CONQUÊTE DE l’EGYPTE (Misr), MEMPHIS ET D’ALEXANDRIE par Amr ibn al-As sous le califat d’Omar ibn al-Khatab par al-Tabari :

Publié le Mis à jour le

Les Pyamides de Gizeh en  Egypte Le complexe funéraire de Khéops fut érigé sous la IVe dynastie (v. 2650 av. J. C.). Composé d'un temple funéraire, de pyramides subsidiaires, d'annexes et d'une vaste nécropole de fonctionnaires contemporains de Khéops, le complexe est toutefois dominé par la pyramide de Khéops, la plus grande des pyramides d'Égypte qui fut, jusqu'au début du xxe siècle, le plus volumineux et le plus massif monument jamais construit. Elle a détenu le record de la hauteur durant 4 000 ans
Les Pyamides de Gizeh en Egypte.  Le complexe funéraire de Khéops fut érigé sous la IVe dynastie (v. 2650 av. J. C.). Composé d’un temple funéraire, de pyramides subsidiaires, d’annexes et d’une vaste nécropole de fonctionnaires contemporains de Khéops, le complexe est toutefois dominé par la pyramide de Khéops, la plus grande des pyramides d’Égypte qui fut, jusqu’au début du xxe siècle, le plus volumineux et le plus massif monument jamais construit. Elle a détenu le record de la hauteur durant 4 000 ans

CHAPITRE LXI CONQUÊTE DE l’EGYPTE (Misr), MEMPHIS ET D’ALEXANDRIE: 

Amrou fils d’Al Aç se dirigea vers Miçr en traversant la province de Filistîn,  Omar lui envoya de Médine des renforts commandés par Zobaïr fils d’Awwam.

Le premier endroit qu Amrou rencontra sur le territoire d’Alexandrie fut Bilbeis.

Il saccagea la ville y tua beaucoup de monde et fit des prisonniers puis il continua sa route.

Le prince d Alexandrie se renferma dans la ville et Amrou vint l’assiéger.

Prévoyant que le siége durerait longtemps il distribua le butin qu il avait fait entre ses soldats et en envoya la part du quint à Omar.

 .10) La mosquée Sadate Quraysh (641 JC) de Belbeis en Egype fut construite par le général et compagnon Amr ibn al-As lors du caifat d'Omar ibn al-Khatab , elle est donc la plus vielle mosquée d'Egypte.
. La mosquée Sadate Quraysh (641 JC) de Belbeis en Egypte fut construite par le général et compagnon Amr ibn al-As  radi Allah anhu lors du caifat d’Omar ibn al-Khatab radi Allah anhu , elle est donc la plus vielle mosquée d’Egypte.

Il resta sous les murs de la ville pendant cinq mois jusqu’à ce que le prince d’Alexandrie réduit à l’extrémité par les continuelles attaques des musulmans demandât à capituler.

Amrou exigea que les assiégés embrassassent l’islam ou qu ils payassent tribut.

Le prince répondit :  »  J’ai souvent payé tribut soit aux Perses soit aux Romains, je ne me refuserai donc pas à payer tribut également aux musulmans à la condition cependant que vous rendrez tous ceux des gens d’Alexandrie qui ont été faits prisonniers. »

Amrou lui fit dire que en ce qui concernait les prisonniers il demanderait l’avis du prince des croyants. Il adressa en conséquence une lettre à Omar et lui exposa la situation.

Omar lui répondit :

« Ceux des prisonniers qui ont été amenés à Médine qui ont été remis en partage aux musulmans qui ont été vendus et achetés et qui ont été transportés partie à la Mecque,  partie dans l’Iràq ne peuvent pas être rendus.  Ne prends aucun engagement à leur égard car tu ne pourrais pas le remplir.  Quant aux prisonniers qui sont entre vos mains il ne faut pas rendre ceux qui choisissent l’islam mais tu peux rendre ceux qui choisissent le christianisme. « 

Le théâtre romain d'Alexandrie Egypte.
Le théâtre romain d’Alexandrie Egypte. Le noble compagnon et général Amr ibn al-As radi Allah anhu  écrit au Calife  rashidun Al-FArouk Omar ibn al-Khattâb  radi Allah anhu qu’il a pris une cité contenant : 4 000 palais, 4 000 bains publics, 12 000 vendeurs d’huile fraîche, 12 000 jardiniers, 40 000 juifs qui paient tribut, 400 théâtres ou lieu de divertissement.

