Le Mahdisme dans l’histoire :

Publié le Mis à jour le

Fitxer:Safi minaret.png
Minaret Almohade de Safi, capitale de la région Dukala-Abda.  Afin de lutter contre les païens berghwata, les Almoravides et ensuite leurs successeurs les Almohades menèrent une guerre incessante et édifièrent plusieurs forts  et ribat pour défendre les cités musulmanes et mener le jihad contre ces infidèles

Salih ibn tarif le Berghwata

Salih ibn tarif, le deuxième roi païen berbère des  Berghwata état s’étendant sur la région de la Tamesna dans l’actuel Maroc au niveau de l’actuel Rabat qui dura entre 744 et 1058, il ce proclamait prophète d’une « religion » satanique au cours du  8ème siècle. Il est apparu au cours du califat d’Hisham ibn Abd al-Malik l’Omeyyade en 744 JC. Selon les sources comme Ibn Khaldoun ou Al Bakri  , Salih affirma avoir reçu une nouvelle révélation , en langue berbère, avec un livre en 80 chapitres

Certains militants berbéristes modernes le considèrent comme un héros pour sa résistance à la conquête arabe et sa fondation de l’Etat Berghwata.

Il aurait aussi déclaré être le dernier Mahdi, et que Issa (Jésus) aleyhi salam, serait son compagnon. Il proclama que son nom en arabe était Sālih, en syriaque « Mālik », en hébreu « Rūbyā », et en berbère « Ouryaora » et  en persan « danichmend » et que après lui il n’y aurait pas d’autre prophète. (sic)

Après avoir atteint l’âge de 47 ans, il se dirigea vers l’est du royaume, et promis de revenir au cours du règne du septième roi Barghwata. Il conseilla à son fils Ilyās de soutenir les Omeyyades de l’Andalousie afin de contrecarrer les Idrissides de Fès, mais de ne révéler sa religion, qu’une fois devenu assez puissant. Ce qui advint lors du règne de son petit-fils Yūnus. Sälih ben Tarīf se considérant lui-même comme le successeur du Messager d’Allah Mohammed  (paix et bénédiction d’Allah sur lui), et affirmait être en mesure de parler avec les morts et de soigner les malades.  Il leurs disait de lécher la salive de leurs gouverneur pour acquérir le savoir..

Les princes et califes d’Espagne et d’Afrique, des Idrissides,  des Omeyyades, et des Fatimides faisaient pendant ce temps et plus tard des  expéditions et des « guerres » contre ses mécréants de berghwata, ces guerres  ont laissé grands souvenirs chez les Musulmans du Maghreb.

La religion promu par le kafir Sälih fût détruite au XIe siècle par les Almoravides et ne survivra qu’en îlots isolés, que les Almohades réduisirent,dans leurs régions en y installant des arabes hillaliens.


Kufa, Iraq 1932
Kufa, Iraq 1932

Abdallah ibn Mu’awiya 

Abdallah ibn Mu’awiya était un descendant de Ja’far ibn Abi Talib (Radi Allah anhu). À la fin de l’année 127 AH / 744 JC, les  chiites de Koufa en Irak l’ont mis en place comme imam. Il se révolta contre le calife Omeyyade Yazid III, avec le soutien des chiites de Koufa et de Ctésiphon. Il a déménagé à l’ouest de l’Iran entre Ispahan et Istakhr et a réussi à contrôler tout l’ouest de l’Iran pendant deux ans.

Enfin, il a été vaincu par les armées du calife  Omeyyade Yazid III en 746-7 jc et a fuit à Harat dans le Khorassan. Il serait mort emprisonné par le général Abbasside Abu Muslim al-Khurasani.

Ses disciples ne croyaient pas sa à mort et ils disent qu’il est en occultation et qu’il reviendrait comme Mahdi.  

Voici le récit par l’historien Ibn al-Tiqtaqa :

« Ce fut sous son règne ( le calife Omeyyade MARVÂN II (744 -750)que se révolta Abd-Allah,  fils de Mouâwiya, fils d’Abd-Allah, fils de Djafar, fils d’Abou Thâlib.

