La ville ronde Abbasside de Madinat al-Salam Baghdad

Publié le Mis à jour le

Reproduction de la ville ronde de Baghdad (Madina al-Salam) fondé par le deuxième calife abbasside Abu Jafar al-Mansur en 762 JC
Reproduction de la ville ronde de Baghdad (Madina al-Salam) fondé par le deuxième calife abbasside Abu Jafar al-Mansur en 762 JC

Ville ronde de Bagdad (appelé aussi: La Cité de la Paix, en arabe: Madinat-As-Salam) est une ancienne ville construite dans la partie ouest de Bagdad, entre 767 et 912 après JC. Dans ce territoire inclus la Maison de la Sagesse (al-Bayt al-Hikma)

Pour amorcer la construction de sa nouvelle capitale, le deuxième calife Abbasside Abu Jafar Al Mansur avait engagé les astronomes les plus renommés ainsi que les artisans les plus habiles de tout l’empire Abbasside, onstruite en quatre ans par 100 000 ouvriers venu de toute les partie du califat.

plan de bagdad a son aposgé
Plan de Bagdad entre 150 et 300 de l’hégire 

Dès sa construction, la ville s’annonçait comme une ville grandiose.

Le plan de la ville était parfaitement circulaire, le tout visant à rendre facile l’administration de la ville et du commerce.

Le centre de la Ville Ronde était occupé par une grande mosquée ainsi que par le palais du calife.

reproduction d'une prote de la ville ronde de Madinat al-Salam, Baghdad source : Osprey, McBride, Nicolle ,
Reproduction d’une porte de la ville ronde de Madinat al-Salam, Baghdad source : Osprey, McBride, Nicolle , « Saracens Stronghold »

Lorsque le calife parlait à la population, il le faisait toujours caché derrière un rideau de soie noir.

Du centre, partaient quatre avenues qui menaient aux portes. Tout autour du palais et de la mosquée se trouvaient les logements des officiers de la cour et les bureaux administratifs.

Toutes les constructions étaient bâties en briques, matériau traditionnel de la région.

Baghdad  la cité ronde, capital Abbasside
Baghdad la cité ronde, capital Abbasside

Le Bagdad des Abbassides est une ville ronde de quatre kilomètres de diamètre avec quatre portes : Bab Echam, Bab Khorassane, Bab Bassora et Bab Al Koufa. Elle est protégée par un fossé de vingt mètres de large et une double enceinte circulaire. Le palais, la mosquée et les casernes se trouvent au centre, tandis que la ville constitue un anneau entre les deux remparts.

Baghdad la cité ronde
Baghdad la cité ronde

La ville a un dôme vert, de 48,36 mètres de haut, construit sur le palais, dominant la ville. Ce dôme qui fit la gloire de Bagdad se serait effondré en 941 à cause de la foudre. La ville ne tarda pas à s’agrandir et donc à perdre sa forme ronde originelle. Au Moyen Âge, les voyageurs européens confondaient Bagdad avec Babylone. À cette époque, elle était formée de deux grandes parties :

  1. La ville ronde d’al-Mansur sur la rive ouest du Tigre ;
  2. La ville fortifiée par Al-Mustazhir en 1095, à l’est. En 1221, le calife An-Nasir rénova les fortifications auxquelles il flanqua des bastions. Une seule porte est encore conservée : Bab al-Wastani dont la tour mesure14,5 mètres de haut pour une circonférence de 56 mètres.
Baghdad au temps d'Abu Jafar al-Mansur
Baghdad au temps d’Abu Jafar al-Mansur

La majeure partie de la Ville Ronde fut détruite lors d’une guerre de succession en 812-813. Seule la mosquée a été épargnée par les attaques.

C’est à Bagdad qu’est fondée en 832 la plus ancienne Maison de la sagesse (Bayt al-hikma), sous le règne d’Al-Mamun.

Elle devient la plaque tournante du grand commerce :

  • ports du golfe Persique (Ubullah, port de Bassora ou Sirâf) vers l’Inde (épices, pierres précieuses), la Chine (soie), le Yémen (parfums) et l’Afrique orientale (bois précieux, ivoire, or) ;
  • route de la soie par l’Asie centrale ;
  • routes terrestres vers les Bulgares de la Volga, le monde scandinave (peaux et fourrures), Constantinople, l’Occident chrétien, le Soudan…
Les portes de la ville ronde d'Abu Jafar al-Mansur al-Abbassi _ Bab ad-Dimashq _ Bab al-Khurasan _Bab al-Kufa' _Bab al-Basra
Les portes de la ville ronde d’Abu Jafar al-Mansur al-Abbassi
_ Bab ad-Dimashq
_ Bab al-Khurasan
_Bab al-Kufa’
_Bab al-Basra

Cet immense cercle avait un diamètre de quatre kilomètres et était entouré d’un fossé de 20 mètres de large et de deux immenses murailles de pierres.