Amrou fit connaitre cette décision d’Omar au prince d Alexandrie qui l’accepta.  On conclut le traité de capitulation et le prince d’Alexandrie ayant ouvert les portes de la ville sortit et consentit à payer le tribut.

Tout prisonnier qui désirait rester chrétien fut rendu ceux qui embrassèrent l’islam furent mis en liberté.

Ensuite le calife ordonna par lettre à Amrou de se rendre à Memphis et Amrou se mit en marche.

Quelques uns prétendent qu’il alla d abord à Médine et que c est de là qu il partit pour Memphis.

Complexe funéraire de Djéser à Saqqarah la nécropole de Memphis Egypte
Complexe funéraire de Djéser à Saqqarah la nécropole de Memphis Egypte

Le prince de Memphis était Moqauqas le prince des Coptes.

Il résidait dans une certaine ville du pays des Coptes et avait envoyé l’armée à Memphis et nommé commandant de la ville le catholicos Djàthaliq qui était le chef de tous les évêques et de tous les chrétiens .

On l’appelait Ibn Maryam.  Le catholicos les évêques et les docteurs sortirent de la ville pour conférer avec Amrou et pour savoir ce qu’il voulait Amrou leur fit bon accueil et les rassura par des paroles bienveillantes il leur parla ainsi  :  » Le Prophète nous a laissé la recommandation suivante :

 » Quand vous soumettrez nous a-t’il dit,  les habitants de Miçr souvenez vous des droits que leur donnent les liens de parenté qui les relient avec nous.  En effet Agar la mère d’Ismaël qui est le père de tous les Arabes était de Miçr fille du roi de cette ville.  Les habitants d’Aïn es-Schems ayant vaincu ce roi avaient emmené Agar captive et l’avaient vendue à un autre roi, lequel la donna à Sarah.  Sarah l’ayant donnée à Abraham (Ibrahim)  celui ci engendra avec elle Ismaël qui fut le père de tous les Arabes.  Nous désirons donc vous traiter avec les égards qui vous sont dus.  Si vous embrassez l’islamisme vous serez nos égaux sinon payez tribut . » 

Les Coptes répliquèrent :  » Nous ne voulons pas embrasser l’islam cependant accorde nous un délai d’un mois pour réfléchir » .

Amrou répondit  : « Vous ne pourrez pas me tromper je vous accorde trois jours allez et réfléchissez . « 

Tissue copte du 7eme siècle datant de la conquête du califat Rashidun de l'Egypte , représentant un cavalier
Tissue copte du 7eme siècle datant de la conquête du califat Rashidun de l’Egypte , représentant un cavalier

 

Or le quatrième jour lorsque Amrou délibérait sur le parti qu’il devait prendre,  les habitants de Miçr se jetèrent inopinément sur les musulmans.

Ceux ci prirent les armes Zobaïr fils d’Awwàm s’avança vers la porte de la forteresse et après un combat sérieux les rejeta dans la ville que les musulmans investirent.

Au moyen d’échelles et de cordes on chercha à escalader les murs que les assiégés ne purent défendre à cause du grand nombre de traits lancés par les musulmans .

Ceux ci réussirent enfin à planter leurs drapeaux sur les remparts Zobaïr suivi de quelques musulmans ayant paru au haut des remparts chercha à descendre du côté de l’intérieur .

Les habitants allèrent en avertir le catholicos .

Celui ci leur dit :

 » Habitants de Miçr,  ces Arabes sont des hommes qui ont chassé de leurs patries, le Chosroès roi de Perse et le César roi de Roum. Comment pourrions nous leur résister  ?  »

Alors ils crièrent aux musulmans qu’ils demandaient à capituler.