Voici en résumé ce qui se passa : lorsque l’autorité des Omeyyades fut ébranlée, et que Marwân fut proclamé khalife, les guerres civiles éclatèrent entre les hommes. La discorde se mit entre eux, chacun ayant une opinion différente et une manière de voir personnelle. Il y avait alors à Koûfa un descendant de Djafar al-Tayyar, nommé ‘Abd-Allah, fils de Mouâwiya, fils d’Abd-Allah, fils de Djafar, fils d’Abou Thâlib. C’était un homme éminent, un poète ; son ambition lui dicta le désir de l’autorité. Les gens de Koûfa étaient témoins du désarroi qui régnait à Damas et de l’ébranlement de la puissance des Omeyyades. Ils se présentèrent chez cet ‘Abd-Allah, le proclamèrent khalife et se groupèrent autour de lui en nombre. L’émir,  alors préposé à Koûfa, sortit avec ses partisans et livra bataille aux révoltés. Les deux partis résistèrent quelque temps l’un à l’autre, mais à la fin les gens de Koûfa demandèrent à l’émir quartier pour eux-mêmes et pour ‘Abd-Allah, fils de Mouâwiya, fils d’Abd-Allah, fils de Djafar, et la liberté de se rendre où ils voudraient dans les contrées d’Allah. L’émir de Koûfa et ses partisans étaient lassés de combattre : il leur accorda donc le sauf-conduit. ‘Abd-Allah se dirigea vers Madâ’in (Ctésiphon), traversa le Tigre, s’empara de Houhvân et de ses environs, puis il se dirigea vers les pays de la Perse et y conquit les hauts plateaux, Hamadhan, Ispahan et Rey. Quelques Hachémites s’y joignirent à lui et il se maintint dans cette situation pendant un bon laps de temps.

Or Abou Mouslim du Khorasan avait acquis une puissance redoutable. Il marcha contre cet ‘Abd-Allah et le tua. Puis il fit apparaître la dynastie ‘abbâsside. »  (ibn al-Tiqtaqa, Kitab al-Fakhri)


Temple de Sahlah où est attendu le Qaïm chiite
Temple de Sahlah où est attendu le Qaïm chiite (Dajjal)

Muhammad ibn al-Hasan al-Mahdi

Muhammad ibn Ali ibn Hasan (29 Juillet CE 869/15 Sha’ban 255 AH -?), Plus communément appelé Muhammad al-Mahdi, est le douzième imam des chiites duodécimains. Il est considéré par les chiites duodécimains comme étant le Mahdi, le « sauveur ultime de l’humanité et l’Imam finale des Douze Imams », les chiites croient qu’il est né en 869 à Samarra (actuel Irak). Pour les chiites duodécimains, il est le dernier imâm, il succéda à son père Hasan al-Askarî en 874. Selon la croyance chiite rafida , il n’est pas mort et restera caché (occulté) jusqu’aux derniers jours. Il reviendra alors sous les traits du Mahdi….


Le fondateur de la dynastie des fatimides Ubayd Allah al-Mahdi , ces proches et son armée en Ifriqiya (Peinture Tunisienne)
Le fondateur de la dynastie des fatimides Ubayd Allah al-Mahdi , ces proches et l’armée  fatimide en Ifriqiya (Peinture Tunisienne)

Ubayd Allah al-Mahdi 

‘Ubayd Allah al-Mahdî est né Khouzistan  873. Il a pris la succession de Radi ‘Abd Allah az-Zaki comme imâm des ismaéliens en 881. Il est mort en Ifriqiya le 3 mars 934. Les Ismaéliens prétendaient descendre de l’Imâm Ismâ`îl Ibn Ja`far As–Sâdiq (7e imâm), un descendant direct de l’Imâm `Alî et de la fille du prophète – paix et bénédictions sur lui-, As-Sayyidah Fatimah Az-Zahrâ’. Il mena sa propagande en Ifriqiya chez les Kutama dans l’actuelle Algerie 

Les ‘Ubaydiyīn nuisaient plus à la Religion de l’Islām que les Tattār eux-mêmes, comme l’a  mentionné Adh-Dhahabī. Parmi eux il y avait ceux qui maudissaient ouvertement les Prophètes. Quant au fait de maudire les Sahābah, c’était sans limite. As-Suyūtī a mentionné Abī Al-Hasan Al-Qābisī, « Ceux qui ont été tué par ‘Ubayd Allāh et ses fils parmi les savants et  serviteurs se comptent au nombre de quatre mille hommes, [lors d’une tentative] de les détourner de leur satisfaction envers les Sahābah, mais ils ont choisi la mort [au lieu de cet égarement]. Il a dit, ‘Si seulement [Ubaydullāh] était un Rāfidī uniquement. Mais il était un Zindīq.’ » (Tārīkh Al-Khulafā’ p.13).

