Conquête de l’Ahwaz, Bahrein par le califat Rashidun sous Omar ibn al-Khatab par al-Tabari :

Publié le Mis à jour le

 

Casque retrouvé en Iraq du 7eme siècle, surement d'origine sassanide mais utilisé par le califat rashidun et les Omeyyades
Casques retrouvé en Iraq du 7eme siècle dans les régions ou eurent lieux les batailles entre musulmans et sassanides, ces casques sont soit d’origine sassanide  ou du califat rashidun voir  des Omeyyades. 

CHAPITRE LVIII CONQUÊTE DES VILLES DE L ‘AHWÀZ

Dans cette même année la dix huitième de l’hégire dans laquelle Omar exécuta son voyage en Syrie les musulmans se rendirent maîtres des villes de l’Ahwaz Le roi de l Ahwâz était Hormon àn homme jouissant d une grande autorité et de sang royal.

Le gouvernement  de cette province qui renfermait soixante et dix villes était héréditaire dans sa famille lui ainsi que ses ancêtres avait le droit de porter la couronne.

Les membres de sept familles en Perse possédaient ce droit comme étant par leur origine les égaux des rois de Perse.

Seulement leurs couronnes étaient plus petites que celles des Chosroès Hormouzàn qui sur la réquisition de Yezdegerd avait pris part avec un nombreux corps d’armée à la bataille de Qàdesiyya sous les ordres de Roustem était retourné après la défaite dans l’Ahwâz et avait repris le gouvernement de cette province dont les limites touchaient au territoire de Baçra.

La plus vielle mosquée de Basra ville qui fut un camp Militaire arabe fondé en  638  Utbah ibn Ghazwan sur ordre du calife Rashidun  Omar ibn al-Khattab (radiALLAH anhu)
La Mosquée de Basra, en Iraq (638 JC) date du début des conquêtes islamique, et la ville fut un des premier camp Militaire arabe fondé en 638 par le général et compagnon du califat Rashidun Utbah ibn Ghazwan radi Allah anhu sur ordre du calife Rashidun Omar ibn al-Khattab (radiALLAH anhu).

 

Mohamned ben Djarîr a dit plus haut qu’Otba fils de Ghazwân après avoir jeté les fondements de Baçra dans la dix septième année était mort n’ayant exercé le gouvernement que pendant six mois et que Moghîra fils de Scho(ba lui avait succédé.

Maintenant il rapporte qu’Otba est resté deux ans gouverneur de Baçra et que c est par lui qu’a été faite la conquête de l’Ahwàz Or l’Ahwâz était entouré de villes comme Maïsân et d’autres où les musulmans étaient venus se fixer.

Après son retour de Oàdesiyya Hormouzàn fit des incursions sur le territoire musulman et tua beaucoup de monde Otba en ayant averti Omar celui ci écrivit à Sa’d fils d’Abou Waqqâç d envoyer à Otba des renforts Sa d fit partir de Koufa un corps de cinq mille hommes sous les ordres de No’aïm fils de Moqarrin et d’Abdallah fils de Mas’oud,  Qtba de son côté détacha de l’armée de Baçra un corps de troupes sous les ordres de deux Mohàdjir nommés l’un Salmàn fils d’AI Qaïn l’autte Harmala fils de Martaba.

La ziggourat de Choqa Zanbil au Khuzestan  (région du Ahwaz) da,s l'actuelle Iran, était une structure de l'antique Empire élamite .
La ziggourat de Choqa Zanbil au Khuzestan (région du Ahwaz) dans l’actuelle Iran, était une structure de l’antique Empire élamite , fondé en 1250 avant JC. 

Ces deux armées après avoir fait leur jonction établirent leur camp à Dost Maïsàn et marchèrent ensuite sur la province d’Ahwàz Hormouzàn se trouvait dans une ville nommée Nahr Tîra .

Tout autour des frontières de l’Ahwàz demeuraient des Arabes de la tribu de Koulaïb ibn Wàïl ils étaient en hostilité avec Hormouzàn au sujet de certains territoires et villages de frontière qu on se disputait Hormouzàn leur adressa un appel pour les engager à lui prêter aide contre les musulmans mais ils refusèrent et firent cause commune avec ces derniers qu’ils invitèrent à livrer bataille un jour convenu promettant de venir combattre avec eux Hormouzàn averti de l’approche des Arabes passa son armée en revue et prit ses dispositions pour livrer bataille.

