L’armée al-Ushrusaniyya du califat Abbasside issue de la région de Ushrusana en Transoxiane.

Publié le Mis à jour le

24-6f913b5395-Armies-of-the-Caliphates
La Garde armée du calife Abbasside 9-10eme siècle
1) émir senior
2) Cavalier lourd Ghulam
3) garde-Fantassin Perse .(Opsrey graham turner)

La Ushrusaniyya ( Arabe : الأشروسنيةal-Ushrūsaniyyah ) était un régiment régulier de l’ armée du califat Abbasside. Formé au début du 9e siècle JC, l’unité était composée de soldats qui étaient à l’origine issue de la région de Ushrusana en Transoxiane.

Les Ushrusaniyya ont d’abord servi sous l’éminent général al-Afshin , et  sont restés actifs après sa chute, et sont fréquemment mentionnés pendant la période connue sous le nom  de « l’Anarchie de Samarra ».

La Al-Ushrusana était une province frontalière en Asie centrale , en bordure des terres de l’Islam (dar al-islam) au cours des périodes du califat omeyyade et au début des abbassides.
Cette province était situé entre la région de Samarkand (Shamir-Qand) ver  l’ouest et Khujand à l’est, et était un peu au sud de la rivière Syr-Daria.
En raison de son emplacement stratégique, plusieurs routes passait à travers elle , faisant de la province un arrêt fréquent pour les voyageurs de la route de la Soie.
Le terrain du pays est composée d’un mélange de plaines et de montagnes; certains districts de Ushrusana avaient des villes, mais l’ensemble de la région était très peu urbanisée.
La ville principale était Bunjikath , qui a été souvent désigné comme la ville de Ushrusana. [1]
Ruines de la forteresse de Bunjikath, Tajikistan
Ruines de la forteresse de Bunjikath, Tajikistan

Avant la conquête musulmane de la Transoxiane au début du 8ème siècle, Ushrusana été gouvernée par ce qui était probablement une dynastie persane, dont les princes étaient connus sous le titre de Afshin . [2]

Au cours du 8ème siècle Ushrusana était parfois nominalement soumis au califat, mais elle est resté effectivement indépendante.

Plusieurs gouverneurs omeyyades ont effectuées des expédions dans le pays et ont reçu la soumission de ses dirigeants, mais ce ne fut pas une conquête permanente,  sans colonisation, et ni garnison comme ce fut le cas en Afrique du Nord, Egypte, Sham, Khorasan, ou Arménie, etc. [3]

Après l’arrivée des Abbassides au pouvoir en 750, les princes de Ushrusana ce sont soumis devant les califes  Abbasside en particulier pendant les règnes d’al -Mahdi (r. 775-785) et d’Harun al-Rashid (r. 786-809), mais encore une fois ce fut qu’une suzeraineté nominale[4] et les gens de cette région ont continué de résister à la domination musulmane. [5] 

"Les Abbassides" source ; Larousse Encyclopedie
« Les Abbassides » source ; Larousse Encyclopedie

Ushrusana a été plus fermement mis sous contrôle arabe abbasside à la suite d’une querelle qui a éclaté au sein de la dynastie régnante, lors du califat d’ al-Ma’mûn (r. 813-833) fils d’Haroun al-Rashid. En 822, une armée musulmane sous Ahmad ibn Abi Khalid al-Ahwal conquis Ushrusana et capture son chef Kawus ibn Kharakhuruh ; il fut envoyé à Baghdad , où il fut  présenté devant le calife et s’est converti à l’islam. [6] 

Dès ce moment, al-Ushrusana a été considéré comme faisant partie intégrante de l’état abbasside, bien que les Afshin  ait été autorisés à conserver leur contrôle dans leurs fiefs mais c’est  en tant que sujets du calife. [7]

Ruines de Bunjikath au Tajikistan . dans les trous dans la pierre vous pouvez toujours trouver des morceaux calcinés, qui sont les restes des poteaux de bois qui ont été brûlés par les envahisseurs arabes abbasside  il ya plus d'un millénaire années
Ruines de Bunjikath au Tajikistan . dans les trous dans la pierre vous pouvez toujours trouver des morceaux calcinés, qui sont les restes des poteaux de bois qui ont été brûlés par les envahisseurs arabes abbasside il ya plus d’un millénaire 

Kawus a été succédé par son fils Khaydhar , qui avait assisté le général arabe  Ahmad ibn Abi Khalid  al-Ahwal dans sa campagne contre Ushrusana.