La première avait une hauteur de 17 mètres et une épaisseur de cinq mètres alors que la seconde faisait 14 mètres de haut et 4 mètres de large.

Quatre portes permettaient d’entrer dans la ville. Pour mieux contrôler les entrées et les sorties, des sentinelles gardaient les portes en tout temps.

Carte de Baghdad entre 400 et 700 de l'hégire période sous les Buyyid Seldjouk et mongoles source Collected Works of Guy Le Strange The Medieval Islamic World, Volume 1
Carte de Baghdad entre 400 et 700 de l’hégire période sous les Buyyid Seldjouk et mongoles source Collected Works of Guy Le Strange The Medieval Islamic World, Volume 1

Les califes suivants ont alors dû reconstruire une partie de la ville.

La reconstruction du palais s’est faite à l’extérieur des murs de la ville, sur la rive est du Tigre.

Baghdad Round City in the times of al-Mansur.
Baghdad la ronde au temps d’Abu Jafar al-Mansur

Le palais était surmonté d’un immense dôme vert qui mesurait plus de 48 mètres de haut. Richement décoré et surmonté d’une statue, ce dôme impressionnait tous les visiteurs de la ville. Ce sont d’ailleurs les descriptions qu’en ont faites certains visiteurs qui permettent de le décrire aujourd’hui.En effet, ce dôme fut détruit lorsque la foudre s’y est abattue.

Carte de l'est de la vlel de Baghdad Carte de Baghdad entre 400 et 700 de l'hégire période sous les Buyyid Seldjouk et mongoles source Collected Works of Guy Le Strange The Medieval Islamic World, Volume 1
Carte de l’est de la ville de Baghdad entre 400 et 700 de l’hégire période sous les Buyyides, Seldjoukides  et Mongoles source ; Collected Works of Guy Le Strange The Medieval Islamic World, Volume 1

Les nouvelles constructions se faisaient alors avec un souci de décoration et d’esthétisme très grand : nombreux pavillons, colonnes, jardins, ruisseaux, pelouses, pièces d’eau, jardins zoologiques, enceinte de chasse, caravansérails etc

Carte Ottomane de Baghdad en 1530 tiré des chroniques des campagnes Beyān-e manāzel-e sefe-e Erāqeyn, fini en 1537 (Istanbul University Library after Brend, Pl 6)
Carte Ottomane de Baghdad en 1530 tiré des chroniques des campagnes Beyān-e manāzel-e sefe-e Erāqeyn, fini en 1537 (Istanbul University Library after Brend, Pl 6)

Bagdad importe également des esclaves (slaves, turcs, africains) et des matières premières (bois de construction, fer) et exporte des matières première (alun) et des produits de l’artisanat (tissus, objets de verre et de métal, entre autres).

Baghdad capitale des Abbassides
Baghdad capitale des Abbassides et ces 4 portes 

Certains historiens de la démographie considèrent Bagdad comme la première ville au monde à avoir atteint une population de un million d’habitants entre les viiie siècle et ixe siècle (la capitale chinoise Chang’an (Xi’an), terminus de la Route de la soie, était également une très grande ville à cette époque).

Affaiblie par des troubles politiques, sa place de « ville la plus peuplée au monde » lui est probablement ravie par Cordoue au xe siècle. On estime la population de l’ancienne « capitale » des Francs, Aix-la-Chapelle, à environ 10 000 habitants à la même époque.

La ville de Baghdad fondé par le calife Abbasside Abu Jafar al-Mansur
Reconstitution de Bagdad d’après les écris arabes du 9eme siècle. 

Récit d’Ibn Tiqtaqa (kitab al-fakhri) sur la fondation de Baghdad ;

« Au commencement de la dynastie des ‘Abbâsides, Mansour avait bâti, dans la région de Koûfa, une ville qu’il avait nommée Hâchimiyya.

C’est là qu’eut lieu l’insurrection des Râwandites.

Aussi, Mansour ne voulut-il plus y habiter, pour cette raison et aussi à cause du voisinage des habitants de Koûfa, qui lui inspiraient peu de confiance à son endroit, ayant déjà corrompu son armée.

Il sortit donc lui-même pour se choisir un endroit où il habiterait et où il bâtirait une Aille pour lui-même, sa famille, ses parents et son armée.

Il descendit jusqu’à Djardjarâya, puis remonta vers Mausil (Mossoul).

Il envoya ensuite une commission composée de savants intelligents et avertis, et leur ordonna de lui trouver un emplacement [pour y bâtir une ville]

Ces savants lui choisirent l’emplacement où il fonda sa ville, qui s’appelle Madînat al-Mansour (la Ville de Mansour), et qui est située sur la rive occidentale [du Tigre], près de la chapelle sépulcrale de Moussa et d’al-Djawâd (sur eux soit le salut !).