Alexandrie en Egypte  au temps de la dynastie des Ptolémées
Alexandrie en Egypte au temps de la dynastie des Ptolémées

 

Amrou fils d’Al Aç consentit.  Ils laissèrent Zobaïr descendre du mur ouvrirent la porte et les musulmans entrèrent dans la ville Zobaïr dit à Amrou  :

 » J’aurais pu prendre la ville de force tu n’aurais pas dû accepter la capitulation si tu avais attendu un moment avant de faire la paix j’aurais pénétré dans la forteresse en descendant du rempart » .

Amrou ne prêta pas attention à ses paroles fit rédiger l’acte de la paix imposa aux ennemis un tribut considérable et occupa la ville.

Il prit sa résidence dans un vaste quartier là où se trouve aujourd’hui Fostàt, il  y avait à Fostàt un grand nombre de soldats coptes qui voyant les Arabes si déguenillés s écrièrent  :  » Hélas que ne savions nous que les Arabes étaient en si mauvaise situation nous aurions continué la lutte et nous n’aurions pas livré la ville  » .

Amrou ayant été instruit de ces propos invita tous ces Coptes à un repas , il ordonna d’égorger un chameau et de le faire cuire avec de l’eau et du sel puis après avoir fait appeler aussi les Arabes il le fit servir.

11) La mosquée"Al-Kabir Al-Jami3 de Dumyat (Damiette) en Egypt  date de 643 elle fut construite par le général et compagnion Amr ibn el-'As radi Allah anu, elle est considérée comme la deuxième plus ancienne d'Egypte al-Misr. Elle fut appelé "Masjid al-Fath" au début de la conquête de l'Egypte. l'image date d'avant sa restauration.
La mosquée »Al-Kabir Al-Jami3 de Dumyat (Damiette) en Egypt date de 643 elle fut construite par le général et compagnion Amr ibn el-‘As radi Allah anu, elle est considérée comme la deuxième plus ancienne d’Egypte al-Misr. Elle fut appelé « Masjid al-Fath » au début de la conquête de l’Egypte. l’image date d’avant sa restauration.

 

Les Arabes en mangèrent mais les Coptes ne purent pas en manger .

Après le repas on se sépara . Le lendemain il ordonna aux cuisiniers de rechercher dans la ville de Miçr toutes sortes de mets doux et piquants et de les préparet, il  fit venir les Coptes et les Arabes et leur présenta ces mets.

Puis il s adressa aux Coptes en ces termes  :  » Je dois avoir pour vous les égards que m’impose la parenté qui existe entre nous » .

Cependant j’ai appris que vous cherchez à vous concerter pour prendre les armes contre nous.  Or autrefois les Arabes mangeaient la viande de chameau comme vous les avez vus faire hier mais maintenant qu’ils ont trouvé ces autres mets comme vous le voyez ils donneront plutôt leurs àmes que de rendre cette ville ils combattront jusqu’à la mort .  Donc ne vous précipitez pas à votre perte.  Embrassez la religion musulmane ou payez tribut et retournez dans vos contrées .  »

Les Coptes répliquèrent :  » Tu as raison ».

Le Sphinx à Gizeh, Egypte.
Le Sphinx à Gizeh, Egypte.

Puis ils s en allèrent et se rendirent auprès du prince des Coptes.  En route en s’entretenant entre eux ils dirent  :  » Les Arabes auraient à faire bien des efforts pour nous disperser mais cet homme vient de nous chasser avec une seule parole.  »

Le prince des Coptes résidait avec une nombreuse armée à Aïn es-Schems ville considérable du pays des Coptes et  située vers l’occident .

Lorsque ces hommes qui étaient venus se présenter devant lui , lui racontèrent comment Amrou avait agi envers eux Moqauqas dit en riant :  » Le roi des Arabes vous a envoyé un homme capable de vous tromper ».

