Le sultanat et califat Ottoman

Vrais Drapeau Pirate capturé en Afrique du Nord lors d’une bataille il ya 230 ans par les Anglais :

Publié le

 

En Anglais un drapeau pirate ce dit "Joly Roger" sa viendrai du français "Joli Rouge" , ce drapeau fut capturé en Afrique par les Anglais en 1780
En Anglais un drapeau pirate ce dit « Joly Roger » sa viendrai du français « Joli Rouge » , ce drapeau fut capturé en Afrique du Nord par les Anglais en 1780

Il a été utilisé pour effrayer les navires de passage pour une reddition sans combat – le fond rouge signifiat que les pirates donnerait pas de quartier si une bataille  commencé.

Ce drapeau fut capturé en 1780 par un marin britannique au Nord de l’Afrique il est maintenant au « Musée national de la Marine royale Britannique »

Un drapeau comme celui là, avec un rouge plutôt qu’un fond noir été le plus craint car cela signifiait que les pirates ne tenait pas en compte les règles habituelles d’engagement dans les batailles navales au aucunes  ne seraient épargnées si un navire  été capturé au combat.

Le crâne et les os représentait la mort.

On pense les premiers modèles de drapeau pirate  étaient rouge jusqu’à ce que les pirates ont commencé à développer leurs propres styles, y compris la version plus familière avec un fond noir.

Les musulmans barbaresques (arabes, turcs, berbères ou balkaniques) suivaient les règles des pavillons en vigueur dans les pays musulmans : dominantes de vert et de rouge avec des croissants évoquant les enseignes de la Sublime Porte Ottomane.

Le vert, visible de loin, poussait souvent l’équipage à abandonner le navire, de peur d’être réduits en esclavage.
Source: http://www.dailymail.co.uk/news/article-2074868/Rare-red-Jolly-Roger-pirate-flag-captured-battle-north-Africa-230-years-ago-goes-display-time.html#ixzz3Q1I4oCJM

Publicités

Quelques casques Turcs Ottoman :

Publié le Mis à jour le

Casque Ottoman du 16eme siècle
Casque Ottoman du 16eme siècle 
Yeniçeri Börkü (coiffe janissaire), de la seconde moitié du 17eme siècle au Museum de Karlsruhe (Karlsruhe Müzesi), Baden Allemagne.
Yeniçeri Börkü (coiffe janissaire), de la seconde moitié du 17eme siècle au Museum de Karlsruhe (Karlsruhe Müzesi), Baden Allemagne. 
Casque Ottoman du 15eme siècle
Casque Ottoman du 15eme siècle 
Turban de Janissaire du 17eme siècle
Turban de Janissaire du 17eme siècle 
Casque ottoman du 16eme siècle
Casque ottoman du 16eme siècle 
Balaclava et moitié d'armure - de 1560
Balaclava et moitié d’armure – de 1560
Armure Ottomane avec  casque exposé au Musée de Topkapi à Istanbul en  Turquie
Armure Ottomane avec casque exposé au Musée de Topkapi à Istanbul en Turquie
Ancien casque au
Ancien casque au « Askeri Müze d’Istanbul Turquie 
Armure Ottomane ou Mamelouk Egyptienne , au Musée de Topkapi à Istanbul , Turquie.
Armure Ottomane ou Mamelouk Egyptienne , au Musée de Topkapi à Istanbul , Turquie.

L’imposture du pseudo-génocide arménien par les Ottomans :

Publié le Mis à jour le

a336513239 ottoman

Le génocide Arménien par les Ottomans … le grand mensonge.

Par le Dr. Hâni Siba’î (Traduit par Umm Hanîfa)

Premièrement ; introduction :

L’affirmation mensongère et la méprisable propagande (cad: » Le « génocide » Arménien par les Ottomans ») fut adoptée par la Russie des Tsars qui utilisa les Arméniens afin de servir leurs intérêts et ambitions politiques. C’est elle qui a créé l’État Arménien et qui leur a illégalement attribué la majorité des terres appartenant aux Musulmans après qu’elle les en aient expulsés au cours des siècles de guerres qui l’ont opposée à l’Empire Ottoman.

La Russie était à l’origine de multiples campagnes de terreurs à l’encontre des citoyens de l’État Ottoman. Ils ont détruits des villes et villages entiers peuplés entièrement de Musulmans, et ceux parmi ces derniers qui furent gardés en vie, furent contraints de migrer.

Les Russes ont saisi toutes les propriétés de ces musulmans oppressés qui furent exposés aux pires sortes d’extermination en masse de l’histoire de l’Humanité.
Au même moment et sous couvert de défense du Christianisme, la Russie dans sa campagne de colonisation et de réhabilitation du territoire, a fait don aux Arméniens alliés, de ces terres musulmanes réquisitionnées . Le gouvernement Russe s’est affairé à fournir de l’argent et des armes aux rebelles Arméniens,profitant du moindre incident entre musulmans parmi les ressortissants Ottomans et Arméniens alliés de la Russie. Le Musulman n’était pas autorisé à répliquer aux hostilités des groupes arméniens qui attaquaient les villages et violaient les femmes ; et si un Musulman tentait de défendre sa terre ou son honneur, les groupes Arméniens répliquaient alors en détruisant et brûlant le village entier.

Étrange photo d'Ecclésiastiques arméniens faisant le signe de la croix avec les ossement humain
Étrange photo d’Ecclésiastiques arméniens faisant le signe de la croix avec des ossements humains 

La Russie a utilisé les rebelles Arméniens afin d’étendre ses zones d’influence et coloniser les pays qui se trouvaient sous l’égide de l’Empire Ottoman ; et cette politique les a renforcé dans la création de l’Union Soviétique depuis la Révolution Bolchevique en 1917. Ceci fut confirmé par Laurent Chabri et Annie Chabri dans leur précieux ouvrage : « Politique et Minorités au Proche Orient » bien qu ‘ils n’aient pas été impartiaux dans cet ouvrage (« Politique et Minorités au Proche Orient » traduit par le Dr. Dhuqan Qarqut, page 131) ; on peut y lire: « Les Arméniens qui sont restés en Arménie et qui étaient sous autorité Turque d’un côté et sous autorité Perse de l’ autre ; ont vu un grand espoir à la fin du 18ème siècle ,en l’émergence du pouvoir Russe, pouvoir Chrétien qui allait faire son apparition sur la scène du Proche Orient ;manifestant un réel désir d’expansion au-delà du Caucase vers l’ Est et le Sud Est. Avant cela , au cours des 16ème et 17ème siècles, les arméniens ont essayé vainement d’obtenir un soutien de la part des Chrétiens occidentaux, escomptant sur une intervention militaire de la part des pays occidentaux afin de les sauver de la puissance de feu Turque. La Russie n’a pas brisé cet espoir naissant, en utilisant l’armée de volontaires Arméniens pour envahir la Perse et occuper les terres qui allaient former l’Arménie Russe. »

Peut-être certains se sont demandé quand la libération de l’Arménie allait être découverte au niveau international, et pourquoi les arméniens insistent au sujet de cette allégation selon laquelle ils auraient subi un génocide de la part des ottomans?