Khaydhar, qui est cité dans les sources simplement par le titre d’al-Afshin, [8] a décidé d’entrer au service des Abbassides et a fait le chemin vers la cour d’al-Ma’mûn.

Là, il s’est lancé dans une carrière militaire, et est devenu un commandant dans l’armée califale. [9]

Avec l’arrivée d’al-Afshin un certain nombre de ses disciples, un certain nombre de proches qui étaient natifs de Ushrusana ce sont intégrés dans l’armée Califale et, servant sous leur émir al-Afshin, l’unité a donc pris le nom d’al-Ushrusaniyya. [10]

 Babak demande des pourparlers au général abbasside  Afshin Haydar, envoyé par le calife al-Mu'tasim
Babak l’athée demande des pourparlers au général abbasside al-Afshin, envoyé par le calife al-Mu’tasim tiré du TarikhNama d’al-Balami

La Ushrusaniyya sous al-Afshin

La formation du régiment Ushrusaniyya faisait partie d’une politique générale lancé par al-Ma’mûn et élargies par Al-Motasim (r. 833-842) pour recruter des soldats des différents districts frontaliers de la Transoxiane . En conséquence, la al-Ushrusaniyya furent rejointes par d’autres régiments nouvellement formés d’Asie centrale, comme les Turcs , la al- Faraghina , et al-Ishtakhaniyya. Ces soldats formèrent bientôt la majorité de la garde du calife et ont remplacés les anciens arabes et Abna Khurasani comme épine dorsale de l’armée Abbasside. Les décennies qui suivirent, ces unités sont restés  fortes collectivement et dominante dans l’armée du calife, à Baghdad d’abord et, après 836, à Samarra . [11]

Après avoir rejoint la cour califale, al-Afshin est rapidement devenu l’une des figures de proue de l’establishment militaire abbasside. [12]

Pendant le califat d’al-Ma’mûn, il a été envoyé à al-Barqa (Libye) et, en 831, en l’Egypte , afin de réprimer l’activité des rebelles arabes de la tribu des Banû Modlej de Barqa.

L'avenue menant au palais de la abasside général turc Ashnas
L’avenue menant au palais du  général Abbasside al-Afshin à Samara, en Iraq. 

Lorsque Al-Motasim est devenu calife, il a reçu un commandement important lors  de la guerre contre al-Babak al-Khurrami l’athée dans Adharbayjan (Azerbaïdjan) , et après une campagne de deux ans (835 à 837), il a réussi à détruire la rébellion .

Suite à cela, il a été mis en charge d’une partie de l’armée musulmane pendant l’expédition de 838 lancé par le calife Al-Motasim contre les Byzantins et a joué un rôle de premier plan au cours du siège d’Amorium (Amouriya) . [13]

La composition exacte de ses forces au cours de ces campagnes est inconnue, mais il semble que des Ushrusani et des non Ushrusani servaient sous Al-Motasim au milieu des années 830. [14]

En 836 la Ushrusaniyya, avec le reste de l’armée centrale, ont été transférés dans la nouvelle capitale de Samarra.

Eux et d’autres unités qui était rattachées à al-Afshin leurs ont été accordées des attributions dans le cantonnement al-Matira, dans la partie sud de la ville [15] 

Et al-Afshin à construit un palais pour lui-même; [16] sur les ordres du calife, il également construit un petit marché pour ses disciples, avec salles de bains et des mosquées. [17]  

Carte de Samarra. Le Ushrusaniyya ont été initialement installés dans le cantonnement d'al-Matira, dans la partie sud de la ville
Carte de Samarra. Les Ushrusaniyya été initialement installés dans le cantonnement d’al-Matira, dans la partie sud de la ville de Sammara