Alors, Mansour se transporta sur les lieux, qu’il examina de nuit et de jour. Cet emplacement l’ayant satisfait, il y bâtit la ville

Il écrivit aux provinces limitrophes pour qu’on envoyât les artisans et les manœuvres.

Il donna ensuite l’ordre de choisir une commission, prise parmi les hommes connus par leur honorabilité, leur intelligence, leur science, leur honnêteté et leur compétence en architecture, pour s’occuper du tracé[199] de la ville et de la main-d’œuvre.

Il fit commencer les travaux en l’année 145 (762 de J.-C.).

Il écrivit aux provinces limitrophes pour qu’on envoyât les artisans et les manœuvres.

Il donna ensuite l’ordre de choisir une commission, prise parmi les hommes connus par leur honorabilité, leur intelligence, leur science, leur honnêteté et leur compétence en architecture, pour s’occuper du tracé de la ville et de la main-d’œuvre.

Il fit commencer les travaux en l’année 145 (762 de J.-C.).

Abou Hanîfa, le fondateur du rite [qui porte son nom], était chargé du soin de compter  les briques séchées au soleil et les briques cuites au four.

C’est lui qui, le premier, imagina, pour accélérer l’opération, de compter les briques au moyen de la toise [al-qasab].

Mansour donna au mur d’enceinte cinquante coudées à sa base et vingt coudées au couronnement.

Il posa lui-même de ses mains la première brique, en disant :

« Au nom d’Allah ! Louange à Allah ! La terre est à Allah, il la lègue à qui il veut parmi ses serviteurs : la vie future est à ceux qui [le] craignent.»

Puis il dit :

« [Maintenant], construisez. »

Plan de la mosquée Abbasside construite par Abu Jafar al-Mansur en 762
Plan de la mosquée Abbasside construite par Abu Jafar al-Mansur en 762

Il en commença les travaux en l’année 145 (762) et les acheva en l’année 146 (763).

 Il bâtit son palais au milieu de la ville, pour être à égale distance de tout le monde.

La dépense pour la construction de la ville s’éleva à quatre millions et huit cent trente-trois (4.000.833) [207] dirhems.

Lorsque les travaux furent achevés, Mansour régla les comptes avec les directeurs des travaux, pour les sommes qui leur avaient été déléguées en vue de la construction de la ville.

Il les obligea au remboursement des soldes, au point qu’il fit payer à l’un[208] d’eux le solde accusé par les comptes et qui se montait à quinze dirhems.

On l’appelle Baghdâd, du nom d’un lieu situé dans cette région, et qui lui fut donné ; Bagdadz (avec un dzâl diacritisé) ; Baghdân (avec le noûn) ; Zawrâ’, parce que l’emplacement sur lequel s’éleva la nouvelle ville portait jadis le nom de Zawrâ’, ou parce que la qibla de Bagdad n’est pas orientée exactement, de façon que celui qui fait la prière dans la grande mosquée de cette ville a besoin de se tourner un peu du côté gauche ; Madînat al-Mansour (la Ville de Mansour) et enfin. Dur as-Salam (la Maison du Salut)..

C’est, dit-on, une ville bénie, favorisée par le sort ; il n’y est mort aucun khalife.[213]

La ville qui porte le nom de Madînat al-Mansour est l’ancienne Bagdad ; quant à la ville de Bagdad actuelle, qui est sur la rive orientale, elle a été bâtie plus tard. » 

Trad française du « Kitab al-Fakhri » de Ibn Tiqtaqa

L'antique ville sémite mésopotamienne de Mari qui aurai pu inspiré le calife Abbasside Abu Jafar al-Mansur pour la conception de Baghdad
L’antique ville sémite mésopotamienne de Mari qui aurai pu inspiré le calife Abbasside Abu Jafar al-Mansur pour la conception de Baghdad 

La description de Baghdad par al-Yaqûbi

« Al-Mansur en fit une ville ronde, la seule ville au monde connue dans le monde entier. La ville fut pourvue de quatre portes que le Calife nomma : porte de Kufa, porte de Basra, porte du Kurasan, porte de Syrie. Chacune des portes de la ville était munie d’une porte en fer à deux battants, haute et épaisse, d’un poids tel que pour en fermer ou en ouvrir une, plusieurs hommes étaient nécessaires. Le mur d’enceinte était entouré d’un avant-mur, protégé de l’extérieur par une digue, qui en faisait le tour, et qui était bordée d’un fossé, dans lequel l’eau était amenée par un canal.