La conquête  Islamique sous le général Amr ibn al-As  radi Allah anhu en Egypte.
La conquête Islamique sous le général Amr ibn al-As radi Allah anhu en Egypte. 639-642

 

Puis il rassembla son armée pour marcher sur Miçr.  A cette nouvelle Amrou fit ses préparatifs quitta la ville de Miçr et arriva jusqu’aux portes d’Aïn es-Schems .

Quand les deux armées se trouvèrent en présence rangées en ordre de bataille Amrou s avança devant les rangs des musulmans et appela les compagnons du Prophète.

Tous les compagnons du Prophète présents dans ‘ armée,  Abou Borda et d’autres sortirent hors des rangs et Amrou les plaça sur le front en disant Marchez en tête afin que à cause de vous Dieu accorde la victoire aux musulmans.

11) La Mosquée de Fustat en Egypte (642 JC) fut construite par l'éminent compagnons et général stratège du califat Rashidun Amr ibn al-As (radi ALLAH anhu ) le conquérant de l'Egypte et de la Cyrénaïque faces au Byzantins et au Coptes  
11) La Mosquée de Fustat en Egypte (642 JC) fut construite par l’éminent compagnons et général stratège du califat Rashidun Amr ibn al-As (radi ALLAH anhu ) le conquérant de l’Egypte et de la Cyrénaïque faces au Byzantins et au Coptes  

Les compagnons du Prophète se précipitèrent sur l’ennemi et les autres musulmans les suivirent.

L armée copte fut rompue au premier choc et perdit un grand nombre de morts et de prisonniers; le butin des musulmans fut considérable.  Les prisonniers furent transportés à Médine.

A l’époque où le calife avait éloigné Alà ben al Hadhrami du gouvernement du Bahraïn en l’envoyant vers Sa’d fils d Abou Waqqàç en même temps qu’il avait ordonné aux troupes du Ba’hraïn de retourner dans leur province il avait donné le gouvernement du Ba’hraïn à Qodàma fils de Maz’houn .

Ruines de la Fustat fondé par amr ibn Al-As  radi Allah anhu en 641 lors de la pris de  l'Egypte Fostat (arabe : الفسطاط), aussi appelée Fustat, Al Fustat, Misr al-Fustat ou Fustat-Misr, fut la première capitale arabe de l'Égypte. La ville fut fondée par le général Amru ben al-As à la suite de la conquête de l'Égypte par les Arabes en 641. .  Fostat était aux temps des dynasties omeyyades (661-750) et abbassides (750-1050) un camp fortifié. La ville connut son apogée au xiie siècle avec une population d'environ 200 000 habitants. La ville était le centre du pouvoir administratif de l'Égypte jusqu'en 1168, lorsqu'elle fut incendiée par son propre vizir, Shawar, qui voulait empêcher les croisés de piller ses richesses. Ce qui subsistait de la ville fut alors incorporé au Caire voisin. Entre le xiiie et le xve siècle, les mamelouks firent de l'endroit une simple décharge, bien qu'une population de quelques milliers d'habitants continuât d'y vivre par le commerce de poteries. De nos jours, Fostat fait partie du Vieux Caire. Peu de bâtiments de l'époque médiévale subsistent, mais de nombreuses fouilles archéologiques ont été entreprises. Beaucoup d'objets découverts sur le site sont exposés au Musée islamique du Caire.
Ruines de la Fustat fondé par amr ibn Al-As radi Allah anhu en 641 lors de la pris de l’Egypte Fostat (arabe : الفسطاط), aussi appelée Fustat, Al Fustat, Misr al-Fustat ou Fustat-Misr, fut la première capitale arabe de l’Égypte. La ville fut fondée par le général Amru ben al-As à la suite de la conquête de l’Égypte par les Arabes en 641. . Fostat était aux temps des dynasties omeyyades (661-750) et abbassides (750-1050) un camp fortifié. La ville connut son apogée au xiie siècle avec une population d’environ 200 000 habitants. La ville était le centre du pouvoir administratif de l’Égypte jusqu’en 1168, lorsqu’elle fut incendiée par son propre vizir, Shawar, qui voulait empêcher les croisés de piller ses richesses. Ce qui subsistait de la ville fut alors incorporé au Caire voisin. Entre le xiiie et le xve siècle, les mamelouks firent de l’endroit une simple décharge, bien qu’une population de quelques milliers d’habitants continuât d’y vivre par le commerce de poteries.
De nos jours, Fostat fait partie du Vieux Caire. Peu de bâtiments de l’époque médiévale subsistent, mais de nombreuses fouilles archéologiques ont été entreprises. Beaucoup d’objets découverts sur le site sont exposés au Musée islamique du Caire.