La Légion arménienne, établie grâce à l'accord franco-arménien de 1916, était une unité de la Légion étrangère dans l'Armée française. La légion arménienne a été établie sous la direction du Mouvement national arménien et fut une unité armée en supplément des unités de volontaires arméniens et de la milice arménienne pendant la Première Guerre mondiale, qui s'est battue contre l'Empire ottoman. Le nom initial de la légion était la Légion d'Orient. Elle a été rebaptisée Légion arménienne le 1er février 1919
La Légion arménienne, établie grâce à l’accord franco-arménien de 1916, était une unité de la Légion étrangère dans l’Armée française. La légion arménienne a été établie sous la direction du Mouvement national arménien et fut une unité armée en supplément des unités de volontaires arméniens et de la milice arménienne pendant la Première Guerre mondiale, qui s’est battue contre l’Empire ottoman. Le nom initial de la légion était la Légion d’Orient. Elle a été rebaptisée Légion arménienne le 1er février 1919

Deuxièmement : Afin de répondre à ces questionnements, nous allons éclaircir les points suivants:

Premièrement:

La question Arménienne a été soulevée au niveau international pour la première fois suite a l’Accord de Saint Stefano: Après la fin de la guerre Turco-Russe (1877-1878), les deux parties ont mené l’accord de Saint Stefano et Berlin en 1878, contenant les articles 16 et 61 concluant sur la question internationale de l ‘Arménie de façon à ce qu’elle soit encore approfondie et que la pression soit exercée sur les Turcs jusqu’à nos jours.

Le Second point:

Il est indispensable d’étudier la période historique durant laquelle les arméniens clament avoir été l’objet d’un génocide, qui s’étend plus ou moins entre 1821 et 1922. Il est aussi préconisé de faire une étude géographique de la région qui était sous autorité Ottomane, et qui s’étend du Caucase à l’Anatolie (Asie mineure) et aux Balkans, incluant la Bulgarie et la Grèce dont la plupart des habitants de ces vastes régions étaient Musulmans. Il existe de réelles études sérieuses à ce propos, parmi lesquelles celle menée par Justin Mc Carthy dans son ouvrage « Mort et Exil :l’épuration ethnique des musulmans Ottomans,1821-1922 (Princeton;NJ:Darwin Press;1995) Un livre sponsorisé par la Fondation Nationale Américaine pour les Études Culturelles de Recherche sur la Première Guerre Mondiale et ses conséquences, et par l ‘Institut d’Étude Turc dans la recherche sur les décès et les migrations des turcs ,conjointement avec les Universités Britanniques et Américaines…

Réfugiés musulmans turcs fuyant vers Tarnovo Shumen lors de la guerre Russo-Ottomane de 1877-1878
Réfugiés musulmans turcs fuyant vers Tarnovo Shumen lors de la guerre Russo-Ottomane de 1877-1878

Cette recherche est considérée comme le meilleur effort aux vues de cette question en dépit de la réserve que nous pouvons émettre sur certaines remarques qui n’en diminuent pas pour autant sa valeur et son sérieux,et elle fut traduite en Arabe et publiée par « Qadams » à Damas.

Bien entendu, que l’étude géographique et historique de cette région, avec la nature du conflit qui anima cette période; nécessite un grand effort de recherche et d’analyses documentaires qui pourront permettre aux individus justes et raisonnés de découvrir la gravité de cette allégation constamment évoquée par l’Occident au sujet du fameux « Génocide Arménien » au temps où les écrivains occidentaux ignorent le fait que des millions de musulmans furent expulsés de leur pays et assassinés par les mains des Russes,Arméniens,Bulgares,Grecs, et Serbes durant la période susmentionnée débutant en 1922!

Bashibazouks  albanais musulmans  fait captifs par les russes lors de la guerre Russo-Ottomane de 1877-1878
Bashibazouks albanais musulmans fait captifs par les russes lors de la guerre Russo-Ottomane de 1877-1878

Comme cela est mentionné par McCarthy: « Fût un temps où il y avait des sociétés Musulmanes de la taille de l ‘ Europe de l’ouest qui furent anéanties et exterminées dans les balkans turques notamment. Dans le Caucase,il y eut l’expulsion des Jarkas, des Laz, des Abkhaz et des Turcs ainsi que d’autres minorités Musulmanes. L’Anatolie changea et fût entièrement détruite d’ Est en Ouest .Ce fut l’une des plus considérables tragédies de l’histoire » ,(McCarthy :p 327)

Le troisième point:

« Le Parti De l’Union et du Progrès » joua un rôle dans la chute du califat Ottoman en 1908 , forçant le retrait du Sultan Abdal Hamîd II et en intégrant un nouvel article dans la constitution permettant à tous les citoyens Ottomans d’être armés fournissant ainsi une couverture légale d’acquisition d’armes aux minorités ethniques.

Les arméniens exploitèrent la nouvelle législation dans le but d’acquérir et de conserver des armes qui serviront à décimer les Musulmans. L’agression arménienne contre les Musulmans débuta dans la ville de Adana un peu avant la moitié de l’année 1909,sous le commandement du vicaire de la ville d’Asvin prénommé Mustich.

Le quatrième point:

Il y eut également le rôle joué par les ambassadeurs et consuls occidentaux ainsi que les missionnaires Protestants Américains trompant l’opinion publique, propageant des renseignements, exagérant le nombre de tués parmi les arméniens et a contrario diminuant celui des musulmans tués dans la guerre. En de nombreuses occasions,les mensonges furent dévoilés comme ce fut le cas du consul Américain qui fut accusé de soutenir fanatiquement les Arméniens. Le consul Français quant à lui, n’en était pas moins fanatique que les consuls Arméniens ou Russes.

Malheureusement ,le Sultan-Calife Abdul Hamîd II avait pour habitude de croire que le Gouvernement Britannique voulait préserver l ‘unité des provinces Ottomanes, mais lorsqu’ il changea d’opinion ce fut trop tard!