Ahwaz_territory

Au jour convenu l’armée musulmane se divisa en deux corps Les troupes de Koufa tombèrent sur les flancs de l ennemi Hormouzàn croyait être en présence de l’armée musulmane tout entière.

 

Lorsque le corps de Baçra survint il commençait déjà à faiblir Après avoir résisté un certain temps voyant arriver en outre les Koulaïb ibn Wàïl il se mit à fuir .

Les musulmans massacrèrent les ennemis et firent un grand nombre de prisonniers Hormouzàn alla s’enfermer avec les troupes qui avaient échappé à la mort dans une ville nommée Souq al Ahwàz qui est la principale ville et la capitale de toute la province et qui était bien fortifiée elle est située sur les deux rives d’un fleuve nommé Doudjaïl petit Tigre et Hormouzàn fortifia le pont qui reliait les deux rives.

Le château Sassanide Falak-ol-Aflak situé sur le sommet d'une grande colline du même nom dans la ville de Khorramabad , capitale régionale de la province du Lorestan, Iran
Le château Sassanide Falak-ol-Aflak situé sur le sommet d’une grande colline du même nom dans la ville de Khorramabad , capitale régionale de la province du Lorestan, Iran

Les musulmans avaient fait un nombreux butin dont la cinquième partie fut envoyée à Omar en même temps qu on lui annonçait la victoire .

Une députation composée de dix habitants notables de Baçra parmi lesquels se trouvait A’hnaf fils de Qaïs qui était encore un jeune homme et chef des Bem Temîm se rendit également à Médine de même qu’une députation des Benî Koulaïb ibn Wàïl qui avaient aidé les musulmans à remporter la victoire Omar très heureux de la victoire qu’on venait d’obtenir leur fit un accueil gracieux et les autorisa à lui exposer leurs affaires.

Les députations que les villes envoyaient vers les souverains avaient pour objet de traiter des affaires publiques Omar ayant engagé les députés à parler A’hnaf fils de Qaïs prit la parole et dit  :  » Nous n avons pas besoin de te parler des affaires publiques car ta sollicitude s étend sur le peuple de Baçra aussi bien que sur tous les habitants de l’empire musulman . Tu ne les oublies pas.  Mais nous avons chacun à t’entretenir de nos affaires particulières et à t’exposer nos demandes personnelles .’

La chute des sassanides au 7eme siècle face au Califat Rashidun  (osprey) H1) Noble sassanide  H2) Cavalier leger Persan  H3) Prince Sassanide  H4) Guerrier Soghdien 
La chute des sassanides au 7eme siècle face au Califat Rashidun  (osprey)
H1) Noble sassanide 
H2) Cavalier leger Persan 
H3) Prince Sassanide 
H4) Guerrier Soghdien 

Le calife à qui ces paroles firent grand plaisir lui accorda toutes ses demandes ainsi que celles de sa tribu.

Il écrivit en outre à Otba une lettre dans laquelle il lui recommandait d écouter les avis et les conseils de ce jeune homme et de lui rendre justice.

Après avoir satisfait également aux requêtes des autres députés Omar les congédia.

Il envoya avec eux un corps d’armée commandé par l’un des compagnons du Prophète nommé Horqouç fils de Zohaïr et enjoignit aux troupes de ne point quitter l’Ahwàz avant de l’avoir entièrement soumis Otba fit partir Horqouç vers la ville d’Ahwâz pour renforcer l’armée qui s y trouvait déjà Hormouzàn renfermé à Souq al Ahwâz sortit de la forteresse et offrit le combat aux musulmans.

Ceux ci lui envoyèrent un message ainsi conçu :  » Traverse le fleuve pour venir vers nous ou nous le traverserons pour aller vers toi .  »

Hormouzàn répondit  :  » A vous de passer le fleuve  » .

En conséquence Horqouç qu’Otba avait nommé général en chef de toute l’armée musulmane traversa le Doudjaïl et livra à Hormouzàn une bataille qui fut la plus sanglante de toutes celles qui avaient eu lieu à Baçra et dans l’Ahwàz,  Hormouzàn fut mis en fuite et un grand nombre de ses soldats furent tués par les musulmans.