Or en cette année la vingtième de l’hégire Omar fut averti que Qodàma buvait du vin . Il le destitua le rappela à Médine et lui fit infliger la peine de ceux qui se livraient à la boisson.

Il nomma à sa place Abou Horaïra gouverneur du Bahraïn et du Yemàma.

En cette même année les habitants de Koufa ayant porté plainte contre Sa d fils d’Abou Waqqàç Omar lui fit quitter Koufa et l’lràq et le rappela à Médine.

La prise de Miçr eut lieu au mois de rabfa second de cette même vingtième année .

Au commencement de la vingt et unième année les Perses s étant rassemblés de nouveau à Nehàwend les musulmans y vinrent et s emparèrent de cette ville.

Ce fut la dernière fois que les Perses rassemblèrent des forces.  (..) fin .

La lettre  du prophète  prophète Muhammad (paix et bénédiction d'Allah sur lui), à Muwqawqis  roi des coptes
La lettre du prophète prophète Muhammad (paix et bénédiction d’Allah sur lui), à Muqawqis roi des coptes 

 Relation entre l’islam et l’Egypte avant la conquête islamique  :  

Le prophète Muhammad (paix et bénédiction d’Allah sur lui), envoya une lettre à Jurayj Ibn Matta, dit  Al-Muqawqis, gouverneur de Misr et d’Alexandrie  au nom des Byzantins:

 » Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. De Muhammad, Serviteur et Messager d’Allah à Al-Muqawqis, roi des Coptes. Que la paix soit sur ceux qui suivent le droit chemin ! Je t’appelle à embrasser l’Islam, soumets-y toi et tu seras sauvé et obtiendras de la part d’Allah une double récompense. Si tu refuses et que tu te détournes, tu porteras la responsabilité du péché des Coptes.

 » Dis :  » Ô gens du Livre, venez à une parole commune entre nous et vous : que nous n’adorions qu’Allah, sans rien Lui associer, et que nous ne prenions point les uns les autres pour seigneurs en dehors d’Allah « . Puis, s’ils tournent le dos, dites :  » Soyez témoins que nous nous sommes soumis « . (Coran 3:64)

Hâtib Ibn Abî Balta’a fut chargé de porter la lettre au roi. Il lui dit :  » Avant toi, un homme avait prétendu être le Dieu suprême, Allah se vengea alors de lui en lui infligeant le châtiment d’ici-bas et celui de l’au-delà ! Tires-en donc les leçons et soumets-toi ! « .

Al-Muqawqi lui répondit :  » Nous professons déjà une religion et nous ne la quitterons que si nous en trouvons une meilleure ! « .

Hâtib dit alors :  » Nous t’appelons à l’Islam, religion parachevée par Allah et qui compense toutes les autres ! Notre Prophète a appelé les gens à l’Islam et les Qurayshites ainsi que les juifs se sont opposés à lui en faisant preuve de violence et d’hostilité, tandis que les chrétiens se sont montrés les plus réceptifs à l’appel. Or l’annonce faite par Moïse de la venue de Jésus est la même que l’annonce de Jésus de la venue de Muhammad ! Nous t’appelons au Coran comme vous aviez appelé les gens de la Torah à suivre l’Evangile ! Lorsqu’un prophète apparaît dans une communauté, celle-ci a le devoir de lui obéir, or vous êtes la communauté à laquelle le message de Muhammad est parvenu ! Nous ne te demandons pas d’abandonner la religion du Messie mais plutôt de suivre avec fidélité ses principes ! « .

