Dynastie des Aghlabides (Banu al-Aghlab) d’ifriqiya issue de la tribu arabe des Banu Tamim

Publié le Mis à jour le

« Les Aghlabides bouclier du califat Abbasside  » 
Arbre des Aghlabides ayant regné en sicile
Arbre des Aghlabides ayant régné en sicile

La dynastie arabe maghrebine des Aghlabides Banu al-Aghlab des Banu Tamim de 800 à 909/ et jusqu’en 1048 a Malte

La naissance de l’émirat aghlabide en Ifrîqiya (forme arabe de l’ancienne Africa, espace recouvrant la Tunisie actuelle, la moitié orientale de l’Algérie et la Tripolitaine) intervient au terme d’un demi-siècle de troubles politiques et religieux consécutifs à la révolte berbère de 740. Après la chute du califat omeyyade en 750, les Abbassides de Baghdad ne sont pas parvenus à établir d’une manière permanente leur autorité sur la province.

La dynastie arabe des gouverneurs Muhallabides, fidèles aux nouveaux califes, a dû affronter les révoltes des contingents arabes (jund) dans le Zab en Algerie et à Tunis. C’est dans ce contexte agité qu’apparaît Ibrâhîm ibn al-Aghlab, de la tribu arabe de Tamîm, qui était sous-gouverneur du Zâb (Biskra Algerie) , et se trouvait à la tête d’un imposant jund basé à Belezma. Grâce à sa loyauté à l’égard de Baghdad, il se voit proposer le gouvernorat de Kairouan, qu’il accepte à la condition d’être reconnu par Hârûn al-Rashîd comme émir à la tête d’un pouvoir héréditaire et non comme wâlî (gouverneur). Il est ainsi investi par le calife en 800, instaurant pour la première fois un pouvoir dynastique autonome au sein du califat abbasside. Ibrâhîm et ses premiers successeurs réussissent à déjouer les révoltes du jund de Tunis et établissent un pouvoir stable calqué au niveau de ses institutions et ses attributs sur le modèle de Baghdad. Ils se dotent de vizirs, de chambellans, ainsi que de nombreux dîwân, offices du gouvernement chargés des différents domaines : chancellerie (kitâba), poste (barîd), armée (jund), fiscalité (kharâj). Ils frappent des monnaies d’or (dînâr), privilège généralement réservé au pouvoir califal. Enfin, comme les Abbassides, les Aghlabides se sont dotées de deux villes princières à proximité de Kairouan : al-`Abbassiyya, construite par Ibrâhîm dès 800-801 et Raqqada, fondée en 876 par Ibrâhîm II (875-902).

Par ailleurs, les Aghlabides ont à lutter aux limites de leur royaume contre des populations berbères ainsi qu’à protéger et renforcer l’établissement des immigrants arabes venant du Moyen-Orient par vagues régulières. Des défenses frontalières (ribat) sont donc bâties à Sousse et Monastir. Ils défendent ainsi avec succès leurs territoires, parvenant même à s’établir en Méditerranée par la conquête de Malte et de la Sicile et par des raids contre des ports italiens.

Les Aghlabides étaient de grands bâtisseurs ; plusieurs des monuments qu’ils nous ont laissés sont de véritables joyaux de l’art musulman. La grande mosquée de Kairouan en est incontestablement le meilleur exemple. Sur le site de la première mosquée bâtie par ‘Uqba, conquérant de l’Ifrîqiya et fondateur de la ville, l’émir Ziyâdat Allâh Ier décide en 836 la reconstruction de la Grande Mosquée, agrandie ensuite par Abû Ibrâhîm (856-863). La mosquée offre un plan en T, avec, perpendiculairement au mur de la qibla, sept nefs de part et d’autre d’une nef axiale. Au nord de la salle de prière hypostyle, reposant sur une forêt de colonnes en pierre, se situe une large cour centrale, à la limite de laquelle se trouve un minaret de plan carré. La décoration luxuriante du mihrâb représente le soin apporté au monument par les Aghlabides et témoigne des influences qui l’ont inspirée. Outre la peinture qui orne la voûte du mihrâb, celui-ci est décoré de 28 panneaux de marbre sculpté, garnis essentiellement de motifs floraux de tradition byzantine. L’intérieur et la façade du mihrâb, sont tapissés de carreaux de céramique à reflets métalliques monochromes ou polychromes importés d’Irak, où ce type de faïence de luxe est apparu à l’époque abbasside (IXe siècle).

La grande mosquée de Tunis (al-Zaytûna), fut également reconstruite par les Aghlabides en 864-865. Son plan en T est comparable à celui de Kairouan, comme d’ailleurs les éléments architectoniques de la salle de prière, élevée sur des arcs en plein-cintre outrepassé reposant sur des colonnes antiques surélevées par des surabaques et des impostes. Cette structure aérienne est soutenue par des tirants en bois.

Les Aghlabides ont élevé ou favorisé la construction, le long des côtes de l’Ifrîqiya, de plusieurs ribâts. Le ribât de Sousse, qui en est le parfait exemple, présente une enceinte rectangulaire dont les côtés et les angles sont renforcés par des tours circulaires. À l’intérieur du bâtiment, se trouve une cour centrale, bordée d’une salle de prière et de cellules voûtées destinées au logement des volontaires. Une tour-vigie construite sous l’émir Ziyâdat Allâh renforce l’aspect défensif du site. Ce bâtiment, dont la fondation semble antérieure aux Aghlabides, offre une disposition similaire au ribât de Monastir, construit par le gouverneur Abbasside de l’Ifrîqiya, Harthama en 796.

À la fin du IXe siècle, la mission ismaïlite dirigée par Abû ‘Abd Allâh prend racine chez les berbères Kutâma. L’insurrection qui éclate en 902 fait rapidement vaciller l’édifice aghlabide. Le succès des Fatimides est fulgurant et le dernier aghlabide, Ziyâdat Allâh III, s’enfuit vers l’Orient en 909.

qantara

Extension maximale du royaume des Aghlabides la dynastie arabe des Aghlabide d’Ifriqiya et du Maghreb
Extension maximale du royaume des Aghlabides
la dynastie arabe des Aghlabide d’Ifriqiya
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s