Ruines du chateau de Ramhormoz,  Iran
Ruines du chateau de Ramhormoz, Iran

 

Il alla s’enfermer dans une autre ville de l’Ahwàz nommée Ràm’Hormouz et s y fortifia Horqouç prit possession de Souq al Ahwàz et envoya immédiatement à la poursuite d’Hormouzàn un officier nommé Hourr fils de Moàwiya l’un de ceux qui étaient venus avec lui de Médine,  Omar de son côté fit parvenir à Sa’d l’ordre d’expédier de Koufa de nouvelles forces vers la même destination.

Quatre villes étaient encore au pouvoir d’Hormouzàn savoir Ràm Hormouz celle où il s était fortifié Touster Sous et Djoundî Schàpor Mais de toutes les villes de l Ahwàz la plus grande était Souq al Ahwàz et celle là était déjà au pouvoir des musulmans.

Voyant que des armées musulmanes arrivaient de tous côtés pour l’attaquer Hormouzàn fit faire des propositions de paix à Hourr et à Horqouç.

Il demanda q’ on le laissàt en possession de l’Ahwàz Horqouç ayant demandé les ordres d Omar celui ci répondit Faites la paix avec lui en stipulant que vous garderez les villes qui sont en votre pouvoir et que lui gardera celles qu il tient encore.

Sabre Sassanide du 7eme siècle, ce style étais utilisé avec le gladius romain par les armées du califat Rashidun et des Omeyyades.
Sabre Sassanide ou des débuts de l’Islam (7eme siècle), ce style étais utilisé avec le gladius romain par les armées du califat Rashidun et des Omeyyades. 

 

La paix fut conclue en ces termes Hormouzàn resta à Ràm Hormouz et Horqouç à Souq al Ahwàz .

Les villes situées au delà de l Ahwàz dans la province de Perse étaient encore au pouvoir des Perses et de Yezdegerd qui résidait à Reï (Rey)..

Après avoir pris possession de l’Ahwàz Horqouç adressa une lettre à Omar et lui demanda l autorisation de faire une expédition dans la province de Perse Omar lui répondit.

N’attaquez pas cette province.

Contentez vous de l’Ahwàz il ne faut pas que l’armée soit trop éloignée de moi dans des contrées où elle ne pourrait pas communiquer avec moi et où je ne pourrais pas lui envoyer de secours .

Fixez les limites de l’empire musulman du côté de Baçra à Ahwàz et du côté de l’lràq à Holwàn .

En conséquence l’ordre d Omar ne permettait pas à l’armée musulmane de pénétrer au delà de Holwàn et de l’Ahwàz.

Qal`at al-Bahrain – L'ancien port et capitale de la civilisation sémite de Dilmun, la première occupation du ite remonte a 2300 ans avant JC sois plus de 4300 ans .
Qal`at al-Bahrain – L’ancien port et capitale de la civilisation sémite de Dilmun, la première occupation du site remonte à 2300 ans avant JC sois plus de 4300 ans.  Bahrein. 

CHAPITRE LIX EXPÉDITION DES MUSULMANS DE BAHREIN DANS LA PROVINCE DE PERSE

Omar avait dans le Bahraïn un agent nommé Alà ben al Hadhramî qui avait été envoyé à ce poste par le Prophète lui même et maintenu par Abou Bekr.

Lorsqu on avait été sur le point de livrer la bataille de Qàdesiyya Omar lui avait adressé une lettre lui ordonnant d’aller rejoindre Sa’d fils d’Abou Waqqàc mais Alà l’avait prié de le dispenser de cette campagne pour qu’il n eût pas à servir sous les ordres de Sa’d Omar ayant agréé ses excuses l’avait laissé dans le Bahraïn.

Le Khamis Mosque ( arabe : مسجد الخميس; translittération : Masǧid al-SIGAL) est considéré comme la première mosquée de Bahreïn , construit à l'époque de la omeyyade calife Umar II . Selon Al Wasat journaliste Kassim Hussain, d'autres sources mentionnent qu'il a été construit à une époque plus tard au cours de la règle de Uyunids avec un minaret .
La mosquée Khamis de Bahrein (717-720) est considéré comme la première mosquée de Bahreïn , construite par le calife Omeyyade Umar II ,le minaret fut construit sous les Uyunides des rénovations entre le 11 et 14eme siècle 

Or quand Alà vit que Sa’d avait remporté tant de victoires et fait la conquête de tant de contrées jusqu’à Holwàn et que l’armée de Baçra avait pénétré jusqu à l’Ahwàz il désira faire lui aussi une expédition et être l’auteur d’un triomphe.