[…] Au centre de la grande place s’élevait le palais, à côté duquel se trouvait la grande mosquée. Le palais n’était entouré d’aucune construction, hôtel particulier ou maison d’habitation. Tout autour de la grande place, se trouvaient les demeures des jeunes enfant d’Al-Mansûr, des esclaves noirs attachés à son service particulier, le trésor, l’arsenal, le ministère des correspondances.

[…] D’un passage voûté à un autre, il y avait des ruelles et des rues, en deçà du mur d’enceinte. Dans chacune de ces rues habitaient les officiers supérieurs, ceux qui inspiraient assez de confiance pour être logés à proximité du calife. Les extrémités de chaque rue étaient fermées par de solides portes. D’autre part, aucune voie ne rejoignait le mur qui entoure la grande place, au milieu de laquelle s’élevait le palais du califat ; en effet, toutes les rues et le mur de la place étaient concentriques. »

D’après al-Ya’qûbi, Livre des pays kitab al-buldan, trad. de G. Wiet Le Caire, 1937, p. 4-19.

Vue aérienne de la ville sassanide de Fizurabad voilà à quoi resemblais la cité ronde de Baghdad l'abbasside
Vue aérienne de la ville sassanide de Fizurabad voilà à quoi resemblais la cité ronde de Baghdad l’abbasside

Le juif Rabbin Pétachia de Ratisbonne  . (1175) nous décris Baghdad lors de son tour du monde :

« La ville de Bagdad est la capitale du royaume. Le khalife y a sa résidence : ce grand prince exerce une autorité absolue sur tous les peuples des alentours. Bagdad est une cité immense de plus d’un jour de marche dans sa longueur et de plus de trois jours de circonférence. Il y demeure environ mille Juifs, qui sortent toujours voilés. On n’y voit jamais une femme dans la rue, et personne n’ose entrer dans la maison de son voisin sans préalablement s’être fait annoncer de crainte d’y apercevoir son épouse. Si, par hasard, un homme entre sans avertissement, on court à sa rencontre et on lui dit : « Pourquoi es-tu venu ici, homme audacieux? » Un domestique frappe à la porte avec un petit marteau, et le maître de la maison arrive et converse avec lui. »

La brique jaune de Bagdad, carrée et de grande taille, est encore utilisée pour la construction. Ici, elle sert à la restauration du monument en arrière-plan : la madrasa Mustanṣiriyya, construite au début du XIIIe siècle sur la rive orientale du Tigre.
La « brique jaune de Bagdad », carrée et de grande taille, est encore utilisée pour la construction. Ici, elle sert à la restauration du monument en arrière-plan : la madrasa Mustanṣiriyya, construite au début du XIIIe siècle sur la rive orientale du Tigre.
Seul Mur original de l’est de Russafa qui a survécu au temps et au mongoles, celui construit par le deuxième calife Abbasside al-Mansur
Seul Mur original de l’est de Russafa qui a survécu au temps et au mongoles, celui construit par le deuxième calife Abbasside al-Mansur
Porte al-Wastani, dernière porte de l'ancienne ville Abbasside  de Bagdad
Porte al-Wastani, dernière porte de l’ancienne ville Abbasside de Bagdad
Bab Al-Qadim Porte al-Wastani, dernière porte de l'ancienne ville Abbasside  de Bagdad, la photo date de 1912.
Bab Al-Qadim ou Porte al-Wastani, dernière porte de l’ancienne ville Abbasside de Bagdad, la photo date de 1912.
Le minaret Souk al-Ghazel  à Bagdad, ( Irak ) est le plus ancien minaret de Baghdad,  Il appartenait à l’ancienne  » Mosquée du Calife » , construite par le calife abbaside al-Muktafi (901-907) mais le minaret  datais de 1289
Le minaret Souk al-Ghazel à Bagdad, ( Irak ) est le plus ancien minaret de Baghdad, Il appartenait à l’ancienne » Mosquée du Calife » , construite par le calife abbaside al-Muktafi (901-907) mais le minaret datais de 1289
Baghdad en février 1918
Baghdad en février 1918
Le  vieux Baghdad, Iraq
Le vieux Baghdad, Iraq
Tombe attribuée à Zubayda  bint Jafar bint al-Mansur femme du calife Haroun al-Rashid  786-809 (Baghdad)
Tombe attribuée à Zubayda bint Jafar bint al-Mansur femme du calife Haroun al-Rashid 786-809 (Baghdad)

Mihrab abbas

Carte de Baghdad avec les sites historique source : (d’après [l’adaptation de] « Ecyclopédia Iranica » 2 I, opp. p. 908).
Carte de Baghdad avec les sites historique source : (d’après [l’adaptation de] « Ecyclopédia Iranica » 2 I, opp. p. 908).
Baghdad la ronde
Plan de Baghdad la ronde , ville d’al-Mansur

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s