donc plus important pour l'émirat, il est qualifié de port de Nekor
La cité portuaire d’Al-Mazama , a été fondée par la dynastie des Banu Salih, servait de port à l’émirat de Nekor (9 -11e siècle) dont la capitale se situait à 12 km au sud d’Al-Hoceima. Devenu plus grand sur le site en face de l’île, donc plus important pour l’émirat, il est qualifié de port de Nekor

L’autre rivière, appelée le Ghîs1, sort du pays des Beni-Ourîagol et verse ses eaux dans le Nokour auprès d’Agdal; plus loin, elles se séparent l’une de l’autre et vont se jeter dans la mer par des embouchures différentes. La ville d’Espagne qui se trouve vis- à-vis de Nokour se nomme Bézelyana *.

En l’an 144 (764), les Madjous (Vikings-Normands) arrivèrent avec une flotte et, s’étant emparés de Nokour, ils la saccagèrent pen dant huit jours, mais ils en furent expulsés par les Beranès qui s’étaient ralliés autour de Saîd.

Quelque temps après, les Gho- mara déposèrent Saîd et mirent sur le trône un homme de leur tribu nommé Sogguen.

Une guerre s’ensuivit dans laquelle Saîd tua son rival, dissipa les insurgés et remporta, par la grâce de Dieu, une victoire éclatante. Il mourut en 188 (803-4) après un règne de trente-sept ans.

Son fils Saleh-Ibn-Saîd, qui lui suc céda, imita ses prédécesseurs dans l’exacte observation de la loi musulmane, et, jusqu’à sa mort *, il ne cessa de faire la guerre aux Berbères.

Il régna soixante-deux ans et mourut en 250 (864).

Son fils cadet, Saîd-Ibn-Saleh, qui lui succéda, eut à livrer plusieurs batailles à sou frère Obeid-Allah et à son oncle Er- Rida qui s’étaient révoltés contre lui.

Les ayant enfin vaincus, il déporta le premier en Orient et pardonna au second dont il avait épousé la fille.

Obeid-Allah mourut à la Mecque. Ensuite il ôta la vie à tous ceux de ses oncles et parents qui tombèrent entre ses mains ; mais, par cette politique cruelle, il inspira à Séadet-Allah-Ibn-Haroun, un autre de ses parents, la résolution de les venger.

Séadet se réfugia dans la montagne d’Abou-‘l-Hacen *, chez les Beni-Islîten, et, par ses indications, il les mit à même de surprendre le camp de son neveu , d’enlever tous ses équi pages et de massacrer plusieurs milliers de ses partisans.

Ancienne vue sur le port d'al-Huceima
Ancienne vue sur le port d’al-Huceima

A la suite de ce succès, les vainqueurs mirent le siége devant Nokour, mais Saîd, favorisé de nouveau par la fortune, réussit à leur tuer beau coup de monde et força Séadet-Allah à s’enfermer dans Temçaman.

Ayant fait prisonnier Meimoun, frère [de Séadet-Allah], il lui fit trancher la tête ; et, étant enfin parvenu à réduire son ad versaire à la nécessité d’implorer la paix, il consentit à sa prière et le logea auprès de lui dans la ville de Nokour. Quelque temps après, il se mit à la tête de ses gens de guerre et, soutenu par les Ghomara qui habitaient ses états, il attaqua les Botouïa, les Mernfça, les habitants de Colouâ-Djara et les Beni-Ourtendi.

Comme il avait marié sa sœur à Ahmed, fils d’Idrîs-Ibn- Mohammed-Ibn-Soleiman, seigneur de [Djéraoua], il fit venir ce prince à Nokour pour y demeurer. Son autorité se maintint dans cette partie du Maghreb jusqu’au moment où il reçut du Mehdi, Obeid- Allah, l’invitation d’embrasser la cause des Fatemides.

En bas de cette sommation se trouvaient inscrits les vers sui vants : Si vous soutenez ma cause, je soutiendrai la vôtre; si vous vous détournez de moi, je vous jugerai digne de-mort. Brandissant un glaive qui doit briser toutes vos épées, j’en trerai sans peine dans votre pays et je le remplirai de car nage. 