Robert Mantran a écrit dans la seconde partie de son livre intitulé « L’Histoire de l’État Ottoman » -ouvrage qui contient bon nombre de déclarations inexactes-: « De 1878 a 1879, Abdul Hamîd commença à éprouver des doutes sur le fait que les anglais avaient pour intention d’abandonner leur politique traditionnelle pour préserver l’unité des pays Ottomans.

Ces doutes furent alimentés suite aux pressions exercés par le gouvernement britannique sur le Sultan Abdul Hamîd en vue d’accomplir sur le territoire arménien les reformes promises, et furent confirmés par la nomination de Gladstone ,leader des Libéraux à la tête du gouvernement Britannique en mai 1880.Il était connu comme l’ennemi des Turcs depuis le massacre en Bulgarie. Ses doutes furent confirmés dans un sens par le contrôle Londonien sur l ‘Égypte en 1882.Depuis cette époque,la diplomatie Britannique a témoigné- selon l’avis d’Istanbul-d’un retour complet » (Robert Mantran: L’Histoire de l’État Ottoman).

Le Cinquième point:

Il s’agit de la propagande occidentale mensongère, diffusée par les médias , afin de tordre les faits et de dépeindre les Musulmans comme des sauvages et des barbares: tandis qu’elle présente les Arméniens comme un peuple ingénieux, vertueux et tolérant!.

Le sixième point:

Ces problèmes et inquiétudes ont été alimentés par les forces ennemies de l’État Ottoman et apparurent au sein de ses zones d’influence dans le Caucase;la péninsule de Crimée, les Balkans, et Anatolie ; et eurent un impact sur le sort des Musulmans dans ces vastes territoires, en raison de nombreux facteurs fondamentaux:

a- La faiblesse de l’État Ottoman au point qu’il fut décrit comme « l’entité malade ».

b- L’incitation au nationalisme Chrétien parmi les minorités qui étaient sous l’Empire Ottoman. Les grandes puissances à cette époque ; qui étaient assez ambitieux pour diviser les propriétés de l’ Empire Ottoman, se démenaient pour inciter les minorités non-musulmanes à s’insurger et exacerber leur nationalisme comme ce fut le cas avec l’Arménie,la Bulgarie,la Grèce et la Serbie.

Robert Mantran a confirmé cette question en disant : « En réalité,le Mouvement National Arménien, après 1878,est associé dans une certaine mesure, à l’analyse que les intellectuels Arméniens ont mené au sujet de l’indépendance Bulgare. La Bulgarie a achevé son indépendance avec le soutien de l’Europe mais réellement, elle fut achevée par l’usage de la force et de méthodes impitoyables utilisées par le Comité Révolutionnaire Bulgare. Par conséquent, l’exemple Bulgare a dominé la pensée des combattants Arméniens, particulièrement ceux qui voulaient avoir recours à la création des premières organisations. En fait , les premiers partis révolutionnaires commencèrent à faire leur apparition vers la moitié de l’année 1880: Le Parti Arménien fut établit en 1885 par un certain nombre d’éducateurs alors que les deux partis les plus importants , contrairement au premier parti , furent formé par les Arméniens du Caucase qui avaient un lien étroit avec la Turquie Arménienne. Le premier de ces deux partis était Hintshaq, qui fut établi à Genève en 1887; et Tashnaq(l’Union Révolutionnaire Arménienne) établit en 1890 a Tiflis. » (Robert Mantran :Second 2,p 217).

c– L’expansion coloniale Russe qui continua à s ‘ accaparer une par une les propriétés de l’Empire Ottoman.

Par conséquent, d’après ce que nous avons évoqué, nous pouvons mieux appréhender le problème Arménien que l ‘occident exploite contre l’État Turc moderne bien que celui-ci soit éloigné de l’Islam et le combatte tout en étant profondément laïque dans tous les aspects de la vie dans le pays afin de satisfaire l’Occident et concrétiser la promesse de rejoindre l’Union Européenne paradisiaque.

Pourtant , l’Union Européenne ne permettra jamais à la Turquie de devenir membre de son club parce que les leaders européens savent parfaitement que Kamal Ataturk a accompli un excellent travail en laïcisant la Turquie. Néanmoins, ils savent que bien que le peuple Turc soit loin de l’islam authentique,il en a cependant l’esprit dans les veines et aspire au retour de l’Islam glorieux qu’il a commencé à propager ces dernières années, en dépit des rudes efforts déployés par l’armée pour enrayer cette spiritualité vivante.

De ce fait, les leaders européens s ‘inquiètent de l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne puisqu’ils croient avec ferveur que l’Union est un club Chrétien et qu’aucune place pour un état Musulman en son sein n’est possible.

Bien que la Turquie et les États Unis soient de proches alliés ,les dirigeants de la Maison Blanche restent incertains quant à l’avenir de leurs intérêts. Finalement ils adopteront une résolution qui condamne la Turquie pour le génocide Arménien par les ottomans en guise de chantage envers la Turquie et se servir de cette résolution comme d’un prétexte aux sanctions économiques prises contre la Turquie ainsi qu’à une intervention militaire si elle venait à abandonner le système extrémiste laïc au profit d’ un système islamique.

Si cela venait à se produire, l’Europe et les USA formeraient une alliance et mèneraient une guerre féroce à la Turquie semblable à une troisième, quatrième ou cinquième guerre mondiale contre la Turquie dans le but d’occuper Constantinople et de l’annexer à l’Occident.

Troisièmement : la loyauté des Arméniens envers la Russie, et leur mutinerie contre l’État Ottoman:

La loyauté religieuse a eu un rôle prépondérant dans le conflit entre la Russie et l’État Ottoman; du fait que le concept de nationalisme n’était pas encore apparu.

Ce principe fût confirmé par McCarthy dans son ouvrage mentionné précédemment: « Il est évident que les arméniens, fussent-ils sous contrôle Russe ou Ottoman, se considéraient comme frères quelles qu’en fussent leurs nationalités; ce principe est d’ailleurs vrai pour les musulmans entre eux. Cela n’aurait pas été aussi évident, si le concept de nationalisme comparativement au concept d’affiliation religieuse avait été fermement établi et de plus grande ampleur comme le cas du Caucase ou de l’Est Anatolie avant 1920. A l’ Est , le Musulman Caucasien a estimé être plus proche de son frère Musulman Anatolien que de l’Arménien Caucasien;de même l’Anatolien de l’Est Arménien s’est rapproché de l’Arménien Caucasien et non des Musulmans Anatoliens. Les guerres successives du Caucase et de l ‘Est Anatolie en ont été la preuve. »( Justin Mc Carthy: Exil et Génocide,p 49)

La loyauté religieuse n’est pas une chose exceptionnelle dans l’histoire des nations , mais ce qui est étonnant c’est d’exclure ce principe de la nature des conflits qui se sont déroulés à travers l ‘Histoire. Pour preuve de l’importance de cette loyauté religieuse,la Russie Tsariste, sous le règne de Peter le Grand, modifie le traitement réservé à l’Eglise Arménienne alors qu’auparavant elle la persécutait et ce dans le but de les utiliser comme soutien dans leurs guerres expansionnistes contre l’État Ottoman. Le peuple Arménien a compris que les bases auxquelles il appartient, sont les mêmes que celles des Russes, la même Religion Chrétienne et que leur ennemi était commun (L’État Islamique Ottoman).