Les chiffres et les équipements 

Pas de chiffres spécifiques ne furent données en ce qui concerne la force globale de la al-Ushrusaniyya à Samarra, malgrès les fréquentes références faisant allusion à eux dans les sources arabes, cependant, il est peu probable qu’ils étaient l’un des plus grands régiments de la capitale. [18]
D’autre part, ils étaient certainement pas plus nombreux que les Turcs, et probablement moins encore que la  al-Faraghina ainsi que la al-Maghariba. [19] Les sources suggèrent également que toutes les troupes sous le commandement d’al-Afshin étaient de la al-Ushrusaniyya, [14]  mais que le quartier de Samara al-Matira été peuplé en partie par des non-Ushrusani. [17]
Ushrusana n’est pas un grand pays et sa population n’était pas très dense et assez grande pour fournir de nombreux soldats au califat. [15] 
Deux épées Abbasside à lame droite, au musée du Tokpapi, Istanbul, Turquie.
Deux épées Abbasside à lame droite, au musée du Tokpapi, Istanbul, Turquie.

Les estimations modernes sur la taille et la composition de l’armée de Samarra varient largement, mais la al-Ushrusaniyya sont généralement considérés comme ayant fait de la plus petite partie de l’armée.

L’historien Helmut Tollner, par exemple, suppose qu’il y avait  entre 20 000 à 30 000 soldats à Samarra; de ce nombre, la moitié étaient des Turcs, [20] et le reste ce partageait entre la Ushrusaniyya, al-Maghariba, al-Faraghina etc et n’aurait donc constitué qu’une fraction seulement du reste de l’armée de Samamra.

L’archéologue Derek Kennet, après avoir examiné les restes des cantonnements militaires à Samarra, a estimé que al-Matira était « la maison » de 11 847 soldats (Ushrusaniyya et non-Ushrusaniyya) pendant le règne d’al-Mu’tasim, sur une taille totale de l’armée de 94 353 soldats; [21] .d’autres historiens, ont cependant, considéré ces chiffres comme étant trop grand [22]

Hugh N. Kennedy , en s’appuyant sur ​​les chiffres fournis dans les sources littéraires, croyaient qu’il ya peut-être dans l’armée centrale autour de 5 000 non-Turcs de Transoxiane, y compris la Ushrusaniyya. [23]

La Grande Mosquée de Samarra, ou mosquée al-Mutawakkil est une des plus importantes œuvres architecturales de l'Islam. Elle fut la plus grande mosquée de la civilisation islamique pendant ses siècles dans l'éphémère capitale des califes abbassides à Samarra durant le ixe siècle et demeure un joyau de l'art abbasside. Son minaret en spirale hélicoïdale (Malwiya1) en fait aussi un exemple unique
La Grande Mosquée de Samarra, ou mosquée al-Mutawakkil et son minaret en spirale hélicoïdale (Malwiya)

L’équipement utilisé par la Ushrusaniyya au combat est décrit en détail dans un passage de l’historien et imam al-Tabari .

Au cours d’une émeute à Samarra, dans lequel la Ushrusaniyya fut envoyés pour rétablir l’ordre, les troupes ont combattu les émeutiers avec plusieurs armes, tirant des flèches (nushshāb) dans la foule hostile et les engageant avec des épées ( Souyouf ).

Pour la défense, ils étaient équipés de boucliers (durū’) et portaient des cottes de mailles ( jawāshan ).

Ils ont également reçu des montures  (dawābb), mais il ne est pas spécifié si celle-ci étaient destinés à être montés dans la bataille ou tout simplement utilisé pour le transport. [24]

L'armée Islamique du califat Abbasside en Asie central et en Inde 1) Cavalier du Sindh (inde-pakistan) 9eme siècle 2) Cavalier archer de Transoxian 9eme siècle 3) Porte étendard Abbasside 9eme siècle  4) Fantassin Azerbaïdjanais 10eme siècle
Larmée Islamique du califat Abbasside en Asie central et en Inde
1) Cavalier du Sindh (inde-pakistan) 9eme siècle
2) Cavalier archer de Transoxian 9eme siècle
3) Porte étendard Abbasside 9eme siècle
4) Fantassin Azerbaïdjanais 10eme siècle

