berberisme

L’Invasion berbériste (Les Invasions Barbares remake)

Publié le Mis à jour le

Sorcier berbères s du sud marocains, en trans, une résurgence des Berghwata ?
Sorcier berbères s du sud marocains, en trans, une résurgence des Berghwata ?

Les berbères (dit berberistes) sont organisés en groupe de « troll » sur le net; comme l’Union Européenne (EU) avait fait avec les « eurosceptiques » selon l’article du « Daily Telegraph », daté de février 2013, l’UE avait distribué à ses troupes d’apprentis trolls cet ordre de mission :

« Les communicants institutionnels du Parlement doivent être en mesure de surveiller les conversations publiques et leur sentiment sur le terrain, en temps réel, afin de comprendre les sujets chauds (trending topic en anglais, du nom de la rubrique recensant les sujets les plus discutés sur Twitter, ndlr) et avoir la capacité de réagir rapidement, de façon précise et appropriée. »

Les israéliens aussi le font : https://electronicintifada.net/blogs/ali-abunimah/israeli-students-get-2000-spread-state-propaganda-facebook

e408610078453a87383038343231393131333730 afro vandale

Les groupuscules berbères fonctionne de la meme manière, ils ce répartissent les zones ‘(Wikipedia, Youtube, facebook et tweeter) .

Sur wikipedia si vous  modifier un article concernant les arabes maghrébins vous verrez toute une clique venir changer vos modifications comme les avortons barbares de Great11 (berbère marocain) et  Waran18 (kabyle algerien).

Sur Youtube ils sortent des videos de leurs contextes et inventent des titres farfelues comme « Andalousie berbère » alors qu’elle fut omeyyade et elle parlait arabe

Jacques Kupfer, est le co-président du Likoud Mondial et il rêve de crée de multiple états, kabyle, copte, maronite, druze et bien sur Israelien.

Un ex-officier du Mossad confirme la relation entre les «séparatiste berbères» algériens et les services israéliens

Dans un livre paru aux Etats-Unis, et intitulé Periphery: Israel’s Search for Middle East Allies (Périphérie : Israël à la recherche d’alliés au Moyen-Orient), l’ancien officier des services secrets israéliens, Yossi Alpher, a révélé que le Mossad a bien noué des relations avec des berbéristes d’Algérie et du Maroc, afin de maintenir ces pays sous pression.

berber juifs

Un travail qui entre dans le cadre de sa stratégie dite la «doctrine des périphéries», avec pour objectif à long terme le «dés-endiguement géopolitique» de l’Etat hébreu. L’officier israélien confirme par-là les relations entre le porte-voix du Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie, Ferhat Mehenni, avec les services de renseignement israéliens. http://www.wikistrike.com/2015/07/un-ex-officier-du-mossad-confirme-la-relation-entre-les-separatistes-algeriens-et-les-services-israeliens.html

Tentative d’imposition forcée d’une nouvelle identité fallacieuse sur d’autres personnes : 

pute berbere pute berbere

Les cyber-« combattants » berberistes sont passer à la vitesse supérieur, ils essaient maintenant a défaut de chasser les arabes vers l’Arabie, de faire rentrée dans les esprits de tout les nord-africains qu’ils sont tous d’origine berbère, Vous voyez bien dans l’image de la discussion Youtube que la berbère essaie d’imposer de force une identité à des gens et alors que les populations berbères sont un ramassis et résidus de toute les peuplades venu en Afrique du Nord avant l’arrivée des Arabes, c’est la définition en anglais « They are the descendents of the pre-Arab populations of North Africa » ses populations d’avant les arabes sont au minimum les phéniciens, les romains, les vandales, les wisigoths, et les byzantins et les noirs etc.

