L’histoire de Ceuta sous les Omeyyades jusqu’au Hammudides par ibn Khaldoun

Publié le Mis à jour le

Ceuta au nord du Maroc (Espagne)
Ceuta au nord du Maroc (Espagne)

HISTOIRE DE CEUTA DE L’EMPIRE FONDE DANS CETTE VILLE PAR LES BENI-EISAM par IBN KHALDOUN :

 » Lors de la manifestation de l’islamisme, Ceuta, ville d’une haute antiquité, servait de résidence à Yulîan (Le conte byzantin Julien), prince des Ghomara.

Ce chef, ayant appris que Mouça-Ibn-Noceir marchait de son côté, gagna sa bienveillance en lui prodiguant des cadeaux et en payant la capitation.

Mouça le confirma dans le commande ment de Ceuta, après avoir retenu, comme ôtages, son filset les fils de son peuple.

Il établit aussi Tarec-Ibn-Zîad dans Tanger et y plaça en garnison un corps de troupes que les Ghomara s’étaient obligés à lui fournir.

Taree passa ensuite en Espagne et frappa les Ghomara de nouvelles réquisitions en hommes, jusqu’à ce qu’il eut effectué la conquête dont nous avons parlé ailleurs et dont on ne vit jamais la pareille.

Après la mort de Yulîan, les Arabes s’installèrent dans Ceuta, ayant obtenu du peuple de ce chef que la ville leur fût remise à l’amiable.

Survint, ensuite, la révolte de Meicera-el-Hakîr, partisan célèbre des égarements kharedjites, lequel était parvenu à faire adopter ses erreurs par une grande partie des tribus berbères ghomariennes et par d’autres peuples berbères.

Les Berbères de Tanger se portèrent alors sur Ceuta et en expulsèrent les Arabes ; puis, ayant réduit en esclavage les habitants de la ville, ils la dévastèrent au point qu’elle resta dépeuplée.

Plus tard, Madjekès, un de leurs chefs les plus distingués, alla s’établir dans Ceuta qui reçut, en conséquence, le nom de Medjekéça.

L’ayant rebâti et repeuplé, il embrassa l’islamisme et continua, jusqu’à sa mort, à recevoir les enseignements des hommes instruits dans la loi.

Son fils Eisam lui succéda et mou rut après avoir régné quelque temps.

L’autorité passa alors entre les mains de Modjir, fils d’Eisam, et, à sa mort, elle fut recueillie par Er-Rida, frère ou fils du précédent.

Les bains arabes de Ceuta sont de fondation du 11eme siècle lors de 'éclatement du califat Omeyyade de Cordoue mais ce n'étais qu'une maison c'est ce fut dans la période du 12 eme siècle que les bains propremet dit ont pris cette forme qui subira quelquek modification sous les marinides
Les bains arabes de Ceuta sont de fondation du 11eme siècle lors de ‘éclatement du califat Omeyyade de Cordoue mais ce n’étais qu’une maison c’est ce fut dans la période du 12 eme siècle que les bains proprement dit ont pris cette forme qui subira quelque modification sous les marinides.

Cette dynastie témoignait aux Idrissides une obéissance peu franche ainsi que l’on verra ailleurs.

En-Nacer [le khalife Omeyyade andalous] ayant conçu le projet de se rendre maître du Maghreb, en remplacement des Idrissides, seigneurs d’El-Hebct et de Ghomara, qui venaient d’être expulsés de Fez, leur capitale, par les Miknaça et les Zenata, décida ces princes à le reconnaître publiquement pour souverain et à lui donner l’autorisation d’en lever Ceuta aux fils d’Eisam.

Il envoya alors contre cette ville un corps de troupes et une flotte, sous les ordres de son général Nedjah-Ibn-Ghofaïr.

Ceci eut lieu en l’an 319 (931), et Er-Rida l’eisamite s’empressa de faire sa soumission et d’abdiquer le trône.

Telle fut la fin de cette dynastie.

Ceuta resta dans la possession d’En-Nacer jusqu’à ce que les Beni-Hammoud  (Hammudites)» y fondèrent un nouveau royaume, ainsi que nous l’exposerons plus loin.  »  

Vue satellitaire sur la région de Ceuta
Vue satellitaire sur la région de Ceuta

DOMINATION DES Hammoudites  ET DE LEURS PARTISANS A CEUTA ET A TANGER. HISTOIRE DE LEURS SUCCESSEURS, LES GHOMARA.