La fin 

La carrière d’Al-Afshin  pris fin quand il a été emprisonné pour trahison et apostasie en 841, et cela probablement provoqué la fin de l’importance de la Ushrusaniyya. [25] 

L’hisrtorien Al-Ya’qubi nous dit qu’après la mort d’al-Afshin , le commandant turc Wasif al-Turki et ses disciples s’installa à al-Matira pendant le califat d’ al-Wathiq (r. 842-847), [26] et il est possible que la Ushrusaniyya ai été déplacées de cette région et forcé de s’installer ailleurs dans la ville. [27] Le régiment a survécu, cependant, et a continué à être utilisé dans les campagnes militaires.

En 847, par exemple, ils ont participé à l’expédition de Bugha al-Kabir contre le désordre de la tribu arabe des Banu Numayr (Numayrides) dans l’ouest de l’Arabie , au cours de laquelle ils étaient sous  le commandement de l’ancien lieutenant d’al-Afshin, al- Wajin al-Ushrusani . [28]

Le palais Abbasside   d'al-Ashiq à  Samarra, ver 870-883.
Le palais Abbasside d’al-Ashiq à Samarra, ver 870-883.

Après l’assassinat du calife Jafar al-Mutawakkil en Décembre 861, le califat est entré dans une période d’instabilité, connu sous le nom « l’Anarchie de Samarra » . [29]

Au cours de cette période, la Ushrusaniyya, avec les autres régiments militaires, ont joué un rôle important dans les affaires de la capitale.

Le fils d’Al-Mutawakkil; al-Muntasir (r. 861-862), qui aurait été le complice de la mort de son père, aurait cherché à se faire des alliés de la Ushrusaniyya dans les jours qui ont précédé l’assassinat d’al-Mutawakkil, et beaucoup d’entre eux ont jeté leur soutien pour ce  al-Muntasir. [30]

Après la mort d’ al-Muntasir en Juin 862, la Ushrusaniyya, avec les Turcs et les Maghrébins, ce sont concerté pour désigné al-Musta’in comme le successeur d’al-Muntasir, et ils étaient présents lors de la cérémonie d’inauguration pour le nouveau calife .

Lorsque les émeutes ont éclaté dans la capitale en faveur du rival d’al-Musta’in,  al-Mu’tazz , ils furent déployés pour aider à réprimer les dissidents, mais ont subi de lourdes pertes au cours des combats. [31]

Stuc mur revêtement, le style I. Samarra ou 'Style C'  Berlin, Musée d'art islamique (SMB)  Irak, Samarra, allemand Samarra Expediton 1911, «Maison III ' Période abbasside, au milieu de 3 / 9ème siècle  Photo: Ernst Herzfeld 1911  E. Herzfeld, Erster vorläufiger Bericht über die Ausgrabungen von Samarra (Berlin 1912) pl. 4.
Mur abbasside de Sammara Dar al-Khilafa  avec revêtement en stuc  milieu du 9ème siècle
Photo: Ernst Herzfeld 1911
E. Herzfeld, Erster vorläufiger Bericht über die Ausgrabungen von Samarra (Berlin 1912) pl. 4.

Au cours de la guerre civile qui a éclaté entre al-Musta’in et al-Mu’tazz en 865, un grand contingent des Ushrusaniyya était présent à Baghdad pour se battre pour al-Musta’in; ceux-ci ont été placés sous le commandement du fils d’al-Afshin  du nom d’al-Hasan . [32]

D’autres officiers Ushrusani, furent également au côté d’al-Musta’in, et ont été assignés à diverses commandement, telles que escorter les convois des revenus ficaux à Baghdad et de garder et surveillé la ville et la banlieue. [33]

Après la fin de la guerre au début de l’an 866  qui ce soldat en faveur d’al-Mu’tazz, la Ushrusaniyyaest  retourné à Samarra, et au cours des prochaines années, ont occasionnellement participé à des émeutes dans la ville de Samara. [34] 