L’imam Ibn al-Qayyim al-Jawziya sur le « Mahdi » Ubayd Allah :

« Ubaïd Allah ibn Maïmûn el Qaddâh s’est fait passé également pour le Mahdî. Son grand-père était juif. Issu d’une famille mazdéenne, il revendiquait mensongèrement qu’il était affilié à Ahl el Baït (la famille prophétique). Selon lui, le Prophète (Salla L-ALLAHU `aleyhi wa salam) aurait annoncé sa venue prochaine. Il  a réussi à prendre de l’ampleur et fonda une dynastie formée d’athées et d’hypocrites, qui installèrent leur pouvoir dans le Maghreb, en Égypte, dans le Hijâz et le Shâm. Durant leur règne tyrannique, l’Islam se sentait étranger. Chaque héritier revendiquait la divinité. Les rois Qarmates étaient Bâtinites ; ils assumaient notamment qu’il existe une lecture ésotérique allant à l’encontre des textes exotériques ou littéralistes. Ils se cachaient derrière le Râfidhisme pour mieux répandre leur athéisme. Leur règne perdura jusqu’au jour où Allah délivra les musulmans de leur joug par les mains de Salâh ed-Dîn, Yûsuf ibn Ayyûb. »

Extrait du livre : el Manâr el Munîf d’un grand savant ibn el Qayyim el Jawziya (p. 141-154).


La mosquée du premier sultan Almohade Abd al-Mu’min Ibn ‘Ali (524–58 1130–63) Elle fut construite en 1153 par Abd el-Moumen en hommage au mahdi Ibn Toumert a Timnel haut atlas au Maroc
La mosquée du premier sultan Almohade Abd al-Mu’min Ibn ‘Ali (524–58 1130–63) Elle fut construite en 1153 par Abd el-Moumen en hommage au mahdi Ibn Toumert a Timnel haut atlas au Maroc

Ibn Toumert 

Le berbère  Ibn Toumert (c 1080 -.. C 1130), est un tyran qui à cherché à réformer le mouvement  islamique almoravide alors en décadence au début du 12ème siècle. Il est rejeté à Marrakech et d’autres villes, il se tourna vers les Masmuda (tribu berbère) dans les montagnes de l’Atlas (Maroc) pour leurs soutien.

Bien que se déclarant Muwahid, et aussi le Mahdi, imam et masum (littéralement en arabe: innocent ou libre du péché), Muhammad ibn Abdallah ibn Toumert à consulté un conseil de dix de ses anciens disciples, ce conformant au gouvernement traditionnel représentative berbère datant du paganisme. 

L’imam ibn al Qayyim al Jawziya sur Muhammad ibn Tumart le fondateur des Almohades :

« Quant au Mahdî du Maghreb, il s’incarne en la personne de Mohammed ibn Tûmart qui était un grand menteur et un tyran. Il a rendu licite de verser le sang des musulmans, de prendre leurs femmes, de capturer leurs enfants, et de s’emparer de leurs biens. Il était largement plus mauvais qu’el Hajjâj ibn Yûsuf. Il dissimulait ses complices dans des tombes afin de dire aux visiteurs que leur maître était le Mahdî annoncé par le Prophète صلى الله عليه وسلم. Le soir, il faisait enfouir sous la terre ses propres complices devenus les témoins embarrassants de sa supercherie. Il donna à ses adeptes le nom de Jahmiya Muwahhidûn. Ils reniaient en effet les Attributs divins tels que la Parole, l’élévation au-dessus de la création, l’établissement sur le Trône. Ils s’opposaient également à ce que les croyants puissent voir le Seigneur de leurs yeux, le Jour de la Résurrection. Il a rendu licite le sang de tous ses opposants parmi les savants et les croyants. » Il se faisait appeler le « Mahdî parfait ».

Extrait du livre : el Manâr el Munîf d’un grand savant ibn el Qayyim el Jawziya (p. 141-154).


Tombeau de Muhammad Jaunpuri
Tombeau de Muhammad Jaunpuri, Farah, Afghanistan.

Muhammad Jaunpuri 

Muhammad Jaunpuri (9 Septembre 1443-1423 Avril 1505) est un charlatan né dans le nord de l’Inde dans Jaunpur (aujourd’hui Uttar Pradesh). Muhammad Jaunuri ce disait être un descendant de Musa al-Kadhim ibn Ja’far as-Sâdiq .

Il à prétendu être le Mahdi à trois reprises, d’abord dans  la ville sainte de La Mecque, juste en face de la Kaaba (entre rukn et maqam) dans l’année 901 de l’hégire, et plus tard deux fois en Inde, attirant un grand nombre de disciples, et l’opposition des oulémas.

