Meurtre de Abu’l-Ala Yazid ibn Abi Muslim Dinar ath-Taqafy 720-721 gouverneur Omeyyade d’Ifriqiya par ibn al-Athir :

Publié le

Dinar Omeyyade du calife Yazid II (101-105 AH = 720-724 AD). AV Dinar (20 mm, 4,29 g), 103 AH.
Dinar Omeyyade du calife Yazid II (101-105 AH = 720-724 AD). AV Dinar (20 mm, 4,29 g), 103 AH.

Meurtre de Abu’l-Ala Yazid ibn Abi Muslim Dinar ath-Taqafy 720-721 gouverneur Omeyyade d’Ifriqiya :

Les uns disent que Yezîd ben ‘Abd el-Melik avait nommé Yezîd ben Abou Moslim gouverneur d’Ifrîkiyya en 101 (23 juill. 719), d’autres disent en 102 (11 juillet 720).

Sa mort violente fut le résultat de sa manière de faire : il voulait agir comme avait fait al-hajjaj ibn Yusuf ath-Taqafy  en Irak (gouvernement de Wasit) à l’égard des habitants des villes qui, originaires du Sawâd, étaient d’abord tributaires et s’étaient ensuite convertis, et qu’il renvoyait dans leurs villages en prélevant sur eux une capitation analogue à celle qu’ils payaient avant leur conversion.[38]

Cette conduite souleva une réprobation unanime : on le mit à mort et on le remplaça par son prédécesseur Mohammed ben Yezîd, client des Ançâr, qui était resté au milieu d’eux.

On écrivit à Yezîd ben ‘Abd el-Melik l’Omeyyade qu’on ne voulait pas se soustraire à son autorité, mais que le fait de Yezîd ben Abou Moslim de vouloir imposer des choses improuvées par Dieu et par les musulmans avait causé sa mort et son remplacement par le gouverneur précédemment institué par le khalife.

Yezîd ben ‘Abd el-Melik répondit qu’il n’approuvait pas les actes de Yezîd ben Abou Moslim et confirma les pouvoirs de Mohammed ben Yezîd.

Note :

38] Un autre motif est aussi allégué pour expliquer cette insurrection : l’obligation du tatouage qu’il voulut imposer à ses gardes comme les Byzantins et Romains faisait (Dayân, I, 34; Berbères, I, 357; Fournel, I, 271). Le Nodjoûm (I, 272) s’exprime comme Ibn el-Athir, probablement d’après celui-ci.

 

Traduction française de ibn al-Athir du kitab «Al-Kamil fi al-Tarikh »

Abu al-Hasan Ali ‘izz al-Din ibn al-Athir historien arabe sunnite (né en 1160 à Cizre, mort en 1233 à Mossoul). Son œuvre principale est Al-Kamil fi al-Tarikh (La Perfection des histoires. 1231), considérée comme l’un des plus importants livres d’histoire du monde musulman. Il est également l’un des principaux chroniqueurs arabo-musulmans des croisades dont il fut un témoin oculaire, ayant participé à la guerre sainte (djihad) contre la troisième croisade

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s