1ere Taifa: La Taifa de Murcie et la dynastie arabe Banu Tahir 1012-1091 :

Publié le Mis à jour le

al-Andalus et le règne des taifas en 1037
al-Andalus et le règne des taifas en 1037  où le premier Royaume de Murcie apparaît

ROYAUME DE MURCIE.

La province de Murcie , plus souvent nommée par les Arabes, pays de Tadmir, resta soumise aux Omeyyades, a l’époque de la décadence du khalifat de Cordoue, et embrassa ensuite la cause des Al-Ameri, qui défendaient les droits de cette famille , usurpés par les Hamoudides.

Ier. ZOHAIR al-Amiri Al-Saclahy, (‘Esclavon ) , roi d’Alméria, le fut aussi de Murcie, qu’il faisait gouverner par un lieutenant. {Voyez ci-après la Chronologie des rois d’Alméria. )

Fortification arabo-musulmane de Murcie qui date d'Abd al-rahman II l'Omeyyade et des Tai'fa
Fortification arabo-musulmane de Murcie qui date d’Abd al-rahman II l’Omeyyade et de la période de Tai’fa

 

11e siècle première Taifa de Murcie Banu Tahir dynastie arabe Qaysite, Ibn Ammar et Ibn Rashiq  1028-1091

1er. Abou-Bekr AHMED Al-Qaïsy.

Le cheikh Abou-Bekr Ahmed, ben Ishak, ben Zaid, ben Thaher, de l’illustre tribu arabe de Qaïs,qui avait produit plusieurs hommes distingués dans les lettres et dans les armes, servit dans les armées de Zohaïr, roi d’Almérie. Celui-ci, pour récompenser sa prudence et sa valeur , lui donna le gouvernement de Murcie. On ignore Tannée de la mort d’Ahmed et la durée de son administration.

2e. Abou Abdel-rahman MOHAMMED al-Qaisy.

Abou Abdel-rahman Mohammed, fils et successeur d’Ahmed, demeura toujours fidèle aux Al-Amiri, et, malgré ses richesses et sa puissance, loin d’imiter les autres walis qui , après l’extinction des Omeyyades, avaient pris le titre de roi, il montra une extrême modération , et se contenta de celui de Mouthe’lîn (que Conde traduit par le nom de Réparateur ). Juste et bienfaisant, il maintint la paix dans ses états, et ne s’occupa qu’à faire le bonheur les peuples de Murcie , dont il emporta les regrets et les bénédictions à sa mort , arrivée l’an 457 (1065) ; il avait alors 90 ans .

La "Muraille arabe de Murcie"
La « Muraille arabe de Murcie »

3e. Abou- Abdallah ABDEL-RAHMAN al-Qaisy.

An de l’hég. 4.57. (de J.-C. io65.) Abdel-rahman , dès sa jeunesse, imita les vertus de son père; il éprouva toutes les vicissitudes de la fortune ; et fut aussi patient dans le malheur que modeste dans la prospérité. Il cultiva les lettres avec succès et composa plusieurs écrits élégants, cités avec éloge par les historiens de Murcie.

Les liaisons des princes Thaherides avec les rois d’Alméria , ayant engagé les premiers dans une alliance avec les souverains de Séville, attirèrent sur Abdel-rahman les armes d’Al-Mamoun , roi de Tolède et de Valence.

Tandis que ce dernier assiégeait Murcie, vers l’an 462 (1070), les troupes réunies ‘Al-Motamed al-Lakhmi, roi de Séville, et de Raimond Bérenger Ier , comte de Barcelone, entreprirent de délivrer Abdel-rahman (2); mais elles furent taillées en pièces par Al-Mamoun.

L’émir de Murcie accepta les offres avantageuses du-vainqueur, se mit sous sa protection , se rendit son vassal et lui céda les places d’Orihuela et de Mula.

Il est probable qu’ Abd el-rahman s’attacha sincèrement à son nouveau protecteur; ou plutôt qu’après la mort d’Al-Mamoun, ayant voulu prendre le titre et les attributs de la royauté , il se vit exposé à la vengeance et à la colère du roi de Séville.

Les généraux de ce prince lui enlevèrent, en 471 (1078-9) , Alicante, Carthagène , Lorca, Orihuela, Mula , et l’assiégèrent dans Murcie , qu’il défendit avec beaucoup de courage ; mais les habitants , pressés par la disette , ayant voulu le forcer de capituler, il promit de le faire ,si, dans vingt jours, il ne recevait pas des secours de Tolède, comme il l’espérait. Ils n’attendirent pas l’expiration de ce délai ; et , ayant vu arriver des renforts aux assiégeants , ils se révoltèrent et ouvrirent leurs portes à l’ennemi. Abdel-rahman , qui au moment de la sédition s’était réfugié dans une mosquée, fut arrêté et conduit dans le château de Montagut.