En conséquence sans demander l’autorisation du calife il s embarqua avec l’armée du Bahraïn traversa la mer qui séparait cette province de la province de Perse et parut sous les murs d’une ville nommée Içlakhr Omar n’autorisait jamais les expéditions par mer il craignait que l’armée ne courût des dangers et disait que ni Abou Bekr ni le Prophète n’avaient ordonné des expéditions par mer Il fut donc très irrité lorsqu’il apprit qu’Alà s était embarqué.

Le prince qui gouvernait dans la province de Perse sous la suzeraineté de Yezdegerd s’appelait Schehrek il avait sous ses ordres le gouverneur d Içtakhr nommé le Môbed Celui ci à la nouvelle de l approche d’Alà rassembla une armée et marcha contre lui Dans l’engagement qui eut lieu il y eut un grand nombre de morts tant du côté des musulmans que du côté des infidèles.

Le palais Sassanide  de Sarvestan dans la région de Shirasz en Iran
Le palais Sassanide de Sarvestan dans la région de Shirasz en Iran

Ensuite le gouverneur d’Içtakhr fit demander des renforts à Schehrek qui était à Schîràz résidence habituelle des gouverneurs de la province de Perse, Schehrek adressant un appel à toutes les parties de la province réunit autour de lui une nombreuse armée Alà ben al MIadhramî voyant alors qu il ne pourrait pas résister à toutes ces forces résolut de revenir sur ses pas.

Lorsque arrivé au bord de la mer il voulut s embarquer ses vaisseaux furent engloutis par les flots de la mer Les musulmans furent consternés Ils cherchèrent à gagner Baçra par la voie de l Ahwàz Averti de leur dessein Schehrek leur coupa cette route Ils restèrent donc au nombre de cinq mille hommes sans pouvoir opérer leur retraite ni du côté d Iç khr et de la mer ni du côté de l’Ahwàz Schehrek se trouvait à la tête d une énorme quantité de troupes.

Ancienne carte de la région du Bahreïn, . (Karte von der Küste von Arabien 1745)
Ancienne carte de la région du Bahreïn, . (Karte von der Küste von Arabien 1745)

Instruit de cette situation Omar adressa à Otba fils de Ghazwàn une lettre ainsi conçue :  » Alà ben al Hadhramî a sans avoir mes ordres conduit l’armée du Bahraïn dans la province de Perse où il se trouve bloqué par l’ennemi . Envoie de Baçra par la voie de l’Ahwàz un corps de troupes pour cherchera dégager ces soldats musulmans afin d’assurer leur retraite quand même nous devrions renoncer pour le moment à la conquête de la province de Perse. »

Puis il écrivit à Alà en ces termes :  « Dieu a établi les souverains afin qu ils soient obéis.  Tout ce qui se fait on dehors de leurs ordres tourne mal. Tu as de ta propre autorité fait quitter à l’armée de Bahraïn et tu l’as jetée au milieu des ennemis. Maintenant j’ai recommandé à l armée de Baçra d’aller à votre secours pour chercher à dégager les musulmans. Quant a t0i tu ne retourneras pas dans le Bahrain.  Tu te rendras auprès de Sa’d fils d’Abou Waqqàç et si je connaissais dans le monde une chose qui te fût plus désagréable que de servir sous les ordres de Sa’d je te l’imposerais. »

Vue Satellitaire du golf et de la région
Vue Satellitaire du golf et de la région

Après avoir pris connaissance de la lettre du calife, Otba fils de Ghazwân dirigea cinq mille hommes de l’armée de Baçra vers la province de Perse par la route de l’Ahwâz .