En fait,les arméniens usèrent du même principe avec les Français et établirent une légion qu’ils placèrent sous commandement de l’armée française à Qalqilia.

Cette légion Arménienne causa des diableries sur terre se fondant sur le fait que les Français seraient leurs frères en Religion et qu’ils avaient un ennemi commun (i-e l’ État Islamique Ottoman).Les missionnaires Protestants américains jouèrent également un rôle majeur en attisant ce conflit, et la fraternité religieuse était alors le seul facteur les associant aux arméniens, et pire que cela ; cela couvrait la réalité du carnage commis par les arméniens à l’encontre des Musulmans.

Et il n y a pas de subjectivité de ma part dans la compréhension de la nature de ce conflit,parce que tous les faits historiques confirment ceci et l’ Histoire moderne conforte cette opinion.

Si vous souhaitez réellement comprendre ces faits, observez les régions de conflit dans le monde: Palestine, Irak, Kashmir, Afghanistan, Birmanie, Thaïlande, Bosnie et Herzégovine, Monténégro, Somalie, Darfour et les pressions et oppressions subies par les musulmans en Occident .Sont-ce seulement de pures coïncidences,non intentionnelles et sans aucune loyauté religieuse dans ce conflit menant ces guerres injustes?

Nombreux sont les exemples de la loyauté des Arméniens envers les Russes et leurs mutineries contre l ‘empire Ottoman:

Dans son étude, McCarthy a mentionné de multiples preuves historiques attestant de la loyauté des arméniens aux Russes, que nous allons résumer en ces termes:

1-Durant le règne de Pierre  « Le Grand », les arméniens commencèrent à compter sur les Russes, espérant trouver en eux le soutien dont ils avaient besoin. Depuis les premières vagues d’attaques Russes dans le Caucase, les arméniens ont formé un pouvoir militaire en vue d’aider l’attaque Russe dans la région et ont prêté leur allégeance aux Tsars.

2-Pendant le 8ème et le 9ème siècle, les arméniens ( chefs d’ Église; leaders laïques, différents groupes, etc) supportèrent les attaques Russes contre les pays Musulmans au Caucase, espérant le renversement des chefs Musulmans de ces états.

3-Les Arméniens étaient employés en tant qu’ espions au service des Russes; contre les chefs Musulmans, les ottomans ou les Arméniens qui étaient sujets de l’État Safavide de Perse.

4-Lorsque la ville msulmane de Derbend fut assiégée par l’armée Russe en 1796, ses habitants arméniens envoyèrent aux Russes de précieuses informations à propos des ravitaillements en eau de la ville permettant à l’Armée Russe de défaire l’armée de Derbend.

5- Dans les années 1890,l’archevêque Arménien (Argotinsky Dolgorokov) publia une annonce dans laquelle il exprima son espoir de voir les Russes libérer l’Arménie des mains des Musulmans.

6-Durant les guerres de 1827 à 1829 et la guerre de Qaram,les citoyens arméniens des deux empires Turc Ottomans et Perses Safavides, ensembles avec les Arméniens vivant au sein de l’ Empire Russe,combattirent aux cotés de l’armée Russe contre l ‘armée Perse et l’Empire Ottoman.

7-Les arméniens vivant à l’intérieur de l’Anatolie Ottomane, donnèrent leur allégeance à la cause Russe en travaillant en tant qu’espions pour le compte Russe.

8-Les arméniens s’évertuaient à franchir les frontières de l’Anatolie et donnaient des renseignements aux Russes sur les armées Ottomanes, dans tous les combats de l’Anatolie Est.

9-Les arméniens en Anatolie aidaient les armées Russes durant leur campagne en 1827, et lorsque les armées russes se retirèrent elles furent suivies hors d’Anatolie par des milliers d’arméniens.

10-Durant la guerre de Qaram,les Arméniens donnèrent des informations secrètes sur la ville de Kars qui était sous le siège Russe.

11-Les guides arméniens ont ouvert la voie de l’Anatolie Ottomane aux envahisseurs Russes en 1877.

12-En 1877; les arméniens de la Vallée de Elsekirt ont accueilli les armées des envahisseurs Russes, et lorsque ces armées sont parties, tous les arméniens sont partis avec.

13-Les arméniens d’Anatolie et du Caucase étaient alliés aux Russes dans la 1ère Guerre Mondiale. La dépendance des rebelles Arméniens envers les Russes en Anatolie, est devenue claire vers le milieu du 19ème Siècle, par la révolte de Zeyton lorsque les besoins pour financer les ressources afin de renforcer leur défense à Zeyton contre les Ottomans, sont apparus. En 1854 pendant que les armées Ottomanes combattaient la Russie à Qaram, les rebelles Arméniens essayèrent d ‘obtenir des supports financiers russes.

14-En 1872,les Arméniens de Van, qui étaient citoyens de l’Empire Ottoman, ont écrit au représentant de l’empereur Russe au Caucase, afin de lui demander son aide contre leur gouvernement. Ils ont demandé la citoyenneté Russe et ont par conséquent commencé à réunir des armes.

15-Il y avait des contacts et communications permanents entre les arméniens Ottomans et l’Empire Russe au sein des groupes Révolutionnaires Arméniens-Tashnaq en particulieret l’autre moitié de l’Arménie sous contrôle Russe était le foyer de ventes d’armes et d’organisations révolutionnaires contre l’Empire Ottoman.

16-L’Archevêque de Derik d’un coté de la frontière Perso-Ottomane, transforma un monastère en entrepôt d’armes et en centre d’infiltration pour les rebelles Arméniens de l’Empire Ottoman.

17-Les Arméniens et les Géorgiens, particulièrement ceux qui avaient des relations ou des affaires en Iran, ont continué à être des sources d’information non négligeables pour les Russes;d’ où le fait qu’ils avaient un impact fondamental dans la politique Russe ainsi que dans les décisions stratégiques. Le Tsar Alexander Tsitsianov, ordonna à ses conseillers de contacter le Patriarche Daniel et ses adeptes.