On ignore combien de tems il y demeura prisonnier ; on sait seulement qu’il recouvra la liberté par la médiation du roi de Valence , Abou bekr , à la cour duquel il se retira.

Il combattit auprès d’Yahia , successeur de ce prince, lorsque Valence fut attaquée et prise par les Almoravides, l’an 485 (1093.). Il y resta néanmoins jusqu’à la conquête de cette ville, par le fameux Rodrigue (dit le Cid),.

L’an 487 (1094) il retourna alors à Murcie, où il emporta les restes mortels du roi Yahia , pour les faire enterrer honorablement, et il déplora la perte de ce prince dans une pièce de vers. Abdel-rahman mourut dans cette ville, en 5o8 (1114), âgé de 70 ans (2). Ce prince n’était pas moins distingué par son courage que par son érudition. âgé de 70 ans (2).

La Noria d'Abaran dans la région de Murcie al-Andalus
La Noria d’Abaran dans la région de Murcie al-Andalus

Abou’l cacem MOHAMMED AL-MUTAMID-BILLAH al-Lakhmi, roi Abbadide de Séville.

An de l’hég. 471 (de J.-C. 1079). Mutamid, roi de Séville, après s’être emparé du royaume de Murcie, en donna le gouvernement à Abdallah ben Raschik, qui avait le plus contribué à cette conquête. Mais il en détacha le gouvernement de- Lorca , en faveur d’Abou-Mohammed ben Leboun , qui depuis eut la vanité de prendre le titre de roi.

On voit cependant parmi les émirs , qui envoyèrent des députés à la junte de Cordoue , l’an 478 (to85), un Abdallah ben Zeidoun , wali de Tadmir , et un Ben Thaher, sans doute wali de Murcie. On voit ce même Abdallah , ben Zeidoun, assister, en 479(1086), à la bataille deZallaka, ainsi qu’Abou Mohammed ben Leboun, wali de Lorca. Ce dernier , l’année suivante, reçut.Motamed, qui venait d’être Lbattu par les castillans. Ceux-ci s’emparèrent d’Alib, (nommée [par d’autres auteurs Lebta ou Lebatha), place forte à douze milles de Lorca, sur le sommet d’un rocher inaccessible.

L’an 481 (1088), Yousouf, roi almoravide de Marakesh (Maroc), vint en personne assiéger cette forteresse; et au nombre des émirs musulmans qui lui amenèrent leurs troupes , se trouvait Abdel-aziz ben Rasih (le même, sans doute, qu’Abdallah ben Raschik, dont on a parlé ci-dessus, ou peut-être son fils), qui gouvernait Murcie au nom du roi de Séville, mais avec un pouvoir absolu et sans payer tribut.

Fatiguée d’un siège long et désastreux, l’armée musulmane était prête à se retirer, contre l’avis du roi d’AIméria, du wali de Lorca et de celui de Murcie, lorsque ce dernier s’emporta jusqu’à vouloir frapper de’son épée, Al-Mutamid, qui l’avait accusé d’ingratitude, et d’intelligence avec les chrétiens. Abdel-aziz ayant été arrêté aussitôt , ses troupes se mutinèrent /abandonnèrent le camp et interceptèrent les convois qui l’approvisionnaient. Cette défection fut favo rable au roi de Castille, qui accourut au secours des assiégés; et elle détermina le monarque africain à renoncer à son entre prise. Yousouf étant revenu en Espagne , l’an 483 (1090), s’empara, l’année suivante, de Murcie et de toutes les villes qui en dépendaient. Conde , ni Cas i ri , ne disent plus rien des princes de la famille de Thaher, ni des deux gouverneurs de Lorca et de Murcie, dont nous avons fait mention. Nous parlerons plus amplement de Mutamid, dans la Chronologie des rois de Séville. Ou verra , dans la quatrième époque de l’Histoire des Maures d’Espagne, Murcie jouer .un rôle plus important, et devenir la capitale d’un royaume plus puissant .

Source :

Tiré de l’encyclopédie  : « L’art de vérifier les dates des faits historiques, des chartes, des chroniques et autres anciens monuments » éd. in-8°, t. n, p..319-320 .

Date d’édition : 1818-1819

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s