Ces troupes arrivées en présence du camp de Schehrek à Tàous lieu situé sur les confins de l’Ahwâz et de la province de Perse attaquèrent l’ennemi et l’obligèrent à se retirer Alà qui avait quitté les bords de la mer vint alors faire sa jonction avec les musulmans et Abou Sabra fils d’Abou Rouhm qui commandait cette expédition lui remit la lettre du calife

Les deux corps réunis revinrent ensuite à Baçra Otba fit partir Alà vers Sa’d fils d’Abou Waqqàç et rapatria l’armée du Bahraïn qui était composée d’Arabes des différentes tribus du Hedjr.

Chaque homme dut regagner sa tribu Otba demeura à Baçra et Hormouzân dans l’Ahwâz Ensuite Otba demanda au calife l’autorisation d’accomplir le pèlerinage.

Le calife la lui ayant accordée il partit après avoir laissé Abou Sabra comme son lieutenant à Baçra.

A son retour du pèlerinage il tomba malade à Batn Nakhla et étant rentré à Baçra il mourut Omar laissa le gouvernement de la ville à Abou Sabra jusqu à la fin de l année ensuite il nomma gouverneur Moghîra fils de Scho’ba qui y demeura deux ans jusqu’au moment où il fut destitué et remplacé par Abou Monsa al Asch’arî comme nous l’avons rapporté

Yazdgardiii Trésorerie Yazdegerd III

CHAPITRE LX CONQUÊTE DES AUTRES VILLES DE al-AHWÀZ et HORMOUZÀN EST FAIT PRISONNIER

A la nouvelle des événements de l’Ahwàz et de la province de Perse de l’invasion de cette province par l’armée du Bahraïn et de la retraite de cette dernière Yezdegerd adressa de Reï aux habitants de la province de Perse une lettre ainsi conçue  :

 » Vous avez eu si peu de souci de votre religion et vous avez laissé prendre aux Arabes tant d’avantages que après s’être emparés de l’Iràq du Sawàd de Madàïn de notre patrie et de notre capitale ils ont attaqué l’Ahwàz.  Mais vous n avez pas prêté aide à Hormouzàn de sorte qu’il a été forcé de leur abandonner la moitié de cette province Ils ont ensuite envahi la province de Perse votre propre patrie et vous ne vous en êtes pas émus ils ont pu opérer leur retraite sains et saufs Maintenant unissez vos efforts à ceux d’Hormouzàn afin qu’il puisse défendre l’Ahwàz. Envoyez lui des troupes pour qu il recommence la guerre et qu il reprenne la partie de la province qui a été cédée. « 

Vue aérienne de Susa ( Shush), 23 octobre 1935 dans la région du Ahwaz Khuzestan
Vue aérienne de Susa ( Shush), 23 octobre 1935 dans la région du Ahwaz Khuzestan

Yezdegerd écrivit aussi à Hormouzàn et lui annonça qu’il avait recommandé à Schehrek et aux habitants de la province de Perse de lui prêter aide .

Ceux ci en effet avertirent Hormouzàn qu ils viendraient à son secours et ils l’encouragèrent ainsi à la lutte Omar ayant été instruit qu’Hormouzàn avait obtenu le concours de l’armée de la province de Perse et qu’il avait rompu la paix fit parvenir à Abou Mousa al Asch arî l’ordre d envoyer de Baçra un corps de troupes sous les ordres d’Abou Sabra contre Hormouzàn afin de s’emparer de toute la province de l’Ahwàz et d’en chasser Hormouzân pour ôter définitivement à l’armée de la province de Perse le désir d’attaquer les musulmans, Abou Mousa fit partir un détachement de troupes de Baçra.

Tête  d'un cheval  Sassanide (Kerma)
Tête d’un cheval Sassanide (Kerma)

Le calife adressa une lettre à Sa’d fils d Abou Waqqàç et lui ordonna d’envoyer de l’Iràq dans l’Ahwàz des troupes qui devraient se joindre à l’armée de Baçra pour faire la guerre à Hormouzàn Sa’d fit partir de Koufa un corps d’armée sous les ordres de Nomân fils de Moqarrin.

Enfin par une lettre adressée à Abou Sabra Omar nomma cet officier général en chef des armées réunies dc Koufa et de Baçra et lui confia la direction de la guerre dans l’Ahwâz Abou Sabra ayant pénétré dans l’Ahwâz vint camper sous les murs de Ràm Hormouz Hormouzàn fit demander des renforts à Schehrek qui lui envoya un corps de troupes et qui alla lui même occuper la ville de Touster qui était mieux fortifiée que RàmHormouz.