El-Ahmas de Tolède, poète à la solde de Saîd, composa une réponse à ces vers, sur la demande de Youçof-Ibn-Saleh, frère de cet émir, et il l’envoya au Mehdi.

Nous la reproduisons ici :

Tu en as menti; j’en jure par la maison de Dieu! non, tu ne sais pas pratiquer la justice, et le Miséricordieux ne recon naît aucun mérite à tes paroles . Tu n’es qu’un ignorant, un imposteur; et pour ressembler aux autres sots, tu prends le plus court chemin.

Nos pensées généreuses ont pour objet la religion de Muhammad (swsw); les tiennes, Dieu les a rendues viles. Obeid-Allah éprouva une telle indignation à la lecture de ces vers qu’il expédia une dépêche à Messala-Ibn-Habbous, gou verneur de Tèhert, lui ordonnant de marcher contre le prince de Nokour.

Ce fut en l’an 304 (916-7), après avoir régné cin quante-quatre ans, que Saîd vit éclater cet orage. Pendant quelques jours, il combattit bravement à la tâte de son peuple, et il mourut enfin sur le champ de bataille avec presque tous les siens.

Leurs têtes furent envoyés à Raccada et portées en triomphe à travers les rues de cette ville.

Le petit nombre de guer riers qui échappèrent au massacre s’embarquèrent pour Malaga et trouvèrent auprès d’En-Nacer [le khalife oméïade] un accueil des plus honorables.

Selon le président de l’association Mémoire du Rif, Omar Lemallam, la construction de la ville d’Al Mazamma est intervenue suite à l’expansion de la principauté du Nekor, fondée à la fin du 7ème siècle par Saleh Ben Mansour
Mur d’enceinte . Selon le président de l’association Mémoire du Rif, Omar Lemallam, la construction de la ville d’Al Mazamma est intervenue suite à l’expansion de la dynastie Salahide du Nekor, fondée à la fin du 7ème siècle par Saleh ibn Mansour al-Himyari

Messala resta dans Nokour pendant six mois, et en partant pour Tèhert, il y laissa en qualité de gouverneur un officier ketamien nommé Deloul. Saleh , Idrîs [et] El-Motacem , tous fils de Saîd, étaientencore à Malaga avec les débris de leur peuple, quand ils apprirent que les troupes de Deloul avaient abandonné leur général. A cette nouvelle, ils équipèrent plusieurs vaisseaux et partirent pour Nokour. Saleh y ayant devancé ses compagnons, entra au port de Temçaman, rallia les Berbères autour de lui et reçut d’eux tous le serment de fidélité. Ils lui donnèrent alors le surnom d’El-Yetîm (l’orphelin), à cause de sa jeunesse.

Ceci se passa en 305 (917-8). Alors ils marchèrent contre Deloul, le firent prisonnier et lui ôtèrent la vie, ainsi qu’à tous ses gens.

Saleh écrivit alors à En-Nacer pour lui annoncer cette victoire, et il fit proclamer la souveraineté de ce monarque dans toute l’é tendue de ses états.

En-Nacer lui envoya, en retour, un cadeau magnifique et les insignes de la royauté. Les frères de Saleh étant enfin arrivés, lui prêtèrent le serment de fidélité.

Ce prince continua, jusqu’à sa mort, à suivre la politique de ses prédecesseur. Son fils Abd-el-Bediâ lui succéda en 315 (927-8) et prit lesurnom d’El-Mouwaïed (le bien soutenu).

L'émirat de Nekor est en bleu ciel
L’émirat de Nekor est en bleu ciel

 

Deux années plus tard, Mouça-Ibn-Abi-‘l-Afïa, coryphée du parti fatimides en Maghreb, marcha contre Nokour et l’emporta d’assaut. Saleh y perdit la vie et sa ville fut livrée au pillage et ruinée de fond en comble. Quelque temps après, les fuyards y rentrèrent et mirent à leur tête Abou-Aïoub-Ismaîl , fils d’Abd-el-Mélek , fils d’Abd-er- Rahman, fils de Saîd, fils d’Idrîs, fils de Saleh, fils de Mansour.