18-Le Patriarche Daniel, qui était candidat (bénéficiant du soutien Russe), au poste de l ‘Église Patriarcale Arménienne(après la mort de Argotnisky-Dolgorokov),utilisa l’espionnage et divulgua de précieuses informations aux Russes.

19-En 1808, Alexander Tsitsianov récompensa le Patriarche Daniel par le 1er degré monastique ,pour ses services en espionnage et fourniture d’information aux Russes. Lorsque les Russes bataillaient pour étendre leurs territoires à Kur et Aras,les arméniens continuaient d’envoyer des lettres aux officiers Russes afin de les encourager à poursuivre les saisies de zones sous contrôle Musulman et à sauver le peuple Arménien des persécutions Musulmanes.

20-La relation entre les rebelles arméniens et l’Église Arménienne ont considérablement facilité leurs activités, parce que l ‘Église était une organisation qui passait aisément la frontière; et à Istanbul même, les chefs d’église et prêtres disposaient de la liberté de mouvement qu’ils souhaitaient : les Arméniens Ottomans ne pouvaient pas les toucher même s’ils se faisaient attraper à de nombreuses reprises avec des lettres, des renseignements ou de l’argent destinés aux rebelles. D’ailleurs certaines églises et monastères étaient utilisés à des fins clandestines en tant qu’ entrepôts d’armes dans le cadre de trafics avec les rebelles arméniens:les églises et monastères n’étant pas sujets aux inspections sécuritaires.

Par conséquent, nous venons d’examiner de multiples exemples illustrant la loyauté Arménienne et son allégeance aux Russes en temps de paix comme de guerre; rejetant alors leur mensonge forgé(Le génocide Arménien par les Ottomans).

Pour plus de confirmation sur l’authenticité de nos renseignements , nous présentons cette déclaration:

Quatrièmement : la déclaration camouflée dans les archives américaines.

Cette déclaration est une forme de rapport accompli par deux hommes n’ayant aucune forme de sympathie envers les Musulmans Ottomans. Il étaient même plutôt enclin aux Arméniens et sont venus dans la région avec l’idée préconçue selon laquelle les arméniens étaient une nation victime envers laquelle les groupes Musulmans avaient commis meurtres et massacres. Ceci selon les informations fournies par les médias mensongers occidentaux et par les Missionnaires Protestants Américains , qui étaient indignes de toute la confiance des opprimés Musulmans; parce qu’ils excellaient en retranscription d’actes contre les arméniens jusqu’au détail. Ils étaient malhonnêtes également dans les retranscriptions des exactions contre les Musulmans, comme relaté par de nombreux historiens!

Par conséquent, qui sont ces deux témoins de retour en Amérique avec un état d’esprit différent de celui qu’ils avaient exposé à l’Anatolie orientale?

Ce sont les capitaines Emory Niles et Arthus Sutherland,qui étaient aux ordres de l’ administration de l’État Américain ,dont la mission consistaient à examiner la situation de l’Anatolie Orientale. Lorsqu’ils arrivèrent en Anatolie , ils voyagèrent à travers toute la région et recueillirent les témoignages des deux parties. Ils furent surpris par la majeure partie des distorsions fabriquées par les Arméniens, et furent choqués par les épreuves et les atrocités dont souffraient les Musulmans aux mains des Arméniens!

Le gouvernement Américain ne fût pas satisfait du rapport et l’a donc méprisé. Ce fut pour cette raison que le rapport envoyé par les deux américains ne fut pas inclus au dossier du Comité d’ Enquête Américain; et Grâce et Gloire à Allâh que ce rapport ne fut pas égaré mais seulement dissimulé et enfoui sous les rapports de la 1ère Guerre Mondiale en Anatolie Orientale!

Justin MacCarthy, de l’Université de Louisville, a imprimé le rapport en 1994 et l’a publié dans son livre « Musulmans et minorités » ! ll l’a publié à nouveau dans un autre ouvrage « Expulsion et Génocide! » .Et toute la Gloire revient à Allâh ainsi que Sa Grâce!

Quant au rapport de Niles et Sutherland, voici ce qu’ils ont écrit:

« Dans toute la région de Bitlis jusqu’à Van et Bayezit, nous étions informés que les dommages et les destructions étaient causés par les Arméniens, qui après les retraits Russes, sont restés occupants du pays et qui, lorsque l’Armée Turque avançait, détruisait tout ce qui appartenait aux Musulmans . De plus,les Arméniens sont accusés d’avoir commis des meurtres, des viols, des incendies et toute autre sorte d’horribles atrocités à l’encontre de la population Musulmane. Dans un premier temps , nous n’avons pas cru à tout ceci, mais finalement,nous avons dû y croire , voyant que les témoignages étaient absolument unanimes et étaient corroborés par des preuves matérielles. Par exemple, les seuls quartiers laissés intacts au sein des villes de Bitlis et Van étaient les quartiers Arméniens…tandis que les quartiers Musulmans étaient complètement dévastés. »

Ils ont également dit dans leur rapport: « La situation ethnique dans cette région (Bayezit et Ardrom) est extrêmement critique en raison de sa proximité avec un front arménien, fuit par les réfugiés qui témoignaient des atrocités et des meurtres organisés commis par le gouvernement Arménien et son armée ainsi que le peuple, contre les résidents Musulmans. Même si des centaines d’ Arméniens vivent vraiment dans la province de Van, il leur est impossible de vivre dans les zones montagneuses de la Province d’Ardrom, où tout le monde éprouve beaucoup de haine envers eux. Les Arméniens y ont détruit des villages et y ont commis toutes sortes d’actes criminels contre les Musulmans, avant leur retraite. Les actes criminels des Arméniens, ont laissé un climat très présent et influent de haine de l’autre coté, une aversion qui émane avec force au moins dans la région de Van. L’existence d’assassinats organisés en Arménie fut confirmée par les réfugiés de tous les territoires Arméniens et également par des officiers Britanniques a Ardrom. » (McCarthy:p 251)

Niles et Sutherland ont présenté dans leur rapport, des statistiques traitant du nombre de villages et de maisons Musulmanes qui ont survécu à la misère de la guerre autour des villes de van et Bitlis seules; Il a été confirmé que les arméniens ont détruit la plupart des habitations Musulmanes et ont démoli toutes les constructions aux caractéristiques islamiques, en voici le détail:

Destructions pour les villes de Van et Bitlis après la guerre de 1919:

Avant la guerre,la ville de Van:

3400 maisons musulmanes

3100 Maisons arméniennes

Après la guerre, la ville de Van :

3 maisons musulmanes

1170 maisons arméniennes

Avant la guerre la ville de Bitlis:

6500 maisons Musulmanes

1500 maisons arméniennes

Après la guerre de Bitlis :

Aucune maison musulmane

1000 maisons arméniennes

Comme pour les villages dans les provinces de Van,Sanjiq et Bayezit avant la guerre et l’occupation arménienne, il a été relaté dans les statistiques de Niles et Sutherland, que le nombre de maisons Musulmanes avant la guerre dans les villages de la province de Van était de 1373,et il est passé après la guerre de 1919 à 350 maisons ! Tandis que les maisons des arméniens étaient au nombre de 112 avant la guerre pour passer à 200 après!