Al-Muqawqis répondit :  » J’ai étudié le cas de ce Prophète et j’ai pu constater qu’il ordonne pas ce qui n’est pas convenable et qu’il n’interdit que le blamâble. Je ne crois pas qu’il s’agisse d’un magicien égaré ou d’un devin, il porte certes les signes de la prophétie puisqu’il a le don de dévoiler certaines choses relevant de l’Inconnaissable. Toutefois, je vais y réfléchir ! « .

Il prit la lettre du prophète Muhammad (paix et bénédiction d’Allah sur lui), et la déposa dans une boîte en ivoire qu’il scella. Puis, il appela un scribe qui écrivait en arabe et lui dicta :

 » Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. Lettre d’Al-Muqawqis, roi des Coptes, à Muhammad Ibn ‘Abdillah. Que la paix soit sur toi ! J’ai certes reçu ta lettre et compris ce à quoi tu appelles. Je savais qu’un prophète ferait son apparition. Toutefois, je pensais qu’il viendrait de l’ancienne Syrie.

J’ai honoré ton émissaire et je t’envoie deux femmes esclaves, qui appartiennent à de noble familles coptes ainsi que des vêtements et une mule.

Que la paix soit sur toi ! « .

Il ne c’est pas convertie à l’Islam. L’une des deux esclaves, Mâriyya, devint la femme  du prophète Muhammad (paix et bénédiction d’Allah sur lui), et lui donna un fils, Ibrâhîm.

Quant à l’autre esclave, Sîrîn, fut donnée à Hassan Ibn Thâbit Al-Ansârî radi Allah anhu.  La mule, nommée Duldul, vécut jusqu’au temps de Mu’âwiya ibn abi Sufyan radi Allah anhu.

 

Le monastère Sainte Catherine dans le Sud de la péninsule du Sinaï, en Égypte. C'est l'un des plus anciens monastères au monde
Le monastère Sainte Catherine dans le Sud de la péninsule du Sinaï, en Égypte. C’est l’un des plus anciens monastères au monde

« L’Ashtiname de Muhammad », également connu sous le « Pacte ou (Saint) ou Testament (Testamentum) du prophète Muhammad (paix et bénédiction d’Allah sur lui), est un document ou ahdname,  (une charte) ratifiée par le prophète Muhammad paix et bénédiction d’Allah sur lui et qui octroi la protection pour les moines chrétiens du monastère Sainte-Catherine . Il est scellé avec une empreinte représentant la main de Muhammad paix et bénédiction d’Allah sur lui et fut écris de la main d’Ali ibn Abi Talib radi Allah anhu.  en voici la retranscription  :
« Ceci est un message de Muhammed ibn Abdoullah, constituant une alliance avec ceux dont la religion est le christianisme ; que nous soyons proches ou éloignés, nous sommes avec eux. Moi-même, les auxiliaires [de Médine] et mes fidèles, nous nous portons à leur défense, car les chrétiens sont mes citoyens. Et par Dieu, je résisterai contre quoi que ce soit qui les contrarie. Nulle contrainte sur eux, à aucun moment. Leurs juges ne seront point démis de leurs fonctions ni leurs moines expulsés de leurs monastères. Nul ne doit jamais détruire un édifice religieux leur appartenant ni l’endommager ni en voler quoi que ce soit pour ensuite l’apporter chez les musulmans. Quiconque en vole quoi que ce soit viole l’alliance de Dieu et désobéit à Son prophète. En vérité, les chrétiens sont mes alliés et sont assurés de mon soutien contre tout ce qui les indispose. Nul ne doit les forcer à voyager ou à se battre contre leur gré. Les musulmans doivent se battre pour eux si besoin est. Si une femme chrétienne est mariée à un musulman, ce mariage ne doit pas avoir lieu sans son approbation. Une fois mariée, nul ne doit l’empêcher d’aller prier à l’église. Leurs églises sont sous la protection des musulmans. Nul ne doit les empêcher de les réparer ou de les rénover, et le caractère sacré de leur alliance ne doit être violé en aucun cas. Nul musulman ne doit violer cette alliance jusqu’au Jour du Jugement Dernier (fin du monde). »