Quand El – Hakem – eî – Mostancer [le neuvième souverain oméïade d’Espagne,,] eut renversé la puissance des Idrîcides en Mpghreb et déporté en Orient les membres de cette famille, les Ghomara reconnurent l’autorité des Oméïades et s’humilièrent devant la bravoure des troupes espagnoles.

Plus tard, El-Hacen- Ibn-Kennoun rentra en Maghreb, poussé par l’espoir de ressaisir le royaume de ses ancêtres, mais il fut mis à mort par [l’ordre d’]EI-Mansour-Ibn-Abi-Amer. Avec lui succomba la domination des Idrîcides en Afrique. Les membres de cette famille se dis persèrent de tous côtés, et allèrent se cacher dans les tribus, où ils se dépouillèrent de toutes les marques de leur origine et adoptèrent la vie nomade, afin d’échapper aux dangers qui les entouraient.

Parmi les Berbères qui passèrent en Espagne [pour servir sous les drapeaux des Oméïades] se trouvèrent deux frères, descendants d’Omar- Ibn-Idrîs. Ali et El-Cacem, c’est ainsi qu’on les nommait, étaient fils de Hammoud-Ibn-Meimoun-Ibn- Ahmed-Ibn-Ali-Ibn-Obeid-Allah-Ibn-Omar-Ibn-Idrîs.

Lors de la chute de la faction ameride *, quand les [troupes] Berbères se mirent en révolte et proclamèrent khalife, sous le titre d’El- Mostaïn-Billah (qui demande le secours de Dieu) , un fils d’El- Hakem, nommé Soleiman, les deux fils de Hammoud, qui s’é taient acquis une haute réputation par leur ‘bravoure, embras sèrent la cause du nouveau souverain et lui prêtèrent un appui si efficace qu’ils le rendirent maître de Cordoue, capitale de l’empire.

El-Mostaïn distribua alors de hauts commandements à ses partisans maghrebins et chargea Ali-Ibn-Hammoud du gou vernement de Tanger et des provinces ghomariennes. Arrivé dans cette ville, Ali montra d’abord un grand dévouement au souverain oméïade, mais ayant ensuite levé le drapeau de la révolte, il se proclama indépendant, passa en Espagne et occupa Cordoue, siége du khalifat.

Nous avons déjà parlé de ces événe ments [dans l’histoire des dynasties espagnoles]. A la mort d’Ali, son fils Yahya, auquel il avait asssigné le gouvernement de Tanger, passa en Espagne avec l’intention de disputer le pouvoir à son oncle El-Cacem. Idrîs, frère de Yahya, prit alors le commandement de Tanger et parvint à étendre son autorité sur toutes les parties du pays des Ghomara qui avaient obéi à son père.

Quand son frère Yahya mourut à Malaga, il traversa le Détroit, rallia autour de lui tous les partisans de sa famille et nomma son neveu, Hacen-Ibn-Yahya, gouverneur de Tanger et de Ceuta. Ce jeune prince partit pour sa destination, accompagné de l’eunuque Nedja, qui devait lui servir de sur veillant et de directeur.

Lors de la mort d Idrîs. [son vizir] lbn-Bacanna tenta d’usur per le commandement à Malaga ; mais Nedja se transporta en Espagne avec Hacen-Ibn-Yahya et s’établit dans cette ville.

Ayant alors placé son pupille sur le trône du khalifat, il s’en retourna à Ceuta, pour prendre le gouvernement du pays des Ghomara; mais, après la mort de Hacen, il repassa en Espagne avec l’in tention d’y usurper le pouvoir. Avant de partir, il confia le gouvernement de la province africaine à un affranchi esclavon d’une fidélité éprouvée. Dès lors, les villes de Ceuta et Tanger furent gouvernées par des lieutenants esclavons jusqu’à ce qu’elles passèrent sous le commandement du chambellan Soggout-el-Berghouati, client de la famille d’Idrîs.

Fait prisonnier dans sa jeunesse par un corps de troupes que les Idrîcides avaient envoyé contre les Berghouata, Soggout fut vendu au cheikh Haddad, affranchi d’un de ces princes. Etant ensuite passé sous le pouvoir d’Ali-Ibn- Hammoud, l’idrîcide, il s’éleva par ses talents à une haute position sous cette dynastie et finit par s’asseoir sur le trône de Tanger et Ceuta. Après avoir obtenu la soumission des tribus ghomarides, il commença un règne qui devait se prolonger jus qu’à l’établissement de l’empire almoravide. (fin)

source :

Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l’Afrique septentrionale, tr. par le baron de Slane
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s