Cependant Hormouzân voyant que l’armée musulmane était très nombreuse quitta la forteresse de Ràm Hormouz et se rendit également à Touster et fit sa jonction avec l’armée de la province de Perse Abou Sabra s empara de Ràm Hormouz y laissa une petite garnison et se dirigea vers Touster.

Les "guerriers invincible" persans du palais de l’empereur Darius le Grand à Suse capturé par les forces du califat Rashidun d'Abu Mussa en 641
Les « guerriers invincible » persans du palais de l’empereur Darius le Grand à Suse (Shush, Ahwaz) capturé par les forces du califat Rashidun d’Abu Mussa en 641. 

Il écrivit à Omar que l’ennemi avait reçu des renforts et demanda que le calife lui envoyât également de nouvelles troupes Omar ordonna à Abou Mousa al Asch ari d’aller en personne avec toute l’armée de Baçra au secours d’Abou Sabra.

Le commandement disai- il dans la lettre qu’il lui adressa restera à Abou Sabra qui est plus habile que toi dans la guerre .

En conséquence Abou Mousa vint rejoindre l armée d Abou Sabra qui prit position sous les murs de Touster

Les musulmans assiégèrent la ville pendant six mois.

Il y eut durant ce temps quatre vingts engagements dans lesquels l’avantage resta tantôt aux musulmans tantôt aux ennemis il y eut des deux côtés beaucoup de morts et l’une et l autre armée étaient découragées .

Il y avait dans l’armée musulmane un homme qui avait été ‘ un des compagnons du Prophète nommé Al Berà fils de Màlik dont la prière était particulièrement puissante.

Toujours quand il se trouvait dans une armée Omar adressait aux musulmans cet ordre:

 » Que l’on exige de chacun qu il combatte mais qu’on exige de Berà qu’il prie » .

Or lorsque devant Touster les soldats furent découragés ils vinrent trouver Al Berà et lui demandèrent de prier pour que Dieu leur donnât la victoire Al Berà se mit à prier en ces termes  :

« Seigneur accorde moi le martyre et aux musulmans la victoire ».  

rashidun
L’armée musulmane.

Le lendemain l’armée s étant rendue au combat une flèche lancée de la forteresse atteignit Al Berà et le tua.

Les musulmans s écrièrent Maintenant nous aurons la victoire car une partie de la prière d’Al Berà vient d’être exaucée l’ autre partie le sera également.

Dans la nuit du même jour un habitant de Touster vint trouver Abou Sabra et lui dit Assure moi la vie sauve et je te montrerai un chemin par lequel tu pourras pénétrer dans la forteresse Abou Sabra lui ayant assuré la vie sauve cet homme lui dit :  » Il ya sous l ‘enceinte de la forteresse un passage souterrain par lequel l ‘eau entre dans la ville un homme peut y passer « .

A la tombée de la nuit de demain ordonne à cent hommes résolus de ton armée d’attendre à l’endroit où l’eau entre dans la forteresse que je vienne les introduire En conséquence Abou Sabra plaça cent guerriers à l’endroit désigné et l’ armée entière devant la porte de la forteresse.

Le Persan sortit alors de la ville montra aux musulmans qui l’attendaient le passage et passa devant eux.

Ceux ci le suivirent et ayant ainsi pénétré par le canal dans la forteresse ils en ouvrirent la porte Il y avait à l intérieur de la forteresse une citadelle très solide dans laquelle Hormouzàn se retirait chaque nuit avec mille archers en qui il avait pleine confiance.

Après s être rendus maîtres de la forteresse les musulmans arrivèrent au matin à cette citadelle où Hormouzàn était renfermé et qui leur parut beaucoup mieux fortifiée et plus solide que la forteresse elle même Abou Sabra s’ écria :  » Soldats l’important reste à faire ! »

Reproduction d'un cavalier cataphracte perses sassanide
Reproduction d’un cavalier cataphracte perses sassanide

Hormouzàn montrant sa tête dit à Abou Sabra  :

 » Tu as fait beaucoup d’efforts et tu t’es donné beaucoup de peine en vain car cette citadelle depuis qu elle a été construite par Schàpour n’a jamais été prise et ne pourra jamais l’être . En outre j’ai ici avec moi mille archers dont les coups ne manquent jamais leur but.  Chacun de ces archers est muni de cent arcs et de mille flèches et ils combattront aussi longtemps que leurs arcs et leurs flèches dureront chaque fois qu’ils tireront mille hommes d’entre vous seront tués. Il n’y a pas un million de musulmans dans le monde et je suis armé de manière à résister à un million d’hommes et à les faire périr.  Tu ne pourras donc pas prendre cette citadelle à moins de traiter avec moi à des conditions acceptables « 

Abou Sabra répliqua : 

Que demandes tu de nous ?