Chronologie d'al-Andalus, vous pouvez voir que ce sont les arabes qui ont dominé tous ce temps entre les Omeyyades (Qurasyh) et les Nasrides (Khazraj) avec une mini période afro-berbère Almoravides et Almohades
Chronologie d’al-Andalus, vous pouvez voir que ce sont les arabes qui ont dominé tous ce temps entre les Omeyyades (Qurasyh) et les Nasrides (Khazraj) avec une mini période afro-berbère Almoravides et Almohades

Tous ceci est relayé par des « journaux » comme El Watan, et une certaine press francophile, en Algérie ils préfèrent restauré des monument romains qu’arabes pire attribué la paternité de ses monuments arabes à d’autres.(Mila, Tobna, Baghai etc).  Ils font passés les phéniciens nord-africains de l’antiquité (puniques en latin) pour des berbères comme ils le font avec les St Augustin, Hannibal, ou Septime Severe pour ne cité qu’eux. Ils s’approprie l’histoire de l’Espagne musulmane sous prétextes que les arabes Omeyyades y avait envoyer une armée de 11 ou 12 milles esclaves berbères en reconnaissance, c’est comme si que les Gaulois s’appropriait Rome sous prétexte que des gaulois furent dans l’armée romaine  (ridicule)

Surtout quant ont sait que l’Espagne Omeyyade exporter des livres arabes dans le monde entier alors que tout les berbères d’afrique du nord ne parlait l’arabe, car ont y parlait arabe que chez les arabes (miliciens,fonctionnaire et missionnaire) d’ifriqiya de tunisie, du constantinois et de la tripolitaine et de Fès selon Al-Andalusi at-Taghlibi jusqu’au 11e siècle et l’arrivée des bédouins Hilal, Sulaym et Maqil), pour la répartition tribal et ethnique de l’espagne post-omeyyade voyez cette article « al-Muluk al-Tawa’if » , Les royaumes de taifas éclatement ethno-culturel en pleine fitna andalouse »

L’article « l’origine africaine des premiers berbères d’Afrique du Nord »  en parlait de leurs origines multiples vous pouvez vous y rapportez ainsi que sur l’article « Histoire Étranges et révoltante des coutumes berbères (du grec barbare) du nord de l’Afrique : » et « Tribus berbères chassées par les Arabes : » pour approfondit le sujet ses virulentes populations berbères.

Le E1b1b des berbères mais qui viens de Somalie
Le E1b1b des berbères mais qui viens de Somalie

Les gourous des berberistes sont principalement les Salem Chaker, Gabriel Camps, Mouloud Mameri et « l’encyclopédie (francaise) berbère »,, comme l’alphabet touareg remixé et ré élaborer a la Sorbonne,  imaginez le sens et la valeur des signes de ce pseudo alphabet leurs est transmise par le missionnaire français Charles de Foucauld. (Lol).

Salem Chaker, professeur berberiste à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, Paris.

Lle 4 septembre 1995, à vue  la création du Congrès mondial amazigh (CMA) basé a Paris en France diriger par un Libyen en ce moment, qui regroupe une quarantaine d’associations berbéristes du monde entier. Revendiquant « la défense et la promotion de l’identité culturelle de la nation amazighe », le CMA fonde son discours sur le mythe de Tamazgha (Grande Berbérie) qui s’étendrait « d’est en ouest, des oasis de Siwa en Egypte aux îles Canaries, et du nord au sud, de la Méditerranée au Burkina Faso ».

Et ce fut la France qui parachuta des armes au berbères libyens…

La dépersonnalisation vicieuse ce crée de jour en  jour sur le web.. Comme ce pseudo anthropologue Ben Naoum qui affirme sans nous cité de source exacte que les Chaamba sont des barbares zenata ce qui est faux génétiquement et anthropologiquement parlant, vous pouvez vous rapportez à cet article « La tribu arabe des Chaamba des Banu Sulaym face au menteur berbère Ahmed Ben Naoum »

Pour preuve le type « racial » orientalide était déjà présent chez les garamantes de la haute antiquité en afrique du Nord précédant de plus d’un millénaire l’invasion arabe .