En Juin 870, la Ushrusaniyya s’est rallié à défendre le calife al-Muhtadi (r. 869-870) quand les Turcs sous Musa ibn Bugha al-Kabir se sont  révoltés, mais ils furent vaincus et le calife al-Mustadi a été tué. [35]

Cet événement semble entraîné le déclin du régiment; après ce moment , ils disparaissent des sources arabes. [36]

Notes 

  1. ^ Le Strange, pp 474-75. Kramers, pp 924-25. Bosworth, p. 589
  2. ^ Kramers, p. 925; Bosworth, pp 589-90. Barthold et Gibb, p.241
  3. ^ Kramers, p. 925; al-Tabari, v. 24: p. 173; v. 25: p. 148; v. 26: p. 31; al-Baladhuri, pp. 190, 203
  4. ^ Al-Ya’qubi, Historiae, p. 479; al-Tabari, v. 30: p. 143
  5. ^ Par exemple, rejoindre la rébellion de Rafi ‘ibn Layth et revenir sur les accords d’hommage: al-Ya’qubi, Historiae, p. 528; al-Baladhuri, pp. 203-04
  6. ^ Bosworth, p. 590; Kramers, p. 925; Kennedy, p. 125; al-Baladhuri, pp 204-05. al-Tabari, v. 32: pp. 107, 135
  7. ^ Kramers, p. 925. La dynastie est resté au pouvoir jusqu’en 893, quand la Ushrusana est devenue une province directement administrée par les Samanides .
  8. ^ Barthold et Gibb, p. 241
  9. ^ Bosworth, p. 590; Kennedy, p. 125
  10. ^ Kennedy, p. 125; Gordon, p. 43; Northedge, p. 169
  11. ^ Kennedy, pp 118-22, 124-25. Gordon, pp. 15 et suiv .; al-Baladhuri, p. 205
  12. ^ Kennedy, p. 125
  13. ^ Bosworth, p. 590
  14. ^  Gordon, p. 43
  15. ^  Northedge, p. 169
  16. ^ Al-Tabari, v. 33: p. 200 et n. 581
  17. ^ al-Ya’qubi, Buldan, p. 259
  18. ^ Gordon, p. 37
  19. ^ Kennedy, pp 126-27. Gordon, p. 37
  20. ^ Tollner, p. 48
  21. ^ Kennet, p. 177
  22. ^ Gordon, pp 72-73. Kennedy, pp. 205-07
  23. ^ Kennedy, pp. 127-28
  24. ^ Al-Tabari, v. 35: p. 4
  25. ^ Crone, p. 319
  26. ^ Al-Ya’qubi, Buldan, pp. 264-65
  27. ^ Northedge, pp. 169-70, interpréter la référence de al-Ya’qubi(Buldan, p. 263) que certains des officiers Ushrusaniyya étaient situés dans la Shari ‘al-Khayr al-Jadid. Alternativement, Wasif peut avoir assumé la responsabilité pour la Ushrusaniyya dans al-Matira, entraînant leur subordination au commandement turc;Gordon, p. 78
  28. ^ Al-Tabari, v. 34: p. 50. Le texte lit « al-Ushrusaniyyah al-Ishtikhaniyyah; » de l’avis de Kraemer, «peut-être le mot« et »devrait être inséré entre les deux noms. Kraemer, n. 186
  29. ^ Sur cette période, voir Gordon, pp. 90 et suiv.
  30. ^ Al-Mas’udi, v. 7: p. 273
  31. ^ Al-Tabari, v. 35: pp. 1-5
  32. ^ Al-Tabari, v. 35: p. 43
  33. ^ Al-Tabari, v 35: pp. 58, 92.
  34. ^ Al-Tabari, v. 35: p. 146
  35. ^ Al-Tabari, v 36: pp. 93, 107.
  36. ^ Par exemple al-Tabari, Index: p. 79. Kennedy, p. 150, spécule que le Ushrusaniyya peut avoir été déclassé après Abu Ahmad al-Muwaffaq est devenu commandant en chef de l’armée pendant le califat d’ al-Mu’tamid (r. 870-892).