Ses cinq députés étaient Sani e Mahdi, Shah Khundmir, Shah Neymath, Shah Nizam et Shah Dilawar.

Muhammad Jaunpuri est mort en 1505, âgé de 63 ans, à Farah, Afghanistan. Ses disciples, appelés les Mahdavis, continuent d’exister et sont centrées autour de la ville indienne de Hyderabad, bien qu’il y  des communautés Mahdavites dans le Gujarat, le Karnataka, le Madhya Pradesh et le Maharashtra, ainsi que dans le Pakistan et à l’étranger aux États-Unis, Canada, Australie, Afrique et le Royaume-Uni. 


Ahmed ibn Abi Mahalli 

Ahmed ibn Abi Mahalli al-Abbasi as-Sijilmassi al-Filali,(1559-1613), originaire du du sud du Maroc né a Sijilmassa , il  était Qadi et savant qui se proclama Mahdi et conduit une révolution (1610-1613) contre les saadiens, il ce revendiqua de la tribu des Abbassides 

« Quand, en effet, dans le portrait-robot qu’il dresse du Mahdi canonique, Ibn Abî Mahallî dit que celui-ci s’appelle Ahmad (ou Muhammad, c’est la même chose) et qu’il descend de la Maison du Prophète par la lignée de son oncle al-‘Abbâs b. ‘Abd al-Muttalib, c’est en fait de lui qu’il parle. » (Houari Touati p. 137-156)

.« On raconte qu’à ses débuts Ibn Abî Mahallî fréquentait Ibn Abî Bakr al-Dilâ’î. Le pays était alors infecté d’abominations (manâkir). Un soir, il dit à son compagnon : « Que dis-tu si demain nous sortions voir les gens pour leur recommander le bien et leur interdire le mal ? ». Ibn Abî Bakr, qui ne l’approuva pas, descendit le lendemain à la rivière, fit ses ablutions et retourna s’acquitter de sa prière et de la récitation de sa litanie quotidienne (wird). Quant à Ibn Abî Mahallî, il alla voir les gens, leur reprocha leur conduite et se disputa si longtemps avec eux qu’il en oublia de faire sa prière. A la fin de journée, il n’avait encore atteint aucun des résultats qu’il escomptait. Aussi Ibn Abî Bakr lui dit : « J’ai vaqué à mes occupations et j’ai préservé ma religion. Regarde, toi, dans quelle situation tu t’es empêtré ! Tu devrais savoir que Dieu est témoin des actes des pécheurs ». Ibn Abî Mahallî ne tarda pas à partir ensuite au Sahara où il fit propagande pour lui-même en prétendant être le mahdî avéré venu conduire la guerre sainte… » (Al-Yûsî, éd. 1313 : 90).

« L’Arbre du Prophète. Prophétisme, ancestralité et politique au Maghreb » Houari Touati p. 137-156


prannath

Mahâmati Prannath 

Mahâmati Prannath (1618-1694), du Gujarat, en Inde, était un indien qui se proclama Imam Mahdi.


Diponegoro.jpg

Diponegoro 

Prince-Diponegoro (11 Novembre 1785 au 8 Janvier 1855), prince de Yogyakarta, Java. Il se voyait comme un Mahdi javanais, ou appelé Ratu Adil (« prophétisée » par le roi Joyoboyo), contre le colonialisme néerlandais. Maintenant, c’est un héros national de l’Indonésie.


Muhammad Ali Shirazi (Bab) 

Muhammad Ali Shirazi (20 Octobre 1819 au 9 Juillet 1850), prétendait être le Mahdi, le 24 mai 1844, prenant le nom de Bab  et fondant ainsi le « culte » du babisme.

En 1850, un nouveau premier ministre iranien ordonna l’exécution du Báb : il fut amené à Tabriz, où il était censé être fusillé. La nuit précédant l’exécution, alors qu’on l’amenait à sa cellule, un jeune homme prénommé Anis se jeta à ses pieds et demanda à mourir avec lui. L’homme fut immédiatement arrêté et emprisonné avec le Báb.

Le matin du 9 juillet 1850, le Báb et Anis furent suspendus aux murs de la forteresse, devant une foule de curieux et le peloton d’exécution fit feu : les deux hommes s’en sortirent indemnes, les balles ayant apparemment sectionné la corde qui les tenait. Criant au miracle, le régiment composé de chrétiens arméniens se débanda. Peu après, le Báb, retrouvé dans sa cellule en train de dicter une lettre à son secrétaire, fut suspendu à nouveau avec Anis et déchiqueté par la seconde salve tirée par un autre régiment composé de musulmans azéris. Le Báb avait 30 ans.