lL type raciale Lybide (Groupe orientalide comme les arabes) :

Il est dit explicitement  « North African steppe type that is usually regarded part of Orientalid. Although Arab invasions enhanced the Orientalid element in Africa during the 7th and 11th century, this type results from much earlier migrations and was already present in the ancient Libyan Garamantes. Still common across the steppes of Libya, Egypt, Tunisia, Morocco, »  http://www.humanphenotypes.com/Libyid.html

Et ‘l’élément « orientalide » fut amélioré encore par les Phéniciens : « Possibly a gracilized Eurafricanid that spread west through ancient migrations that lasted up to antiquity (e.g. Phoenicians). Today common in North Africa from Morocco to Egypt with high concentrations in Tunisia and Algeria. »  http://www.humanphenotypes.com/TransMediterranid.html

La répartition du type arabid et orientalid dans le monde et voyez l’afrique du Nord: http://www.humanphenotypes.com/basic/Orientalid.html

race orientalide

Le type purement arabe :  http://www.humanphenotypes.com/Arabid.html

Vous pouvez consulter l’article « Preuves Génétique de l’Expansion des arabes au Maghreb et au Levant , l’origine des arabes, des temps reculés au conquêtes islamique » au niveaux des sources utilisés et l’article « . Quelque population arabe de Libye Algérie et Tunisie: »

La race arabid source : http://www.humanphenotypes.com/

Pour rappel le type berberide ressemble à sa (beaucoup moins gracieux que les autres (sic)http://www.humanphenotypes.com/Berberid.html

Berberide : Un type Proto atlanto Méditerranée, à l'origine du nom de Berbères et de l'Afrique du Nord Berberei (Barbarie). Associés à des types paléolithiques qu'une fois migré d'Asie de l'Ouest. Présent dans Berbères modernes comme Riffians, Kabyles, Shilha, Chaoui, aussi d'autres Nord-Africains, par exemple, Touareg (Imrads) et indigènes des îles Canaries. Un type minoritaire dans d'autres parties de l'Europe (esp. Sud Iberia, Périgord) et la Turquie.
Berberide :

voir aussi les différant type raciaux des dits « berbères » :

http://www.humanphenotypes.com/AfricanAlpinoid.html

http://www.humanphenotypes.com/Siwa.html

http://www.humanphenotypes.com/Targid.html

http://www.humanphenotypes.com/Fezzanid.html

http://www.humanphenotypes.com/PaleoSaharid.html

http://www.humanphenotypes.com/Moorish.html

http://www.humanphenotypes.com/Canarid.html

L'haplogroupe E1b1b et sa source en Somalie
L’haplogroupe E1b1b et sa source en Somalie

Pour finir avec une petite touche d’humour

à voir ;

Le berberisme,produit de la colonisation Par Benyoucef Benkhedda 

 Ferhat Mehenni le chef du MAK se réuni avec des juifs à l’ambassade d’Israël à Paris

Les Berbères comme nationalistes anti-islamistes et anti-Arabes

FINANCEMENT ET LOBBY: L’IMPACT DES BERBÈRES LIBYENS SUR LA CHUTE DE KHADAFI 

Liens et affinités judéo-kabyles  

Non à l’officialisation de l’alphabet latin des kabyles inventé par la Sorbonne

La tribu arabe des Chaamba des Banu Sulaym d’Algérie

Publié le Mis à jour le

Un cavalier arabe monté sur chameau avec épée arabe lame droite dans l'actuel Tunisie de la tribu des Chaambas ( fraction présente entre Algerie et Tunisie) issue de la grande tribu arabe des Banu Sulaym (adnanite) 19eme siècle
Un cavalier arabe monté sur chameau avec épée arabe lame droite dans l’actuel Tunisie de la tribu des Chaambas ( fraction présente entre Algerie et Tunisie) issue de la grande tribu arabe des Banu Sulaym (adnanite) 19eme siècle

Les chaambas sont des arabes Banu Sulaym, une branche venu tardivement du Fezzan en Libye et installé dans le nord du désert algérien ( Metlili, El Meni’a, Ouargla, El-Oued et le Grand Erg Occidental (Beni Abbes et Timimoun).) jusqu’au sud Tunisien (mont chaambi).

