Bataille entre les musulmans et les francs en Ifriqiya (Gabès) et à al-Andalus (Almeria) en 1147 par ibn al-Athir :

Publié le

Combat entre Francs et Musulmans lors des croisades.
Combat entre Francs et Musulmans lors des croisades.

Gabès, après s’être soumis aux Francs, est conquis par les musulmans [19]

Avant 542 (1er juin 1147), Gabès avait pour chef un certain Rechîd. Après sa mort, Yoûsof, un de ses affranchis, projeta d’élever au pouvoir Mohammed, le fils cadet du défunt, et expulsa le fils aîné, Ma’mar.

Yoûsof, qui dominait entièrement Mohammed, grâce à la jeunesse de celui-ci, dirigeait le gouvernement, et, entre autres choses que l’on raconte de lui, s’en serait même pris aux femmes de son maître.

L’une de celles-ci, qui était des arabes Benoû K’orra, écrivit à ses frères pour se plaindre de la situation qui lui était faite.

Ces derniers voulurent la reprendre avec eux, mais Yoûsof se refusa à la leur livrer, alléguant qu’elle était la femme de son maître.

Alors les Benoû K’orra et Ma’mar ben Rechîd allèrent exposer leurs plaintes à El-H’asan, prince d’Ifrîkiyya, qui écrivit à Yoûsof à ce propos et ne reçut pas satisfaction :

« Si El-H’asan ne me laisse pas tranquille, dit Yoûsof, je livrerai Gabès au roi de Sicile ».

Et en effet ; sitôt qu’il apprit qu’El-H’asan préparait une expédition contre lui, il députa à Roger, lui offrant de se soumettre à lui moyennant l’envoi d’une robe d’honneur et d’un diplôme constatant qu’il gouvernait Gabès en qualité de lieutenant du roi de Sicile, au même titre que les Benoû Mat’roûh’ à Tripoli.

Roger lui expédia l’une et l’autre choses : Yoûsof endossa la robe et il fut donné lecture du diplôme au peuple assemblé.

Alors El-H’asan s’empressa de terminer ses préparatifs d’expédition, et son armée vint mettre le siège devant Gabès, dont la population se souleva contre Yoûsof à cause de sa soumission aux chrétiens, et livra la ville aux assiégeants. Yoûsof, retiré dans le fort de la ville, tenta de se défendre, mais fut assiégé et fait prisonnier.

Ma’mar ben Rechîd et les Benoû K’orra se chargèrent de le punir comme il le méritait : on lui coupa d’abord la verge, qu’on lui mit dans la bouche, et on le fit périr dans des supplices de toute sorte.

Ma’mar ben Rechîd remplaça son frère comme gouverneur de la ville, et les Benoû K’orra emmenèrent leur sœur.

Quant à Isa, frère de Yoûsof, et au fils même de Yoûsof, ils s’enfuirent auprès de Roger, de qui ils réclamèrent la protection et à qui ils racontèrent comment les avait traités El-H’asan, ce qui excita la colère du roi de Sicile.

Ce fut là la cause de la prise de Mehdiyya en 543 (21 mai 1148), ce que nous raconterons.

Vue sur  un quartier de la ville Tunsienne de Gabès
Vue sur un quartier de la ville Tunisienne de Gabès

Un exemple qu’un homme sage doit se garder d’imiter [20]

Un messager envoyé par Yoûsof, prince de Gabès, à la cour de Roger, s’y rencontra avec H’oseyn, messager du prince de Mehdiyya, et, au cours d’une discussion qu’il eut avec lui, parla  d’Al-Hassan ibn Ziri, prince Ziride d’Ifrîkiyya  et de la conduite de celui-ci à son égard en termes peu flatteurs.

Les deux envoyés repartirent en même temps, chacun sur un bâtiment différent ; mais le messager d’El-H’asan envoya à son maître, par un pigeon messager, le récit de ce qui s’était passé.

Ce prince fit embarquer une petite troupe, qui se saisit du messager de Yoûsof et l’amena à El-R’asan, qui lui adressa de vifs reproches : « C’est donc toi, dit-il, qui, après avoir livré des territoires musulmans aux Francs, oses encore me blâmer ! »

Puis il lui mit des clochettes sur la tête et le fit promener dans la ville à dos de chameau, tandis qu’un héraut proclamait :

«Voilà la récompense de quiconque s’efforce de livrer des territoires musulmans aux Francs ! »

Quand enfin il fut arrivé au centre de Mehdiyya, la populace s’ameuta et le lapida.

Les remparts Omeyyade de la ville andalouse d'Almeria
Les remparts Omeyyade de la ville andalouse d’Almeria

Conquête par les Francs d’Almeria et d’autres villes d’Espagne

En djomâda I 542 (27 sept. 1147), les Francs, après avoir commencé par investir Almeria par terre et par mer, s’en emparèrent de vive force et y livrèrent tout au massacre et au pillage.

Ils prirent également la ville de Baeza[21] et la province de Jaén.

Mais les musulmans, comme on le verra, en refirent ensuite la conquête.

La famine en Ifrikiya :

 

En 542, la famine sévit en Ifrîkiyya ; elle durait [P. 82] depuis 537 (26 juil. 1142) et s’aggrava à un tel point qu’on se livra à l’anthropophagie ; la faim chassait les gens de la campagne dans les villes, mais celles-ci fermèrent leurs portes pour ne pas les laisser pénétrer.

La famine fut suivie d’une peste qui entraîna une mortalité considérable et laissa le pays désert.

Pas un chérif n’y resta, et beaucoup d’entre eux gagnèrent la Sicile pour y trouver de quoi manger ; les souffrances furent terribles.[22]  »

 

Notes du Traducteur:

[19] On retrouve ce chapitre dans l’Histoire. des Berbères., ii, 580, dans la Biblioteca, i, 466, et dans les Histoire. arabe. des Croisades. i, 459.

[20] On retrouve la traduction de ce chapitre dans la Biblioteca, i, 468, et dans les Histoire. arabe. des Croisades., i, 460.

[21] Le texte porte Châsa, nom d’ailleurs inconnu, que j’ai corrigé; cette dernière lecture se retrouve du reste dans les Histoire. arabe. des Croisades., i, 461, où figure le présent alinéa.

[22] Ce paragraphe figure également dans la Biblioteca, i, 469, et l’Histoire. des Berbères., ii, 581.

 

Traduction française de ibn al-Athir du kitab  «Al-Kamil fi al-Tarikh  »

Abu al-Hasan Ali ‘izz al-Din ibn al-Athir historien arabe sunnite (né en 1160 à Cizre, mort en 1233 à Mossoul). Son œuvre principale est Al-Kamil fi al-Tarikh (La Perfection des histoires. 1231), considérée comme l’un des plus importants livres d’histoire du monde musulman. Il est également l’un des principaux chroniqueurs arabo-musulmans des croisades dont il fut un témoin oculaire, ayant participé à la guerre sainte (djihad) contre la troisième croisade 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s