Les évènements qui entourent l’exécution du Báb font l’objet de nombreuses interprétations : pour les Bahá’is, le fait que la première volée de balles l’aient manqué pour aller couper la corde qui le suspendait est clairement un signe divin. D’autres sources, perses et européennes, font parfois état de la version miraculeuse bahá’ie, ou confirment qu’il a bien été tué dès les premiers tirs. Tous s’accordent cependant pour dire que le Báb finit par mourir.

Les dépouilles des deux suppliciés furent jetées dans un fossé à l’extérieur de la ville pour être livrées aux chiens, mais des babis réussirent à les subtiliser de nuit malgré les gardes.

Les restes du Báb furent secrètement transférés de cache en cache pendant plusieurs années, jusqu’à leur inhumation le 21 mars 1909 dans un mausolée situé dans les jardins bahá’is sur les pentes du Mont Carmel, à Haïfa, où est aussi enterré ‘Abdu’l-Baha.


File:Yoff-Mausolée de Limamou Laye.jpg
Mausolée Limamou Laye à Yoff

Limamou Laye

(1843-1909) est un charlatan du Sénégal, qui s’est déclaré mahdi. Il est le fondateur de la confrérie layène (Ahlou Lahi) les gens de Dieu….

Limamou Laye Al Mahdi naquit en 1843 dans la région de Dakar, plus précisément à Yoff. Il commence sa prédication le 24 mai 1883, à l’âge de 40 ans, se présentant comme l’imam des « Bien Guidés » ou « Imam al Mahdi » .

En 1883, Limamou Laye perd sa mère et s’enferme trois jours sans boire ni manger. Au terme de ces trois jours, il dit être l’envoyé de Dieu, disant : Adjibo dahiya laye ya marsaral ins wal djin ini raasouloulahi ileykoum (« Venez à l’appel de Dieu vous, hommes et djinns, je suis l’envoyé de Dieu. L’arabe blanc s’est noirci »). Limamoulaye qu’Allah le maudit avait dit qu’il était la réincarnation du prophète Muhammad (paix sur lui).


File:Muhammad Ahmad al-Mahdi.jpg

Muhammad Ahmad 

Muhammad Ahmad (12 Août 1844 à 1822 Juin 1885), un Soudanais cheikh soufi de l’ordre Samaniyya, il se déclara Mahdi en Juin 1881 et a mener une campagne militaire réussie contre le gouvernement turco anglo-égyptien. Bien qu’il soit mort peu de temps après la capture de la capitale soudanaise, Khartoum (1885), l’Etat mahdiste continué sous son successeur, Abdallahi ibn Muhammad, jusqu’en 1898, quand il est tombé devant l’armée britannique après la bataille d’Omdurman. Les Oulama soudanais s’opposait a ses prétention d’etre le Mahdi, avec comme argument; qu’il ne le ressemblait pas selon les description des Ahadith, et qu’il était de Dongola et n’avais aucune preuve d’etre rattacher à  Ahl al-Bayt. 

L’État madhiste survivra à son fondateur, jusqu’à sa destruction en 1898 par l’armée britannique sous le commandement de Lord Horatio Herbert Kitchener.



File:Mirza Ghulam Ahmad (c. 1897).jpg

Mirza Ghulam Ahmad 

Mirza Ghulam Ahmad (13 Février 1835 à 1826 mai 1908), prétendait à la fois le Mahdi et Jésus à la fin du 19ème siècle dans l’Inde britannique. Il a fondé l’Ahmadiyya, un mouvement sectaire en 1889 . En 1974, le Parlement pakistanais a adopté une loi déclarant les ahmadis comme des non-musulmans.


Muhammad bin Abd Allah al-Qahtani 

Muhammad bin Abd Allah al-Qahtani (28 Septembre 1935 au 9 Janvier 1980), membres des Ikhwan, a été proclamé Mahdi par son beau-frère, Juhayman al-Otaibi, qui a dirigé plus de 200 militants pour prendre la Grande Mosquée de La Mecque, le 20 Novembre 1979. Le soulèvement a été défait après un siège de deux semaines dans lequel au moins 300 personnes ont été tuées.  Otaibi et à 62 autres  membre du groupe furent décapités dans différentes villes de l’Arabie-Saoudite le 9 janvier 1980 soit, 39 Saoudiens, 10 Egyptiens, 6 Yéménites et quelques Koweïtiens, Irakiens et Soudanais. Plusieurs autres prisonniers furent exécutés secrètement au cours des mois suivants. Ceux qui n’avaient pas encore atteint l’âge adulte ou n’avaient pas participé aux combats passèrent des années en prison. Un Afro-Américain qui appartenait au groupe perdit la vie lors des événements, un autre fut libéré et rapatrié aux USA.