Le nouveau chef ayant rebâti et repeuplé la ville de Nokour, y habitait depuis trois ans, quand Meiçour, affranchi d’Abou-‘l- Cacem-Ibn-Obeid-Allah [le khalife fatemide] et commandant de l’armée qui faisait alors le siége de Fez, envoya contre lui un corps de troupes sous la conduite de son client Sandal.

Cet officier bloqua d’abord Djeraoua, et, dirigeant ensuite ses troupes contre Nokour, contraignit Ismaîl-Ibn-Abd-el-Mélek a s’enfermer dans la forteresse d’Akeddi *.

Brûlant alors de venger la mort de quel ques parlementaires auxquels, pendant sa marche, il avait donné la commission de se rendre auprès d’Ismail et qui avaient été tués par l’ordre de ce prince, il poussa en avant et emporta la place d’assaut au bout de huit jours de combats.

Il reprit alors la route de Fez, après avoir ôté la vie à son adversaire et installé un gouverneur, nommé Mermazou le ketamien, dans la forteresse qu’il venait d’enlever et livrer au pillage.

Les habitants de Nokour profitèrent de son départ pour proclamer la souveraineté de Mouça, fils d’El-Motacem-Ibn-Mohammed-Ibn-Corra-Ibn-el- Motacem-Ibn-Saleh-Ibn-Mansour.

Ce prince, qui était générale ment connu par le surnom d’Ibn-Roumi, se trouvait alors dans le Djebel-Abi-‘l-Hacen, chez les Beni-Islîten. L’auteur du Mikyas lui assigne la généalogie suivante : Mouça-Ibn-Roumi-Ibn-Abd- es-Semiâ-Ibn-Idrîs-Ibn-Saleh-Ibn-Idrîs-Ibn-Saleh-Ibn-Mansour-

Le nouveau souverain ayant fait prisonniers Mermazou et tous ses gens, les fit décapiter et envoya leurs têtes à En-Nacer. En l’an 329 (940-1) , il fut détrôné et chassé de Nokour par un de ses parents nommé Abd-es-Semiâ-Ibn-Djorthem-Ibn-Idrîs-Ibn- Saleh-Ibn-Mansour.

Il se retira alors en Espagne avec ses servi teurs, ses enfants, son frère Haroun-Ibn-Roumi, quelques-unsde ses oncles et beaucoup d’autres membres de la famille.

Ils se fixèrent, les uns dans Almeria, avec leur chef, et, les autres, dans Malaga.

Plus tard, les habitants de Nokour tuèrent Abd-es- Semiâ et rappelèrent de Malaga un descendant de Saleh-Ibn- Mansour nommé Djorthem-Ibn- Ahmed-Ibn-Zîadet- Allah- Ibn- Saîd-Ibn-Idrîs-Ibn-Saleh.

Ce prince passa en Afrique sans perdre un instant, et ayant reçu, en 336 (947-8), le serment de fidélité que l’on s’empressa de lui prêter, il commença un règne qui devait être très-heureux. A l’instar de ses prédécesseurs, il se montra observateur fidèle du rite malékite.

Il mourut vers la fin de l’an 360 (971), après avoir exercé le commandement pen dant vingt-cinq ans.

L’autorité se conserva dans sa famille jus qu’à la prise d’Oran par les Azdadja; alors, Yala-lbn-Fotouh, chef de cette tribu, marcha sur Nokour et s’en rendit maître.

Ceci eut lieu en 406 (1015-6), ou en 410, selon un autre récit [celui d’El-Bekri].

La ville fut détruite ainsi que le pouvoir de cette dynastie, pouvoir qui commença avec Saleh et dura trois cent quatorze ans.

Nokour resta entre les mains des Azdadja et de la famille de Yala-lbn-Fotouh jusqu’après l’an 460 (1067-8) *. 

(fin)

Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l’Afrique septentrionale, tr. par le baron de Slane Abd al-Raḥman b. Muḥammad Ibn Khaldûn
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s