Première édition imprimée Shuqayr, Na’um. Tarikh al-Sina qadim wa al-hadith était jughrafiyatuha, ma’a Khulasat Tarikh Misr wa al-Sham wa al-‘Iraq wa Jazirat al Arab wa ma kana baynaha min al-‘ala’iq al-tijariyyah wa al-harbiyyah wa ghayriha ‘une tariq Sina’ min awwal ‘ahd al-Tarikh al-Yawm il. [Al-Qahirah]: np 1916

L'Ashtiname de Muhammad, également connu sous le Pacte ou (Saint) Testament (Testamentum) du prophète Muhammad (paix et bénédiction d'Allah sur lui) et, est un document ou ahdname,  une charte ratifiée par le prophète Muhammad et qui octroi  la protection  pour les moines chrétiens de monastère Sainte-Catherine . Il est scellé avec une empreinte représentant la main de Muhammad pix et bénédiction d'Allah sur lui.  en voici la retranscription  : « Ceci est un message de Muhammed ibn Abdoullah, constituant une alliance avec ceux dont la religion est le christianisme ; que nous soyons proches ou éloignés, nous sommes avec eux. Moi-même, les auxiliaires [de Médine] et mes fidèles, nous nous portons à leur défense, car les chrétiens sont mes citoyens. Et par Dieu, je résisterai contre quoi que ce soit qui les contrarie. Nulle contrainte sur eux, à aucun moment. Leurs juges ne seront point démis de leurs fonctions ni leurs moines expulsés de leurs monastères. Nul ne doit jamais détruire un édifice religieux leur appartenant ni l’endommager ni en voler quoi que ce soit pour ensuite l’apporter chez les musulmans. Quiconque en vole quoi que ce soit viole l’alliance de Dieu et désobéit à Son prophète. En vérité, les chrétiens sont mes alliés et sont assurés de mon soutien contre tout ce qui les indispose. Nul ne doit les forcer à voyager ou à se battre contre leur gré. Les musulmans doivent se battre pour eux si besoin est. Si une femme chrétienne est mariée à un musulman, ce mariage ne doit pas avoir lieu sans son approbation. Une fois mariée, nul ne doit l’empêcher d’aller prier à l’église. Leurs églises sont sous la protection des musulmans. Nul ne doit les empêcher de les réparer ou de les rénover, et le caractère sacré de leur alliance ne doit être violé en aucun cas. Nul musulman ne doit violer cette alliance jusqu’au Jour du Jugement Dernier (fin du monde). »
Le document en question, celui là est une copie-conforme réalisé par les Ottomans, car l’original est partie à istanbul dans le trésors ottoman sous Selim Ier lors de la prise ottomane de l’Egypte par le sultan- calife Selim Ier.
Extrait tiré de la Chronique de Tabari, histoire des prophètes et des rois (Arabe: تاريخ الرسل والملوك Tarikh al-Rusul wa al-Muluk). Tabarî, de son nom complet Muhammad Ibn Jarīr Ibn Yazīd al-Imām Abū Jaʿfar (persan : محمد بن جریر طبری), est un historien et exégète du Coran, né en 839 à Amol au Tabaristan, et mort le 17 février 923 àBagdad. Il est l’un des plus précoces et des plus illustres historiens et exégètes perses du Coran.

Buste de Tabari à l'entrée de la bibliothèque nationale du Tadjikistan (Douchambé)
Buste de Tabari à l’entrée de la bibliothèque nationale du Tadjikistan (Douchambé)

Tabarî est notamment resté célèbre pour son histoire universelle, l’Histoire des prophètes et des rois, et son commentaire du Coran. Il fut également à l’origine d’une éphémère école du droit islamique, laJarîriyya, Musulman de tradition sunnite, il a passé l’essentiel de sa vie à Bagdad, écrivant tous ses ouvrages en arabe

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s