File:Sarkar (608).jpgRiaz Ahmed Gohar Shahi 

Riaz Ahmed Gohar Shahi (né le 25 Novembre 1941) est le fondateur des mouvements Messie International Foundation (IMF) et Anjuman Serfaroshan-e-Islam.  Il c »est dit etre al-Mahdi, le Messie et Kalki Avatara.

Une agence de nouvelles pakistanaise dit qu’il est mort en 2003 et certains disent qu’il purge une prison à vie au Pakistan, tandis que d’autres disent qu’il est dans le Royaume-Uni.


Ariffin Mohamed 

Ariffin Mohammed (né en 1943), aussi connu comme « Ayah Pin », le leader et fondateur du Sky-Kingdom (royaume du ciel), il est né en 1943 à Beris, Kampung Besar Bachok, Kelantan Malaysie. En 1975, un groupe sectaire formé à Bagan Lebai Tahir, Butterworth, Penang. Il prétendait être l’incarnation de Jésus (psl), ainsi que Muhammad (psl), Shiva et Bouddha. Les adeptes du « royaume du ciel » estiment que, un jour, Ayah Pin sera de retour comme le Mahdi.


Dia Abdul Zahra Kadim 

Dia Abdul Zahra Kadim (1970 – Janvier 2007), un chiite irakien ancien chef des « Soldats du Ciel », et prétendait être le Mahdi.


L’obsession messianistes  Mahdistes des Chiites iraniens, est tellement forte que selon l’expert séminariste, Mehdi Ghafari, plus de 3.000 faux Mahdi étaient en prison en Iran en 2012. 


Ibn el Qayyim el Jawziya sur le faux Mahdi:

« Les partisans d’ibn Tûmart ont leur Mahdî, les Rafidhites Imamites attendent leur propre Mahdî, les qarmates ont le leur. Chacune de ses sectes espère que son faux Mahdî soit le vrai Mahdî annoncé par le Prophète (`aleyhi salatu wa salam). Les juifs attendent également un « sauveur » qui viendra à la fin des temps pour faire régner leur religion sur toutes les autres nations et pour leur rendre leur puissance. Les chrétiens attendent également le Messie qui devrait venir le Jour de la Résurrection afin de faire régner la loi chrétienne et d’abolir les autres religions. Leur symbole proclame en effet qu’il est le : « Dieu venu de Dieu, engendré et non créé, d’une même substance que le Père,… il est monté aux cieux où il siège à la droite du Père. De là, il reviendra dans la gloire pour juger les vivants et les morts et son règne n’aura pas de fin. »

 Ainsi, les trois grandes religions attendent un Mahdî. Soixante-dix mille juifs suivront l’Antéchrist à la fin des temps. D’après le Musnad de l’Imam Ahmed en effet :« Les juifs et les femmes seront les plus nombreux adeptes du Faux Messie. » Quant aux Messie que les chrétiens attendent, il va certes redescendre, mais uniquement pour casser la croix, tuer le porc, et faire disparaître toutes les confessions en dehors de l’Islam. C’est dans ce sens qu’il faut prendre le hadith : « Il n’y a pas d’autre Mahdî qu’‘Îsâ ibn Mariam. »

Extrait du livre : al Manâr al Munîf du grand savant ibn al Qayyim al Jawziya (p. 141-154).