« On peut considérer les Chaambas comme le type du grand nomade arabe. Plus que tout autre peuple du Sahara, les Chaamba sont parcouru et « possédé » d’immenses étendues de désert. Ils ont avancé très loin vers le Sud et représentent, sans nul doute, l’une des branches les plus hardies et les plus entreprenantes du monde arabe. » source : Ruffié Jacques, Ducos J., Larrouy Georges. Étude hémotypologique des populations de la région du M’Zab (département des Oasis). In: Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, XI° Série. Tome 3 fascicule 4, 1962. pp. 354-371.: 10.3406/bmsap.1962.1199
url :/web/revues/home/prescript/article/bmsap_0037-8984_1962_num_3_4_1199

La zone de la tribu arabe des Chaamba Banu Sulaym
La zone de la tribu arabe des Chaamba Banu Sulaym

Le nom chaamba viens du chef de tribu Chouaïb Ibn Khouzaym,al-Sulami . Les deux principales tribus sont les Achèche et les Messaâba, selon Ibn Khaldoun 

Alors que, traditionnellement, c’étaient des nomades spécialisés dans l’élevage de dromadaires, la plupart se sont installés dans les oasis au cours du siècle passé. Le palmier dattier est le produit agricole le plus important pour les Chaamba

La ville de Metlili Chaamba, Algérie, au 19e siècle Algérie, publié en 1884 par Keith Johnson
La ville de Metlili Chaamba, Algérie, au 19e siècle Algérie, publié en 1884 par Keith Johnson

« Pour le séro-anthropologiste qui étudie le peuplement de l’Afrique du Nord, l’étude des Chaambas offre un intérêt de tout premier plan, en permettant d’analyser comment les caractères proprement « arabes » des envahisseurs Chaambas se sont dilués, mélangés à ceux des populations proto-négroïdes et berbères (somalid) primitives qu’ils ont soumises ou refoulées et avec lesquelles les croisements ont été inévitables. Dans quelles formes et avec quelle intensité ces caractères se manifestent-ils lorsqu’ils se mêlent progressivement à ceux des populations autochtones primitives ? L’interprétation correcte de ces données est facilitée par le fait que l’arrivée des Chaambas en Afrique du Nord est relativement récente, bien connue. »

Le Khalifa de la tribu des Chaamba Mouadhi »• 1888-1889
Le Khalifa de la tribu des Chaamba Mouadhi »• 1888-1889

« Notre étude appelle cependant, dès le début, des précisions importantes : nous n’avons pu malheureusement étudier les Chaambas en général, mais seulement quelques fractions caractéristiques. Tout d’abord les sédentaires de Metlili, la « capitale » du monde Chaamba que L. C. Briggs considère comme les plus représentatifs de ses Chaambas primitifs pour la raison fort simple qu’ils ont plus que les autres été préservés des influences étrangères. Ensuite, l’étude des Chaambas nomade? de diverses fractions, moins nombreux que nous l’aurions souhaité, les événements récents en sont la cause. Tous ces Chaambas ont une origine commune, mais les croisements avec d’autres races ont été plus fréquents chez les nomades que chez les sédentaires de Metlili. Enfin, quelques sujets de tribus arabes « frontalières » des Chaambas : Saïd Otba en particulier.(..) »

chaamba de l'ajjer sahara central par jean dubief
chaamba de l’ajjer sahara central par jean dubief