Je ne quitterai la citadelle répondit Hormouzàn qu’à la condition que tu m enverras vers Omar qui décidera de mon sort il me fera mettre à mort ou il me laissera la vie.

Abou Sabra consentit à cette proposition la capitulation fut signée et Hormouzàn descendit de la citadelle Omar écrivit à Abou Sabra une lettre ainsi conçue :

 » Envoie Hormouzàn vers moi . Fais retourner Abou Mousa avec son armée à Baçra et l’armée de Sa’d dans l’Iràq . Quant à toi reste dans l’Ahwàz et établis un gouverneur dans chaque ville »,  Abou Sabra fit ainsi .

Il confia la personne d Hormouzàn à Abou Mousa qui devait le diriger de Baçra vers Médine Hormouzàn partit pour Baçra en emportant ses biens et ses insignes royaux Abou Mousa le fit escorter à Médine par Ans fils de Màlik et Ahnaf fils de Qaïs.

 

Vue aérienne de  Médine en 1918.
Vue aérienne de Médine en 1918.

En entrant dans la ville de Médine Hormouzàn dit à ses compagnons :  » Vous allez me conduire devant le roi des Arabes mais moi je suis un roi perse et quoique je sois prisonnier vous n’avez pas de pouvoir sur moi c est lui Omar qui décidera de mon sort . Permettez moi de paraître devant lui revêtu des insignes royaux »

Ils répondirent  : « Tu sais ce que tu as à faire »

Hormouzàn fit sortir de ses malles un vêtement brodé d’or il s en revêtit mit la couronne sur sa tête et se ceignit de la ceinture ornée de joyaux d’or .

C’est ainsi qu il fit son entrée à Médine. Son costume étonnait beaucoup les habitants.

Les voyageurs s étant rendus à la maison d’Omar y apprirent que le calife ne se trouvait pas chez lui qu il était dans la mosquée.

Ils y allèrent et l’aperçurent dormant dans un coin le visage tourné contre le mur un fouet placé sous sa tête et couvert d’une tunique raccommodée en plusieurs endroits.

Ans et Ahnaf prirent place à quelque distance de lui et firent asseoir également Hormouzàn en attendant qu’Omar se réveillât.

Hormouzàn demanda à Ans   Quel est cet homme ? C e’st le prince des croyants répondit Ans.  C’est le roi des Arabes qui dort là ainsi tout seul.  Oui il va toujours seul il est toujours seul et il dort seul .

Certes dit Hormouzàn ce doit être un souverain juste pour n’avoir pas besoin de gardiens et pour pouvoir dormir ainsi en sûreté.

Et cette robe ajouta t il la porte t il toujours ?

Toujours répondit Ans.

Hormouzàn dit  : C’est là le costume d’un prophète et non celui d’un roi.

Il n est pas prophète répliqua Ans mais il a les mœurs d un prophète.

Omar ayant été réveillé par leur conversation se dressa sur son séant et voyant Hormouzàn dans son costume royal il demanda à Ans quel était cet homme.

Ans lui dit que c’était Hormouzàn le prince de l’Ahwàz .

Alors Omar ouvrant complétement les yeux dit Otez lui l’apparat des infidèles et habillez le du costume de l’islàm.

On dépouilla Hormouzàn de ses riches vêtements et on le couvrit d une tunique de toile il revint ainsi devant Omar en se tenant debout Omar lui dit  de s asseoir .

On alla chercher un interprète et on amena Moghîra fils de Scho ba qui avait appris à Baçra un peu de persan .

Omar lui dit : Dis lui de parler  »

Hormouzàn dit  : « Veux tu que je parle le langage d’un mort ou d’un vivant.

Le langage d’un vivant répliqua Omar.