Dans les villages de la province de Bayezit,le nombre d’habitations musulmanes avant la guerre était de 448 pour être réduit à 243 après la guerre, inversement les maisons arméniennes se sont stabilisées à 33 avant et après guerre!

Niles et Sutherland ont consciencieusement résumé l’histoire des Musulmans dans l’Anatolie Est à la fin de leur rapport:

« Bien que cela ne fasse pas partie de notre enquête, l’un des faits significatifs qui nous a affecté dans tous les lieux de Bitlis et Trabzon et au travers duquel nous sommes passés, fut que les Arméniens ont commis exactement toutes les horreurs et meurtres que les Turcs avaient commis contre les Arméniens en d’autres lieux. Tout d’abords nous avons sans aucun doute tenu compte de tous les récits que nous avons recueillis,mais la concordance générale de tous les témoignages ,la passion avec laquelle ont été évoqués les actes diaboliques perpétrés à leur encontre, ainsi que leur haine apparente envers les Arméniens en plus de toutes les preuves matérielles dans le pays lui-même;tout ceci nous amène à croire en l ‘authenticité des faits de manière générale.

Premièrement, les Arméniens ont assassiné des Musulmans à grande échelle, avec une barbarie variable dans leur méthode.

Deuxièmement ,Les Arméniens étaient responsables de la destruction de la plupart des villes et villages. Les Russes et Arméniens ont occupé le pays pour une longue période(1915-1916),et il est apparu que pendant cette période l’anarchie était limitée même si les Russes ont indubitablement causé de sérieux dommages. En 1917, l’armée Russe fut dissoute et l ‘autorité fut laissée aux seules mains des arméniens. Pendant cette période, les milices arméniennes patrouillaient dans le pays , tuant des civils Musulmans. Lorsque l’armée Turque s’est déplacée à travers Arzugan, Ardrom et Van, l’armée arménienne s’est dispersée et ses soldats et milices ont commencé à détruire les propriétés Musulmanes en tuant sans merci leurs habitants . Le résultat fut une destruction complète du pays, ainsi qu’une haine féroce des arméniens;un fait qui rend impossible la cohabitation entre ses deux peuples actuellement. Les Musulmans ont déclaré que s’ils étaient forcés de vivre sous autorité arménienne, ils devraient combattre, et il nous apparaît clairement qu’ils exécuteront leur menace. Cette opinion est partagée par les officiers Turcs, Britanniques, et Américains que nous avons pu rencontrer. » (McCarthy :p 253-254)

Ceci est seulement le témoignage à propos du meurtre organisé perpétré par les Arméniens contre les Musulmans pendant la 1ère Guerre Mondiale, de 1914 a 1918,dans les provinces de van, Betlis de l ‘Est Anatolie laissant place au déclin du nombre d’habitants Musulmans dans toutes les provinces Ottomanes Est telles que Ardrom, Betlis, Diyar Bikr, la colonie de Al ‘Aziz, Siwas, Halab, et Trabzon.

Nous découvrirons que dans la période de 1912 a 1922, plus de 62% des Musulmans de la province de Van ont disparus, 42% dans la province de Betlis, 31 % dans la Province de Ardrom et plus de 60 % dans le Caucase!

Quant aux provinces de l’Anatolie Ouest, telles que Aydin,Kadawindakar,Bigha et Idmid, les forces de la coalition ont expulsés les réfugiés Turcs qui s’y étaient établis et ont remis leurs propriétés aux Grecs! Ils ont laissés les Musulmans sans refuge,la plus grande appropriation de l’Histoire. Ce fut une organisation meurtrière préméditée contre les Musulmans du Qoqaz, Anatolie, et Balkans,blessure du monde des pouvoirs impériaux en cette misérable période, et la fin dramatique de six siècles de califat Ottoman.

Cinquièmement, Conclusion En conclusion, la faiblesse de leur allégation « le génocide arménien par les Ottomans » constamment propagée par les arméniens et ceux qui les soutiennent, nous apparaît plus claire. Des millions de Musulmans furent tués par les mains des Arméniens,des Russes, des Grecs,des Bulgares,des Serbes et autres ennemis de l’État Islamique Ottoman, alors qu’ils vivaient sous son règne avec de nombreuses minorités ethniques en paix et en sécurité! Pourtant, personne n’a réclamé de sanctions à l’encontre de ceux qui ont perpétré ces crimes et qui sont à l’origine de ces organisations meurtrières.

Les Musulmans qui furent ,et sont encore les victimes de ces effroyables massacres ,sont présentés comme des meurtriers sanguinaires!

Criminelles arméniens
Criminels arméniens

Le fond du problème suite à ce mensonge, est lié au fait que le monde musulman n’a pas demandé -ne serait-ce que timidement- la condamnation des coupables de crimes à l’encontre des Musulmans dans le Caucase et la Tchétchénie,les populations exterminées dans les Balkans, l’amoncellement de tombes en Bosnie-Herzégovine, l’assassinat de près d’un million d’enfants en Irak, la destruction et la disparition complète de villes et villages entiers en Afghanistan pendant les agressions barbares Britanniques, Russes et Américaines. Ces régimes oppresseurs n’ont pris aucune décision ferme au cours de leur existence afin de réclamer justice pour leur peuple, et demander compensation par les Français, Britanniques, Espagnoles, Italiens, Allemands, Russes, et Américains pour leurs victimes en Iraq, Algérie, Maroc, Libye, Tunisie, Égypte, Indonésie,Malaisie,Cachemire,Thaïlande,Somalie, et Soudan!!