Personnages qualifiés de Mahdi par leurs partisans ou sympathisants  

  • Wallace Fard Muhammad (Nation de « l’Islam »)
  • Muhammad ibn Abdallah An-Nafs Az-Zakiyya
  • Muhammad ibn Abdullah ibn al-Aftah Ja’far al-Sadiq
  • Ja’far al-Sadiq (selon les chiites Tawussites)
  • Musa al-Kazim (selon les chiites Waqifites)
  • Muhammad ibn Qasim al-Alawi Il a dirigé une rébellion à Taloqan afghanistan en 834, pendant le califat d’Al-Mu’tasim.
  • Yahya ibn Umar (auteur d’un soulèvement avorté à Koufa en 864-65 )
  • Muhammad ibn Ali al-Hadi ( frère de Hassan al-Askari)
  • Al-Hakim bi-Amr Allah, calife Ubaydite dit Fatimide, attendu et adorés comme divinité par les Druzes du Sham 
  • Bashshâr ibn  Burd donna le nom d’Al-Mahdî au fils du calife ‘abbâside al-Mansûr car il corrigeait les corrompus et faisait couler le sang des débauchés (Chokr, 1993 : 252).
  • al-Hakam II, le calife Omeyyade, qui pendent la fête organisée dans le palais califal de Cordoue en 363/974 à l’occasion de la fin du jeûne (‘îd al-fitr) pour commémorer son triomphe sur le gouvernant idrisside zaydite nord-africain de Hassan ibn Qannûn al-Hasanî. Dans l’un des poèmes récités au cours de cette fête, qui fait référence au calife omeyyade, celui-ci est appelé « al-mahdî » et « mahdî l-wulât » (Pinckney Stetkevych, 1997)  Voir aussi Ibn Hayyân, 1965 : 196-202, poème de Muhammad ibn. Shukhays. Ce poème affirme que le sang du calife peut soigner la rage.
  • Idrîs II, de Fès sur un dirham frappé en 197 de l’hégire (812/13 J.-C), Idrîs II y est qualifié de Mahdi, :  « wa-l-Mahdi; Idris bnu Idris » « Mohammed est l’Envoyé de Dieu et le Mahdi c’est Idris ibn Idris »  Cependant les différentes sources historique sur, l’histoire des Idrissides ne nous disent pas si Idris I ou Idris II ont porté le titre de Mahdi lors de leurs règne. source : (Abd al-Majīd Qaddūrī, « Mahdisme » p16&17) : « L’image d’Idrīs II … » Par Herman L. Beck p48,« Nation et nationalisme au Maroc.. » Par Jacques Cagne. p104, « Corpus des dirhams idrīsites  » par  Daniel Eustache p142

Monarques musulmans avec le titre honorifique de Mahdi: 


Les caractéristiques du Mahdi al-Qa’im des chiites  (al-Muntadhar):

  1. Il régnera selon les lois de la lignée du prophète David, en utilisant le Talmud.
  2. Sa langue est l’hébreu.
  3. Ses partisans seront des Juifs et Israël, car il est le Roi des Juifs.
  4. L’Imam caché apprend du Talmud qui est contenu dans le « Jafr ».
L'avènement du Massih ad-Dajjal et allégeance de tout les uduw Allah
L’avènement du Massih ad-Dajjal et l’allégeance suivie de l’adoration  de tout les 3uduw Allah de l’histoire.

Comparatif entre le Mashia’h  Roi des juifs et le Mahdi al-Qa’im des chiites 

1) Quand le Roi des juifs apparaîtra, les Juifs de la diaspora vont se masser et se regrouper dans la ville sainte de Jérusalem.
De même, lorsque le Mahdi des chiites apparaîtra, tous les chiites de n’importe quel lieu s’amasseront vers lui et se rassembleront dans
la ville sainte chiite de Kufa.

2) Quand le Roi des juifs ‘Mashi’ah apparaîtra, les juifs morts seront ressuscités de leurs tombes par lui et ils joindront les rangs de ce Roi.
De même, lorsque le Mahdi al-Qaim des chiites apparaîtra, il ressuscitera les morts des chiites et ils rejoindront leurs rangs.

« D’après leurs lois ». Celle des juifs bien évidement.
Leur prétendu sauveur aura le pouvoir de « ressusciter » les mort comme le Dajjal et la fausse vision de Issa aleyhi salam des chrétiens.

3) Quand le Roi des juifs apparaîtra, il ressuscitera les ennemis des Juifs pour les punir.
Lorsque le Mahdi des chiites apparaîtra, il ressuscitera les compagnons du prophète Muhammad et les punira.

4) Le Roi des juifs fera le procès de tous ceux qui opprimaient les juifs.
Le Mahdi des chiites se mettra à juger tous ceux qui opprimaient les chiites.

5) Le Roi des juifs tuera 1 / 3 de la population mondiale.                                                                                                                                                                                        De même, le Mahdi des chiites tuera 1 / 3 de la population mondiale.

6) Au temps du Roi des juifs la terre sera remplie de primes pour les Juifs, les montagnes se transformeront en lait et de miel pour les Juifs.
Lorsque le Mahdi des chiites Rafidhites (al-Rawafidh) apparaîtra un fleuve de lait et une rivière d’eau éclatera pour les chiites.