Histoire. Les Chaambas, arrivés en Afrique du Nord lors des invasions hilaliennes, vinrent s’installer sur la place du Ksar de Metlili vers le milieu du xive siècle, repoussant devant eux les Zénètes. Ils se fractionnèrent en trois clans au début du xvne siècle : les Chaambas Mouadhi partirent vers El Goléa, les Chaambas Bou- Rouba choisirent Ouargla, et seul le groupe des Chaambas Berezga demeura à Metlili ; enfin, quelques fractions se fixèrent dans le Nord-Ouest du désert, sur le « piedmont » de l’Atlas. Par la suite, ces différents groupes, quoique se querellant parfois entre eux, se réconcilieront toujours pour combattre les tribus arabes voisines : Said Otba, Laarba, Ouled Badjouda ; le raid des différentes communautés Chaambas assemblées contre les tribus nomades des Berbères du Nord-Ouest, raid effectué en 1876, est resté célèbre.. »

Génétique : Les bedouins Chaamba sont placé génétiquement au milieu entre des populations méditerranéennes d’origine italienne et des Arabes d’Asie (Moyen-Orient) selon André Chaventré dans l’étude « Evolution anthropo-biologique d’une population touarègue , Numéros 103 à 104 » , tandis que les arabes réguibat de Mauritanie et ceux de la Saoura sont classer avec les Harratins, et les berbères de Siwah, les berbères de Msirdah et les kabyles source : Evolution anthropo-biologique d’une population..., Numéros 103 à 104 page 183 et 186, Par André Chaventré https://books.google.fr/books?id=c1zXdsCLlcQC&lpg=PA186&ots=3TL4wwN5VO&dq=chaamba%20d’asie%20arabes&hl=fr&pg=PA183#v=onepage&q=chaamba%20d’asie%20arabes&f=false

Ils seraient une confédération de clans arabe, descendants d’Hilaliens1 des Zorba1 (les Intéressés se disent Issus de Shuyab ibn Khozaima al-Sulami des Banu Sulaym4) du nord du Sahara algérien, Bernard Lugan les dits descendants des Banu Sulaym5. Ils sont arabe selon Emmanuel Grégoire,Jean Schmitz6 aussi selon Jean Dubief7 Ils sont de race arabes pour la « Société normande de géographie de Rouen »8 Ils sont berbères, selon Ludovic Drapeyron et Charles Vélain9 ou selon l’anthropologue Ahmed Ben Naoum, qui a déclaré que c’est une tribu berbère des Zénètes10. Ahmed Ben Naoum ne donne aucune source bien sur il cite Ibn Khaldoun mais pas la page ou il dit que les Chaamba sont des zenetes étrange 11 , de plus Ahmed Ben Naoum a été contredit par Lameen Souag chercheur du CNRS qui a précisé que les chaamba étaient bien des arabes et s’identifiaient comme tel12. la tribu des chaamba s’est formée après la mort de Ibn Khaldoun et ils arrivent du Fezzan13. Enfin, selon le capitaine et scientifique E.Carettedans l’étude (1853) Exploration scientifique de l’Algérie, il est mentionné explicitement que les chaamba sont des Arabes14. Ils sont des clans arabes d’origine arabe1516171819.

Personnalité chaambi :

  • Mukhtar Belmokhtar  est un djihadiste algérien né le 1er juin 19721 à Ghardaïa en Algérie au sein d’une famille modeste appartenant à la tribu arabe des Châambas. Il est prénommé Mokhtar en hommage à un de ses oncles, guillotiné par les Français en 1959 pendant la guerre d’Algérie.. Après un passage en Afghanistan, il combat pendant la Décennie noire dans le sud de l’Algérie au sein du GIA, puis du GSPC. Il est l’un des principaux artisans du ralliement des djihadistes algériens à Al-Qaïda qui aboutit à la formation d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) en 2007.

