Ruines de l’ancienne capitale des Omeyyades Harran en Turquie et l’une des premières Université au monde

Publié le Mis à jour le

Harran (ou Carrhes) est une ville et un district de Turquie, au sud-est de la Turquie actuelle, au croisement des routes de Damas, de Karkemich et de Ninive. C’est également un site archéologique : on peut y voir les murailles de la cité antique, longues de cinq kilomètres, et d’importants vestiges médiévaux tel que le château et l’Ulu Camii, une grande mosquée du 8e siècle.

De nos jours, subsistent seulement deux villages aux constructions typiques de pierre et d’argile crue surmontées de coupoles en formes de ruches, tandis qu’un habitat moderne se développe aux abords du site archéologique.

Harran Ruinnes du dar al khilafah et de a mosquée Omeyyade Turquie
Harran Ruines du dar al khilafah et de la mosquée Omeyyade du calife Marwan II (région al-Jazira), en  Turquie  

Ruines du Dar al-Khilafah et de la mosquée Omeyyade de Marwan II (dernier calife Omeyyade de Damas) et de ce qui étais l’une des premières université Islamique construite au monde fondé par Harun al-Rashid le célèbre calife des Abbassides.

Au début de la période islamique Harran était situé dans le pays de la tribu arabe Mudarite (Diyar Mudar), dans la partie occidentale du nord de la Mésopotamie ( al-Jazira ). Avec ar-Ruha ‘( Sanliurfa ) et Ar Raqqah- elle était une des principales villes de la région. Pendant le règne du dernier calife omeyyade Marwan II Harran est devenu le siège du gouvernement califal de l’empire islamique de l’Espagne à l’Asie centrale .

Harran Ruinnes du dar al khilafah et de a mosquée Omeyyade Turquie 2
Harran

Dans la période antique cette ville fut un centre de premier plan dans l’idolâtrie des mésopotamiens, avec une grosse communauté sectaire proche des sabéens (adorateurs des étoiles) le calife abbasside al-Ma’mûn , qui, en passant par Harran sur son chemin lors d’une campagne contre les romains de l’Empire byzantin, aurai forcé les Harraniens à choisir (se convertir) à l’une des «religions du livre» (ahl al akitab) comme cette secte issue des sabéens n’en fait pas partie.

Les Chrétiens araméens et assyriens sont quant a eux resté chrétien.

Les Sabéens ont été mentionnés dans le Coran, mais ceux-ci étaient un groupe de mandéens (une secte gnostique) vivant dans le sud de la Mésopotamie.

 

Harran au XIIIe siècle
Harran au XIIIe siècle

La relation entre les Sabéens Harraniens à celles mentionnées dans le Coran est un sujet de litige.

Les Harraniens ce sont eux-mêmes identifié comme Sabéens afin de conserver leurs croyances religieuses…

La ville a conservé son nom sémitique attesté depuis 2400 av. J.C. Les Grecs l’appelaient Κάρραι, Karrhai, nom francisé en Carrhes. Sa situation géographique, dans la vallée du fleuve Balissos (aujourd’hui Balīkh), au croisement de deux pistes caravanières, en a fait un point stratégique au cours de l’Histoire. Une de ces pistes reliait la Syrie à la vallée du Tigre, l’autre conduisait vers l’Euphrate et le golfe Persique à partir de la vallée du Halys1. Des inscriptions assyriennes mentionnent ce lieu vers 1100 avant l’ère chrétienne sous le nom de Harranu qui signifierait route, itinéraire en akkadien. Ce carrefour commercial était connu des Romains : Pline l’Ancien au ier siècle après J.C. mentionne le commerce de l’encens et des parfums sur le marché de Carrhes2.

Harran était également connu dans la haute antiquité pour être l’un des deux principaux sanctuaires (avec la ville d’Ur) dédiés a l’idole Djin-Lune Sîn, vénéré par les Sémites de Mésopotamie.

Harran a subi au cours des siècles la domination de plusieurs puissances : après les Amorrites puis le royaume de Mitanni, la ville fut brûlée par les Hittites et passa ensuite sous domination assyrienne. Des stèles gravées en caractères cunéiformes font référence au roi babylonien Nabonide (556-539 av. J.C.). Elle fut finalement englobée dans l’empire achéménide. Après les conquêtes d’Alexandre le Grand, elle fut gouvernée par les Macédoniens et par la dynastie des Séleucides. Ainsi se constitua une importante communauté de langue grecque qui prospéra : des ateliers royaux frappaient à Carrhes des tétradrachmes et même des octodrachmes en argent, monnaie du commerce. Longtemps après l’arrivée des Parthes, vers la fin du iie siècle av. J.-C., une population grecque qui s’identifie encore comme telle, vint au secours des soldats romains d’Afranius en 65-64 av. J.C.

La première université au monde  Harran (Turquie) faite par le calife Abbasside Harun al-Rashid pour la traduction des textes grecs etc.
L’une des premières université au monde Harran (Turquie) faite par le calife Abbasside Harun al-Rashid 786 – 809 pour la traduction des textes grecs etc.

Au cours de la fin du 8ème et 9ème siècles sous les Abbassides Harran était un centre pour la traduction d’œuvres de l’astronomie, la philosophie, les sciences naturelles et la médecine du grec au syriaque et de là à l’arabe. Beaucoup de savants importants de la science naturelle, l’astronomie et la médecine proviennent de Harran.

Les textes syriaques évoquent un évêque monophysite, Siméon des Olivies, occupé vers 700 à convertir manichéens, païens et juifs des environs. Ils évoquent également des Sabéens, les Sabéens de la ville de Harran ayant joué un rôle important dans la traduction en arabe des ouvrages issus de l’Empire byzantin6. Adorateurs des étoiles, ils semblent avoir été une communauté de païens hellénisés, ayant conservé l’enseignement astrologique des Babyloniens jusqu’au xe siècle. adeptes de l’hermétisme et de ce fait menacés physiquement, ils tentèrent en vain, de faire admettre leur religion au nombre des cultes monothéistes officiels.

Le plus célèbre des sabéens de Harran est Thābit ibn Qurra, mathématicien et astronome, qui a traduit en arabe de très nombreux textes scientifiques grecs7. Le théologien chrétien Théodore Abu Qurrah fut, de 795 à 812, évêque orthodoxe de Harran. C’est également la ville natale de l’astronome et mathématicien Al-Battani (env. 855-923) et du grand théologien musulman Ibn Taymiyya (1263).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s