L'avènement du porteur de lumière (Lucifer ) , représentation chiite de l'arrivée du sois-disant Mahdi
L’avènement du porteur de lumière (Lucifer ) , représentation chiite de l’arrivée du sois-disant « Mahdi »

Ahadith chittes sur l’avènement ‘al -Qa’im»  dit l’Imam Mahdi de Bihaarul Anwar Al-Majlis, aHadith (livres chiite) largement diffusés à des adeptes.

Il  a été signalé dans Bihaarul Anwar que l’un des Muwali d’Abul Hassan [comme] a déclaré:

« J’ai demandé Abul Hassan à propos du verset:

« Ayna ma takunu Ya’ti bikumullahu Jamee’aan. »
– Il a dit:

« Ceci est le verset qui indique notre Qa’im quand il apparaîtra, Dieu va rassembler nos chiites de différents coins du monde. »

– Al-Amaali a rapporté d’après Abou Abdallah qu’on lui a demandé pendant combien de temps le Qa’im gouvernera?

Il a répondu:

« Sept ans .. des jour qui seront étendus…pendant cette période, Dieu dressera la chair et le corps des croyants (les chiites) de la tombe ».

–  Ibnu almufadhaal Umar a rapporté:

« nous avons discuté à propos  du Qa’im, et quiconque meurt, il est attendu par nos semblables. »

• Abu Abdullah [que] nous a dit:

« Quand il (Qa’im) apparaît un croyant sera abordé dans sa tombe et sera dit:

ô telle et telle chose, votre semblable (al-Qai’m) est apparu, si vous souhaitez rejoindre ses rangs alors faites, et si vous le désirez vous pouvez rester dans la miséricorde de votre Seigneur. » (rester dans votre tombe)

-Al-Majlis a rapporté d’après Abou Abdallah [que] qui a déclaré:

« Savez-vous avec qui le al-Qai’m débutera? »

La réponse a été négative.

Puis il a répondu:

« Il va déterrer les deux coupables (Abu Bakr et Omar) brûler leurs corps et alors laissez le vent souffler leurs cendres. »
– Al-Mufeed rapporte d’Abou Abdallah [que] ce qu’il a dit: 

« Quand le al-Qai’m de la famille du Prophète apparaît qu’il va s’emparer de 500 membres des Quraysh (sous entend sunnites) et hachera leurs cous.
Il fera la même procédure avec 500 autres.
Cette action sera répétée 7 fois. »

– Al-Majlis a déclaré un récit rapporté par Ibn Jaffar Muhammad qui ont déclaré de son père qui a entendu de son grand-père que:
« lorsque le Mahdi apparaît à La Mecque et a l’intention d’aller à Kufa, un annonceur criera:

Qu’aucun d’entre vous devrait transporter avec lui-même la nourriture ou la boisson et doit transporter que la pierre de Moïse … quand ils mettent la face avant de la pierre sur le sol, il lâchera un fleuve s’écoulant du lait et l’eau, qui refroidira de la soif et la faim. »

– Al-Ihsaaii a rapporté que Abou Abdallah [comme] a dit:

« L’affaire ne se fera pas (victoire d’al-Qai’m) jusqu’à ce que un tiers des gens disparaissent. »

On lui a demandé:

« quand un tiers de l’humanité disparaitra, alors qui sera à gauche? »

Abou Abdallah répondit:

« N’êtes-vous pas heureux que le reste soit vous? »

Le Prophète Muhammad sallallahu alayhi wa sallam a dit :

« Soixante-dix mille juifs d’Ispahan (l’actuelle Iran chiite), portant al-Thayaalisân (châles porté par les juifs), suivront al-Massih al-Dajjal l’Antéchrist »
[ muslim, Hadith fiable 5237 ]
« La bannière (chiite) du Qa’im al-Mahdi des chiites »… Typique des kabbalistes juifs


Le Prophète Muhammad sallallahu alayhi wa sallam a dit :

« A chaque Umma il y a un majous  et les majous de ces Ummas sont ceux qui rejettent al-Qadr (ou la prédestination)
de ceux qui meurent d’entre eux. Si quelqu’un meurt parmi eux, n’assistez pas à ses funérailles, et si quelqu’un d’entre eux tombe malade, ne le visitez pas. Ils sont « CHIA » (les partisans) de
l’Antéchrist
(Dajjal). Et par la Loi de Dieu, Dieu les joindra à l’Antéchrist. »
[ Sunan d’Abou Dawoud, hadith faible 4072 ]

Selon les chiites le prophète Issa'(jesus) Aleyhi salam doit prêter allégeance au Qa’im  des chiites  … source

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s