Ahmed Benbitour (arabe : أحمد بن بيتور), né le 20 juin 1946 à Metlili en Algérie, est sénateur de la République algérienne et ancien chef du gouvernement (du 23 décembre 1999 au 26 août 2000). Il fut également plusieurs fois ministre de 1992 à 1996. En décembre 2012, il annonce sa candidature à l’élection présidentielle algérienne de 2014.  Ahmed Benbitour, est né dans la ville de Metlili-Chaamba dans la wilaya de Gardaïa. Lorsqu’il a deux ans, ses parents quittent sa ville natale, pour aller plus au sud dans l’autre oasis de Ghardaïa dans la ville El Menia

Références

  1. Jacques Grand’henry, Les parlers arabes de la région du Mzāb, Sahara algérien, Leiden: Brill 1976, p. 3.
  2. Ruffié Jacques, Ducos J., Larrouy Georges. Étude hémotypologique des populations de la région du M’Zab (département des Oasis). In: Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, XI° Série. Tome 3 fascicule 4, 1962. pp. 354-371.: 10.3406/bmsap.1962.1199

    url :/web/revues/home/prescript/article/bmsap_0037-8984_1962_num_3_4_1199

  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o« Chaȃnba, Chaʿȃnba, Šaʿȃnba, Chaȃmba », sur http://encyclopedieberbere.revues.org/2098,‎ février 1993 (consulté le 9 juillet 2015)
  4. « Joshua Project 2000 – Chaamba Bedouin Profile », sur http://www.ad2000.org (consulté le 21 juillet 2015)
  5.  Jacques Grand’henry, Les parlers arabes de la région du Mzāb, Sahara algérien, Leiden: Brill 1976, p. 3
  6.  Chaamba.Net », sur http://www.chaamba.net (consulté le 20 juillet 2015)
  7. « Le blog officiel de Bernard Lugan: Le Mali n’existant plus, le moment n’est-il pas venu de redessiner la carte de la région sahélo-saharienne ? », sur bernardlugan.blogspot.fr (consulté le 20 juillet 2015)
  8.  Emmanuel Grégoire et Jean Schmitz, Afrique noire et monde arabe: continuités et ruptures, IRD Editions,‎ 1er janvier 2000 (ISBN 9782876785960, lire en ligne)
  9. Jean Dubief, L’Ajjer, Sahara central, KARTHALA Editions,‎ 1er janvier 1999 (ISBN 9782865378968, lire en ligne)
  10.  Société normande de géographie, Rouen 1902, {{Ouvrage}} : paramètre titre manquant (lire en ligne)
  11. Revue de géographie, vol. 7, C. Delagrave,‎ 1914 (lire en ligne), p. 61
  12. Hebba Selim, « L’anthropologue Ahmed Ben Naoum dénonce un mensonge « construit »: le conflit à Ghardaïa n’est pas ethnique », Huffington Post,‎ 13 juillet 2015 (lire en ligne
  13.  « الصفحة غير موجودة. | tribus Algeriennes » (consulté le 21 juillet 2015
  14.  « How Berber is the Arabic of the Chaamba? »
  15. « Histoire », sur Chaamba.net (consulté le 20 juillet 2015
  16.  Ernest Carette, Exploration scientifique de l’Algérie. 3, Recherches sur l’origine et les migrations des principales tribus de l’Afrique septentrionale et particulièrement de l’Algérie / par E. Carette,…, Imprimerie Impériale (Paris),‎ 1er janvier 1853 (lire en ligne)
  17. Evžen Strouhal, Afrika ein, Partie 1 ;Partie 3 (lire en ligne
  18.  Jean Dubief, L’Ajjer, Sahara central (lire en ligne)
  19. Société normande de géographie, Rouen, Bulletin, Volumes 24 à 25,‎ 1902 (lire en ligne)
  20. Roger Frison-Roche, Djebel Amour (lire en ligne)
  21. Eugène Guernier, Georges Froment-Guieysse, L’Encyclopédie coloniale et maritime: Algérie et Sahara. 2 v,‎ 1948 (lire en ligne)
  22. 938513976