Les Arméniens ont réouvert des blessures non soignées. Ils ont ravivées des souffrances qui n ‘étaient pas apaisées. Ils ont réveillé des douleurs qui ne devraient pas rester sans que justice ne soit faite à l’avenir. Le monde occidental doit des excuses claires aux Musulmans, ainsi qu’une indemnisation pour les crimes perpétrés au cours des croisades passées et actuelles!Oui, nous demandons des excuses et des indemnisations pour les innombrables meurtres de Musulmans depuis des siècles.

Et s’il fallait implorer leur pardon ou leur présenter nos condoléances chaque fois qu’ils nous portent des accusations fabriquées de toutes pièces et que nous demeurions ainsi en nous humiliant auprès du Conseil de Sécurité et de l’Union Européenne,c’est tout simplement à notre perte que nous courons ! Il est préférable pour cette nation (islamique) d’être engloutie sous terre plutôt que de vivre dans la honte et le déshonneur!

L’imperfection vient de nous, nation qui acceptons notre humiliation ,félicitons notre bourreau et ne punissons pas nos assassins!

 

 

source : Centre d’Études Historiques AlMaqreze (al-Makrizi)  via Daawa on line 

L’émirat de souche Idrisside d’Arabie et Yémén 1910-1934 :

Publié le Mis à jour le

Bannière de la dynastie arabe des Idrisside d'Asir (Péninsule arabique)
Bannière de la dynastie arabe des Idrisside d’Asir (Péninsule arabique)

L’émirat idrisside d’Asir est un état qui couvre, de 1910 à 1934, la région historique de l’Asir.

La capitale de l’émirat était Sabya

L’émirat couvrait une aire correspondant aux provinces saoudiennes actuelles d’Asir et Jizan et au sud de la province de La Mecque, ainsi que de la région yéménite de Hudaydah.

File:Sa mapa5.png

Histoire

L’émirat idrisside d’Asir a été fondé par Muhammad ibn Ali al-Idrissi  appartenant à la lignée arabe maghrébine des Idrissides et descendant d’Ahmad ibn Idris, suite à sa rébellion contre les Ottomans.

Durant ses années de règne, l’émir Muhammad maintient l’indépendance de son émirat en s’alliant aux Al Saoud du Nejd, et ce face aux revendications du Chérif Hussein du Hedjaz et du roi Yahya du Yémen, chacun considérant l’Asir comme faisant intégralement partie de son territoire.

 

File:Sa mapa6.png

À la suite du décès de Muhammad ibn Ali en 1920, l’émirat entre dans une phase d’instabilité, ce qui pousse son successeur, Hassan ibn Ali, à signer un traité avec le Nejd en 1926, mettant l’émirat sousprotectorat de ce dernier. À cette période, l’Émirat perd ses territoires méridionaux au profit du Yémen alors que les britanniques occupent les îles Farasan.

Le nouvel émir, Hassan ibn Ali, désirant par la suite recouvrir l’ensemble de ses pouvoirs, restreints par le traité de protectorat, se tourne vers le roi du Yémen ; le roi Abdelaziz Al Saoud réagit en annexant intégralement l’émirat en 1934 et en proclamant l’unification de l’Arabie saoudite.

Ruine idrisside de sabia qui fut une capitale des émirs alides idrissides Sayyid Muhammad ibn Ali al-Idrisi (1876-1920) arabie
Ruine idrisside de sabia qui fut une capitale des émirs alides idrissides Sayyid Muhammad ibn Ali al-Idrisi (1876-1920) en Arabie, ils sont originaire du Maghreb. 

Sayyid Muhammad ibn Ali al-Idrisi (1876-1920) [ arabe : محمد بن علي الإدريسي] a fondé et dirigé l’ émirat idrisside d’Asir .

Il est né à Sabia (maintenant un comté de l’Arabie saoudite ).  Il était un petit-fils de Sayyid Ahmad ibn Idris , originaire du Maghreb (de l’état Idrisside de Fès, comme les sharif libyens  venu de Mostaganem) , qui était le chef d’une confrérie religieuse (tariqa) ​​à La Mecque et qui a acquis terres a Sabia, et il s’y installa et mourut en 1837. Les descendants de Sayyid Ahmed semblent  que leurs richesse et influence ont augmenter et progressivement supplanté le pouvoir de la famille de shurafa (charif) de Abu Arish.

Sayyid Muhammad a été instruit en partie, à l’Université Al-Azhar et en partie par les Senussi à Kufra , puis a résidé pendant un certain temps dans le Soudan , à l’île Argo . A son retour à Asir, sa seule ambition était de rendre ce district indépendant de l’ Empire ottoman . Il a élargi progressivement son pouvoir politique pour inclure Mikhlaf el Yémen et une grande partie de la Tihama , avec un contrôle sur plusieurs tribus en dehors de ces limites. Il prena partie  pour les mécréants Alliés dans la Première Guerre mondiale , et a été l’ennemi inexorable de l’ imam du Yémen anssi que des Ottomans. 

 

Évolution de l’émirat idrisside d’Asir entre 1916 et 1934

Liens externes

  • (de) J. Reissner, Die Idrīsīden in ʿAsīr. Ein historischer Überblick, Die Welt des Islams, New Series, Bd. 21, Nr. 1/4 (1981), p. 164-192 [1]
  • (en) I. Ghanem, The Legal History of ‘A Sir (Al-Mikhlaf Al-Sulaymani), Arab Law Quarterly, Vol. 5, No. 3 (Aug., 1990), p. 211-214 [2]

Titre officiel des califes sultans Ottomans :

Publié le Mis à jour le

Muhammad al-Fatih le grand conquérant
Muhammad al-Fatih le grand conquérant

Titre officiel des califes sultans Ottomans :
– Sa Majesté Impériale et sacré,
– Sultan Suleyman Khan,
– Empereur,
– Souverain de la maison des Osman ,
-, Sultan des Sultans,
– Khan des Khans,
– Amir ul-Mouminine we-Rasul de Rab al-A’alamin
– Khalifé ,
– Commandeur des Croyants et Successeur du prophète du Seigneur de l’Univers ,
– Dépositaire des saints sanctuaires (les villes saintes de la Mecque , Médine et Jérusalem ),
– Kaysar-i-rhum, Empereur de Rome ,