Références

  • Al-Baladhuri, Ahmad ibn Jabir. Les origines de l’État islamique, partie II. Trans. Francis Clark Murgotten. New York: Columbia University, 1924.
  • Al-Bili, Osman Sayyid Ahmad Ismaïl Prelude aux généraux:. Une étude de certains aspects du règne de la huitième «calife abbasside, Al-Mu’tasim Bi-Allah (218-227 AH / 833-842 AD ) Lecture:.. Ithaca Press, 2001, ISBN 0-86372-277-6
  • Barthold, W., et HAR Gibb. « Afshin. » L’Encyclopédie de l’Islam, Volume I. New Ed. Leiden:. EJ Brill, 1960 ISBN 90-04-08114-3
  • Bosworth, C. Edmund. « Afsin. » Encyclopédie Iranica, Volume I. Ed. Ehsan Yarshater. London: Routledge & Kegan Paul, 1985. ISBN 0-7100-9098-6
  • Crone, Patricia. « Le monde islamique précoce. » Guerre et société dans les Mondes anciens et médiévaux. Eds. Kurt Raaflaub et Nathan Rosenstein. Cambridge:. Harvard University Press, 1999 ISBN 0-674-94660-X
  • Ibn al-Athir, ‘fi Izz al-Din. Al-Kamil al-Tarikh. 6e éd. Beyrouth: Dar Sader, 1995.
  • Kennedy, Hugh les armées des califes:. Militaires et la société au début des années islamique État de New York:.. Routledge, 2001 ISBN 0-415-25093-5
  • Kennet, Derek. « La forme de la Cantonments militaires à Samarra, l’Organisation de l’armée abbasside. » Une musulmane médiévale Ville Reconsidered: une approche interdisciplinaire de Samarra Ed.. Chase F. Robinson. Oxford:. Oxford University Press, 2001,ISBN 0-197-28024-2
  • . Kraemer, Joel L., trans L’histoire d’al-Tabari, Volume XXXIV: Déclin Incipient par al-Tabari.. Ed. Ehsan Yar-Shater. Albany, NY: State University of New York Press, 1989. ISBN 0-88706-874-X
  • Kramers, JH « Usrushana. » L’Encyclopédie de l’Islam, Volume X. New Ed. Leiden:. EJ Brill, 2000 ISBN 90-04-11211-1
  • Gordon, Matthew S. The Breaking of a Thousand Swords: Une histoire de l’armée turque de Samarra (AH 200-275 / 815-889 CE) Albany, NY:.. L’Université d’État de New York Press, 2001 ISBN 0-7914- 4795-2
  • Le Strange, Guy Les terres du califat de l’Est:. Mésopotamie, la Perse et l’Asie centrale, de la conquête musulmane au moment de Timur Cambridge:. Cambridge University Press, 1905.
  • Al-Mas’udi, Ali ibn al-Husain. Les Prairies D’Or. Ed. et Trans. Charles Barbier de Meynard et Abel Pavet de Courteille. 9 vol. Paris: Imprimerie Nationale, 1861-1917.
  • Northedge, Alastair La topographie historique de Samarra Londres:… L’École d’archéologie britannique en Irak, 2005 ISBN 0-903472-17-1
  • Al-Tabari, Abu Ja’far Muhammad Ibn Jarir. L’histoire d’al-Tabari. Ed. Ehsan Yar-Shater. 40 vol. Albany, NY: State University of New York Press, 1985-2007.
  • . Tollner, Helmut Die türkischen Jardin suis Kalifenhof von Samarra, ihre Entstehung und Machtergreifung bis zum Kalifat al-Mu’tadids Bonn:. Rheinische Friedrich-Wilhelms-Universität, 1971.
  • Al-Ya’qubi, Ahmad ibn Abou Yacoub. Historiae, Vol. 2. Ed. M. Th. Houtsma. Leiden: EJ Brill, 1883.
  • Al-Ya’qubi, Ahmad ibn Abou Yacoub. Kitab al-Buldan. Ed. MJ de Goeje. 2e éd. Leiden: EJ Brill, 1892.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s