Je dirai donc d’abord reprit Hormouzàn que tu viens de me donner la vie et de me rassurer contre la crainte d’être mis à mort .

Comment cela demanda Omar.

Parce que en me disant de parler le langage d’un vivant tu m accordes la vie.

Que Dieu m’en garde s’écria Omar tel n est pas le sens de mes paroles . Je t ai dit de parler le langage d un vivant parce que tu es encore vivant je n ai pas voulu dire que je ne te ferai pas mettre à mort.

Tu ne pourras pas m’abuser.

Je ne laisserai pas vivre quelqu un qui a tué un homme comme Al Berà fils de Màlik et  effet la flèche qui avait atteint Al Berà avait été lancée par Hormouzàn Celui ci sachant alors qu Omar voulait le faire mourir dit : J’ai remarqué ici les signes de ta bonté et de ta justice . Or j’ai soif . Accorde moi au moins la grâce de ne point me faire mourir ainsi fais moi donner un peu d’eau à boire.

Omar lui fit apporter une cruche d’eau Hormouzàn dit :

– Tu me promets donc de ne pas me faire tuer avant que j’aie bu cette eau ?

–  Je te le promets répliqua Omar .

Alors Hormouzàn versa l’eau sur le sol et dit  :

– Maintenant tu ne peux plus me tuer .

– Pourquoi ?  demanda Omar.

Parce que tu as dit que tu ne me ferais pas mourir avant que j’eusse bu cette eau. Or je ne la boirai jamais elle a pénétré dans la terre.

Ans fils de Màlik dit  :

‘Il a raison ô prince des croyants

Cette ruse ! reprit Omar et cette fourberie ne te serviront de rien auprès de moi je te ferai mettre à mort.

Et qu’est ce qui pourrait me servir ?  demanda Hormouzàn .

C est que tu prononces les paroles n’y a pas de dieu en dehors d’Allah et Mohammed est l’apôtre Allah .

Hormouzàn prononça ces paroles et devint ainsi musulman Omar fut satisfait lui rendit ses biens et le fit inscrire au registre des dons pour une somme annuelle de dix mille dirhems Hormouzàn demeura à Médine jusqu’à sa mort .

La conquête de l’Ahwàz avait eu lieu dans la dix neuvième année de l’hégire .

Il y avait à Médine un homme nommé Schouraïh fils de Iràrith le Kindien.

C était l’un des principaux docteurs de la loi l’un des successeurs tàbioun qui n’avait pas vu le Prophète mais qui ayant embrassé l’islamisme sous le règne d’Abou Bekr avait appris de ce dernier ainsi que des compagnons du Prophète la loi Omar l’envoya à Koufa en qualité de juge et lui confia la juridiction sur tout l’Iràq en remplacement de Ka b fils de Sourà al Azdî docteur de la loi qu’il rappelait .

Au commencement de la vingtième année de l hégire Omar adressa une lettre à Amrou fils d Al Aç et lui ordonna de conduire son armée de Syrie à Miçr et à Alexandrie pour faire la conquête de ces contrées.

Le calife écrivit aussi à Moâwiya d’expédier à Amrou toutes celles de ses propres troupes qui ne lui seraient pas nécessaires.

 

 

Extrait tiré de la Chronique de Tabari, histoire des prophètes et des rois (Arabe: تاريخ الرسل والملوك Tarikh al-Rusul wa al-Muluk). Tabarî, de son nom complet Muhammad Ibn Jarīr Ibn Yazīd al-Imām Abū Jaʿfar (persan : محمد بن جریر طبری), est un historien et exégète du Coran, né en 839 à Amol au Tabaristan, et mort le 17 février 923 àBagdad. Il est l’un des plus précoces et des plus illustres historiens et exégètes perses du Coran.

Buste de Tabari à l'entrée de la bibliothèque nationale du Tadjikistan (Douchambé)
Buste de Tabari à l’entrée de la bibliothèque nationale du Tadjikistan (Douchambé)

Tabarî est notamment resté célèbre pour son histoire universelle, l’Histoire des prophètes et des rois, et son commentaire du Coran. Il fut également à l’origine d’une éphémère école du droit islamique, laJarîriyya, Musulman de tradition sunnite, il a passé l’essentiel de sa vie à Bagdad, écrivant tous ses ouvrages en arabe

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s