L’Empereur des trois villes de Constantinople , Andrinople et Bursa , et des villes de Damas et du Caire , de tout l’Azerbaïdjan, du Maghreb , de Barka , de Kairouan , d’Alep , d’ Arabie et de Perse, d’ Irak, de Bassora , d’Al-Hasa , d’Ar Raqqah , de Mossoul , de Diyarbakır , de Cilicie , des provinces de Erzurum , de Sivas , d’Adana , de Karaman , de Van , de Barbarie (cote Érythrée) , de l’Abyssinie , de Tunis, d’Alger , de Tripoli , de Damas , de Chypre , de Rhodes , de Crète , de la province de Morée , de la mer Méditerranée , la mer Noire et aussi de leurs côtes, de l’Anatolie , la Roumélie , Bagdad , Kurdistan , la Grèce , le Turkestan , la Tartarie , la Circassie , de la deux régions du kabarde , de Géorgie , de la steppe de Kypchaks , de l’ensemble du pays des Tatars , des Kefe et de toutes les régions voisines , de Bosnie , de la Ville et Fort de Belgrade , de la province de la Serbie , avec tous les châteaux et les villes, de toute l’Albanie , de tous Eflak et Bogdanie , ainsi que toutes les dépendances et ses frontières , et de nombreux autres pays et villes 

Territorial_changes_of_the_Ottoman_Empire_1829

Le Chemin de Fer Ottoman du Hijaz

Publié le Mis à jour le

Chemin de fer du Hedjaz, qui a dit qu'il a passé les Ottomans spécialement à côté de la Mosquée du Prophète pour le transfert des effets de la noble Prophète au cours de la Première Guerre mondiale et a regardé le train a été décoré avec des drapeaux et des feuilles de palmier et gravé avec la
Le Chemin de fer du Hedjaz,  les Ottomans  ont spécialement fait passé  le chemin de fer à côté de la Mosquée du Prophète (paix et bénédiction d’ALLAH sur lui)  pour le transfert des effets du noble Prophète au cours de la Première Guerre mondiale et,ont peut vire  le train décoré avec des drapeaux et des feuilles de palmier et gravé avec « Paix soit sur toi, ô Messager d’Allah. »

Le chemin de fer du Hedjaz reliait Damas en Syrie à Médine, en traversant le Hedjaz. Il fut construit sur l’ordre du sultan-calife  Abdul Hamid II (1).

Il fut un chemin de fer religieux, destiné à faciliter le pèlerinage à la Mecque, et aussi pour de renforcer l’autorité Ottomane sur l’ensemble de la région et de favoriser  les échanges commerciaux entre le Bilad-al-Sham et le Hijaz(2) .

Gare Hedjaz dans Damas , le point du chemin de fer de départ.
La Gare « Hedjaz  » à  Dimashq (Damas) , en Syrie 
le point de départ  du chemin de fer Ottoman .

berlin-baghdad-bahn-map3

La longueur totale de l’ouvrage atteint 3 205 km, ce qui en fait un des plus grands ouvrages d’infrastructure de l’époque, la ligne se raccorde au chemin de fer anatolien à Konya, en direction d’AdanaAlepMossoul et Bagdad. Elle sera plus tard prolongée vers Bassorah et le golfe Persique. Avec la ligne de Damas à Hama et le chemin de fer du pèlerinage de Damas à Médine, le système ferroviaire ottoman s’étendait loin vers le sud de l’Empire.

Pour le mettre hors de portée de l’artillerie navale, le tracé de la ligne passe par l’intérieur des terres. Une voie secondaire atteint la mer à İskenderun, mais la voie principale vers Alep coupe le mont Nurdağ par un tunnel de 8km de long.

Carte du tracé du chemin de fer ottoman du relient Istanboul à la sainte Mecque
Carte du tracé du chemin de fer ottoman du relient Damas  à la Médine
Le Kayser Allemand dépeint en Haroun al-Rashid le calife Abbasside pour son soutiens au califat Ottoman dans une image de propagande britannique
Le Kayser Allemand dépeint en Haroun al-Rashid le calife Abbasside pour son soutiens au califat Ottoman dans une image de propagande britannique
L'Empire Ottoman et les territoires vassaux en 1914 au début de la 1ere Guerre mondial,
L’Empire Ottoman et les territoires vassaux en 1914 au début de la 1ere Guerre mondial,
 locomotive à vapeur 2-8-0, construit par Schweizerische Locomotiv- und Maschinenfabrik Winterthur pour le chemin de fer du Hedjaz en 1912, transféré à la Palestine par les chemins de fer 1927 et la photo en 1946
Locomotive à vapeur 2-8-0, construit par Schweizerische Locomotiv- und Maschinenfabrik Winterthur pour le chemin de fer Ottoman du Hijaz en 1912, transféré en Palestine par les chemins de fer  en 1927 et la photo date de 1946
Construction de la gare d’al-Muatham ottoman. Cl. Halajian, The Imperial War Museum (1908)
Construction de la gare d’al-Muatham ottoman.
Cl. Halajian, The Imperial War Museum (1908)
Station terminale rénové du chemin de fer du Hedjaz au centre-ville de Médine.
La Station terminale rénové du chemin de fer Ottoman du Hedjaz au centre-ville de Médine, arabie saoudite . 

notes :

  1. Abdulhamid II: Le sultan calife Par François Georgeon
  2. Kayali, H., 1997, Ottomanism, Arabism and Islamism in the Ottoman Empire, 1908-1918, Berkeley, Los Angeles, London, University of California Press.

Liens :

Le chemin de fer du Hedjaz Charles-Eudes Bonin

LA PRISE DE CONSTANTINOPLE PAR LES OTTOMANS (1453)

Publié le Mis à jour le

Les murs de Constantinople source : Desperta ferro
Les murs de Constantinople source : Desperta ferro

« Le 29 mai 1453, après cinquante-quatre jours de siège, le sultan ottoman Mehmet II al-Fātih (« le Conquérant ») s’empare de la « Grande Ville », Constantinople, réalisant ainsi le rêve de tous les princes musulmans depuis les origines de l’Islam. Avec Constantin XI Paléologue, le dernier basileus, disparaît l’Empire byzantin. L’Empire ottoman se développe sur ses décombres. Cette conquête a un retentissement considérable dans tout l’Occident chrétien, mais elle ne suscite aucune réaction militaire ou politique. Contrairement à ce qu’on a longtemps affirmé, cette conquête ne fut pas une catastrophe. Par leur tolérance et par l’intégration des élites administratives, politiques et religieuses dans leur propre organisation impériale, les Ottomans permettent la restructuration de l’Église orthodoxe, en particulier face aux Latins dont l’influence diminue alors considérablement, après quatre siècles d’un interventionnisme parfois violent. C’est pourquoi l’Église grecque encourage la soumission au nouveau pouvoir. Avec la prise de Constantinople, l’Empire ottoman, quant à lui, est devenu la plus grande puissance d’Europe et du Proche-Orient réunis. »

 

Pascal BURESI, « CONSTANTINOPLE PRISE DE (1453)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 septembre 2014. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/prise-de-constantinople-1453/